« La Régence en fête (1715-1723) » – Maurine Roy

 

La Régence en fête (1715-1723), Journées d’études participatives, les mardis 22 Octobre et 5-19 novembre 2019, Faculté des lettres de Sorbonne Université, par Louise Noblet-César, Responsable du comité scientifique de la Compagnie Sensible, et Clément Van Hamme, Doctorant contractuel en littérature française à la Faculté des Lettres de Sorbonne Université.

_____________________________________________________________________________

   Les journées d’études organisées par le Laboratoire de la Compagnie Sensible en collaboration avec le Salon (ensemble musical de la compagnie) se sont attachées à étudier en profondeur la période de la Régence (1715-1723), plus spécifiquement la notion de la fête durant cette époque. Les organisateurs Louise Noblet-César (normalienne) et Clément Van Hamme (doctorant en Lettres à la Sorbonne) désignent par cette expression « La Régence en fête » la réputation sulfureuse de la Régence longtemps décrite comme une période de libération des mœurs.

Cette journée d’études participatives avait pour objectif de mettre en lumière les pratiques festives de la Régence dans leur intégrité, d’en suivre les traces et d’en perpétuer la mémoire historique. Cependant il reste encore à mesurer l’ampleur véritable qu’a eue cette courte période sur les siècles suivants. Si l’esprit propre à la Régence fut celui de la fête, quel était vraiment cet esprit de fête ? Comment les Français se divertissaient-ils ? À quelles occasions ? Selon quels moyens ? Et dans quelles proportions ?

 

   La période de la Régence est encore traversée de fantasmes tenaces. Il faut s’en détacher, ce que cette journée d’études va tenter de faire à travers une approche transdisciplinaire et plusieurs dates de rencontre. Tout d’abord, la première session « Vous avez dit fête ? » du mardi 22 octobre 2019 était consacrée à la manière de penser et de vivre des hommes et des femmes de la première moitié du XVIIIe siècle.

Les organisateurs Louise Noblet-César et Clément Van Hamme ont ouvert la séance en s’interrogeant sur l’importance de renouer avec l’histoire et l’expérience de la fête. Elle s’est en particulier intéressée à ce que les Français entendent par fête en tentant d’en donner une définition à cette époque puis en en exposant les pratiques comme le chant ou la danse. Une étude de l’art de la fête au temps de la Régence peut révéler les caractéristiques propres de la culture de cette période.

Comme le démontre Louise Noblet-César, la Régence apparaît tiraillée entre son attachement aux festivités traditionnelles et son souci de perpétuel renouvellement des pratiques festives caractérisées à la fois par une soif de nouveauté vécue à travers les fêtes religieuses, l’apparition de nouveaux divertissements comme le fameux bal de l’Opéra (institué dès 1715) ou bien encore les nombreuses représentations du Théâtre de la foire. En s’appuyant sur des écrits de Saint Simon, Rousseau ou bien encore des articles du Mercure de France, les deux intervenants ont non seulement abordé la question de la fête, qu’elle soit publique ou privée, religieuse ou profane mais ils ont aussi démontré que la fête est un lieu de profusion de divers mélanges et que parfois la légende outrepasse la vérité.

 

   Dans le cadre de la deuxième journée d’études du mardi 5 novembre, l’intervention de Jean-Benoît Poulle (doctorant en histoire moderne à la Sorbonne) a ainsi permis d’étudier un pan caché de l’histoire de la Régence, sur les cérémonies et fêtes religieuses en vogue à l’époque. Jean-Benoît a d’abord évoqué l’étymologie du mot fête, fête signifie « jour consacré à des actes de religions, célébration du service divin en commémoration de quelques mystères ou en l’honneur de quelques saints ». Puis, après cette définition, il aborde la question du calendrier des fêtes qui changent de dates selon les diocèses mais ces jours de réjouissances ont d’abord une forte vocation chrétienne à but didactique.

Dans l’ensemble affirme Jean-Benoît, au XVIIIe siècle, les fêtes religieuses sont désormais bien contrôlées par le pouvoir épiscopal qui, d’ailleurs, les codifie méthodiquement au moyen des rituels, des processionnaux et des cérémoniaux. La période de la Régence est la grande époque de publication des rituels qui permettent aux curés de mieux connaître la liturgie et d’écarter les réjouissances des confréries les plus douteuses, entraînant des débordements.

Ces fêtes sont pour le clergé l’occasion de renforcer le sentiment religieux par une sorte de choc émotionnel pour le fidèle. Tous les récits contemporains insistent sur l’ampleur des foules qui ne peuvent entrer dans les églises par manque de place ou bien l’ampleur des processions en l’honneur de tel et tel saint. Ces cérémonies ont donc bien un aspect didactique, au-delà de la simple fête chrétienne. Jean-Benoît Poulle a cependant insisté sur le fait que si la religion est célébrée et fait ce sont les nobles de nature très pieuses qui donnent le plus à l’église, ce qui est très ambigu puisque derrière ce sont bien souvent ceux qui ont la vie la plus dissolue.

 

   La troisième conférence a été entièrement dédiée aux origines de la légende de la Régence.   L’intervenant Jean-Christophe Abramovici, professeur de littérature française du XVIIIe siècle à la Faculté des Lettres de Sorbonne Université mais aussi Directeur de la revue Dix-huitième siècle de 2014 à 2019, est spécialiste de la littérature libertine et de la représentation et des discours sur le corps et sur le genre. Il a, entre autres, édité les Bijoux indiscrets de Diderot.

Jean-Christophe Abramovici dresse un portrait plutôt abrupt de la Régence. Selon lui, l’ambivalence des couleurs rose et noir décrit très bien la perception que l’on se fait aujourd’hui de cette époque débridée. Rose pour qualifier une période festive, libre de toutes conventions où règne liesse et ivresse, noire pour qualifier la perception parfois négative que nous contemporains pouvons avoir vis-à-vis de cette époque.

La fête sous la Régence participe à sa légende : orgies de Philippe d’Orléans, soupers gargantuesques… Comme un prélude à ce qui va suivre au Siècle des Lumières, l’intervenant explique que la Régence est servie autant que desservie par sa réputation. Cependant, il souligne aussi le trouble autour de cette période, le mythe dépassant parfois la légende du fait des nombreux films notamment celui réalisé par Bertrand Tavernier qui dépeint une société sans morale, corrompue par la beuverie et le sexe. Les choses sont à nuancer.

Jean-Christophe Abramovici démontre que cette courte période sous Philippe d’Orléans fut aussi prospère en politique et en affaires. Il a su éviter les troubles et maintenir la paix de l’Europe grâce à son alliance anglaise et malgré l’échec retentissant du système John Law, il a largement contribué à la prospérité de la France au XVIIIe siècle, contribuant ainsi à la liberté des individus.

   Certains historiens n’ont vu dans cette période qu’une face frivole, licencieuse, c’est pourtant tout l’inverse que ces trois conférences ont su démontrer chacune à leur manière sous le prisme différent de l’étymologie, de la religion et de la fête. La période de la Régence est une fête certes mais plus que ça, un tournant historique à ne pas oublier, « une mémoire et un patrimoine immatériel » à transmettre pour reprendre les mots de Clément Van Hamme et Louise Noblet-César, les organisateurs.

Maurine ROY,  Master 2 histoire de l’art

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search