« Figures du siècle de Louis XIV. Portraits gravés de Nanteuil » – Auriane Leux

 

1. Gérard Edelinck, ​Autoportrait de Robert de Nanteuil, vers 1696, gravure, Musée Condé, Chantilly.

Le Château de Chantilly accueille dans son Cabinet d’Arts graphiques, du 19 octobre 2019 au 23 février 2020, l’exposition Figures du siècle de Louis XIV, Portraits gravés de Nanteuil. Consacrée au plus grand pastelliste et graveur du XVIIe siècle, l’exposition retrace les débuts de l’artiste dans la technique de la gravure jusqu’à son apogée avec ses grands portraits “réalistes” de Louis XIV ou encore d’ Anne d’Autriche. Cette exposition a pu voir le jour grâce aux amis du Château de Chantilly et a été mise en place par Nicole Garnier-Pelle, commissaire d’exposition et conservateur général du Patrimoine, chargée du musée Condé. Elle fut assistée, pour l’élaboration du catalogue, par Audrey Adamczak, docteure en histoire de l’art, qui a consacré une thèse sur l’artiste.

 

  En entrant dans le Château et en prenant les escaliers pour descendre au rez-de-chaussée, il ne faut pas avoir peur de s’avancer au fond du couloir dans les appartements du Duc d’Aumale pour débuter l’exposition. Ces anciennes chambres restaurées ont été transformées en Cabinet des arts graphiques qui abrite, maintenant, l’une des plus importantes collections de dessins au monde. Différentes expositions ont pu y avoir lieu, telles que l’exposition de fin 2017 qui fut placée sous le signe des dessins de Nicolas Poussin. Dès octobre 2019, il est possible de voir les admirables gravures de Robert de Nanteuil, qui furent précieusement conservées par le duc d’Aumale. Ce sont dans cinq salles plongées dans une semi-obscurité que sont exposées les œuvres si lumineuses de l’artiste.

Robert de Nanteuil n’est pas issue d’une grande famille d’artistes. Pourtant c’est dans la région rémoise que le jeune homme va acquérir des connaissances auprès de Nicolas Regnesson dans la technique de la gravure. Il s’inspire à ses débuts de Claude Mellan ou d’Eustache Le Sueur et reçoit, au fur et à mesure, les conseils de différents artistes comme Philippe de Champaigne, Sébastien Bourdon ou encore Charles Le Brun.

 

2. Robert de Nanteuil, Le Repos pendant la Fuite en Egypte ou La Sainte Famille, 1645, gravure, Musée Condé, Chantilly.

  Dans la première pièce, ce sont les premières gravures de l’artiste qui sont mises à l’honneur avec des sujets religieux tels que Le repos pendant la Fuite en Égypte ou ​La Sainte Famille. En avançant dans la salle, on voit les débuts parisiens de l’artiste, entre 1647 et 1652, qui sont soigneusement présentés dans des vitrines-table. À partir de ce moment, il ne se consacre donc plus aux sujets religieux mais à la gravure d’illustration. Ce sont des portraits d’écrivains gravés pour illustrer leurs ouvrages. Dans ces pièces où cheminées, objets de mobilier, parquets et portraits rendent l’atmosphère chaleureuse, on se rend compte que les travaux et la qualité de réalisation de Robert de Nanteuil ne cessent d’évoluer.

3. Robert de Nanteuil, Jules Mazarin, 1659, gravure, Musée Condé, Chantilly.

Dans la seconde salle, ce sont les différents portraits de cardinaux – ministres Richelieu et Mazarin durant la Fronde – qui sont mis en lumière. Le rôle politique ou religieux des personnages est appuyé par une courte biographie afin d’aider le visiteur à une meilleure compréhension de l’ensemble. L’un des travaux les plus connus, le portrait de Jules Mazarin est présenté. Contrairement aux autres gravures, celle-ci n’est pas un portrait “réaliste”. En effet, Mazarin est représenté comme un grand et riche collectionneur qui pose dans sa grande galerie de tableaux et d’antiques au fond. Un grand globe et du matériel de géométrie sont présentés à gauche montrant ainsi son intérêt pour les sciences.

 

4. Robert de Nanteuil, Philippe, Duc d’Orléans, 1671, gravure, Musée Condé, Chantilly.

   Robert de Nanteuil est à son apogée lorsqu’il est nommé, le 15 avril 1658, dessinateur et graveur du roi. Une des pièces du Duc d’Aumale présente le rapport de Nanteuil avec Louis XIV par les différents portraits gravés destinés à illustrer des frontispices de thèses. Il ne le voit pourtant que quatre ou cinq fois. Mais ce qui rend les travaux tardifs de Nanteuil exceptionnels, c’est le grand format dit “au naturel” qui donne du réalisme à chacun des portraits. Philippe, duc d’Orléans, pastel en papier gris daté de 1671, en est un des exemples – types.

 

5. Robert de Nanteuil, Louis II de Bourbon, prince de Condé, 1662, gravure, Musée Condé, Chantilly.

Dans la quatrième pièce, il est intéressant de voir le lien qu’avait également Nanteuil avec le grand Condé et sa famille, propriétaires de Chantilly. En effet, une salle y est dédiée. Il fait le portrait de Louis II de Bourbon, prince de Condé qui était le cousin de Louis XIV. De rares portraits de femmes sont présents bien que Robert de Nanteuil en ait gravé que huit. La fille du Duc de Nemours, ​Marie Jeanne Baptiste de Nemours, duchesse de Savoie, en a eu l’honneur.

 

 

6. Robert de Nanteuil, Marie Jeanne Baptiste de Nemours, duchesse de Savoie, 1678, gravure, Musée Condé, Chantilly.

  Cette exposition s’achève avec les derniers portraits de Colbert et les ministres de Louis XIV. Ce qui caractérise nombres de gravures présentes dans cette exposition sont les positions des grands personnages qui sont représentés de trois quarts et dans une attitude plutôt austère pour certains, voire d’assez comique avec le portrait d’un homme qui louche. C’est le personnage sérieux de Colbert qui était appelé par Mme de Sévigné “l’homme de marbre”. Les détails, tels que l’initiale de Colbert ainsi que la signature de l’artiste, dans chacune de ses gravures prouvent son talent et son niveau qui n’ont tous deux cessé d’évoluer. Nous finissons cette exposition avec une œuvre non-fini, ​Moïse proclame la loi et soutient les tables par Robert de Nanteuil, poursuivi par son neveu Gérard Edelinck qui héritera des fonds de l’artiste.

7. Robert de Nanteuil et Gérard Edelinck (d’après Philippe de Champaigne), Moïse proclame la loi et soutient les tables, 1699, gravure, Musée Condé, Chantilly.

Cette exposition, dans le cadre idyllique du château de Chantilly, nous plonge dans la richesse de la technique de gravure au burin qui est à son apogée à la fin du XVIIe siècle. Le point de vue réaliste du graveur est remarquable, de part la précision des traits et caractéristiques physiques des personnages qu’il est possible de voir. À la fin, un catalogue d’exposition permet de retrouver nombre de portraits présents avec plus de précisions sur le rôle des personnages dans la vie de Nanteuil en temps que dessinateur et graveur ordinaire du Roi.

 

Auriane Leux, Master 1 Histoire de l’art

 

______________________________________________________________________________

Catalogue d’exposition : Nicole Garnier-Pelle et Audrey Adamczak (dir.), Figures du siècle de Louis XIV : portraits gravés de Robert Nanteuil (v. 1623-1678), cat. exp. (Chantilly, 2019-2020), Dijon, éditions Faton, 2019, 96p.

______________________________________________________________________________


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search