« Mission trans » – Judicael Boukanga

« Mission trans »

 

Étrange expression !

 

Elle émane d’une cogitation de Camille de Toledo entendue lors de cette matinée ensoleillée du 23 octobre 2015, moment effréné d’ultimes réglages avant le vernissage de l’exposition Europia-Eutopia prévu dans la soirée. Le créateur nous a accordé le privilège de découvrir avant tout le monde la petite « forêt » emmurée, de fouler le tapis de feuilles mortes et d’admirer les branchages de bouleau éparpillés ici et là. Nos yeux ébahis – à la fois curieux et admiratifs – ont pu découvrir, accrochées au mur, des mots illuminés : « utopie, dystopie, espoir », concepts-clefs de cette exposition qui faisait écho aux livres de son concepteur. Nous avons aussi contemplé le spectacle qu’ajoutait la nature – sa « touche personnelle » –, à la l’installation de Camille de Toledo : la lumière naturelle rencontrant le tapis de feuilles donnait l’impression d’un éparpillement sur terre de milliers de morceaux de soleil…

 

L’entretien avec l’écrivain et vidéaste français mobilisa une énergie intellectuelle exceptionnelle : il s’est agi non seulement de faire, avec lui, l’exégèse des puissants symboles dressés et étendus sous nos yeux, mais aussi d’aborder d’autres thématiques qui lui sont propres, qu’elles soient inhérentes aux arts plastiques, à la littérature voire à la philosophie. Parmi les nombreuses questions qui lui ont été posées figurait celle de l’importance de la « transmission » en cette ère qualifiée de postmoderne par de nombreux penseurs. La problématique de la transmission est associée à celle de la mémoire à laquelle l’œuvre de Camille de Toledo accorde une place importante notamment lorsqu’il s’adresse à la jeune génération européenne (cf. Lettre aux nouvelles générations). Dans les lignes conclusives de sa lettre, il invite cette dernière à « organiser le temps d’après », à s’extirper du « pouvoir de mémoire » qui semble prévaloir, pour élaborer une poétique susceptible d’assumer la « citoyenneté des appartenances multiples ». Nous pensons qu’un tel projet implique un autre rapport à l’histoire, une autre vision de la transmission.

 

Camille de Toledo définit cette dernière en inversant les composantes du concept. Selon lui, il convient d’appréhender la transmission comme « mission trans ». Qu’implique cette inversion ? Camille de Toledo conteste-t-il l’existence du mot ou du devoir de mémoire ? Telle n’est pas son intention, comme nous avons pu le découvrir. Que le préfixe « trans » soit détaché et inversé projette sur lui la charge du sens, la finalité dont l’écrivain français charge le mot.

 

Face à l’exigence de renoncer à l’actuel « pouvoir de mémoire », Camille de Toledo n’abroge pas pour autant le devoir de transmettre. Au contraire, il insiste sur son importance en en faisant une « mission ». Lorsqu’on jette un regard sur les différentes acceptions que les dictionnaires assignent au mot « mission », certains la définissent comme étant une « vocation » ou « le but le plus élevé, devoir inhérent à une fonction, une activité ». Ainsi selon la vision de Camille de Toledo, osons-nous suggérer, il incombe au plus haut degré à l’homme de lettres d’aujourd’hui – l’intellectuel – de transmettre[1], mais aussi d’être capable de transmettre d’une autre façon. Que la transmission rompe avec une certaine linéarité ou un statisme mortifère au profit d’un mouvement assurant beaucoup plus de vitalité, telle est l’enjeu attendu par l’écrivain et vidéaste français. Autrement dit, pour lui, la transmission devrait recréer des temporalités. Camille de Toledo adosse sa réflexion à la pensée de Paul Ricœur, qui postule que le travail de l’historien doit aussi consister à raconter les potentialités de l’histoire. Ainsi, on peut observer une étrange unité, une profonde cohérence dans les réflexions de Camille de Toledo : sa compréhension de la transmission converge vers le terme clef de son œuvre Vies pøtentielles.

 

Nous est-il permis d’apprécier succinctement ce bref échange auquel nous avons pris part ?

 

D’emblée, nous avons perçu chez Camille de Toledo une certaine fascination pour la logique inversée ou pour le paradoxe. À titre d’illustration, en parlant de l’histoire, il a fait part de son projet de réécrire l’Europe à partir des vaincus, de la faiblesse, des lieux de non hégémonie. François Varillon, littéraire et théologien français, a maintes fois affirmé que tout discours (sur Dieu) qui méconnaitrait le paradoxe inhérent à sa nature mérite à bien des égards d’être suspecté[2]. Fort de ceci, nous entrevoyons dans la démarche intellectuelle de l’écrivain et vidéaste français une volonté de rompre avec un certain unilatéralisme de la pensée. L’aspect paradoxal de ses cogitations, peut-on dire, évoque ce qu’Henri de Lubac appelle le « paradoxe réel[3] », le discours, l’expression de la vérité non limitée, qui équilibre la vérité qui heurte.

 

Enfin, nous pensons que la réflexion de Camille de Toledo sur la transmission met en évidence une certaine dimension clinique de sa pensée. En effet, du rapport à l’histoire ne surgirait de la « nouveauté » que si la mémoire est guérie. Une transmission statique et linéaire, une poétique exclusive des vainqueurs est celle qui favoriserait le refoulement. « Mission trans » compris comme rapport à l’histoire pour en ébaucher les potentialités – pour nous, ressortissant d’un pays non européen, mais vivant cruellement ce que Camille de Toledo appelle les « mémoires impartageables » (horreurs sans nom) – peut encore signifier ce que Paul Ricoeur appelle travail de la mémoire, celui-là qui « n’efface pas le passé, mais (…) déplace la charge du souvenir[4]. » Le travail de la mémoire, selon Jacques Ricot, est l’antithèse de l’impossible « oubli ». Il s’exprime dans cette formulation magistrale : « On ne saurait modifier, nier, oublier le passé ; et d’ailleurs le voudrait-on qu’on ne le pourrait pas, et le pourrait-on qu’on ne le devrait pas.[5] » Il conclut qu’il reste à tenter  de « guérir la mémoire ». L’invocation du deuil par le travail de la mémoire, pense-t-il encore en citant Freud, s’oppose à la tendance « autodestructrice de la mélancolie[6] ». Il permet à la victime comme au bourreau, au vainqueur comme au vaincu, d’éviter deux écueils, celui de « l’homme de la rancune » et celui de « l’homme du remords ». Tous deux ne connaissent aucun remède à l’irréversibilité du passé[7].

 

En définitive, comme l’a succinctement fait ressortir notre tentative d’appréciation à partir de notre rencontre avec Camille de Toledo, l’assimilation de la transmission à une « mission trans » peut être le point de départ de réflexions diverses sur le rapport à la mémoire, la possibilité du pardon ; elle reconnaît finalement à l’œuvre de l’artiste, au-delà de ses enjeux esthétiques, une portée éthique.

 

Judicael Boukanga

M2 Lettres Modernes

 

[1] Lors de l’entretien, Camille de Toledo affirma que la transmission comme « mission trans » est une « charge » de la littérature.

[2] François Varillon, La souffrance de Dieu, Paris, Bayard Compact, p. 822-823.

[3] In Paradoxes cité par François Varillon, Op.cit., p. 823.

[4] Paul RICŒUR à l’occasion d’une conférence prononcée à Nantes le 28 mai 1998, citée par Jacques RICOT, Peut-on pardonner ? Nantes, Éditions Pleins Feux, 2008, p. 73.

[5] Ibid., p. 74.

[6] Ibid., p. 74.

[7] Ibid., p. 75.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.