« La vie intellectuelle en France 3 : Le temps des crises (de 1962 à nos jours) » – Anthony Gilmore

 

1. Couverture de l’ouvrage

L’ouvrage La vie intellectuelle en France : Tome 3 : Le temps des crises (de 1962 à nos jours) dirigé par Christophe Charle et Laurent JeanPierre s’intéresse au monde intellectuel à travers des périodes de tensions multiples comme la fin de la guerre d’Algérie, la « crise de mai 1968 », les tensions que provoquent pour les intellectuels le choix de se montrer ou non sur le petit écran, le poids croissant des journalistes dans le monde des idées, le pouvoir des médias audiovisuels, le nombre croissant de femmes intellectuelles, l’influence des intellectuels sur la vie politique et la politique qui rattrape les hommes de savoir, la partition entre intellectuels pro communiste, anarchiste, anti totalitariste, comme le montre le congrès pour la liberté de la culture, bien mis en évidence par Iona Popa dans cet ouvrage.

   Le monde intellectuel est en effet au cœur des théories politiques comme on le voit dans le chapitre consacré à « La nouvelle droite » par Anne-Marie Duranton-Crabol. De vastes domaines se retrouvent au cœur de la vie intellectuelle, notamment certains arts tels que la bande dessinée, la photographie en particulier avec le poids des crises diverses sur la pratique de ces arts, comme l’explique Laurent Martin dans sa contribution « Vers un régime intellectuel des arts ». Enfin la contribution de Pascale Goetschel portant sur « L’utopie réalisée du théâtre du Soleil », nous montre comment par l’intermédiaire du spectacle, c’est-à-dire la culture, la troupe d’Ariane Mnouchkine a pu pratiquer un théâtre contestataire, perçu comme une arme démocratique. Enfin l’art matérialiste et son regard par la population et les politiques en particulier George Pompidou à l’occasion de la construction de la Pyramide du Louvre nous sont donnés par Laurent Martin, dans sa contribution « L’avant-garde officielle : une mauvaise querelle ? ».

 

   Un des points centraux et névralgiques de l’ouvrage est de penser et de problématiser le fait que « la démocratisation relative et rapide de la vie des idées s’accompagne ainsi d’une prolétarisation qui n’a cessé de croître pendant la période… Les crispations intergénérationnelles et intercatégorielles se multiplient et s’accusent. Tout un ensemble de frustrations s’accumule, que les discours de crise, nostalgiques ou apocalyptiques, parviennent en partie à fédérer ». Loin d’être pessimiste cet ouvrage assène que « la démocratisation, la mondialisation et la féminisation des idées, redessinent déjà la vie intellectuelle de demain ».

La méthode employée afin de répondre à la problématique posée est de ne pas opposer l’apogée des Trente Glorieuses (1946-1975) à une époque postérieure ou les difficultés économiques, les bouleversements géopolitiques ou encore sociaux et les craintes liés à l’avancée de la numérisation des activités humaines seraient prégnants. Il est également de ne pas limiter les perspectives de l’ouvrage à la France mais de parler de l’influence française de par le monde et inversement. Cet ouvrage est un ouvrage dans lequel un nombre important d’universitaires a participé à sa rédaction et où le thème du conflit est présent dans chaque participation, que ce soit ; la lutte croissante pour l’attention médiatique, la Cinquième République des sciences : Transformations des savoirs et des formes d’engagement des scientifiques, l’essor et la disciplinarisation des sciences humaines et sociales, les idées politiques prégnantes autour de l’idée révolutionnaire, le régime intellectuel des arts, le rayonnement déclinant de la pensée française

 

   Selon cet ouvrage, l’intellectuel médiatique naît à la télévision lorsqu’André Glucksmann (Les Maîtres penseurs) et Bernard-Henri Lévy (La Barbarie à visage humain) sont les invités de Bernard Pivot dans l’émission « Apostrophes », le 27 mai 1977, leur donnant une tribune sans pareil. Il en résulte que les ventes de leurs livres explosent.

Jacques Rancière explique dans son ouvrage Le Maître ignorant (1987), que l’intelligence (ou la présumée capacité supérieure de penser) ne peut conduire à la formation d’un groupe spécifique. Selon lui, cela voudrait dire que les « intellectuels » deviendraient une « catégorie policière », ce qui reviendrait à confirmer l’ordonnancement d’un monde selon les fonctions des individus, ordonnancement qu’il faut justement défaire. « Intellectuel », pour Rancière, doit désigner au contraire la capacité de tous, ou l’ordinaire.

André Glucksmann, dans La cuisinière et le mangeur d’hommes (1975) (Seuil), associe systématiquement camps soviétiques et marxisme, association d’autant plus forte que l’auteur a abjuré son penchant marxiste et léniniste fort présent sept ans plus tôt. Ainsi, dans Stratégie et révolution (1968), il se réjouit que le « spectre de la révolution […] hante encore l’Europe ». Sept ans plus tard, sa condamnation du même marxisme a d’autant plus de poids : « Combien de fosses communes n’avons-nous point creusées au nom de fausses Communes ? », condamnation reprise par le même auteur dans Les Maîtres penseurs (Grasset) en 1977. La même année, Bernard-Henri Lévy publie La Barbarie à visage humain, également chez Grasset, avec une phrase couperet comme ouverture : « Staline n’est pas mort à Moscou, il est là parmi nous ». Lévy cible le stalinisme de même que la philosophie sur les désirs et devenirs révolutionnaires de Jean-François Lyotard (1924-1998), Gilles Deleuze (1925-1995) et Félix Guattari (1930-1992).

 

   Le début des années 1980 s’illustre par une pensée désormais dominante reposant sur trois fondations : liquider l’héritage de 1968 ; en finir avec l’aspiration à la révolution sous toutes ses formes ; conduire à l’acceptation du capitalisme et à l’encouragement de ses renouvellements. C’est par la revue, outil d’intervention intellectuelle s’il en est, que cette restauration est menée, notamment avec Commentaire, fondé par Raymond Aron (1905-1983) en 1978, dirigé par Jean-Claude Casanova, prônant simultanément atlantisme, conservatisme et libéralisme. De plus, cette restauration est menée au travers de livres faisant date, La République du centre (1988) par exemple, de François Furet (1927-1997), Jacques Julliard et Pierre Rosanvallon. La raillerie des engagements des décennies précédentes y est forte. Ainsi, Julliard évoque « les faux-semblants du luttisme de classe » ; pour lui, le militantisme est une « gesticulation […] ridicule ».

Quelques jeunes partisans de l’Algérie française ayant renoncé à l’activisme fondent le GRECE (Groupement de recherche et d’études pour la civilisation européenne) en 1968, alors qu’Alain de Benoist lançait Nouvelle Ecole (revue). Cette vision du monde néodroitière, voulant contrer le « gauchisme » culturel et intellectuel ambiant, resta longtemps adepte du positivisme scientifique défini par Alain de Benoist. Pour la Nouvelle Droite, la différence entre les cultures est absolue ; c’est pourquoi elle préconisait un retour au paganisme d’origine indo-européenne, à ses racines et à ses rites. Par ailleurs, elle renvoie dos à dos le libéralisme (incarnation de l’empire du mal américain au travers de la marchandisation du monde) et le marxisme (URSS). C’est dans la publication militante Eléments (1973) que s’exprimaient ces convictions. Il y eut 160 livraisons en plus de quarante ans). Alain de Benoist y signait des articles sous divers pseudonymes ou sous son nom, aux côtés d’Yves Chrétien, Guillaume Faye, Jean Mabire, Michel Marmin, Fabrice Valclérieux, Jean-Claude Valla, Dominique Venner ou Pierre Vial notamment.

 

   Cet ouvrage codirigé par Christophe Charles et Laurent JeanPierre est le dernier tome d’un ensemble réunissant trois ouvrages, les deux autres étant : La vie intellectuelle en France : 2 Le temps des combats (1914-1962) et La vie intellectuelle en France : 1 Des lendemains de la Révolution à 1914. Dans leur conclusion, les deux auteurs insistent sur le fait qu’ils ont voulu à travers cet ouvrage intégrer à l’histoire nationale les nombreux débats entre les autres pays qui enrichissent l’histoire des idées et les perspectives. Le choix de ne pas personnaliser cette histoire des idées mais au contraire de présenter au lectorat l’importance des groupes dans la configuration et dans les conflits entre idées différentes. Si je cite Christophe Charles et Laurent JeanPierre à la fin de leur ouvrage, leur objectif était celui de « réancrer la vie intellectuelle dans une histoire de la société intellectuelle ».

Le but de cet ouvrage du mot même des auteurs est de lutter centre « ce présentisme » ou la dominante actuelle sur la vie des idées en France serait celle d’une panne de sens ou d’avenir. Il y a une continuité alternant des moments où il y aura davantage de création et d’autres ou ce sera plus clos. Avant tout, il faut penser en terme de mutation. Le choix des auteurs comme ils l’expliquent dans leur conclusion a été de ne « pas subdiviser le dernier demi-siècle » à l’encontre de l’historiographie actuelle, qui autonomise des séquences courtes ; la raison étant que les mutations que nous connaissons actuellement sont dans la continuité des nouveautés qui émergent dans les années 1960.

Anthony Gilmore, Master 1 Histoire

______________________________________________________________________________

Christophe Charle et Laurent JeanPierre (dir.), La vie intellectuelle en France : Tome 3 : Le temps des crises (de 1962 à nos jours), Paris, Éditions Points, Collection Points Histoire, n° 552, 2019, 617 p.

______________________________________________________________________________

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search