« Vikingeskibsmuseet » – Alexia Bry

 

De nos jours, les Vikings fascinent de plus en plus. Ce nouvel engouement pour les peuples scandinaves peut être expliqué par la profusion d’œuvres de fiction[1] ou par les dernières trouvailles archéologiques[2]. Une des images qui revient le plus, lorsque l’on songe aux Vikings, est celle du pillard sur son langskip, orné d’une figure de proue terrifiante, avec son bouclier et son épée à la main. Nous pouvons penser à la notice des Chroniques anglo-saxonnes de l’année 793 lorsque l’auteur évoque « les féroces dragons » qui « furent aperçus dans les airs » [3].

 

1. Bateau funéraire du film The Vikings de Richard Fleischer (1958).

 

    Dans les faits, le bateau est l’un des emblèmes les plus marquants de l’ère viking[4]. C’était plus qu’un moyen de transport, il rythmait la vie des Scandinaves. N’oublions pas que la position géographique de la Suède, de la Norvège et du Danemark a rendu le déplacement par bateau absolument nécessaire du fait de leurs innombrables rivières, fjords et côtes.

2. Navire d’Oseberg, Vikingskipshuset, Oslo. 

Entre 500 et 800, les hommes du nord ont développé leurs bateaux en les rendant de plus en plus performants. Si, au début, les embarcations étaient propulsées à la rame, l’acquisition de la voile fut une véritable révolution[5]. De plus, dans l’imaginaire collectif, le bateau viking sert également à enterrer (ou à brûler) les défunts. Si les films nous suggèrent des crémations fantastiques sur des bateaux voguant sur les flots[6], dans les faits, c’est sur terre que l’on retrouve des tombes-bateaux[7]. Ces dernières étaient rares et se rapprochaient des lieux de pouvoir. Les bateaux font partie des découvertes archéologiques les plus grandioses. Ils sont rares puisque le bois se conserve difficilement. La découverte la plus marquante reste celle d’Oseberg, dans le Vestfold (Norvège), mais n’oublions pas les cinq bateaux, découverts dans le fjord de Roskilde (Danemark).

Le Vikingeskibsmuseet, également connu comme le Musée des Bateaux vikings a été construit afin de mettre en lumière ces vestiges exceptionnels. Ces épaves proviennent du barrage de Peberrenden[8], qui a été créé en coulant des bateaux chargés de pierres au XIe siècle par les Danois pour protéger la ville de Roskilde.

Après leur découverte en 1962, les bateaux furent dégagés, documentés, conservés et reconstitués. Aujourd’hui, on peut admirer les épaves dans la Halle aux Bateaux du musée. La pièce offre une vue imprenable sur le fjord, ne séparant le visiteur de la mer que par une baie vitrée. Une structure métallique a été ajoutée à chaque épave afin d’indiquer la taille et la forme exacte du bateau. Les fragments disposés à leurs emplacements originels ont été restitués sur ces structures. Les vestiges sont mis en valeur par la simplicité de la pièce et les lumières naturelles fournies par les grandes fenêtres.

3. Épave de Skuldelev 2, Vikingeskibsmuseet, Roskilde.

Numérotés de 1 à 6 (le numéro 4 est manquant puisque l’épave 4 s’est révélée être une partie du numéro 2), ces bateaux, dits de Skuldelev[9], sont tous différents. Si Skuldelev 1 est un bateau marchand d’origine norvégienne de 15,84 mètres[10], Skuldelev 2 est un navire de guerre pouvant transporter jusqu’à soixante-dix combattants, construit en Irlande[11]. Skuldelev 3[12] est un petit bateau de commerce danois de 14 mètres de long et c’est, du reste, le mieux préservé. Skuldelev 5[13] est également un navire de guerre mais il n’atteint pas les dimensions de Skuldelev 2. Construit au Danemark, le bateau ne mesure que 17,3 mètres – contre les 30 mètres de Skuldelev 2 – et ne permettait de transporter qu’une trentaine d’hommes. Enfin, Skuldelev 6[14] est une embarcation de pêche norvégienne de 11, 2 mètres.

 

   Pouvoir contempler ces épaves de bateaux est déjà une expérience exceptionnelle. Cependant, le Vikingeskibsmuseet est allé plus loin en permettant également aux visiteurs de voir les bateaux complètement reconstitués à proximité. En effet, les charpentiers du musée ont reproduit des copies exactes des épaves, en taille réelle, en utilisant les outils de l’époque. Ce processus est appelé « archéologie expérimentale » car les parties manquantes ont été reconstituées en se basant sur d’autres épaves de bateaux vikings, tant pour la structure que pour les décors. Les visiteurs ont alors l’occasion d’admirer ces navires venus du passé, de les toucher et même de marcher dessus, comme s’il s’agissait des originaux. Le bois craque sous les pieds, les narines s’emplissent de l’odeur de la poix, les doigts touchent le bois et les voiles… L’immersion est totale.

4. Sea Stallion reconstitution du langship Skuldelev 2.

L’un des buts du Vikingeskibsmuseet est de faire voyager le visiteur dans le passé. Outre la salle des bateaux, le musée présente des pièces exposant des artéfacts vikings ou encore des lieux de projection. Deux films y sont diffusés : le premier traite des bateaux vikings en général, le deuxième de la reconstitution du Sea Stallion de Glendalough. C’est ainsi qu’a été baptisée la reconstitution de Skuldelev 2, dont la carlingue, la poupe, ainsi que les parties essentielles du plancher étaient en très bon état lors de leur découverte. De ce fait, la construction du navire viking reconstitué a pu être lancée en 2004. Une fois achevé, il a été mis à flot et a effectué, entre autres, le trajet Roskilde – Dublin en 2007 [15]. Ainsi, le bateau irlandais était de retour chez lui.

 

5. Chantier à Roskilde.

   Après avoir fait le tour des salles et visionné les films, la visite se prolonge par une pièce où le visiteur peut s’habiller comme un Viking : des vêtements (tuniques, capes, fourrures) sont mis à disposition et un décor réaliste permet de s’immerger dans l’époque. Perché sur un bateau, il est possible de s’imaginer, pendant quelques secondes, bravant une tempête, grâce à d’habiles jeux de sons et lumières.

Afin d’approfondir les visites, le Vikingeskibsmuseet propose également au visiteur des activités extérieures participatives. Il peut apprendre les bases du tissage d’un filet de pêche ou, moyennant son achat, à décorer un bijou en reproduisant des motifs scandinaves à l’aide d’un burin et d’autres outils. Un autre stand présente des cottes de mailles, des casques et des épées, ce qui permet aux néophytes de découvrir le poids réel de ces objets. Toutes ces étapes de reconstitution sont expliquées par des experts (portant parfois des costumes historiques). Il est même possible de voir à l’œuvre des charpentiers en train de travailler sur la cale de leur prochaine reconstitution.

Enfin, pour les plus braves, le site de Roskilde propose, au printemps et en été, une excursion sur le fjord dans un langskip. Accompagné par un navigateur, on apprend à manier les rames (de 6m de long !), à hisser les voiles ou encore à tenir la barre du bateau. L’expérience est aussi enrichissante qu’amusante et nous permet de comprendre encore mieux les conditions de navigation des Vikings ainsi que leur vie à bord.

   Pour conclure, le Vikingeskibsmuseet est un musée aussi instructif qu’interactif. Apprendre en s’amusant pourrait bien être la devise du site. Le visiteur peut faire la part entre légende et véritable histoire, et est rapidement conquis par le subtil mélange d’historicité et de modernité. La muséographie est simple, mettant en valeur les épaves, les maquettes ou encore les objets qui sont exposés. Les activités proposées permettent de se prendre pour un Viking et de s’imaginer sur un navire fendant les flots, prêt à naviguer jusqu’aux confins du monde !

Alexia Bry, Master 2 Histoire

 

______________________________________________________________________________

Site web du Vikingeskibsmuseet

______________________________________________________________________________

Notes :

[1] Pensons au film d’animation franco-danois Astérix et les Vikings de Stefan Fjeldmark et Jesper Møller, 2006, basé sur la bande dessinée Astérix et les Normands, de René Goscinny et Albert Uderzo, 1966 ; Vikings, série canado – irlandaise de Michael Hirst, 2013 ; The Elder Scrolls V : Skyrim jeu vidéo de Bethesda Game Studios, 2011.

[2] Songeons aux dernières fouilles au Camp de Repton (Derbyshire, Angleterre) ou encore à la découverte d’une tombe d’un chef viking, enterré avec son bateau, son épée et son chien à Gáseyri (Islande).

[3] « fyrenne dracan wæron gesewene on þam lifte fleogende. »

Anglo-Saxon Chronicle, Manuscript D : Cotton Tiberius, http://asc.jebbo.co.uk/d/d-L.html, consulté le 14/10/19.

[4] D’après Régis Boyer, l’ère des Vikings commence avec le raid du monastère anglo-saxon de Lindisfarne le 8 juin 793 et se termine en 1066 avec la bataille de Stamford Bridge, toujours en Northumbrie.

BOYER Régis, Les Vikings, Paris, Perrin, Collection Tempus, 2004, p. 243.

[5] PENTZ Peter, « Ships & the Vikings » dans Vikings, life and legend, Catalogue d’exposition, The British Museum Press, Londres, p.206.

[6] Nous pouvons penser, par exemple, aux films The Vikings de Richard Fleischer (1958), Outlander : le dernier Viking de Howard McCain (2009) ou encore à la série Norsemen de Jon Iver Helgaker et Jonas Torgersen (2017).

[7] Songeons à la tombe d’Oseberg en Norvège, à celle de Gokstad au Danemark ou, plus modestement, à celle de l’île de Groix dans le Morbihan.

[8] Site officiel du Vikingeskibsmuseet : https://www.vikingeskibsmuseet.dk/fr/visite-du-musee/expositions/lexposition-des-bateaux-vikings/, consulté le 21/10/19.

[9] Skudelev est une localité située à environ 20km au nord de Roskilde à laquelle elle était liée par le fjord.

[10]Site officiel du Vikingeskibsmuseet  https://www.vikingeskibsmuseet.dk/en/visit-the-museum/exhibitions/the-five-viking-ships/skuldelev-1/, consulté le 21/10/19.

[11] Site officiel du Vikingeskibsmuseet  https://www.vikingeskibsmuseet.dk/en/visit-the-museum/exhibitions/the-five-viking-ships/skuldelev-2/,consulté le 21/10/19.

[12] Site officiel du Vikingeskibsmuseet  https://www.vikingeskibsmuseet.dk/en/visit-the-museum/exhibitions/the-five-viking-ships/skuldelev-3/,consulté le 21/10/19.

[13]Site officiel du Vikingeskibsmuseet  https://www.vikingeskibsmuseet.dk/en/visit-the-museum/exhibitions/the-five-viking-ships/skuldelev-5/, consulté le 21/10/19.

[14]Site officiel du Vikingeskibsmuseet  https://www.vikingeskibsmuseet.dk/en/visit-the-museum/exhibitions/the-five-viking-ships/skuldelev-6/, consulté le 21/10/19.

[15]Site officiel du Vikingeskibsmuseet  https://www.vikingeskibsmuseet.dk/en/professions/the-boat-collection/sea-stallion-from-glendalough/, consulté le 23/10/19.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search