« Le Gucci Garden au Palazzo della Mercanzia à Florence » – Adrien Gouffray

 

Au détour d’une promenade sur la place de la Seigneurie (Piazza della Signoria) à Florence, il ne faut pas hésiter à pénétrer à l’intérieur du Palazzo della Mercanzia. Ayant déjà accueilli un musée Gucci de septembre 2011 à 2018 ouvert pour le 90ème anniversaire de la marque, c’est dans cet édifice historique construit en 1359 qu’il est possible de découvrir le Gucci Garden et les salles d’exposition Gucci Garden Galleria. Pourtant, le choix porté pour le Palazzo della Mercanzia à Florence n’a pas de justification autre qu’un éventuel hommage rendu aux origines florentines de la marque depuis sa création en 1921 par Guccio Gucci.

1. Installation en néons (un vers de William Blake extrait du poème The Garden of Love, publié en 1794 dans le recueil « Songs of Experience »), Gucci Garden Galleria (hall d’entrée), Florence, Palazzo della Mercanzia.

 

2. Salle « Détournement », Gucci Garden Galleria (premier étage), Florence, Palazzo della Mercanzia.

Ouvert au public depuis le 10 janvier 2018, le directeur artistique de la maison Gucci, Alessandro Michele, a confié le commissariat d’exposition pour des expositions « thématiques » à Maria Luisa Frisa, critique mode italienne et historienne de l’art. Après un hommage rendu aux costumes de scène de la chanteuse Björk, les salles Gucci Garden Galleria présentent une nouvelle exposition et elles invitent le curieux à découvrir la « vision » de la Maison, tout en nous révélant leurs archives historiques : documents publicitaires, des photographies mettant en avant l’artisanat et quelques objets et tenues vintage.

 

3. Salle « Cosmorama », Gucci Garden Galleria (premier étage), Florence, Palazzo della Mercanzia

  Conçu sur deux étages, le visiteur débute son parcours par la salle « Détournement ». La salle « Bagology » est dédiée à l’un des accessoires qui façonnent l’identité d’une tenue : le sac. Si cette salle rappelle les codes et symboles iconiques (le travail du cuir et l’univers équestre par exemple, notamment avec le sac Bambou dont la forme est inspirée d’une selle de cheval) définissant l’identité de Gucci, la salle « Cosmorama » dresse l’inventaire de ce que peut posséder le client historique de la Maison (sacs, mallettes, bagagerie, boîtes à chapeaux…).

La galerie se poursuit au deuxième étage avec différents espaces : d’une part, « Il Maschile – Androgynous Mind, Eclectic Body », une salle qui interroge de nombreuses approches créatives de la Maison sur le concept de masculinité ; d’autre part, les salles « Ouroboros » et « Cosmic Colors ». L’exposition est conçue comme une exploration des différentes influences que la marque a exploitées : par exemple, le cuir (le premier matériau sur lequel Guccio Gucci a développé son travail), l’univers équestre (avec l’usage d’une bande tricolore vert/rouge/vert, du motif de l’étrier aussi) mais également le bambou qui sert de poignée à une gamme de sacs à main.

Enfin, ce « voyage » thématique se termine par « Jardin d’Hiver », une salle qui explore l’attrait d’Alessandro Michele, le directeur artistique de la Maison Gucci, pour la faune et les jardins.

 

4. « Cinema da Camera », Gucci Garden Galleria (premier étage), Florence, Palazzo della Mercanzia.

   Ce jardin métaphorique a été conçu par Alessandro Michele dans cet ancien tribunal en charge des affaires des marchands florentins (qui abrite toujours les archives de la marque). Les pièces éclectiques de la Maison cohabitent dans ce concept nouveau de musée (galerie d’exposition, boutique et restaurant étoilé réunis dans un seul bâtiment) avec les murs décorés par des artistes (Jayde Fish, Trevor Andrew, la fresque animalière fantastique de Yuko Higuchi ou encore Coco Capitán) et autres installations vidéo (dans la salle de cinéma capitonnée aux murs pourpres) dans la Gucci Garden Galleria. Le commissariat d’exposition est confié à Maria Luisa Frisa.

Certes, il s’agit là d’une initiative intéressante puisque la gratuité de l’entrée s’opère pour les étudiants et la moitié du montant du billet d’entrée (soit quatre euros sur un billet de huit euros) est apparemment reversée au profit de travaux de restauration de la ville de Florence. Néanmoins, le contenu des écrits dans les salles manque de pertinence et ne sert qu’à justifier vaguement du choix de thème ou de titre accordé aux espaces.

 

5. « Il Maschile – Androgynous Mind, Eclectic Body », Gucci Garden Galleria (premier étage), Florence, Palazzo della Mercanzia.

  Depuis janvier 2015, Alessandro Michele dirige la création de la Maison Gucci. Il rythme ses collections en mêlant une certaine créativité et des influences venues d’ailleurs… Pourtant, au cours de cette exposition, rien ne vient faire le parallèle entre les créations contemporaines présentées dans les salles et l’histoire de la marque. Il y a un petit descriptif dans chaque salle qui annonce la thématique présentée : par exemple, la salle « Bagalogy ». Le visiteur (qui n’est pas forcément l’acheteur des produits Gucci) peut sembler un peu perdu. Il ne sait pas forcément ce qu’il doit comprendre, où doit-il aller, ou encore ce qu’il doit penser de cette démarche.

La Maison Gucci présente ses collections d’une manière audacieuse (triple rôle de ce musée/galerie/concept-store) par rapport aux choix opérés par d’autres maisons de luxe. Elle laisse entrevoir au visiteur une partie seulement de ce qui fait encore aujourd’hui la Maison Gucci. Au même titre que la marque Balenciaga et son musée situé à Getaria en Espagne, la Maison Gucci présente dans ce Palais son image de marque. Pourtant, une rétrospective Gucci est attendue pour comprendre l’histoire, l’évolution de la marque et de ses collections.

 

Adrien Gouffray, Master 1 d’histoire de l’art

 

______________________________________________________________________________

Voir la description en ligne du Gucci Garden

______________________________________________________________________________


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search