« Moderne maharajah. Un mécène des années 1930 au Musée des Arts Décoratifs » – Alice Chevrinais

Le musée des arts décoratifs de Paris accueille du 26 septembre 2019 au 12 janvier 2020 une exposition autour du maharajah d’Indore, Yeshwant Rao Holkar II, et de son palais de Manik Bagh construit en 1930. Cette exposition, réalisée par Raphaèle Billé et Louise Curtis, assistantes de conservation au musée des Arts décoratifs, nous permet de découvrir l’univers à la fois éclectique et avant-gardiste d’une personnalité du milieu culturel européen des années 1930.

 

Fig. 1 et 2. Bernard Boutet de Monvel, Portraits du Maharajah et de la Maharani d’Indore en tenue traditionnelle, 1933-1934 / Source : madparis.fr

 

Le maharajah d’Indore, de son nom complet Yeshwant Rao Holkar II, est né en 1908 en Indore, alors dirigée par la dynastie Holkar, une branche issue des guerriers marathes d’Inde centrale qui s’emparèrent du pouvoir après l’effondrement de l’Empire moghol. Dernier maharajah d’Indore, il signe l’acte d’union de l’Inde en 1947 lorsque ce pays accède à son indépendance, la région devenant un district de l’état du Madhya Pradesh, en Inde centrale.

 

Les premières salles de l’exposition nous permettent de nous immerger dans la vie du maharajah d’Indore et de sa femme, la maharani Sanyogita Dev, tous deux de grandes personnalités de la vie culturelle parisienne et européenne des années 1920. Bercé par la culture du vieux continent grâce à un précepteur français et des études à Oxford, le couple se construit une réputation de mécènes et d’esthètes au cours de leurs nombreux voyages en Europe, pendant lesquels ils rencontrent des grands noms du monde artistique et intellectuel tels que Henri-Pierre Roché, Man Ray et Constantin Brancusi. Il n’est donc pas étonnant que ce couple princier et incroyablement moderne ait voulu se construire une demeure avant-gardiste et luxueuse dans leur ville d’origine.

En effet, en 1930, le Maharajah d’Indore décide de se faire un construire un palais à Manik Bahg en rénovant un bâtiment ancien, alliant ainsi modernité européenne et tradition indienne. Il fait pour cela appel à l’architecte allemand Eckart Muthesius, également conseillé par Henri-Pierre Roché et Jacques Doucet. On suit dans les premières salles de l’exposition cette construction hors normes, à laquelle ont participé de grandes personnalités du monde de l’architecture et du design : une vingtaine de créateurs, tels que Jacques-Émile Ruhlmann, Jean Luce, Le Corbusier, Charlotte Perriand ou encore Ivan Da Silva Bruhns, aménagent l’intérieur du palais avec des pièces triées sur le volet et des créations uniques, certaines présentées au grand public pour la première fois.

Fig. 3 Photo retouchée du Palais de Manik Bahg / Source : Moderne maharajah, un prince indien des années 1930, Éditions Mad, 2019, p. 51.

 

La maquette et les images du palais permettent de s’imaginer la modernité de ce palais, construit par des ouvriers et artisans indiens en tenue traditionnelle avec des matériaux apportés à dos d’éléphants, comme nous le montrent les quelques photos et vidéos d’époque présentées dans la salle principale de l’exposition. Le palais, tout comme son commanditaire, allie deux facettes : la tradition et la modernité, l’occident et l’orient. Revendiquant cette dualité, le maharajah d’Indore commanda une série de quatre magnifiques portraits réalisés par Bernard Boutet de Monvel, exposés dans la nef du musée : on y découvre le maharajah et la maharani d’Indore représentés à la fois en tenue traditionnelle indienne et en tenue de soirée occidentale.

 

Fig. 4 et 5. Bernard Boutet de Monvel, Portraits du Maharajah et de la Maharani d’Indore en habit occidental, 1929-1931 / Source : madparis.fr

 

Cette exposition nous permet donc de découvrir des archives inédites, et de rassembler le temps d’une exposition un ensemble dispersé depuis 1980 et de recréer ainsi l’intérieur d’un palais disparu, transformé depuis en bureaux du siège des douanes de l’Inde centrale…

Alice Chevrinais, Master 2 Histoire

 

______________________________________________________________________________

Catalogue d’exposition : Raphaèle Billé et Louise Curtis (dir.), Moderne Maharajah : un mécène indien des années 1930, cat. expo. (Paris, 2019-2020), Paris, Les Arts Décoratifs, 2019, 221 p.

______________________________________________________________________________


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.