« Toulouse-Lautrec, résolument moderne » – Elisa Brunet

 

Depuis 1992, le Grand Palais n’avait pas consacré de rétrospective à Henri de Toulouse-Lautrec. Vingt-sept ans plus tard, ce dernier organise du 9 octobre 2019 au 27 janvier 2020 une nouvelle exposition, coproduite avec le Musée d’Orsay et le Musée Toulouse-Lautrec de la ville d’Albi, qui s’intitule « Toulouse-Lautrec, résolument moderne ». Au-delà de la culture montmartroise qui nourrit le corpus de l’artiste, la présente exposition permet de découvrir une volonté de dépeindre la réalité de l’individu en son temps et de présenter Henri de Toulouse-Lautrec comme un précurseur des mouvements d’avant-garde du XXe siècle.

_____________________________________________________________________

 

   Placée sous les commissariats de Danièle Devynck et de Stéphane Guégan, l’exposition réunit près de 225 œuvres : des tableaux, dessins, photographies, lithographies, affiches, ainsi que deux projections cinématographiques réalisées respectivement par Les Frères Lumière et Jean Renoir. L’enjeu de la rétrospective n’est pas d’isoler ou d’héroïser Henri de Toulouse-Lautrec comme un artiste parmi tant d’autres de la fin du XIXe siècle, mais de parvenir à montrer ses nouveautés esthétique et technique au travers de ses observations dans les expositions parisiennes dès les années 1880-1881. C’est à cette période que l’artiste décide de mener ses propres réflexions artistiques et d’en tirer un style qui lui est propre.

   Pour appuyer le propos d’un artiste perçu comme « résolument moderne », la rétrospective débute par cet écho entre la littérature et la peinture. En 1863, Le Peintre de la Vie Moderne écrit par Charles Baudelaire paraît dans Le Figaro. Ce dernier appelle les artistes non plus à imiter et à copier, mais à comprendre et à transcrire cette essence vraie de la société contemporaine.

   En 1992, la rétrospective « Toulouse-Lautrec » au Grand Palais tendait à mettre en avant un propos général sur la carrière d’Henri de Toulouse-Lautrec et de l’inscrire dans son époque. Aujourd’hui, la rétrospective diffère car l’exposition révèle, au travers des douze thématiques abordées, la volonté de Toulouse-Lautrec de représenter la notion de vrai et d’exactitude dans la société. Une société qu’il tient à observer minutieusement et qu’il va représenter sans masque, offrant un champ d’application aux précurseurs modernes. La scénographie de cette rétrospective est à la fois chronologique et thématique. La présente exposition est structurée en douze stations.

 

   Le parcours débute chronologiquement. On y apprend succinctement la biographie de l’artiste : sa naissance en 1864, sa jeunesse entre Albi et Narbonne, ses drames familiaux et personnels, ses études artistiques qui le conduisent à migrer à Paris, sa vie de bohème passée à observer « le spectacle » montmartrois, son addiction à l’alcool, la syphilis et une attaque d’apoplexie qui entraîne la mort de l’artiste en 1901, à l’âge de 37 ans. Inscrite sur le premier mur de l’exposition, cette frise chronologique permet de mieux appréhender le parcours de l’artiste et de comprendre cette concordance entre les évènements personnels et les choix artistiques qu’a pu mener Henri de Toulouse-Lautrec.

   Par la suite, nous découvrons que Toulouse-Lautrec est un artiste qualifié de « résolument moderne » par l’insertion dans sa carrière artistique d’un nouveau médium, la photographie. La rétrospective de 1992 rend compte des diversités des techniques utilisées par l’artiste comme la peinture, le dessin, la lithographie, le vitrail, mais aussi la céramique. En revanche, l’utilisation de la photographie au sein de sa carrière n’y était pas évoquée. Ainsi, nous apprenons dans cette nouvelle rétrospective, que dès les années 1880 jusqu’à la veille de sa mort, il fait de la photographie son allié. Il va en saisir toutes ses vertus et précipiter ses effets. Entre 1880 et 1900, l’image mécanique se répand ; elle va vers plus de vitesse, de mouvement et suscite le rêve. La photographie est la représentation qui, petit à petit, va s’ancrer dans les pratiques et les rapports sociaux de la société contemporaine. Ce moyen de reproduction apporte une vision nouvelle et engendre une relation au modèle renouvelée.

   Toutefois, nous apprenons lors de l’exposition que Toulouse-Lautrec ne possédera jamais d’appareil photo, bien qu’il mettra en scène son propre travestissement. Il est un homme curieux, attentif aux individus, mais aussi aux diverses cultures et religions. Il parvient au travers de l’objectif à faire de son physique disgracieux une force. Il se travestit non pas pour se cacher, mais pour assumer pleinement son handicap. Ainsi, Toulouse-Lautrec va percevoir la photographie comme un désir de pouvoir tout dépeindre.

 

Fig 1 : Maurice Guibert, Lautrec avec le chapeau et le boa de Jane Avril, vers 1892, nouvelle épreuve à partir d’un négatif sur verre, Albi, Musée Toulouse-Lautrec.

  Vers 1892, Maurice Guibert, peintre, photographe et ami de Toulouse-Lautrec, le met en scène avec le chapeau et le boa de Jane Avril (Fig. 1). Ici, Toulouse-Lautrec joue sur l’identité et va choisir de travailler sur la séparation entre le féminin et le masculin. Cette photographie de Maurice Guibert actuellement exposée au Grand Palais est l’exemple qui illustre pleinement la personnalité novatrice de Toulouse-Lautrec ; d’abord à travers la photographie, un médium qui connaît une impulsion progressive, et dans un second temps, il se déguise et parvient avec une certaine autodérision, à jouer de son image.

 

Fig 2 : Henri de Toulouse-Lautrec, Le portrait de Vincent Van Gogh, 1887, pastel sur papier, Amsterdam, Van Gogh Museum.

   Puis, dans une salle connexe s’intitulant « Autour des XX », on apprend que Toulouse-Lautrec n’a jamais exposé au Salon avant 1886. En 1887, sa carrière artistique aspire à un nouvel élan car ses œuvres sont influencées par des touches impressionnistes ; touches rapides, évanescentes, qui suggèrent l’éphémère de l’action comme l’illustre Le Portrait de Vincent Van Gogh datant de 1887 (Fig. 2).

 

Fig 3 : Henri de Toulouse-Lautrec, Le Cirque Fernando, 1888, huile sur toile, Chicago, Art Institute of Chicago.

  Les recherches esthétiques de Toulouse-Lautrec le mènent à intégrer la Société des XX créée en 1883 à Bruxelles. C’est le pointilliste belge Théo Van Rysselberghe qui repère l’artiste en juillet 1887. Il déclare  : « Le petit Bas-du-Cul, pas mal du tout ; le bonhomme a du talent ». Onze des œuvres de Toulouse-Lautrec franchissent la frontière bruxelloise, dont Le Cirque Fernando (Fig. 3). Il illustre ici le thème du cirque. Un thème que met particulièrement en évidence la rétrospective de 1992 au travers d’une salle s’intitulant « Lautrec et les cirques parisiens des années 1880 ». Un choix de scénographie qui n’a pas été renouvelé dans la rétrospective actuelle. En effet, cette œuvre est exposée parmi les œuvres présentées à Bruxelles au sein de la Société des XX durant l’hiver 1887-1888. On observe que les figures sont presque abrégées, déformées et traitées de manière schématique.

   La rétrospective de 1992 souligne ce goût pour le trait rapide s’apparentant à la caricature. Dès son adolescence, Toulouse-Lautrec montre un fort penchant pour exagérer les expressions et physionomies. Selon la rétrospective de 1992, la modernité du Cirque Fernando résulte de l’acuité du regard de la caricature ainsi que de sa finalité critique. En revanche dans cette rétrospective actuelle, la modernité de l’artiste n’est pas uniquement révélée par l’ébauche de ses traits, mais qu’il embrasse également une carrière à l’international impulsée par le Groupe des XX, information que n’évoque nullement la rétrospective de 1992. . Et contrairement à cette dernière, la rétrospective actuelle souligne que l’œuvre résulte d’une perception qui s’emballe, rendant un effet presque cinétique et annonçant son attrait pour la vitesse.

 

Fig 4 : Henri de Toulouse-Lautrec, La Femme tirant son bas, 1894, huile sur carton, Albi, Musée Toulouse-Lautrec.

 Au sein de cette rétrospective, plusieurs salles abordent l’imagerie de la femme qui a nourri le corpus de Toulouse-Lautrec et qui lui a valu sa notoriété. Dès 1886, il commence à fréquenter les maisons closes et à s’y installer. Toutefois, au-delà des représentations des plaisirs montmartrois auxquels il s’adonne, Toulouse-Lautrec s’intéresse aux femmes sans les stigmatiser ni les idéaliser ; il les illustre telles qu’elles sont. Il va observer ces femmes qui sont pour la plupart anonymes dans la vérité crue et saisissante de leur quotidien, comme l’illustre La Femme tirant son bas (Fig. 4).

   Toulouse-Lautrec s’adonne à raconter avec tendresse leur quotidien. Des femmes qui ne prêtent pas attention à lui ; il n’est qu’observateur et il parvient à transcrire leur concentration dans leur action. En observant le corpus d’œuvres de Toulouse-Lautrec, on constate des échos certains à Edgar Degas qui s’emploie à représenter les danseuses de l’Opéra de Paris dans leur quotidien. Degas et Toulouse-Lautrec vont être de méticuleux observateurs du quotidien, tous deux vont représenter la réalité et non la sublimer.

 

Fig 5 : Henri de Toulouse-Lautrec, La Loïe Fuller aux Folies Bergères, 1893, huile sur carton, Albi, Musée Toulouse-Lautrec.

 Enfin, l’artiste résolument moderne s’illustre au travers de la représentation de la vitesse. C’est la thématique abordée dans l’avant-dernière salle de la rétrospective. Henri de Toulouse-Lautrec est élevé dans une famille qui s’adonne aux plaisirs de l’équitation et de la chasse. On apprend que le maître de Toulouse-Lautrec, René Princeteau, porte un réel intérêt, une vive passion pour les photographies de Muybridge qui décomposent le galop d’un cheval. Toulouse-Lautrec casse l’immobilité de l’image pour saisir le mouvement. Il prône l’accélération du temps au travers des atmosphères nocturnes des cabarets de Montmartre et est happé par les tourbillons de danses fiévreuses. Il l’illustre au travers de lithographies en couleurs représentant La Loïe Fuller aux Folies Bergères (Fig. 5).

Fig 6 : Henri de Toulouse-Lautrec, La Chaîne Simpson, 1896, lithographie au pinceau et au crayon, collection privée.

   Sa touche est reconnaissable par la nervosité de sa ligne et la stridence de son trait. Il s’adonne à la représentation du temps comme le feront les Frères Lumières avec la création du cinématographe. On arrive à comprendre cet objectif commun qui est de matérialiser la vitesse au travers d’une projection cinématographique réalisée par les Frères Lumière en 1899, mettant en scène l’Américaine Loïe Fuller et sa danse serpentine à partir d’un tournoiement de grands-voiles. De plus, Toulouse-Lautrec exprime ce sens du mouvement et cet attrait pour la vitesse au travers du vélo et de l’automobile. Il crée en 1896 une affiche publicitaire pour la Chaîne Simpson (Fig. 6).

Fig 7 : Luigi Russolo, Dynamisme d’une automobile, 1912-13, huile sur toile, Paris, Musée d’art moderne.

   Il traite cette affiche sous la forme d’un plan horizontal comparable à un tableau animé. Comme le confirme Stéphane Guégan, Toulouse-Lautrec est considéré comme un précurseur des mouvements d’avant-garde du XXe siècle. Il est une source incontestable chez les futuristes qui exaltent le monde moderne au travers de la vitesse, du mouvement et de l’électricité (Fig. 7).

   Cette rétrospective s’achève sur le déclin de la carrière de Toulouse-Lautrec, marquée par son addiction à l’alcool. Ses abus accélèrent sa déchéance et provoquent des crises violentes qui altèrent son comportement. Il est interné en 1899 dans une maison de santé à Neuilly. À sa sortie, il met une nouvelle fois en scène son goût pour le cirque. Toutefois, les gradins vides illustrent ce vide intérieur en lui et l’enfermement dont il ne pourra jamais sortir. Il y exprime toute la dramaturgie contenue dans son âme.

 

   Pour conclure, la rétrospective intitulée « Toulouse-Lautrec, résolument moderne » permet aux visiteurs de comprendre qu’au travers des douze thématiques minutieusement choisies, les notions de modernité et d’avant-garde sont omniprésentes dans chacune d’entre elles, contrairement à la rétrospective de 1992 qui soulignait uniquement cette notion de modernité au travers des illustrations et de la caricature. De plus, il est important de rappeler l’importance du choix du terme « résolument ». Ce titre d’exposition permet d’affirmer avec détermination (corpus à l’appui !) qu’Henri de Toulouse-Lautrec était un artiste moderne et novateur de la fin du XIXe siècle.

Elisa Brunet, Master 1 Histoire de l’art

 

______________________________________________________________________________

Danièle Devynck et Stéphane Guégan (dir.), Toulouse-Lautrec, résolument moderne, cat. expo. (Paris, 2019), Paris, Musée d’Orsay-RMN-Grand Palais, 2019, 303 pages

___________________________________________________________________________


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search