« Coroplathie et grande statuaire : l’exemple de l’Éros endormi » – Victor Chapelle

 

   La coroplathie permet l’analyse de la sculpture à bien des égards. À la période hellénistique, celle-ci se développe considérablement grâce aux innovations techniques. Ces dernières d’accroître le nombre de pièces produites et de complexifier les sujets en suivant la tendance hellénistique au développement des formes dans l’espace et à la précision du rendu des émotions et des chairs.

________________________________________________________________________

 

   Basée en principe sur la grande statuaire, il apparaît que la coroplathie ne se limite pas à la simple reproduction en petit format des grands modèles célèbres. En effet, les coroplathes, artisans de leur époque, artistes pour la nôtre, témoignent d’un véritable élan de création. Certes, inspirées de sculptures issues de la grande statuaire, certaines figurines de terres cuites présentent des éléments trop différents du modèle original pour être qualifiées de simples reproductions de petite taille. Ainsi, il est préférable de parler d’inspiration au service de la création.

1. Éros endormi, trouvé à Myrina, vers 150-100 avant J.-C., 16,7 x 12 cm, Musée du Louvre, Paris.

La figurine en terre cuite de l’Éros endormi du Louvre (fig. 1) est un bon exemple de ce type de réflexion. Cette œuvre a été trouvée lors des campagnes de fouilles menées entre 1874 et 1882 dans la Nécropole de Myrina, située sur la côte qui borde la mer Égée de l’actuelle Turquie, entre Pergame et Smyrne qui sont toutes deux localisées à quelques dizaines de kilomètres. C’est près de 1700 figurines qui ont été révélées par ces fouilles. Parmi, ces nombreuses œuvres qui témoigne de l’activité considérable des ateliers de coroplathie à Myrina, l’Éros endormi, daté de la deuxième moitié du IIe siècle occupe une place intéressante. De fait, il est intrigant de constater que sa découverte ne fait pas l’objet d’un intérêt particulier.

Cette figurine représente le dieu à demi-allongé sur un rocher. Le haut son corps est rejeté vers l’arrière tandis que ses jambes sont écartées. La jambe gauche semble totalement relâchée mais la jambe droite est appuyée sur une saillie du rocher au niveau du talon. Sa tête retombe vers l’arrière et est couverte en bonne partie par le bras droit. Le bras gauche passe derrière le rocher et semble servir d’appui pour ne pas en chuter. En effet, le buste est marqué par une légère torsion vers la gauche, due au geste du bras droit. De ce fait, la partie droite de son buste ne repose pas sur le rocher. Cela donne à son « assise » un caractère relativement inconfortable. Ceci étant pris en compte, le titre donné à cette œuvre paraît trompeur.

2. Satyre Barberini ou Faune Barberini, trouvé à Rome, vers 230-200 avant J.-C., 2,15 x 1,81 m, Glyptothèque de Munich.

Il est difficile d’imaginer par cette position qu’il est endormi. Ces observations et remarques ont été faites dans un cas très similaire. En effet, les caractéristiques de l’Éros endormi du Louvre sont les mêmes que chez le Satyre Barberini (figure 2). De fait, il est intrigant sur ce point de constater que ce rapprochement ne fait pas l’objet d’un intérêt particulier depuis la découverte de la figurine. Dans les catalogues raisonnés des terres cuites du Louvre, sa filiation avec le Satyre Barberini est simplement mentionnée sans aller plus loin.

Cette œuvre exemplaire de la sculpture hellénistique qu’est le Satyre Barberini est l’une des représentantes de la sculpture rattachée à la cité de Pergame. Il s’agit d’une œuvre en bronze que l’on connait par le biais d’une copie romaine en marbre aujourd’hui conservée à la Glyptothèque de Munich. Il est en tout point semblable à l’Éros endormi du Louvre, mais sa jambe droite est plus relevée. Cela est dû à une restauration moderne qui lui donne toute la force érotique qu’on lui connait.

Communément, on parle de « baroque hellénistique » pour qualifier ce type de représentation. Ce terme est cependant prendre avec précaution puisqu’il s’agit d’un anachronisme. Cela permet cependant de déterminer de fortes caractéristiques mises en avant par la sculpture baroque de l’époque moderne que l’on retrouve dans cette sculpture de la période hellénistique, à savoir un fort jeu de contraste avec des chevelures ciselées et des musculatures bien travaillées mais aussi un goût pour la représentation des émotions dans une démarche très théâtrale. Au premier regard, cette œuvre pourrait passer pour un simple jeune homme endormi. Mais le regard attentif du spectateur permet d’en percer les secrets. En faisant le tour, il est possible d’apercevoir une queue animale dans le bas du dos.

En s’arrêtant sur la chevelure, des petites cornes sont suggérées en soulevant subtilement la chevelure bouclée du personnage. L’effet de surprise est alors bien mené et le constat est sans appel, ce jeune homme est en réalité un Satyre. Ce mécanisme de découvertes mis en place par le sculpteur est un procédé tout à fait courant dans la période hellénistique, avec un public qui développe un goût pour le spectaculaire et toutes les émotions qu’il suscite.

 

   Mais il est impossible, pour notre terre cuite, de passer à côté des ailes qui figurent dans le dos. Dès lors, cela renverse fortement les constats que l’on pouvait réaliser d’emblée. Cette figurine ne peut être vue comme une reproduction conforme du Satyre Barberini. Il est donc possible de considérer que celle-ci relève d’une véritable volonté créatrice du coroplathe. Non content de reproduire parfaitement le grand modèle certainement très célèbre en son temps qu’est le Satyre Barberini, il s’en est approprié la forme et la gestuelle pour représenter une nouvelle figure ailée, celle d’un Éros. Ainsi, bien que l’œuvre reprenne un modèle connu, elle s’en écarte. Dès lors, le terme de « copie créatrice » proposé par François Queyrel semble très approprié à cette terre-cuite.

De ce fait, il serait question de savoir ce qui a justifié le fait de choisir un Éros pour « incarner » l’attitude du Satyre Barberini. Il est clair qu’au cours de la période hellénistique, le thiase connait une importance croissante. Dès lors, ses rangs sont gonflés par l’arrivée de nouvelles figures, dont le dieu Éros fait partie. Ainsi, l’assimilation d’un Éros, réalisé dans l’attitude d’un Satyre connu de tout le monde peut amener à considérer que le dieu a été intégré au sein du thiase de manière physique, puisque tout comme un Satyre, il participe aux beuveries et connait alors le même sort que celui-ci, à savoir un sommeil troublé par les vices du vin et de la fatigue physique.

 

   En somme, à travers l’exemple de l’Éros endormi du Louvre, il est possible de considérer que la coroplathie ne consiste pas uniquement à reproduire des modèles célèbres afin de les diffuser dans les maisons des particuliers. Elle tend aussi à créer en petits formats de nouvelles idées, de nouvelles possibilités afin d’enrichir un peu plus le panel considérable de création artistique de la période hellénistique. Dès lors s’appuyer sur ce type de documentation dans la recherche s’avère essentiel et nécessaire pour comprendre de nombreuses lacunes laissées par la grande statuaire. Comme le signale Ridgway « Il ne faut pas étudier une inconnue à partir d’une autre inconnue ».4 Peut-être que prendre en considération ces œuvres en terre cuite permettrait de lever l’une de ces inconnues et d’apporter des éléments de réponses qui manquent tant à la recherche pour la période hellénistique.

Victor Chapelle, Master 1 Histoire de l’art

 

________________________________________________________________________

Bibliographie :

MARCADE Jean et QUEYREL François, « Le gaulois blessé de Délos reconsidéré », Monuments et mémoires de la Fondation Eugène Piot, 2003, 82/1, p. 5‑97.

REINACH Salomon et POTTIER Edmond, Terres cuites et autres antiquités trouvées dans la nécropole de Myrina (fouilles de l’École française d’Athènes) : Catalogue raisonné, Paris, Imprimeries réunies, 1886, vol. 1.

RIDGWAY Brunilde Sismondo, Hellenistic sculpture, I : The styles of ca. 331-200 B. C., Bristol, Bristol classical press (coll. « Hellenistic sculpture »), 1990, vol. 1.

VERBANCK-PIERARD Annie, « « Le monde hellénistique, entre tradition et modernité » », Les Cahiers de Mariemont, Trésors hellénistiques de Mariemont (Section Grèce-Rome), 40, 2016, p. 15-44.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search