« L’art en broderie au Moyen Âge » – Elise Ribrag

 

1. Affiche de l’exposition

La broderie compte parmi les arts les plus précieux du Moyen Âge. La rareté des pièces qui nous sont parvenues, leur état de conservation – parfois fragmentaire – et leur grande sensibilité à la lumière les rendent aujourd’hui assez méconnues du public. L’exposition « L’Art en broderie au Moyen Âge », qui se tient depuis le 24 octobre 2019 au Musée de Cluny, permet de découvrir ces œuvres exceptionnelles.

 

 

_______________________________________________________________________

   Le début de l’exposition nous plonge dans un atelier de broderie du Moyen Âge. Les outils et matériaux nécessaires à la réalisation d’une pièce sont présentés. Le brodeur peut utiliser des aiguilles, des broches en bois, des épingles ou encore des dés ainsi que des matériaux très divers : étoffes de soie, de laine, d’or et d’argent, de lin, filets, cuirs et peaux. Les broderies les plus luxueuses sont réalisées avec des fils d’or, d’argent, de soie sur lesquels peuvent être ajoutées des paillettes, des perles ou encore des pierres précieuses.

   La première partie de cette exposition nous renseigne également sur l’organisation de cette profession. Dans de nombreuses villes, les brodeurs sont regroupés en communautés de métier et doivent se soumettre à des règlements écrits fixant les conditions d’apprentissage, définissent les monopoles et précisant les normes de qualité de la production. La famille royale et les membres de la cour sont les commanditaires privilégiés de ces artisans. Les plus réputés d’entre eux brodent pour plusieurs cours, comme Sandre Lappert, originaire de Cologne. Brodeur du duc d’Anjou, il œuvre entre 1371 et 1389 pour le duc de Berry, le roi de France, le roi de Navarre, le duc de Bourgogne et le comte de Savoie [1].

 

    La deuxième partie de la visite est un réel voyage au cœur de l’Europe médiévale au cours duquel nous découvrons les principaux centres et aires de production de broderie. Ce dernier débute par l’espace germanique et mosan des XIIème-XIVème siècles avec des pièces religieuses et profanes comme des fragments de chasubles, des étoles ou encore des aumônières. Accessoires des costumes féminins et masculins, les aumônières sont des bourses faisant office de poche, et fermées par un rabat ou des cordons. Ces broderies présentent un décor géométrique (croix, losange) qui peut se décliner en motifs végétaux, animaliers ou héraldiques.

2. Broderie aux léopards, Fragment d’un carapaçon de cheval, Angleterre, vers1340-1340,51x24cm, Paris, Musée de Cluny, Cl. 20367.

    La visite se poursuit en Angleterre avec une présentation de l’opus anglicanum, broderie liturgique anglaise, qui atteint une importance internationale vers 1250. À côté de ces ornements liturgiques, de nombreuses broderies profanes sont conçues pour la noblesse, mais ces dernières ont presque toutes disparues. Une d’entre elles est cependant exposée. Il s’agit de la broderie aux léopards, caparaçon de cheval, commandé par le roi d’Angleterre Édouard III et transformé en chasuble. Réalisée sur un velours de soie rouge et ornée de trois léopards représentant les armes d’Angleterre, elle appartient aux productions les plus raffinées de la broderie anglaise.

 

3. Mitre de la Sainte-Chapelle, Paris, vers 1375 -1390, 92×30 cm, Paris, Musée de Cluny, Cl. 12923.

   Nous découvrons ensuite la broderie française. Plusieurs aumônières trapézoïdales historiées sont exposées. L’iconographie de ce type d’aumônières relève surtout de la symbolique de l’amour courtois : fin’amor, chevaliers, musiciens, créatures fantastiques comme les griffons ou les licornes [2]. L’exposition présente par exemple, l’aumônière dite de Henri Ier, comte de Champagne. Cette dernière représente une chasse à la licorne et est ornée de fils de soie polychrome et de filés or et argent. Des objets liturgiques sont également exposés comme des parements d’autel ou des mitres comme celle de la Sainte-Chapelle. Provenant du Trésor de la Sainte-Chapelle, cette mitre précieuse est ornée de broderies rehaussées de perles et parsemée de « pierres de verre » [3].

 

4. Bande d’orfroi, Florence, dernier tiers du 14ème – premier tiers du 15ème tiers siècle, 123×22 cm, Paris, Musée de Cluny, Cl. 23928.

   La visite se termine avec des broderies italiennes (florentines), germaniques et flamandes, des XIVème-XVème siècles. La production florentine se reconnaît à la remarquable plasticité des personnages, rehaussée par le choix du point fendu qui exalte leur monumentalité et correspond au style pictural de la même époque [4]. Les sujets religieux sont privilégiés. Quelques pièces sont remarquables dans cette exposition, dont une bande d’orfroi sur laquelle sont représentées cinq scènes disposées verticalement : l’Annonciation, l’Adoration des Mages, le Baptême du Christ, la Transfiguration, le Christ et la Samaritaine.

 

5. Fragments d’un manipule : Saint Géréon et Sainte Ursule, Cologne, vers 1470, Schnütgen Museum.

Les broderies germaniques et flamandes du XVème siècle sont également majoritairement religieuses. Ceci s’explique par la multiplication des messes et des confréries ainsi que par le succès du culte des saints à cette époque. Ainsi, on retrouve parmi les dernières pièces de l’exposition des fragments d’un manipule représentant Saint Géréon et Sainte Ursule datés de 1470.

 

Bien que réalisée dans un espace restreint (le frigidarium du Musée de Cluny), cette exposition offre un panorama complet sur l’un des arts les plus précieux et les plus prestigieux du Moyen Âge. Après des aspects techniques, cette visite nous fait traverser l’Europe et comprendre l’importance de la broderie à cette époque. De l’espace germanique du XIIème siècle à celui du XVème siècle en passant par l’Angleterre, la France et l’Italie, la broderie orne une multitude d’objets et de supports, profanes et religieux. Faite de fils d’or et d’argent et d’autres matériaux riches et luxueux, elle est le témoignage d’un rang social important.

Elise Ribrag, Master 1 d’histoire

 

______________________________________________________________________________

Catalogue d’exposition : Christine Descatoire (dir.), L’art en broderie au Moyen-Age : autour des collections du musée de Cluny, cat. expo (Paris, 2019-2020), Paris, Réunion des musées nationaux – Grand Palais, 2019, 143 p.

______________________________________________________________________________

Notes :

[1]. Christine Descatoire (dir.), L’art en broderie au Moyen-Age : autour des collections du musée de Cluny, cat. expo (Paris, 2019-2020), Paris, Réunion des musées nationaux – Grand Palais, 2019, p. 16.

[2] Ibidem, p. 64. 

[3] Ibidem, p. 72.

[4] Ibidem, p. 88.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.