« L’iconographie d’Harpocrate dans l’art ptolémaïque » – Laetitia Faure

 

La dernière période de l’histoire égyptienne antique est marquée par un harmonieux mélange de la culture égyptienne traditionnelle et des manières d’être et de penser typiquement Grecques. Cela est dû à la prise de pouvoir de la dynastie des Lagides, héritière d’Alexandre le Grand sur les terres d’Égypte. Ainsi, l’urbanisme, l’économie et la politique suivent de plus en plus les critères apportés par les colons, tout en gardant certaines habitudes autochtones. La religion est également marquée par les tendances helléniques, et notamment, la manière de représenter les dieux traditionnels, qui sont assimilés à des divinités venues de Grèce.

Parmi ces dieux égyptiens qui bénéficient d’une iconographie élargie et complexifiée, le cas du petit dieu Harpocrate, l’image de Horus l’Enfant, le fils d’Isis dans ses premiers jours, est intéressant à développer. Il était jusque-là, en effet, couramment représenté naissant d’une fleur de lotus, symbole du matin primordial. Avec l’arrivée des tendances artistiques hellénistiques, il voit son répertoire iconographique particulièrement enrichi, qu’il s’agisse des postures adoptées par le dieu ou des attributs qu’il présente.

_________________________________________________________________________

 

Harpocrate sur la fleur de lotus

   L’intérêt des érudits pour l’iconographie d’Harpocrate est assez ancien, mais cette dernière n’a été réellement étudiée que récemment. Au XIXe siècle, G. Lafaye, dans son catalogue Histoire du culte des divinités d’Alexandrie : Sérapis, Isis, Harpocrate et Anubis, hors de l’Égypte, depuis les origines le présente surtout comme une figure des Mystères, où il personnifie la résurrection. Il rapporte que les fidèles du dieu l’adoraient « sous la forme d’un jeune enfant qui paraît sortir du sein de la fleur mystique (le lotus). Il représente pour eux la nature divine et celle de l’homme dans ce qu’elle a de divin et d’impérissable ». Pour lui, ses attributs l’associaient, chez les Grecs, aux jeunes enfants. La présence de la cornucopia symbolise les forces inépuisables et renaissantes de la nature, suivant un cycle perpétuel. Il s’intéresse plus particulièrement aux mystères d’Isis et aux rites ponctuant son culte. Il ne fait qu’évoquer Harpocrate, indiquant qu’il était appelé dans les textes « Oros », « Horos » et « Har-par-Khrat », ce qui signifie « Horos l’enfant ».

L’italien R.V. Lanzone écrit un Dizionario di mitologia egizia dans les mêmes années, publié à Turin. Il nomme le dieu « Hor pi-xrad », et il reconnait dans certaines figurines les traits caractéristiques de Chonsou, tels le disque lunaire, les cornes et les bourgeons. En 1921, P. Perdrizet publie la collection de terres cuites de M. Fouquet. Il voit Harpocrate comme le patron des petits garçons, ainsi que comme une divinité agraire. A. Delatte et Ph. Derchain rédigent ensemble le catalogue des gemmes exposées au Cabinet des Médailles, intitulé Les intailles magiques gréco-égyptiennes à la Bibliothèque Nationale, Cabinet des Médailles et des Antiquités, publié à Paris en 1964. Selon eux, l’image de l’enfant assis sur une fleur de lotus est une illustration générale de la naissance du soleil. Cela serait en fait une allusion au démiurge émergeant de la fleur lors de la création du monde. Parfois, il est accompagné d’un serpent ureus couronné du basileion, que l’on peut aussi voir au pied du dieu Sérapis. Cela serait alors la représentation du cycle solaire complet, puisque Sérapis symbolise le monde chtonien, commençant par la naissance du soleil dans la fleur de lotus, arrivant ensuite à maturité, et terminant son parcours dans les ténèbres.

Gr. Bakowska s’est plus particulièrement penchée sur les gemmes magiques dans son traité La rappresentazione di Arpocrate sulle gemme magiche, publié à Alessandria en 2004. Elle met en lumière la présence d’un enfant assis sur un lotus dans les figures du Zodiaque, souvent placé au-dessus d’un lion. Selon elle, il incarnerait le début de la crue. Enfin, plus récemment, S. Sandri estime que l’image de l’enfant assis dans un lotus rose relevait d’une plastique purement gréco-égyptienne, bien que cette fleur pousse en Inde. Cette dernière aurait été introduite en Égypte à une époque tardive, mais que sa symbolique demeure encore assez obscure.

Au début du XXIe siècle, Michel Malaise, professeur de Lettres à l’Académie royale de Belgique, est revenu sur ces cultes dédiés aux divinités osiriennes. Malaise indique que, dans certains cas, les textes grecs mentionnent uniquement le nom d’Horus, faisant référence au dieu-faucon, fils d’Osiris et dieu protecteur de la royauté égyptienne. En revanche, dans d’autres cas, on appelle le dieu par le nom d’Harpocrate : on entre alors dans une évocation des mystères isiaques, et le dieu prend une dimension plus complexe et plus spirituelle. D’après Pierre Norma, Harpocrate est seulement le nom par lequel les Lagides désignaient le dieu Horus, fils d’Osiris et Isis. Mais, en réalité, cette question est beaucoup plus complexe. L’archéologie et les analyses iconographiques ont prouvé que non seulement ces deux divinités n’étaient pas confondues, mais encore elles possédaient toutes deux leurs propres attributs et leurs propres fonctions. De plus, l’une était même considérée comme étant antérieure à l’autre. On trouve dans les textes grecs le nom d’Horus mentionné seul. Dans ce cas-là, il est fait référence au dieu-faucon, fils d’Osiris et dieu protecteur de la royauté égyptienne. En revanche, lorsqu’on appelle le dieu par le nom d’Harpocrate, on entre alors dans une évocation des mystères isiaques, et ce dernier prend une dimension plus complexe et plus spirituelle. L’iconographie d’Harpocrate sortant de la fleur de lotus n’a donc pas fini de stimuler les cellules grises des érudits et des chercheurs.

 

Harpocrate à la corne d’abondance

   Un autre thème iconographique peut être davantage étudié que les autres, grâce aux très nombreuses statuettes en terre cuite qui reprennent ce modèle : celui de l’Harpocrate à la corne d’abondance. Harpocrate est montré debout, déhanché, le plus souvent nu, ou portant une draperie sur l’épaule ou sur le bras. Dans certains cas, il est vêtu d’une tunique. Il est coiffé du pschent, la couronne de Haute et de Basse Égypte, et, dans la grande majorité de cas, une couronne de fleurs. Cette dernière peut être réduite à deux boutons de lotus. La coroplastie romaine a livré beaucoup de figurines du type d’Harpocrate à la cornucopia, faisant varier les attitudes du dieu-enfant. Il est représenté assis à terre ou sur une fleur de lotus, accompagné ou non d’un animal, mammifère ou oiseau.

Un grand nombre de figurines en terre cuite d’Harpocrate le représente accompagné de l’oiseau sacré d’Horus, confirmant ainsi l’identité du jeune dieu. Fischer se penche plus particulièrement sur la corne d’abondance, reprise fréquemment dans les représentations du pharaon Ptolémée II et de son épouse Arsinoé. L’aspect double de cette corne, appelée alors dikeras, symbolise les bienfaits du roi, et est rapidement devenue un motif récurrent des monnaies lagides. Selon la légende, elle aurait été confiée au roi par Sérapis, puis serait passée aux mains d’Harpocrate, personnification de l’héritier royal et du protecteur du pays d’Égypte. Il peut alors être rapproché d’un autre dieu-enfant, Ploutos, le fils de Déméter, dont la corne d’abondance constitue l’unique attribut. Puis, encouragés par la cour lagide, les prêtres font d’Harpocrate un dieu de la fertilité.

 

Harpocrate au pot

   Un  type  particulier   de   représentation  d’Harpocrate  est  celle   dite   « au   pot »,  en   grec « khernibopastés », également connu sous l’appellation erronée « d’aspergeur d’eau lustrale». Ce pot, qui est alors le principal attribut du dieu, a beaucoup intrigué les archéologues. Pour Maspéro, il fait écho au pot rond qui contenait de la bouillie épaisse, qui servait de première nourriture aux enfants à peine sevrés. Cette bouillie, appelée athéra, était un plat typiquement égyptien, et était réalisée avec de la farine et des lentilles. Par ce contenant, les enfants sont donc assurés d’être toujours nourris par la divinité. Cependant, il est l’attribut d’autres divinités isiaques. D’autres figurines montrent un pendant féminin d’Harpocrate, appelé couramment «la jumelle ». Il s’agit d’une pure création, destinée à servir de patronne aux petites filles, à l’instar d’Harpocrate qui lui protégeait plus particulièrement les garçons. Certains égyptologues pensent qu’il pourrait aussi s’agir d’Isis représentée sous une forme enfantine.

La plupart de ces figurines respectent le même schéma iconographique : la fille est nue, vêtue d’une tunique courte relevée à la hauteur des hanches, les jambes écartées, laissant le sexe visible, la main plongée dans le pot. Ce dernier peut également être l’attribut de Bès, le tuteur d’Harpocrate, parfois assimilé à son jeune protégé. Enfin, le pot rond était parfois tenu dans la main gauche d’Isis représentée en divinité agraire, assise dans une corbeille de blé. Il peut aussi être couché horizontalement contre un pilier.

 

Harpocrate sur les stèles guérisseuses

   L’autre thème iconographique bien connu d’Harpocrate est à chercher dans le domaine de la magie dite « sympathique », née pour aider les humains à se défendre contre les mauvais génies. Il s’agit de l’image d’Harpocrate sur les crocodiles, gravés sur de nombreuses stèles appelées «stèles guérisseuses », ou cippes, et était censée soulager le fidèle du mal qui l’accable. Ce type iconographique suit les normes iconographiques établies. Le plus souvent, Harpocrate tient deux serpents dans ses mains. Mais il peut également serrer des scorpions, une antilope, un lion, attachés par un lacet qui passe autour du cou ou de la queue. Cette iconographie peut être complétée par plusieurs attributs, dont le lotus perché sur une haute tige, et flanqué des deux grandes plumes du dieu Amon, ainsi que, faisant pendant au lotus, la représentation du dieu du soleil Rê-Sokaris, à tête de faucon et coiffé du disque solaire et orné de l’ureus. L’image gravée est parfois complétée par une frise de figures divines, constituant le panthéon des forces cosmiques qui associent leur puissance à celle du dieu représenté au-dessus. Plusieurs divinités peuvent être identifiées : Horus, Thouéris, Maât, Atoum, Neith, Hathor, Sekhmet, Néfertoum, Selket la déesse- scorpion, Sobek le dieu- crocodile et Khonsou. Elles sont parmi les plus importantes du panthéon égyptien.

Le dieu tient dans ses mains deux serpents, ce qui est le signe de son pouvoir. Cette attitude le rapproche de Khonsou, dont l’une des fonctions principales est de chasser les génies malfaisants. On peut faire appel à une magie plus puissante encore, en inscrivant sur des amulettes le nom du Créateur, qui reste un secret absolu, et qui, selon les anciennes croyances égyptiennes, pouvait repousser n’importe quel danger. Le pouvoir de la stèle se trouvait renforcé par les hiéroglyphes transcrivant le nom du dieu, mais utilisant des signes obscurs, non déchiffrables par des profanes. L’ajout du nom caché de la divinité transférait toute la puissance de cette dernière à la stèle. En observant plusieurs de ces cippes, les archéologues ont remarqué la présence récurrente de trois hiéroglyphes pour signifier le vrai nom du dieu. D’abord, la feuille de nénuphar (sarpet), qui symbolise la naissance de l’astre au premier matin du monde. Ensuite, le lion (mai), qui représente l’aspect souverain du dieu sur le monde qu’il a créé et qu’il domine du ciel. Enfin, le bélier (ser) était le symbole de la mort du soleil au crépuscule, avant sa renaissance à l’aube. Le cycle solaire est donc résumé par ces trois hiéroglyphes.

Représenter cette image sur une amulette associait celui qui la portait au cycle sans cesse renouvelé du dieu, et était réputée être un puissant moyen de protection. Les Égyptiens croyaient que des mauvais génies venaient des quatre points cardinaux pour « arracher la magie heka d’un homme ». Ils sont représentés sur les cippes sous les traits des crocodiles, anéantis par le dieu. Leur défaite rituelle est illustrée dans le chapitre XXXIII du Livre des Morts. Certains égyptologues rapprochent la mèche latérale du dieu Harpocrate de l’appendice caudal du scorpion. Cette image était figurée sur tous les types de supports, que ce soit une stèle, une amulette-pendentif ou une statue de particulier. Sur les objets de petite taille, seuls les éléments essentiels étaient représentés, et les textes étaient abrégés, en n’utilisant que les premiers mots des formules jugées nécessaires. Pour ajouter encore la magie des couleurs à la représentation d’Harpocrate sur les crocodiles, on a utilisé une pierre de teinte verte, une couleur associée à la bonne santé. Quant au nain, fréquemment associé à Ptah, il représentait la forme cachée du dieu solaire, incarnant alors un aspect plus puissant de Rê. Arrivé chez les Grecs, il fut appelé « patèque », car on l’assimila à une divinité phénicienne qui possédait certaines caractéristiques communes.

 

Harpocrate sur un trône

Harpocrate peut également adopter une attitude plus fréquente dans les représentations divines : assis sur un trône. Il est nu, a des traits poupins, la mèche de l’enfance qui tombe sur son épaule et le doigt à la bouche. Il est coiffé du pschent orné de l’ureus. Cela insiste sur son caractère royal, et le place comme héritier de son père Osiris, malgré son jeune âge.

   Il revendique donc le titre de roi au nom de l’héritage paternel. Ce type iconographique ne montre donc pas Harpocrate en tant qu’enfant solaire naissant des marais au premier jour du monde, mais en tant que fils d’Osiris qui se défend afin d’obtenir le droit de lui succéder sur le trône.

 

Harpocrate avec Sérapis et Isis

   Enfin, Harpocrate apparaît sur un grand nombre de camées en compagnie de ses parents, Sérapis et Isis. Il s’agit alors de la représentation de la triade alexandrine, et il joue le rôle de dieu-enfant. Le type iconographique choisi est alors celui à la corne d’abondance, évoqué plus haut.

Dans ce cas précis, l’enfant uni à ses parents symbolise la stabilité de la famille divine et, par extrapolation, celle de la maison royale, garante de la prospérité du royaume et du maintien de l’ordre cosmique.

 

Conclusion

   Son statut dans la religion égyptienne ptolémaïque apparaît donc complexe. En effet, son image est gravée sur un petit nombre de pièces de monnaie, contrairement à ses parents, qui étaient le thème privilégié de la numismatique. Par ailleurs, il n’est presque jamais seul sur les camées, supplanté par Sérapis ou par un groupe de divinités, le plus couramment la triade isiaque.

En revanche, les statuettes en terre cuite constituent un très vaste champ d’investigation pour étudier les représentations du dieu. Il semble être un des thèmes favoris des artisans des ateliers alexandrins et des environs. Ces figurines étaient plutôt destinées à un culte privé, rendu chez les particuliers, ce qui suggère qu’Harpocrate était principalement vénéré dans le secret des maisons.

Laëtitia Faure (Master 2 Histoire de l’art)

 

_________________________________________________________________________

Bibliographie

– BRICAULT L., Michel Malaise, Pour une terminologie et une analyse des cultes isiaques, critique d’ouvrage, Mémoires de la Classe des Lettres, Académie royale de Belgique, Bruxelles, 2005, p 34-41

– ÉTIENNE M., Heka, Magie et envoûtement dans l’Égypte ancienne, « Les Dossiers du musée du Louvre », Réunion des Musées Nationaux, Paris, 2000, pp 14- 67

– LAFAYE G., Histoire du culte des divinités d’Alexandrie : Sérapis, Isis, Harpocrate et Anubis, hors de l’Égypte, depuis les origines, Bibliothèques des Écoles françaises d’Athènes et de Rome, 1884, p 97

– MALAISE M., « Questions iconographiques haprpocratiques soulevées par terres cuites gréco-romaines », in Hommage à Jean Leclant, Études isiaques, vol. 3, IFAO, Le Caire, 1993, pp 373-383


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.