« Jusqu’ici tout va bien ? Archéologies d’un monde numérique » – Emma Spencer

 

 

« Vous êtes invités à vous projeter dans un autre monde, un monde possiblement sans vous. Un monde où le dernier être humain s’en est allé en oubliant d’éteindre la lumière. »

 

1. Affiche de l’exposition

Jusqu’ici tout va bien ? est une exposition proposée par l’établissement culturel du Centquatre du 12 octobre 2019 au 9 février 2020, programmée dans le cadre de la Biennale des arts numériques Némo. Elle a été co-créé par Gilles Alvarez, fondateur de la biennale Némo et José-Manuel Gonçalvès, directeur du Centquatre.

 

 

   L’exposition rassemble des œuvres imaginant un monde post humain. Entre sculpture, photographie, installation et art numérique, cette exposition cherche à bouleverser nos sens pour proposer la vision d’un monde après l’effondrement. Nous perdons nos repères pour appréhender les œuvres.

C’est le cas pour l’œuvre de Alexander Schubert, Solid State où le spectateur entre dans une pièce où la vision est troublée par une épaisse fumée et des lumières stroboscopiques et où l’ouïe est réduite par des sons électroniques. L’artiste propose une œuvre en totale immersion tout comme celle du Projet EVA L’Objet de l’internet. Cette œuvre coupe le spectateur du monde qui l’entoure, car il doit s’insérer seul dans un socle circulaire composé de miroirs qui s’activent pour une durée de 5 min avec des effets sonores et lumineux. Pendant toute cette durée, le spectateur ne verra que son propre reflet et n’entendra que les sons émis par l’œuvre.

 

   Pour certaines œuvres, on peut plus immédiatement se raccrocher à la familiarité de certains matériaux constituant les créations, tels que des piles usagées, des câbles, des voitures, des instruments de musique présentés comme des vestiges d’un monde passé. On retrouve aussi un imaginaire que l’on peut rapprocher de celui de la science-fiction avec des robots ou des créatures non humaines. Néanmoins toutes les œuvres prennent une forme inconnue pour l’homme, créature qui n’est pas incluse dans le monde où habitent toutes ces œuvres.

Toutes les créations nous mettent face à l’extinction de notre espèce qui a abusé de ce monde. Tout au long de ce parcours, on comprend que la machine, le robot nous survivra et qu’une autre vie naîtra. Ce message ou cet avertissement nous est transmis quelquefois avec une grande part d’ironie. Tout d’abord à travers le titre « Jusqu’ici tout va bien ? », mais aussi très clairement dans les œuvres de Timothée Chalazonitis avec son Cimetière du réconfort, nous présentant des stèles où on peut lire « ça va aller » ou encore « c’est la vie ».

   Pour appréhender cette exposition où les œuvres sont dispatchées un peu partout dans l’espace du Centquatre, les commissaires ont choisi de répondre à trois questions dans chacun des cartels des œuvres : « De quoi parlait-on ? », « Qu’en dit l’auteur ? », « Qu’apprend-on sur le genre humain ? »

Même si aucune thématique ou sens de visite n’est proposé par les commissaires, il semble que l’on puisse à travers les réponses diviser l’exposition en deux grandes catégories d’œuvres. L’une nous expose sous une forme archéologique ce qu’il resterait d’un monde dont l’homme n’a été que de passage. Il en est ainsi pour l’œuvre de Maarten Vanden Eynde Technofossil (Samsung E570) nous présentant le fossile d’un Samsung E570, le téléphone à clapet que nous voyons, aujourd’hui déjà, comme objet d’une autre époque. Dans l’autre catégorie, il s’agit plutôt de présenter le monde comme il pourrait être après l’extinction de l’Humain. Comme l’œuvre de Fabien Léaustic qui met en scène le déversement incessant et oppressant d’une boue à travers un mur défoncé.

 

  L’exposition peut prendre encore un autre tournant, car huit nouvelles œuvres dédiées à la vidéo et à la réalité virtuelle seront insérées à partir du 13 décembre. À l’occasion de ces nouvelles installations, des évènements sont organisés tels qu’un concert et une installation le soir même, complétés par d’autres évènements jusqu’à la fin de l’exposition. Cette nouvelle scénographie cherche à redynamiser l’exposition et pousse notamment les visiteurs à une deuxième visite.

En effet, à l’occasion de l’installation des nouvelles œuvres, le Centquatre propose une deuxième visite de l’exposition pour 1 euro de plus. Cette offre s’inscrit tout à fait dans la politique muséale du Centquatre qui se veut un lieu d’expérience et de réflexion contemporaine attractive et accessible pour tous où la mixité sociale est un mot d’ordre. D’ailleurs, notons que cinq œuvres de l’exposition sont installées dans la grande halle, ce qui potentiellement pique la curiosité des passants de tous âges.

Toutes ces mises en scène muséales nous poussent à voir cette exposition plus comme une expérience, proposant la visite d’un monde potentiel, plutôt que l’accrochage simple d’œuvres d’art. Jusqu’ici tout va bien ? est une exposition riche et bien conçue qui bouscule nos sens et met l’être humain face à une potentielle réalité angoissante.

Emma Spencer, Master 2 Histoire de l’art

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search