« Les tessères de Palmyre » – Stéphany Heurdier

 

Les tessères, méconnues du grand public et pourtant digne d’être connues de tous, sont essentielles pour comprendre les coutumes et les croyances qui existaient à Palmyre. Cet article est ici pour remettre à l’honneur ces petits objets fascinants par leur richesse iconographique.

Fig. 1. Tessère en terre cuite. H. : 2,66 cm ; L. : 2,90 cm ; Ép. : 1,11 cm. Palmyre, Ier-IIIe siècle ap. J.-C., Paris, Musée du Louvre.

_______________________________________________________________________

 

Une définition

   Commençons cet article en rappelant qu’une « tessère [en latin tessera] est un jeton en terre cuite, mais aussi en métal, sur lequel sont portées des indications graphiques ou iconographiques permettant d’en faire un signe de reconnaissance : des tessères peuvent être des bulletins de vote, des billets d’entrée, des bons pour obtenir du blé ou du pain », ainsi que le définit Alain Duval, conservateur en chef du musée des Antiquités nationales de Saint-Germain-en-Laye. Les tessères permettaient aux palmyréniens d’accéder à des banquets, des cérémonies et même aux distributions d’aliments. De très petites dimensions, elles sont faites de diverses formes (carrée, rectangle, triangle, étoile…) et matières (terre cuite, ivoire, métal…).

   Les plus anciennes tessères remontent à l’époque parthe (IIIe siècle avant J.-C.-IIIe siècle après J.-C.). Plus communément appelées « bulles », du fait de leurs formes irrégulières, bon nombre d’entre elles ont été retrouvées dans la « Ville des Artisans », à proximité de Suse en Iran. Leur procédé de fabrication est très proche des tessères : il consiste à aplatir une boulette d’argile et la marquer sur ses deux faces à l’aide d’un cachet pour ensuite la cuire. Elles servaient essentiellement dans le cadre de cérémonies funéraires telles des jetons d’invitation.

   Dans le monde occidental, l’utilisation des tessères diffère des parthes. En Grèce, elles étaient utilisées par les juges de l’Héliée (tribunal populaire) en tant que carte d’entrée après leur élection, pour accéder au tribunal et étaient ensuite échangées contre le paiement du triobole. Les Romains reprirent cette coutume des tessères, mais pour des domaines plus variés. En effet, elles avaient un rôle militaire en étant utilisées par des soldats appelés tesserarius qui avaient pour mission de transmettre les ordres grâce aux tessères. Elles étaient aussi employées pour faire passer des personnes d’une ville à une autre. Les autres utilités de ces petits objets étaient de permettre à la plèbe, par un système d’échange de tessères, d’avoir accès aux distributions de blés et d’accéder aux festivités.

 

Les tessères de Palmyre

   L’utilisation de tessères à Palmyre est apparue lors de la conquête de la ville par l’Empire romain sous le règne de l’empereur Tibère en 19 après J.-C. Tout comme les Romains, les palmyréniens utilisaient les tessères pour entrer à des assemblées, des cérémonies et des fêtes, ou encore pour accéder aux distributions d’aliments, comme du blé, du vin…

   L’iconographie de ces tessères est d’une richesse qui est unique en son genre. Actuellement on ne dénombre pas moins de 1200 types iconographiques différents. Parmi les thèmes convoquées, on retrouve des représentations humaines avec des scènes de culte et de banquets qui représentent la majorité des motifs retrouvés sur ces tessères. Effectivement, les archéologues ont pu retrouver de nombreux jetons figurant des prêtres aux banquets en position allongée, mais aussi en train de réaliser des sacrifices sur un pyrée.

   De nombreux dieux et déesses étaient aussi portraiturés sur ces tessères palmyréniennes. Ces divinités montrent parfaitement le syncrétisme religieux qui existait à Palmyre et qui fait la particularité de cette cité. Cette dernière a subi les influences culturelles des peuples environnants – tels que les Babyloniens, Phéniciens, Arabes, mais également les cananéens – sur plusieurs centaines d’années voire milliers d’années,  Les chercheurs ont découvert que le monde occidental contribua à élargir le répertoire divin puisqu’il existe un très grand nombre de tessères représentant des divinités issues des croyances gréco-romaines. Ce mélange religieux peut se voir à travers le dieu Zeus-Bêlos et la déesse Allât-Athéna, originaires tous deux de Grèce, mais dont le premier est associé à un dieu babylonien et la seconde à une déesse arabe.

   Des symboles très divers accompagnent ces représentations anthropomorphes. Ils ont une signification assez précise qui permet la plupart du temps de déterminer l’identité de certaines divinités lorsqu’il est compliqué de l faire par leur simple représentation ou par manque d’inscription épigraphique. Les symboles les plus courants qui ont été retrouvés sur ces tessères sont la sphère qui est un élément iconographique du dieu Bêl, l’anneau ou les deux anneaux qui agissent en complément de la sphère céleste, mais aussi les étoiles et les planètes, notamment la planète Vénus qui est représentée sur les tessères par deux étoiles, celle du matin et celle du soir, devant et derrière le soleil. Ces deux étoiles figurent les divinités Shamash et la déesse Ishtar. Les tessères contiennent d’autres éléments iconographiques tels que des animaux qui sont très souvent la forme secondaire des divinités, par exemple l’Aigle qui est l’attribut de Ba’al Shamîm et des éléments architecturaux comme des temples. En effet, grâce aux tessères, les chercheurs ont pu établir qu’un sanctuaire fut dédié à Atargatis à Palmyre, dont aucune trace ne subsiste jusqu’à aujourd’hui.

   Il est important de mentionner que les tessères peuvent contenir des inscriptions araméennes et plus particulièrement palmyréniennes. Ces inscriptions sont très importantes  car elles permettent d’interpréter plus facilement le sujet ou la personne portraiturée. Par exemple sur certaines tessères, le nom de particuliers ou de divinités est inscrit, ce qui permet leur identification. Un lien peut avoir lieu entre le fond et la forme. Autrement dit, les tessères reprennent parfois la forme du thème représenté. De fait, si un édifice est matérialisé sur une des deux faces, la tessère prendra parfois la forme de ce dernier.

   Après une période de prospérité qui dura près de deux siècles, Palmyre devenue colonie romaine après la défaite de Zénobie face à l’empereur romain Aurélien vers 271 après J.-C., déclina, entrainant l’arrêt peu à peu de la production des tessères à la fin du IIIe siècle. Aujourd’hui, on peut retrouver les tessères de Palmyre dans les collections des plus grands musées du monde tels que le Metropolitan Museum of Art de New-York, le British Museum de Londres et même le musée du Louvre de Paris, qui détient une trentaine de tessères palmyréniennes et même quelques « bulles » provenant de Suse.

 

La mise en place d’un corpus

  Le Recueil des tessères de Palmyre de Harald Ingholt, Henri Seyrig, Jean Starcky et André Caquot, publié en 1955 recense 1121 tessères et se présente de fait comme la publication la plus complète concernant les tessères de Palmyre. D’abord référencées, décrites et analysées, les tessères sont ensuite photographiées, ce qui permit d’élaborer rapidement un corpus et de retrouver le lieu de conservation pour chacune d’elles.

   La deuxième étude indispensable est celle de Robert du Mesnil du Buisson, auteur de Les tessères et les monnaies de Palmyre : un art, une culture et une philosophie grecque dans les moules d’une cité et d’une religion, sémitiques : inventaire des collections du Cabinet des médailles de la Bibliothèque Nationale. Publiée en 1944 puis réédité et complété en 1962,  l’ouvrage de Robert du Mesnil du Buisson est une base pour tout chercheur voulant des informations très précises sur l’iconographie des tessères. Chaque chapitre de son ouvrage est consacré à un thème iconographique, comme on peut voir avec la partie dédiée aux divinités féminines, ce qui est un véritable soutien pour identifier ces déesses occidentales et orientales. Cet ouvrage est également accompagné d’un volume de planches illustrant les tessères citées par Robert du Mesnil du Buisson et il fonctionne en complémentarité du Recueil des tessères de Palmyre, en allant jusqu’à incorporer une partie pour indiquer les correspondances des numéros des tessères citées entre les deux livres.

Stéphany Heurdier, Master 1 Histoire de l’art

 

_______________________________________________________________________

Bibliographie :

– Du Mesnil du Buisson R., Les tessères et les monnaies de Palmyre : un art, une culture et une philosophie grecs dans les moules d’une cité et d’une religion, sémitiques : inventaire des collections du Cabinet des médailles de la Bibliothèque Nationale, Paris, E. de Boccard, 1962.

– Ingholt H., Seyrig H., Starcky J., Caquot A., Recueil des tessères de Palmyre, Paris, P. Geuthner, 1955.

– Starcky J., « Palmyre », in Revue de l’histoire des religions, n° 143-2, 1953, p. 259-260.

– Site du ministère de la culture, « Les tessères », consulté le 12 décembre 2019, http://archeologie.culture.fr/palmyre/fr/tesseres

 



Citer ce billet
Florian Metral (2020, 5 juin). « Les tessères de Palmyre » – Stéphany Heurdier. Investigatio. Consulté le 19 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ra6r

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search