Le coffret de l’assaut du château d’amour du musée de Cluny et l’ivoirerie parisienne – Inès de Coniac

Le coffret de l’assaut du château d’amour du musée de Cluny et l’ivoirerie parisienne

Le coffret de l’Assaut du Château d’Amour[1] a été réalisé à Paris entre les années 1300 et 1310. Ce chef d’œuvre de l’ivoirerie parisienne a été acquis en 2007 pour le Musée National du Moyen Age et constitue un des rares exemplaires de ce type d’objet conservés en France. Il fait en effet partie d’un ensemble de coffrets dits composites qui sont conservés dans les musées de Baltimore, au Metropolitan Museum de New York ou encore au Victoria and Albert Museum de Londres. Ces coffrets illustrent le récit de L’Assaut du Château d’Amour qui fut abondamment représenté dans l’ivoirerie gothique. Pourtant, l’origine du texte est assez obscure. En effet, R.S. Loomis[2] envisage sa source dans un fait divers du XIIIe siècle au cours duquel de jeunes femmes de Padoue auraient eu à se défendre contre les avances de jeunes vénitiens[3]. Mais la plupart des spécialistes (notamment Raimond Van Marle[4] et David Ross[5]) s’accordent à voir dans Le Roman de la Rose  initié par Guillaume de Lorris vers 1235-1245, la source de l’iconographie de l’Assaut du Château d’Amour. Il demeure incontestable que l’illustration de cet épisode s’est faite au cours du Moyen Age la représentation allégorique de l’art de courtiser. Mais l’intérêt de ce coffret est aussi qu’il met en rapport l’illustration de l’Assaut du Château d’Amour avec les autres récits célèbres des romans courtois[6].

Ainsi, la plaque de devant illustre tout d’abord à gauche deux épisodes du Lai d’Aristote, fabliau du début du XIIIe siècle. Le philosophe enseigne la morale à son élève Alexandre mais il est ensuite la proie des charmes de la courtisane Phyllis dont il est tombé amoureux, se mettant en contradiction avec les exigences qu’il venait de professer. À droite, les épisodes représentés relatent un exemplum peu connu de nos jours mais fort répandu au XIIIe siècle. De jeunes hommes se disputent l’héritage d’un défunt. Le roi ordonne de tirer à l’arc sur le cadavre de celui-ci et seul l’usurpateur passe à l’acte. C’est une réécriture du Jugement de Salomon attestée en Occident dès la fin du XIIe siècle. Le côté gauche figure l’épisode le plus célèbre de l’histoire de Tristan et Yseult. Les deux amants en conversation près d’une fontaine sont épiés par le roi Marc caché dans un arbre. Mais le visage de celui-ci se reflète dans l’eau, avertissant les deux amants. La scène suivante résume la dénonciation du couple par les barons félons.

Au revers on trouve mêlés les épisodes de l’histoire de Gauvain et de Lancelot. La scène principale est celle du lit Périlleux : Gauvain arrivé au château des pucelles se repose sur un lit enchanté, monté sur des roulettes et pourvu de sonnettes qui déclenchent la tombée d’épées lorsque le héros s’y repose. Il est épié par les jeunes filles, et à gauche sont représentées les scènes du combat contre le lion. Le couvercle offre une synthèse du comportement chevaleresque et courtois à travers la représentation de l’assaut du château d’amour. Un tournoi est illustré au centre, à droite des roses sont projetées par une catapulte, et à gauche sont représentés l’enlèvement d’une jeune fille suivi de la fuite des deux amants sur la rivière. Ces petites scènes ont lieu devant une nombreuse assistance de jeunes femmes.

On l’aura compris, ce coffret est une œuvre qui se distingue par la richesse de son iconographie, mais pas seulement, il faut aussi considérer la qualité de son exécution. On constate notamment que la recherche de souplesse, la préciosité accordée aux vêtements fluides, aux visages particulièrement fins et pourvus d’yeux en amande qui sont caractéristiques de la production du XIVe siècle, directement inspirée de l’art qui avait cours sous saint Louis. En outre, ce coffret est l’un des plus grands que l’on connaisse pour cette époque. Il a en effet été réalisé dans la partie pleine d’une défense d’éléphant de très grande taille. La qualité du matériau indique que cette matière première extrêmement coûteuse était acheminée à Paris régulièrement et dans une relative abondance. L’ivoire était en effet convoyé d’Afrique Centrale par les ports de Normandie par les marchands génois[7].

Ce coffret n’est pas à dissocier de la production d’ivoires parisiens d’une très grande qualité qui furent exécutés entre la deuxième moitié du XIIIe siècle et la fin du XIVe siècle[8]. En effet, le moindre petit objet d’ivoire (généralement dédié à la toilette) illustrait les scènes des célèbres romans courtois diffusés avec plus d’ampleur à partir du XIIIe siècle. Ce sont ces peignes, ces valves de miroir, ces gravoirs et ces coffrets qui donnaient par l’illustration du récit courtois des indications de comportement aux jeunes gens qui en faisaient usage. Enfin, au crépuscule du XIVe siècle, Paris jusque-là capitale de l’ivoirerie européenne, cède sa place aux foyers italiens qui prennent leur essor avec les avancées de la fin du Trecento[9].

L’ivoirerie parisienne des XIIIe et XIVe siècles a été abondement étudiée. Elle l’a tout du moins été pour son aspect religieux. Mais on constate aujourd’hui que les ivoires profanes n’ont pas rencontré le même succès dans les publications. Les études qui leur sont relatives se résument à quelques articles intégrés dans des ouvrages plus vastes et qui datent pour la plupart de la première moitié du XXe siècle. Ainsi, le très important catalogue publié par Raymond Koechlin en 1924 fait encore référence, et on s’aperçoit que la question n’a été que peu abordée depuis. En outre, dans les quelques études sur l’ivoirerie profane, on peut regretter que le lien entre les manuscrits produits depuis le XIIIe siècle et la petite sculpture sur ivoire n’ait pas été davantage établi. Toutefois de récentes publications ont permis de mettre en lumière quelques spécificités de cette production, notamment l’article de Lylan Lam publié en 2011, mais qui se restreint aux seules valves de miroir. Également, il faut prendre en considération la vaste entreprise du Courtauld Institute of Arts[10] qui regroupe dans une immense base de données plus de 5000 objets en ivoire recensés dans les collections du monde entier. Ces divers travaux mériteraient toutefois d’être appuyés par des études spécifiquement consacrées à l’ivoirerie profane, à la destination de ces objets, à leur ornementation et aux liens qu’ils entretiennent avec les manuscrits qui leur sont contemporains.

 

Inès de Coniac

M2 Histoire de l’art

 

 

Bibliographie

 

Gaborit-Chopin Danièle, Ivoires médiévaux Ve-XVe siècle, Paris, 2003.

Koechlin Raymond, Les ivoires gothiques français, Paris, 1924.

Lam Lylan. « les valves de miroir gothiques : sources littéraires et iconographiques », Zeitschrift Für Kunstgeschichte n°74, 2011.

Loomis Roger Sherman, Arthurian legends in medieval art, Londres, 1938.

Loomis Roger Sherman, « The Allegorical Siege in the Art of the Middle Ages », American Journal of Archeology, Vol 23 n° 3, 1919.

Ross David « Allegory and Romance on a Medieval French Marriage Casket », Journal  of the Warburg and Courtauld Institutes n° 11, 1948.

Tomasi Michele., L’Arte del Trecento in Europa, Turin, 2012.

Van Marle Raimond, Iconographie de l’art profane au Moyen-Age et à la Renaissance, La Haye, 1932.

Walters Art Museum, Barnet P. (Ed.), Images in ivory : precious objects of the Gothic âge, Detroit, 1997.

 

Base de données Gothic Ivories : http://gothicivories.courtauld.ac.uk/index.html

 

 

 

 

 

[1] Le coffret est conservé à Paris au musée de Cluny sous le numéro d’inventaire Cl.23840.

[2] R.S. Loomis est un historien américain, spécialiste de la littérature médiévale, plus spécifiquement de la matière de Bretagne et des légendes arthuriennes.

[3] R.S. Loomis, 1919.

[4] Raimond Van Marle, 1932.

[5] David Ross, 1948.

[6] Lylan Lam, 2011

et Walters Art Museum, Images in ivory: precious objects of the Gothic âge, 1997.

 

[7] Danièle Gaborit-Chopin, 2003.

[8] Ibidem.

[9] Michele Tomasi, 2012.

[10] Gothic Ivories : http://gothicivories.courtauld.ac.uk/index.html


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.