« Crimes et justices au Moyen Âge » – Veronika Collet

 

Pour profiter de l’exposition « Crimes et Justices au Moyen Âge », il faut se rendre à la Tour médiévale Jean sans Peur qui se situe dans le deuxième arrondissement de Paris. Grâce à son succès, l’exposition joue les prolongations puisque le public y est reçu du 8 mai 2019 jusqu’au 5 janvier 2020, alors qu’initialement elle devait se terminer le 29 décembre 2019. L’historienne médiéviste, Claude Gauvard nous plonge dans les profondeurs de la société médiévale en nous dévoilant les différents aspects de la justice mise en place durant cette grande période.

 

_______________________________________________________________________

   C’est dans le premier sous-sol de la Tour que se déroule l’exposition, au sein d’une petite pièce dans laquelle se trouvent des grandes affiches suspendues. Des paragraphes explicatifs ont été rédigés, accompagnés d’illustrations. C’est ainsi que nous sommes invités à voyager dans les temps médiévaux. Le Moyen-Âge est connu pour avoir été une époque violente, mais qu’en est-il vraiment ? Plusieurs questions se posent : Qui établit la justice ? Trouve-t-on différents types de criminels ? Quelles sont les sanctions ? L’exposition se présente sous quatre grands thèmes.

 

1. Crimes et justices au Moyen Âge

1. Photographie prise lors de l’exposition « Crimes et Justice au Moyen Âge » le 29 décembre 2019.

   Plusieurs juridictions existent : celle qui se fait dans les villes, celle qui est mise en place par l’Église et enfin celle qui s’exerce par le pouvoir royal. À partir du XIIIe siècle, la justice royale va dominer, alors que les villes vont résister pour que leur propre justice se fasse valoir. Les archives, telles que les registres rédigés par les clercs ou encore les registres du Parlement, permettent de connaître l’existence de ces différents tribunaux.

C’est depuis Saint Louis que les registres du Parlement de Paris se tiennent, et c’est cette même institution qui va bannir François Villon de Paris et le condamner en 1463 à l’exil. Ce bannissement illustre la condamnation à la « mort sociale » de cet homme poussé à l’isolement. Les visiteurs découvrent ou redécouvrent ainsi le récit du sort du poète François Villon. Meurtrier, puisque coupable d’avoir assassiner un prêtre, il est aussi un ivrogne et un voleur. Emprisonné, il sera finalement délivré par Louis XI par une lettre de rémission. Néanmoins, Villon va être remis en prison pour de nouveaux crimes commis pour finalement disparaître de l’histoire après son exil.

 

2. Répertoires des crimes

   En continuant notre visite, nous sommes absorbés par les récits des destins de ces grandes figures qui ont marqué l’Histoire. En levant légèrement la tête sur une nouvelle affiche, nous pouvons lire en titre : « Jeanne d’Arc face à la justice ».

Les procès de Jeanne d’Arc vont durer de 1429 à 1431. Condamnée pour hérésie, idolâtrie et apostasie, on parle dans ce cas de procès d’inquisition. Elle subit autant les sentences infligées par la justice ecclésiastique que la justice laïque. Mais tel que nous l’apprenons au cours de cette exposition, Jeanne d’Arc n’aurait pas subi la torture. Elle est finalement condamnée à mourir au bûcher en 1431.

Jeanne d’Arc a reçu l’exécution capitale, mais tous les crimes ne sont pas punis des mêmes peines. Il y a en effet plusieurs crimes qui sont recensés. Il existe d’abord les infractions qui sont considérées comme des petits délits, punis par des amendes inférieures à soixante sous. Puis, il y a les crimes tels que le vol et les attaques à l’encontre d’une personne qu’il s’agisse d’une attaque corporelle, morale ou bien d’une offense menée contre des biens ou des institutions.

 

3. Justices en concurrence

2. Carte des prisons parisiennes au XIVe et XVe siècles, Photographie prise lors de l’exposition « Crimes et Justice au Moyen Âge » le 29 décembre 2019.

   Les villes se battent pour préserver leur indépendance juridique, notamment car les bourgeois peuvent échapper aux sanctions en payant aisément les amendes financières. La plus grande offensive se produit dans les villes du Nord de la France qui souhaitent conserver le droit de juger les crimes irrémissibles, c’est-à-dire les crimes que l’on ne peut pas pardonner.

En effet, l’objectif de la condamnation est de garantir la paix, mais aussi de parvenir à accorder le pardon aux condamnés puisque ces derniers souhaitent généralement sauver leur honneur. Le roi est le détenteur du pouvoir temporel, par conséquent il est en charge de maintenir la paix de son royaume et peut – en miséricordieux – accorder le pardon à ses sujets. L’amende honorable est un moyen de gagner ce pardon tant désiré : il s’agit pour le condamné de se mettre à genoux, de crier « merci » d’abord au roi, puis ensuite au juge et enfin à celui à qui le préjudice a été causé.

 

4. Crimes et châtiments

   L’amende honorable est une peine qui peut être appliquée dès lors que le préjudice commis ne relève pas d’un crime aux circonstances aggravantes. Lorsqu’il s’agit d’évènements plus importants, les peines sont alors bien plus lourdes, mettant parfois à mort le condamné. Dans ce cas, on parle d’exécutions capitales. La plus fréquente est la pendaison, peine réservée aux grands criminels tels que les voleurs ou les meurtriers. Cependant, les peines capitales sont rares et servent d’exemples puisqu’elles ont lieu sur les places publiques. La torture est également un recours utilisé – seulement dans des cas « extrêmes » – pour obtenir des aveux. En revanche la prison est davantage utilisée, même s’il s’agit parfois de passages rapides des condamnés.

La quête de la vérité est ce qui pousse les détenteurs de la justice à mettre en place des moyens parfois violents. La société du Moyen Âge est une société très religieuse. Elle est notamment régie sous ce principe rappelé par Saint Thomas : « L’homme est libre de choisir de faire le bien ou le mal ». Il y aurait donc des hommes qui décident de faire le mal, et il est alors nécessaire de les écarter de la société afin de conserver et de garantir un état en paix.

Les corps des condamnés à mort ne peuvent pas être enterrés sur des sépultures chrétiennes, ils restent alors attachés au gibet jusqu’à leur décomposition. C’est ainsi que le ministre du roi Charles IV le Bel, Enguerrand de Marigny, jugé pour détournement de fonds et sorcellerie, a été pendu au gibet en 1315. Son corps y est resté accroché durant plusieurs années jusqu’à sa décomposition. C’est une condamnation très douloureuse pour l’entourage puisqu’elle met en déshonneur la famille du condamné.

 

2. « Le Pilori », Photographie prise lors de l’exposition « Crimes et Justice au Moyen Âge » le 29 décembre 2019.

Ce voyage dans les temps médiévaux n’est pas encore achevé puisqu’à la fin de l’exposition, au fond de la salle, a été placé un pilori : cette construction en bois dans laquelle les condamnés devaient placer tête et mains afin d’être immobilisés durant le temps de leurs condamnations. Juste à côté se trouve une « Carte des prisons parisiennes aux XIVe et XVe siècles », réalisée par Julie Claustre, Hélène Noizet et Paul Rouet, qui nous permet de visualiser l’emplacement des prisons à Paris. Nous remarquons que certaines sont placées à l’extérieur des enceintes de la ville ; il s’agit de petites prisons, au contraire les prisons les plus importantes se trouvent à proximité des lieux de pouvoir.

 

 

L’exposition « Crimes et Justices au Moyen Âge » permet de comprendre que la justice n’est pas un mécanisme uniforme, puisqu’elle est établie par différentes administrations et que c’est seulement à partir du XIIIe siècle qu’elle tend à se centraliser autour du pouvoir royal. Il existe plusieurs types de criminels et par conséquent différentes peines. Ces quatre thèmes permettent aux visiteurs de découvrir ou de redécouvrir les grands moments de l’histoire de la justice française durant l’époque médiévale.

 

Veronika Collet, Master 1 Histoire

 

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.