« Chausses et chaussures au Moyen Âge : Regards croisés » – Sophie Juvin

 

L’Institut Finlandais – en partenariat avec l’Institut national d’histoire de l’art – a accueilli le mardi 21 mai 2019 un nouveau volet du projet de recherche « Regards croisés » consacré aux chausses et aux chaussures au Moyen Âge. Cette séance a été orchestrée par le Musée de Cluny. En effet aborder les vêtements et son histoire est une première dans le cadre d’un échange scientifique pareil, même s’il est vrai qu’il y a déjà eu des travaux et des publications liés aux chaussures [1]. En cette occasion, un comité scientifique pluridisciplinaire a été réuni afin de faire partager leurs récentes découvertes, leurs méthodes de travail, leurs interrogations et leurs points de vue [2].

_______________________________________________________________________

 

   Depuis toujours les chausses et les chaussures sont considérées comme parties intégrantes du vêtement. Elles représentent les produits de savoir-faire spécifiques, mais aussi les témoignages de l’histoire de métiers et de traditions. Quelle place occupent-elles dès lors dans l’évolution des modes et des sociétés ? Et de quelles façons sont-elles révélatrices d’un milieu social [3]?

Lors des fouilles, les chausses et les chaussures apparaissent sous la forme de fragments à l’intérieur de fosses, de fossés ou bien encore dans les cours de rivières [4]. Elles peuvent effectivement, d’après les textes médiévaux, être composées de cuir, de laine ou encore de feutre. Les découvertes archéologiques, les sources et la diversité des matériaux utilisés mettent en lumière cette richesse typologique et stylistique des chaussures. Nous trouvons par exemple les bigasses [5], les bottines, les chaussons, les escafignons [6], les galoches, les houseaux [7], les mules, les pantoufles, les poulaines [8] ou encore les souliers [9]. Elles se réparent, se jettent et se remplacent ; ce sont des objets d’utilité quotidienne mais aussi de décoration. Elles ne jouent pas uniquement un rôle dans l’approfondissement de la connaissance sur les modes vestimentaires. Elles lèvent le voile également sur l’artisanat du cuir et sur la cordonnerie.

 

1. « Dame recevant depuis sa chambre ». Illustration de Histoire de Renaut de Montauban, Flandre, XVe siècle, Paris, © Bibliothèque de l’Arsenal, manuscrit n° 5072, Res., folio 202 verso.

  Une étude menée par Véronique Montembault [10] sur les chutes [11] de fabrication du cuir tend à apporter quelques éclaircissements. Elle distingue trois types de chutes. La primaire qui témoigne de la première étape de fabrication d’après les traces d’entailles à la surface dues au couteau à écharner du boucher [12]. Arrive ensuite la chute secondaire, d’une faible superficie et de forme peu caractéristique ; celle-ci renvoie à la première étape de réalisation d’un objet [13]. Pour terminer la chute tertiaire, fine lanière qui rappelle les copeaux de bois produits par un rabot [14] ; elle correspond à la phase du rafraîchissage, de finition de l’objet [15].

Malgré ces témoignages passés d’une activité féconde, il reste difficile de définir les différents artisans en charge de la confection des chaussures, il peut s’agir de gantier, de boursier, de gainier ou de cordonnier [16]. Toutefois, il semble que les objets en cuir étaient recyclés ; lorsqu’il y a une tranche associée à un grain usé, l’élément s’apparente à une portion d’objet usagé recyclé [17]. Une phrase semble en effet appropriée pour résumer la situation au Moyen Âge : « rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme » [18]. Cette rencontre a permis de faire le point sur l’avancement des recherches dans le domaine ; l’archéologie reste toutefois encore embryonnaire.

 

    Une fois la réalisation achevée, les chaussures deviennent des produits destinés à la vente. Nadège Gauffre-Fayolle [19] et Astrid Castres [20] ont étudié leur production et leur consommation du XIVe au XVe siècle au sein des classes aisées de la société. Les recherches sur la production ont révélé qu’à la cour de Savoie, il existait une douzaine de zones d’approvisionnement, quarante escofiers. En 1424, le comte de Savoie a reçu une quarantaine de chaussures. Pour la cour de France, la consommation était plus importante, Charles VI a acheté par an deux cent trente-cinq paires de chaussures, quatre-vingt-trois paires de chausses. Le roi passait-il commande directement auprès de son cordonnier attitré ou auprès d’un réseau d’artisans ? Malheureusement nous ne possédons aucun renseignement plus précis pour répondre à cette question, hormis qu’il y avait la présence de cordonniers à Paris. Elles ont en outre établi un ordre de prix pour chaque type de chaussures, voici ci-dessous un tableau récapitulatif de cette étude :

 

Tableau 1 : Prix moyen par typologie de chaussures

Types de chaussures Prix moyen (XIVe -XVe siècle)
Escafignons 1 à 3 deniers
Souliers 2 deniers 50/ 3 sous Parisis
Chaussons 2 deniers 50 à 4 deniers 50
Bottines 5 deniers 25/ 6 sous Parisis
Galoches/ patins[21] 9 sous Parisis
Estivaux[22] 12 deniers 50/ 19 sous Parisis
Houseaux 14 deniers 50

 

Un constat est apparu aux yeux des deux intervenantes, les hommes consommaient davantage de chaussures que les femmes. Entre 1426 et 1427 ont été effectuées trois voire quatre livraisons par mois pour les hommes contre une seule pour les femmes. En Italie, la situation semble similaire d’après Benedetta Chiesi [23], on achète beaucoup et souvent, quatre fois par an. Ce résultat semble révéler l’importance des chaussures comme objets du quotidien. En hiver, pour se préserver du froid, les hommes utilisent des bottines ou des chaussures fourrées, pour circuler sur la neige et le verglas des souliers ferrés. À l’intérieur, ils ont recours à des bottines ou des escafignons. Les chaussures semblent dès lors varier au gré des saisons, portées par les femmes, les hommes ou les enfants.

 

2. Sandale liturgique, Angleterre ou France, semelle et doublure (Méditerranée orientale), XIIe siècle. Broderie de soies et de filés or et argent sur samit, 11 x 26 cm, Musée de Cluny, Cl. 12113.

    Par leur matière et leur typologie, elles sont le témoignage d’une appartenance à une classe sociale. Les paysans portent par exemple des souliers en feutre ou en laine, des sabots, chaussures à la fois peu chères et ergonomiques, favorables aux travaux d’extérieur. Quant à l’aristocratie française et italienne [24], elles considèrent les chaussures comme accessoires d’ornementation, d’apparat d’après Véronique Dominguez. La haute société attache une attention toute particulière à la mode, elle suit les goûts vestimentaires des grands seigneurs. Pour illustrer l’influence des hauts dignitaires sur la mode, citons comme exemple Foulque Nera, comte de Normandie. Ce dernier a lancé la mode des chaussures hautes pointes.

Nous avons évoqué l’ensemble de la société laïque mais qu’en est-il de la société ecclésiastique ? Christine Descatoire [25] a présenté à cette occasion les sandales liturgiques [26] de la collection du Musée de Cluny, chaussures réservées aux évêques ou archevêques. Elles datent du XIIe– XIIIe siècle, brodées sur cuir, avec des fils d’or. Elles tendent à montrer la puissance des grands prélats, a contrario les prêtres ou les réguliers portaient des sandales beaucoup plus simples.

 

3. Livre de Sarah Brazil, The Corporeality of Clothing in Medieval Literature: Cognition, Kinesis, and the Sacred, Kalamazoo : MI: Medieval Institute Publications, 2018.

Cependant cet engouement envers ces objets va bien au-delà de l’aspect matériel selon Sarah Brazil [27]. Les chaussures sont devenues une partie intégrante du corps [28], et les porter revient à vivre de la manière la plus sainte, sanctifiée possible. Pour illustrer son hypothèse, elle s’appuie sur les auteurs médiévaux, dont Ambroise de Milan dans La Fuite du Siècle. Pour lui, le pied représente la partie la plus vulnérable du corps, le bon chrétien doit dès lors se chausser, afin de se protéger du mal. Ainsi, les chaussures représentent les dons de Dieu et les pieds, l’affect spirituel, l’âme du chrétien, qu’il faut protéger contre les pêchés.

 

 

   Cette journée d’étude a montré au grand public les dernières avancées dans le domaine, en croisant diverses approches afin d’en extraire une véritable synthèse des informations et de la connaissance scientifique sur un objet bien précis de la mode vestimentaire : la chaussure.

Cette rencontre pluridisciplinaire est par conséquent une première, puisqu’elle a confronté des chercheurs du monde entier. L’Italie par exemple commence progressivement à s’y intéresser, tout comme la France et les autres pays européens. La chaussure reste encore un objet bien mystérieux, les sources manquent considérablement. Malgré tout, nous en entrevoyons les principaux contours ainsi que son rôle pour les hommes du Moyen Âge. C’est ainsi qu’elle nous a permis de mieux comprendre la perception de la société médiévale : objets orthopédiques, ergonomiques, mais aussi d’ornementation et de luxe. Ils renseignent les chercheurs contemporains sur leur mode de fabrication et d’usage. Ce sont des accessoires vestimentaires indispensables à chacun. Ils sont le reflet des mœurs et coutumes d’une société passée.

Sophie Juvin, Master 2 Histoire de l’art

 

_______________________________________________________________________

Consulter le programme de la manifestation

_______________________________________________________________________

Notes :

[1] Par exemple sur le travail du cuir et de la cordonnerie, LIEGEART (Albert). Manuel du cordonnier, Paris : Emotion primitive, 2009, ré-éd. de 1922, 294 p. ; WATERER (John William). Leather in life, art, and industry, Londres : Faber and Faber, 1946, 320 p. Sur la société médiévale et ses mœurs : CHIESI (Benedetta), CISERI (laria), PAOLOZZI STROZZI (Beatric). Il medioevo in viaggio, catalogue d’exposition, Musée national du Bargello (20 mars- 20 juin 2015), Florence : Giunti, 2015, 239 p.  Présentation de la mode à la fin du Moyen Âge : BLANC (Odile). Parades et parures, L’invention du corps de mode à la fin du Moyen Âge, Paris : Nrf, 1997, 236 p., p.45, p.51, p.56, p.58. Voir aussi pour la mode au Moyen Âge : PIPONNIER (Françoise). Se vêtir au Moyen Âge, Paris : Biro, 1995, 204 p. Il y a notamment quelques publications anglo-saxonnes : GREW (Francis), NEERGAARD (Margrethe) (de). Shoes and pattens, Londres : Her Majesty’s Stationery Office, 1988, 245 p., SWANN (June). « English and European shoes from 1200 to 1520 », Fashion and clothing in late medieval Europe, 2010, p.15-23.

[2] Introduction de cette journée par madame Elisabeth TABURET-DELAHAYE, elle est conservatrice générale du patrimoine, elle a été aussi directrice du musée de Cluny.

[3] Problématiques soulevées dans la présentation du programme de cette journée d’études, organisée par le musée de Cluny.

[4] Consulter l’article de MONTEMBAULT (Véronique). « Quelles informations les chutes de fabrication peuvent-elles apporter sur l’artisanat du cuir au Moyen âge ? », dans FERJANI (Sarra), LE BIHAN (Amélie), et al. Matières premières et gestion des ressources, Paris : Editions de la Sorbonne, 2014, p.163-172.

[5] Evoqué par madame Véronique DOMINGUEZ, ce sont des chaussures en forme de cornes de bélier. Véronique Dominguez est agrégée de Lettres modernes en 1993, professeur de langue et de littérature médiévales à l’UPJV depuis septembre 2015. Membre du laboratoire TrAme (EA 4284), elle a fondé avec Philippe Sénéchal, Morgan Dickson et Marie-Laurence Haack un axe « Cultures Matérielles » dans ce laboratoire.

[6] Ce sont des chaussures fragiles en basane ou draps de laine d’après Nadège GAUFFRE-FAYOLLE et Astrid CASTRES.

[7] Défini par madame Nadège GAUFFRE-FAYOLLE et madame Astrid CASTRES. Ce sont des hautes bottes, en matière souple. Elles sont décrites en 1460 dans les comptes de la cour de Savoie : « elles gardent de la boue et du froid et de l’eau, chaussures de voyage ou d’apparats, parfois doublées de cuir ».

[8] Mentionné par madame Nadège GAUFFRE-FAYOLLE et madame Astrid CASTRES, les poulaines : chaussures à pointe, portées du XIVe jusqu’au milieu du XVe siècle. Voir Annexes, fig.2.

[9] Défini par madame Nadège GAUFFRE-FAYOLLE et madame Astrid CASTRES. Les souliers : chaussures en cuir, comportant une bride qui se passe sur la cheville.

[10] Véronique MONTEMBAULT, chercheur au CNRS depuis 1990, doctorante en archéologie depuis 2016.

[11] Véronique MONTEMBAULT op.cit. p.164, « les chutes comportent une tranche nette attestant d’une découpe intervenue peu de temps avant dépôt et du côté grain (extérieur de la peau) exempt de toute usure. La chute est un produit tel qu’il se présente avant d’être transformé. »

[12] Véronique MONTEMBAULT op.cit. p.165, peser le poids de la peau, une fois fini l’introduire dans la cuve pour la mélanger avec le tannin (phase du tannage).

[13] Véronique MONTEMBAULT op.cit. p.166, la levée des pièces sur la peau : « Elle correspond à la première étape de réalisation d’un objet, c’est-à-dire à la levée par l’artisan fabricant des différentes pièces constitutives de son objet. Le cuir est vendu par le tanneur soit au poids pour les cuirs épais restés plusieurs mois en fosse, soit à la surface pour les peausseries ».

[14] Rabot : Outil de menuiserie, ciseau ajusté obliquement dans un support de bois ou de métal, utilisé pour aplanir, amincir une pièce de bois ou pour y faire des moulures, des rainures (https://www.cnrtl.fr/definition/rabot).

[15] Véronique MONTEMBAULT op.cit.p.167, cette typologie de chute renvoie à l’assemblage des pièces pour former l’objet.

[16] Véronique MONTEMBAULT ibid. p.167.

[17] Véronique MONTEMBAULT op.cit. p.164.

[18] Citation apocryphe, les mots d’Antoine Lavoisier étaient : « On voit que, pour arriver à la solution de ces deux questions, il fallait d’abord bien connaître l’analyse et la nature du corps susceptible de fermenter, et les produits de la fermentation ; car rien ne se crée, ni dans les opérations de l’art, ni dans celles de la nature, et l’on peut poser en principe que, dans toute opération, il y a une égale quantité de matière avant et après l’opération ; que la qualité et la quantité des principes est la même, et qu’il n’y a que des changements, des modifications. », dans Traité élémentaire de chimie, Paris : Ministère de l’instruction publique, 1864, p.101.

[19] Conservatrice du patrimoine, ses recherches portent sur la cour de Savoie au Moyen Âge.

[20] Enseignante chercheuse en histoire de l’Art et doctorante à l’ EPHESS. Son champ de recherches est l’Histoire de la broderie et des textiles du XVIe au XVIIe siècle ; l’histoire des techniques textiles du XVIe au XVIIe siècle ; la production et le commerce de vêtements à Paris au XVIe siècle.

[21]La définition est donnée par Nadège Gauffre-Fayolle, ce sont des plateformes en bois, liège ou cuir.

[22] Ce sont des bottines qui apparaissent entre 1335 et 1430, elles sont plus chères que des bottines standard,, d’après Nadège Gauffre-Fayolle.

[23]Historienne de l’art médiéval, étudia à l’université de Florence. Elle précise que du côté italien, les recherches sur les chaussures en sont à leur début et que les documents matériels sont très faibles.

[24] Etude sur les chaussures en Italie au Moyen Âge menée par Benedetta CHIESI.

[25] Agrégée d’histoire médiévale à l’université de Lille 3, en 1996, conservatrice du patrimoine. Elle est également chargée de l’orfèvrerie et de l’émail au Musée de Cluny depuis 2009.

[26] Voir Annexes fig. 1.

[27] Licence et master de littérature médiévale anglaise à l’université de Dublin, puis doctorat à l’université de Genève. Pour plus d’informations sur les allégories des chaussures, lire BRAZIL (Sarah). The Corporeality of Clothing in Medieval Literature: Cognition, Kinesis, and the Sacred, Kalamazoo : MI: Medieval Institute Publications, 2018. Voir Annexes, Fig. 3.

[28] En théologie en effet les vêtements sont perçus comme des métaphores du corps.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search