Marine Le Pen prise aux mots. Décryptage du nouveau discours frontiste – Léo Gatto

 Marine Le Pen prise aux mots. Décryptage du nouveau discours frontiste

 

  • Alduy Cécile, Wahnich Stéphane, Marine Le Pen prise aux mots. Décryptage du nouveau discours frontiste, Paris, Seuil, 2015, 304 p.

 

La nouveauté de cet ouvrage est que celui-ci a été élaboré à l’aide de logiciels informatiques et de traitement de textes avec lesquels, les auteurs ont comparé les discours des deux présidents du Front national. Ainsi cinq cents textes et interventions ont été minutieusement analysés en ayant comme substrat d’analyse que les mots sont des armes. Cette recherche écrite en binôme est le fait de deux spécialistes des enjeux de l’identité nationale. L’auteure Cécile Alduy, est professeure de littérature française à la prestigieuse Stanford University, et a été sollicitée lors de la rédaction de l’ouvrage pour ses compétences en ce qui concerne l’analyse des mots, ce qui signifie qu’elle livre moins une analyse politique mais plutôt s’attèle au poids des mots et à leur portée. Cette dernière n’est pas une néophyte en ce qui concerne les poussées identitaires puisqu’elle a précédemment rédigé un ouvrage, en 2007, sur l’émergence de l’identité nationale à la Renaissance.

L’auteur Stéphane Wahnich, est quant à lui professeur en communication politique et publique à l’Université Paris-Est-Créteil. Ce dernier a pour tâche de décrypter le contexte de la scène politique française dans lequel se déploient ces discours. Cet ouvrage de collaboration, est rigoureusement partagé selon leurs compétences complémentaires, ainsi Cécile Alduy a rédigé l’introduction, les parties « Les mots » et « Mythologies » ainsi que la conclusion, les annexes I et II puis l’index.

En revanche, Stéphane Wahnich, a essentiellement composé la troisième partie intitulée « Les conditions d’une réception favorable » Enfin nos deux auteurs ont écrit à quatre mains, les sections suivantes, « De nouveaux thèmes » ainsi que « Le mariage pour tous ».

Nous avons pu aussi constater à travers ces lignes que les auteurs ont un ton impartial et prône une certaine neutralité au détriment d’un militantisme partisan. Cela est d’autant plus visible que certaines pages contiennent différents types de graphiques qui associent par exemple le champ lexical de l’immigration partagé et commun lors des discours par Jean-Marie Le Pen et Marine Le Pen.

La problématique qui anime les auteurs tout au long de l’ouvrage est de nous permettre d’appréhender la façon dont Marine Le Pen sécularise le discours frontiste au détriment des provocations habituelles de Jean-Marie Le Pen. Par conséquent,  les auteurs se questionnent : le changement sémantique témoignerait-t-il d’une rupture idéologique ? Une coupure lexicale serait-t-elle à l’origine de la « dédiabolisation » ? Pour étayer précisément l’axiome principal de cette thèse nous citons : « Marine et Jean-Marie Le Pen ne se disputent que sur les mots, jamais sur les idées, ni sur le programme (…) mais des contentieux stratégiques qui touchent aux questions de communication politique[1]». En modernisant le vocabulaire, les thèmes et les enseignements que l’on peut tirer de cette analyse sont d’une part, la faculté de Marine Le Pen de rallier les anciens nostalgiques acquis à Jean-Marie Le Pen et de conquérir les jeunes frontistes. Pour ne pas oblitérer le camp des anciens, la présidente du Front National opère un métissage entre les sorties médiatiques non dénuées de sens pour les pionniers du parti et englobe cela dans un discours flou qui se veut apaisant. Ainsi ce discours aux accents populistes recourt rarement aux termes comme le nationalisme, la nation c’est-à-dire des termes faisant référence à un organisme pur comme pouvait l’employer l’ancien président du Front national mais au contraire insiste sur l’hétérogénéité du peuple français, ce glissement permet de ne pas donner une version exclusive de la population française. Le nationalisme paternel est ainsi dilué dans des interventions remplies de références aux idéaux républicains. Le terme de « peuple » est selon les auteurs 5,9% employé pour Jean-Marie Le Pen contre 8,5% dans les discours de Marine Le Pen. En effet ce mot appartient au registre lexical de le la gauche comme de la droite. D’autre part, prenons un dernier exemple où le terme de préférence nationale adopté par le Front national pré-2011 se voit remplacé par l’expression « priorité nationale » où la présidente explicite cela « Je veux partout la priorité nationale pour les Français (…) sans considérations de religion ou d’origine. »

Les auteurs à travers cet ouvrage, démontrent que les interventions de Marine Le Pen sont pluridimensionnelles visant un électorat interclassiste dont le lexique protestataire comme le néologisme d’ « hyper-classe mondialisée » permet avec le terme classe de séduire des électeurs de gauche qui évoque la lutte des classes puis, à l’aide du terme mondialisé, il s’adresse aux détracteurs du mondialisme de droite comme de gauche ; enfin le préfixe « hyper » accentue et souligne le monopole économique du parangon financier détestable chez les extrêmes populistes que vise à rallier le Front national.

 

 

Léo Gatto

M2 Histoire

[1] P.18


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search