« Giacometti/Sade. Cruels objets du désir » – Auriabelle Grimaud

 

L’institut Giacometti dévoile cet automne (du 21 novembre 2019 au 9 février 2020) en toute intimité, dans son hôtel particulier, l’exposition « GIACOMETTI /SADE, Cruels objets du désir ». Initiée par les commissaires d’exposition Christian Alandete et Serena Buccalo-Mussely, l’exposition offre au visiteur l’opportunité de comprendre l’influence des écrits du romancier libertin du XVIIIe siècle, le Marquis de Sade, sur les œuvres du sculpteur surréaliste Alberto Giacometti dans les années 1930.

1. Vue de la salle principale de l’exposition, située au premier étage de la Fondation Giacometti.

 

   Cette époque est l’heure de la mise en lumière des écrits violents et sulfureux du divin marquis par les surréalistes. Ces romans sadiens sont en effet pour eux un étendard à la notion de modernité et de liberté.

   En 1933, Giacometti écrit en effet à André Breton « Hier, j’ai lu Sade qui me passionne beaucoup ». Avant même la réalisation d’œuvres qui se veulent être des références directes au Marquis de Sade, Giacometti, au sein de ses carnets de recherches et ses esquisses, laisse déjà entrevoir un intérêt réel pour ce dernier. La première salle de l’exposition plonge ainsi le spectateur dans les carnets et les dessins griffonnés au crayon à papier du sculpteur. Les sujets chargés d’érotisme sont récurrents et sont teintés d’une certaine violence, à l’instar de son dessin Homme étranglant une femme. Citant Sade dans des coins de marge, Giacometti représente des scènes de voyeurisme et esquisse des organes sexuels de manière très abstraite.

 

2. Man Ray, Femme portant l’Objet désagréable d’Alberto Giacometti, 1931, Fondation Giacometti, Paris.

Vient ensuite le temps de la mise en sculpture de ces pensées sadiennes. Bien que les titres donnés aux œuvres soient non équivoques, l’abstraction des sculptures présentées à l’étage de l’Institut laisse perplexe quant au sujet évoqué.

La représentation du rapport sexuel est mise à l’honneur, mais de manière très allusive, aidée de la représentation animale et surtout végétale. Mais la portée charnière des écrits du marquis de Sade est avant tout le rapport à la violence, voire à la mort. Giacometti l’a saisi et n’hésite pas à figurer symboliquement le viol et le meurtre, à l’image de sa sculpture en bronze Femme égorgée réalisée en 1933.

 

   Au-delà de l’illustration des écrits libertins par un érotisme allusif, Giacometti prend les romans du Marquis de Sade au mot et crée, de manière bien réelle, les instruments de torture imaginés par le philosophe libertin. Cette série d’objets intitulée « Objets mobiles et muets », réalisée en 1931, semble être l’aboutissement pur et simple de l’influence des écrits de Sade sur Giacometti.

Bien qu’abstraites, ces œuvres laissent néanmoins suggérer un rapport assez ambigu au corps et provoquent alors une tension physique et psychologique, voire une certaine violence entre l’œuvre et celui qui la regarde. Bien que ces objets, doivent évoquer, d’après les mots de Maurice Nadeau « une émotion violente et indéfinissable, en rapport sans doute avec des désirs sexuels inconscients », prendre du recul sur ces objets permet de déceler l’humour noir à peine dissimulé du sculpteur dans la réalisation de ces engins de torture.

 

   Par ses sculptures à la fois abstraites mais laissant suggérer des formes incongrues, Giacometti pousse la pensée sadienne à son paroxysme en plaçant l’objet entre le fantasme et la réalité. Par cette attirance visuelle inéluctable envers les œuvres, le sculpteur fait sans aucun doute une référence à la notion de pulsion scopique de Freud, qui se définit par un fantasme de possession par le regard. Les yeux qui se posent sur l’œuvre, comme un médium donnant accès aux fantasmes intimes, sont la clé pour comprendre les œuvres du sculpteur surréaliste.

   Bien que le parallèle entre les écrits libertins du Marquis de Sade et les œuvres d’Alberto Giacometti semble être très pertinent, notamment quant à la réhabilitation des romans libertins du XVIIIe siècle souvent déconsidérés voire méprisés, il est à déplorer une absence totale de communication concernant cette exposition de la part de l’Institut Giacometti. L’absence de publicité a au moins l’avantage de donner l’impression au spectateur que l’espace muséal lui est réservé. De même, il faut être initié à la lecture des écrits du divin marquis ou passer son tour, car la scénographie ne propose aucune citation de quelconque roman sadien et l’exposition peut alors, par ses œuvres abstraites sur un sujet peu explicité, demeurer complètement opaque aux yeux du visiteur.

Auriabelle Grimaud, Master 1 Histoire de l’art

 

______________________________________________________________________________

Catalogue d’exposition : Christian Alandete et Serena Bucalo-Mussely (dir.), Giacometti-Sade : cruels objets du désir, cat. expo. (Paris, 2019-2020), Paris-Lyon, Fondation Giacometti Institut-Editions Fage, 2019, 159 p.

______________________________________________________________________________


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.