La monarchie impériale. L’imaginaire politique sous Napoléon III – Aurélien Croenne-Ambroise

La monarchie impériale, L’imaginaire politique sous Napoléon III

 

  • Glikman Juliette, La monarchie impériale, L’imaginaire politique sous Napoléon III, Nouveau Monde Éditions, collections bibliothèque Napoléon, Paris 2013.

     Juliette Glikman est professeure à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne, elle travaille sur la question de l’imaginaire politique au XIXe siècle. Cet ouvrage publié en 2013 est la conclusion de plusieurs années de recherche sur les représentations politiques existant sous la période du second Empire. C’est un travail ancien, car sa thèse soutenue en 2007 sous la direction de Jacques-Olivier Boudon portait sur L’imaginaire impérial et la logique de l’histoire. Études des assises du régime du second Empire.

     L’auteure nous précise dans son introduction que son livre reprend pour beaucoup son travail de thèse, cependant elle présente cette fois une vision globale de la période et non un regard centré uniquement sur le régime impérial. Elle consacre ainsi un chapitre entier sur les représentations républicaines. La problématique principale de ce travail est de battre en brèche nos idées reçues sur le second régime impérial, notamment les représentations héritées de la volonté politique du régime ou de ses opposants à transmettre une image positive ou négative de cette période. Le second Empire se proclame comme étant le prolongement de celui de Napoléon, pendant tout le règne de Napoléon III, cette idée va être défendue et renforcée. Plusieurs symboles et images sont associés au régime. La France est gouvernée par deux souverainetés, l’autorité nationale issue de la révolution et l’autorité héréditaire issue des rois de France et du premier Empire. L’idée napoléonienne voit dans le suffrage universel masculin le lien entre ces deux autorités et la transfiguration du corps électoral. Le vote a un pouvoir vertueux, un pouvoir d’éducation envers cette  « masse populaire » base de la légitimité impériale comme écrit dès la Constitution du 14 Janvier 1852. Le souverain issu du vote du peuple est donc l’incarnation du sentiment national. C’est le mythe fondateur du règne, il s’exprime pendant les dix-huit années de règne de Napoléon III. Ces idées autour de la personne de ce dernier sont propagées depuis Paris et par les bonapartistes, ou les initiatives personnelles sont également encouragées par le régime. Au travers de ces différentes idées qui alimentent la vie quotidienne du second Empire, Juliette Glikman cherche à distinguer la réalité du mythe. Pour désigner ce courant d’idée née du règne de Napoléon III, elle utilise le mot « napoléonisme », elle le préfère à celui d’idéologie. Ce dernier terme ne pouvant s’appliquer sur une étude du XIXe siècle, mais seulement pour le XXe siècle. Le «napoléonisme » s’inspire des fondements politiques de nombreux partis de l’époque, ce qui rend encore plus complexe l’étude de ce mouvement. Napoléon III a surtout souhaité inscrire son régime pour l’auteure dans sa propre originalité, le meilleur exemple étant qu’en réalité le règne de Napoléon a été très peu commémoré par le régime, même la commémoration du centenaire de sa naissance en 1869 est très discrète. On retrouve dans le « napoléonisme » le progrès social des démocrates, l’innovation industrielle des saint-simoniens, la fidélité dynastique des légitimistes, l’idée nationale chère aux libéraux mêlés dans une synthèse dont le représentant est Napoléon III. Juliette Glikman avance alors l’idée qu’il est probable que l’occupation du champ des idées politiques par le régime ait affaibli l’opposition dans les premières années du second Empire. Particulièrement les républicains, mais s’ils ont été dans un premier temps décontenancés, ils ont su réagir en créant eux aussi leur propre imaginaire politique sur le règne de Napoléon III. Si à l’origine ces nouvelles idées républicaines ont été utilisées pour mieux s’opposer à Napoléon III, elles sont ensuite devenues des traditions républicaines héritées, présentes dans de nombreux discours sous la troisième République, voire la quatrième République.

L’étude de l’imaginaire politique sous le second Empire permet aussi de comprendre l’origine de nos représentations contemporaines sur la période et démontre à quel point les idées peuvent traverser les siècles tout en restant vivaces. Juliette Glikman s’inscrit dans le cadre de la nouvelle histoire des idées politiques, en utilisant plusieurs outils des sciences humaines autres que l’histoire ; elle nous présente une nouvelle approche de l’étude du second Empire. Elle fait émerger de nouveaux champs du possible dans la recherche et de nouvelles problématiques. Elle s’inscrit dans une recherche historique du XIXe siècle dans la logique de l’historien des idées politiques, professeur au Collège de France, Pierre Rosanvallon. Une historiographie insistant sur le sens des mots et non sur les archives, or c’est peut-être ce qui manque à l’ouvrage de Juliette Glikman. Elle nous livre une histoire des idées politiques du second Empire riche et bien documentée, mais les sources premières – telles que la presse et les mémoires – sont trop peu présentes.

Aurélien Croenne-Ambroise

M2 Histoire


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search