« A. Barry, The Domus del Ninfeo at Ostia: Structure, Function and Social Context » – Inès Louvel

1. Couverture de l’ouvrage.

The Domus del Ninfeo at Ostia (III, VI, 1-3): structure, function and social context (2018) de Alessandra Batty est une publication consacrée à l’étude de la domus du Nymphée située à Ostie, port de la Rome antique. Ce travail est issu de la thèse d’Alessandra Batty soutenue en 2007 à l’université de Manchester. Diplômée d’archéologie à l’université de La Sapienza de Rome et d’un doctorat en Histoire de l’art à l’université de Manchester, elle a axé ses recherches principalement sur l’étude des sites archéologiques et de ses monuments, notamment Ostie.

 

   Cette domus n’avait encore jamais fait l’objet d’une analyse complète. En effet, la première description de la maison par G. Becatti en 1949 est très succincte[1]. Plusieurs publications se sont concentrées seulement sur un aspect de la maison comme celle de C. Pavolini qui traite des circulations internes des domus de l’Antiquité tardive [2]. Différents chercheurs ont étudié les peintures ou les pavements en opus sectile sans prendre en compte le bâtiment.

L’ouvrage aborde l’évolution de la structure, de sa création au IIe siècle à son abandon à la fin du IVe siècle. À l’origine, sous le règne d’Hadrien, l’insula se développait sur plusieurs étages avec de nombreux appartements et au rez-de-chaussée des boutiques. Au cours des siècles, la maison subit des modifications. Au IIIe siècle, elle est profondément remaniée afin de devenir la domus d’une seule famille.

 

   L’argument se développe en quatre grandes parties. Dans un premier temps, l’auteur revient sur l’historique des fouilles de la maison. Les fouilles de la Porta Marina en 1924 ont mis au jour seulement une partie de la domus. Cette dernière est totalement découverte en 1938, lors du projet E42 : « Esposizione Universale di Roma 1942 ». Cette exposition célébrant le régime fasciste devait avoir lieu en 1942. Elle a finalement été annulée à cause de la guerre. Ce projet avait notamment pour mission d’entreprendre la fouille complète d’Ostie, à la fois dans un but de propagande mais aussi économique afin d’attirer les touristes. La campagne commence donc en mars 1938 mais les méthodes de fouilles sont à remettre en question. Seules quelques brèves lignes et une photographie font mention de la maison dans les comptes-rendus de ces fouilles. Ainsi, deux problèmes majeurs se posent pour l’étude de ce bâtiment comme pour la plus grande partie du site : à la fois le manque de documentation mais également une restauration précipitée et excessive.

L’auteur réalise dans un deuxième temps une analyse topographique du voisinage. A. Batty revient notamment sur le projet d’urbanisme lié à l’extension du decumanus maximus d’Ostie vers l’ouest. La domus, située le long de cette voie, s’inscrit dans ce programme de construction à l’initiative d’Hadrien. L’empereur a permis un redéveloppement majeur du quartier autour de la Porta Marina. Les anciens bâtiments sont donc détruits, la route est élargie et les nouvelles constructions sont agencées de manière à former un ensemble homogène. Sur la parcelle étudiée, une insula est érigée. Des boutiques ouvrent en façade avec des appartements à l’arrière. Après cette période d’intenses transformations, la maison conserve ses boutiques en façade mais subit des modifications à l’arrière avec notamment l’occupation du terrain appartenant précédemment au domaine public.

 

   La deuxième partie représente le cœur de l’ouvrage. L’auteur développe en détail les différents états de la maison et l’évolution de la structure. Ainsi, A. Batty identifie quatre phases pour le bâtiment. La première est antérieure au IIe siècle mais sa description est cependant peu développée. D’une part, les vestiges ne sont pas visibles et d’autre part, cet état n’est pas assez bien décrit dans la documentation des fouilles réalisées en 1924 pour en faire une description précise. En revanche, pour la phase correspondant au projet de construction initié par Hadrien au IIe s., les informations sont riches. L’insula adopte une forme trapézoïdale. En effet, cette parcelle est contrainte à la fois par le tracé de la route et les constructions existantes. Sa forme allongée a permis à l’architecte de diviser l’espace en rangées horizontales. Le bâtiment devait se développer sur plusieurs étages avec vraisemblablement de nombreux appartements. L’auteur revient sur les techniques et matériaux utilisés pour les fondations et l’élévation. L’insula est organisée en trois rangées égales : une pour le commerce, une pour l’habitation et une pour un espace ouvert (ou jardin). Les boutiques en façade donnent directement sur le decumanus, selon une organisation bien connue dans le monde romain.

Cette disposition est désignée sous le nom de « strip insula ». On peut aussi appliquer la formule de « back-to-back » : boutiques d’un côté et des arrière-boutiques, parfois utilisées comme habitations sur l’autre côté. Cet arrangement permet de développer deux façades et d’apporter davantage de lumière à l’intérieur. La formule « back-to-back » présente cependant ici une variation puisque l’on observe un jardin à l’arrière, particularité propre à l’insula. L’architecte a également procédé à une division verticale de l’espace mais cette fois-ci en parties inégales : un espace dévolu aux escaliers et couloirs dessert à droite un logement luxueux et à gauche un deuxième plus modeste. L’auteur effectue ensuite une analyse précise de cette structure. L’espace central comprenait les escaliers menant aux étages et les couloirs d’accès aux logements du rez-de-chaussée. L’appartement de gauche, de 100m² est composé de deux pièces spacieuses dont l’une communique avec une boutique. Quant au logement de droite, de 200m², il comprend six boutiques en façade.

L’organisation de l’espace habitable a presque complètement disparu à la suite des modifications ultérieures. A. Batty propose cependant des reconstitutions possibles pour l’organisation intérieure. Enfin, l’espace ouvert au nord, entouré d’un mur dispose de plusieurs ouvertures vers l’extérieur. Les tabernae (boutiques) ouvrant sur le decumanus sont probablement indépendantes. Cependant, deux boutiques communiquent avec des pièces des logements. Elles étaient donc vraisemblablement gérées par ses habitants. À l’est, dans les trois dernières boutiques, des poutres sont visibles, vestiges d’une mezzanine. Il peut donc s’agir soit de l’appartement du commerçant de la boutique, soit d’un logement indépendant disposant d’un accès direct par des escaliers depuis la rue.

 

   Une troisième phase marque la réalisation de changements mineurs concernant notamment les pavements mais également certaines ouvertures. Enfin, la dernière phase connait des modifications au IIIe s. affectant tout le bâtiment. Les étages sont supprimés et le rez-de-chaussée est transformé en véritable domus, abritant désormais une seule famille. La maison existe jusqu’à la fin du IVe siècle.

La domus reste très influencée par le plan du bâtiment précédent et conserve en grande partie son articulation interne. Toutes les communications entre les boutiques et la maison sont condamnées. Une taberna est même supprimée et convertie en entrée principale. Cet accès est décoré de fresques (trois fragments représentent la vie rurale et une nature morte). La maison est enrichie de sols en marbre et d’un nymphaeum. Les pièces d’habitation étaient situées à l’est et les quartiers de service à l’ouest. La domus disposait probablement d’un étage sur la partie ouest.

 

   La troisième partie de l’ouvrage expose les états du bâtiment tout en prenant en compte la catégorie sociale des habitants, la fonction des pièces, la circulation interne et les espaces de réception. L’auteur met ainsi en avant le lien entre les modifications du bâtiment et le contexte social. L’insula est révélatrice d’une structure abritant différentes classes de la société. En effet, plusieurs classes sociales pouvaient y loger. Ce phénomène est dû en partie à la construction du port et donc à l’arrivée de nombreuses personnes. À l’inverse, la domus représente la prospérité d’un seul propriétaire. Il ne dépend ni de la location des boutiques ni des revenus apportés par la location des appartements à l’étage. Il devait donc vivre de la terre, d’où la présence des fresques dans l’entrée évoquées plus haut.

Le luxe est bien présent dans la maison : fresques, utilisation abondante du marbre et une duplication des espaces (deux entrées principales, deux antichambres, deux ou trois salles à manger). Cette multiplication des pièces peut être à l’origine du changement dans la cérémonie de la salutatio, à la fois d’un point de vue social mais aussi économique. Après le règne d’Hadrien, on observe un changement radical de relation entre la classe haute (potentiores) et la classe basse (humiliores) de la population. La maison est donc ici modifiée afin de garder une séparation nette entre les différentes classes sociales : distinction entre la partie où le dominus reçoit (aile est), du quartier de service (aile ouest) et des pièces d’habitation du dominus et de sa famille (à l’étage au-dessus de l’aile ouest). L’organisation interne de la maison reflète les changements sociaux de l’époque.

 

   Enfin, dans une dernière partie, l’auteur s’intéresse à la fois au contexte historique et au contexte social. En effet, la ville d’Ostie comme beaucoup de villes de l’Empire romain, est touchée par la crise du IIIe siècle. Les invasions barbares et les conflits violents ont des répercussions sur la politique et l’économie. Certains bâtiments sont abandonnés comme les thermes del Nuatatore (230-240) ou la boulangerie dans la Via dei Molini (fin du IIIe s.). Pendant la crise du IIIe s., une centaine de boutiques sont même fermées ou démolies. On peut donc s’interroger sur l’aménagement de cette luxueuse maison en ces temps difficiles. Malgré cette crise, Ostie reste une ville à la fois active et attractive grâce à l’action des empereurs et des praefecti.

 

2. Plan de la Domus au IIe siècle, dans A. Batty, The Domus del Ninfeo at Ostia (III, VI, 1-3): structure, function and social context, BAR International Series 2909, Oxford, BAR Publishing, 2018, p. 59 (fig. 58).

   La fin de l’ouvrage est consacré à cinq appendices traitant des index géographiques, de briques estampillées de l’habitation, des restaurations de la domus puis d’un jeu de société retrouvé sur une dalle du bassin du nymphaeum. Cette publication de 238 pages est richement illustrée de vingt et une planches et de 166 figures. Certaines planches des plans et coupes de la maison sont téléchargeables en ligne permettant ainsi l’observation des détails [3].

Batty effectue ici une analyse précise du bâtiment tout en présentant son interaction avec le monde extérieur et son implantation dans la ville de l’Antiquité tardive. L’auteur confronte également les données archéologiques au contexte historique et au contexte social. Cette publication a d’ailleurs reçu des critiques positives de la part de plusieurs chercheurs. Le Pr J. R. Clarke, de l’université du Texas à Austin, a notamment qualifié ce travail de pionnier, proposant un exposé à la fois raisonné et approfondi d’Ostie à l’Antiquité tardive. Le Pr Neil Christie de l’université de Leicester qualifie même cet ouvrage de précieux, permettant d’offrir une bonne compréhension du fonctionnement de la ville d’Ostie. Elle précise également que les études des domus de la ville sont encore incomplètes. N. Christie ajoute notamment que ce travail sera d’un grand intérêt à tous ceux étudiant aussi bien Ostie que Pompéi ou encore l’urbanisme romain en général.

On peut cependant regretter le manque de comparaisons avec des exemples de l’Empire romain ou même d’Ostie. A. Batty justifie son choix. Pour elle, chaque maison est unique et doit être analysée séparément. En effet, les différentes maisons ne respectent pas un schéma codifié mais au contraire en sont une variante. Chaque domus est donc l’expression des besoins du propriétaire mais aussi de son adaptation à son environnement.

Cette méthode d’analyse, confrontant les données archéologiques avec le contexte social et le contexte historique, peut s’appliquer à d’autres domus d’Ostie ou de villes antiques de l’Empire romain. L’auteur mentionne une lacune importante concernant l’analyse complète des domus de l’Antiquité tardive d’Ostie. Ce domaine d’étude reste donc encore largement ouvert à la recherche.

Inès Louvel, Master 2 Histoire de l’art

 

______________________________________________________________________________

Alessandra Batty, The Domus del Ninfeo at Ostia (III, VI, 1-3): structure, function and social context, BAR International Series 2909, Oxford, BAR Publishing, 2018, 238 p.

______________________________________________________________________________

Notes :

[1] Becatti, G., Case ostiensi del tardo impero, Roma, La Libreria dello Stato, 1949.

[2] Pavolini, C., « Un gruppo di ricche case ostiensi del tardo impero : trasformazioni architettoniche e cambiamenti sociali » in Marmoribus vestita. Miscellanea in onore di F. Guidobaldi, 2011.

[3]  https://www.barpublishing.com/additional-downloads.html


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search