Philippe Halsman, Étonnez-moi – Agnès Vergnes

Philippe Halsman, Étonnez-moi

 

Exposition au Jeu de Paume,

du 20 octobre 2015 au 24 janvier 2016

 

L’exposition rétrospective consacrée, par le musée du Jeu de Paume, au photographe Philippe Halsman (1906-1979) a fait l’objet d’une collaboration internationale. Présentée en 2014 au musée de l’Élysée à Lausanne, elle voyagera successivement en 2016 et 2017 à Rotterdam, Barcelone et Madrid. Ses commissaires, Anne Lacoste, conservatrice au  musée de l’Élysée et Sam Stourdzé, ancien directeur du même musée, aujourd’hui directeur des Rencontres de la photographie d’Arles, ont travaillé avec les archives Halsman.

Grâce aux près de 300 tirages et documents originaux (planches-contacts, photomontages, magazines, etc.) rassemblés, l’exposition souligne la riche carrière de l’artiste, la diversité de ses œuvres, son grand goût pour l’expérimentation, ses amitiés et influences artistiques, son sens du détail et de l’humour, son perfectionnisme ainsi que son long compagnonnage avec la presse magazine et la publicité. Elle se divise en quatre sections à la fois chronologiques et thématiques, dans une scénographie rythmée par des focus, et jouant sur des contrastes de couleurs.

La première section (« Paris, années 1930 ») porte sur les débuts de la carrière de l’artiste. Né en Lettonie, dans une famille juive aisée, Philippe Halsman a découvert la photographie à l’adolescence. Tandis qu’il fait des études d’ingénieur, il est accusé de la mort accidentelle de son père, survenue lors d’une randonnée en Autriche. Les soupçons sont alimentés par un climat antisémite, mais il est libéré deux ans plus tard, grâce au soutien d’intellectuels européens mobilisés par sa sœur.

Il trouve asile à Paris en 1931 et y demeurera jusqu’en 1940, date de son départ aux États-Unis. Il est rapidement publié dans plusieurs magazines, (Vogue, Vu, Voilà, etc.), réalise de nombreux portraits d’artistes et écrivains, (tels André Gide, André Malraux, Le Corbusier, Marc Chagall) et est exposé par trois fois à la galerie de la Pléiade, un des premiers lieux de valorisation de la photographie dans la capitale. Sa production, au cours de ses premières années, est extrêmement variée. Outre des portraits, sont présentés dans cette section, quelques nus, des images publicitaires, des photographies d’animaux du zoo de Vincennes, des recherches sur l’expression des visages. Ses influences oscillent entre surréalisme et Nouvelle Vision.

La deuxième section (« Portraits ») souligne son inventivité et ses recherches techniques, la manière dont il cherche à saisir la vérité de ses modèles et à s’adapter à la personnalité de chacun, dont il utilise parfois des objets symboliques ou emblématiques. Une de ses citations est particulièrement intéressante : « Avec vérité et sans artifices je tâche de créer une image qui entrerait dans l’histoire de façon que si la postérité se rappelle un grand homme elle le verrait dans une image créée par mon appareil et ma vision. »1

Beaucoup de ses images sont devenues des icônes. Elles sont publiées dans des magazines tels Life – dont il fit 101 fois la couverture, record absolu pour un magazine qui était alors une institution en matière d’information2  -, le Saturday Evening Post, Vogue,… Philippe Halsman dit préférer travailler dans un cadre intimiste, mettre à l’aise ses modèles, avoir des séances de pose courtes, rechercher des portraits psychologiques.

Un focus est fait sur les portraits de Marylin Monroe, photographiée à plusieurs reprises entre 1949 et 1959. Les images présentées sont multiples : scènes jouées, décomposées en quelques clichés qui créent une narration, images de sa vie quotidienne ou imaginées comme telle, de l’entraînement sportif au drive-in, portraits en star tout en sensualité ou encore expériences de « jumpology » (cf. section 3). Il écrira : « Elle savait courtiser l’objectif mieux que n’importe quelle actrice que j’ai photographiée »3.

La troisième section (« Mises en scène ») se déploie sur deux salles consacrées   aux  « picture stories »,   à   des   scénarios   fictifs  et  à   la « jumpology ». Philippe Halsman cherche à créer des images « saisissantes et originales »4, il développe de véritables mises en scène pour certains portraits d’artistes, par exemple le portrait de Jean Cocteau de 1949 qu’il représente en artiste multidisciplinaire, avec six bras, fumant, écrivant et lisant tout à la fois.

Halsman-Jean Cocteau, l'artiste multidisciplinaire, 1949

En 1948/1949, il invente avec Fernandel, The Frenchman, ce qu’il nomme un « picture book ». Il s’agit d’un amusant concept : des questions, plus ou moins absurdes, sont posées à l’acteur qui répond par des mimiques, chaque réponse donnant lieu à un portrait. Ce travail sur l’expressivité du visage résonne avec les études d’expression des années parisiennes et avec les narrations de la deuxième section.

Autre innovation, la « jumpology », une nouvelle manière de faire des portraits. Selon Philippe Halsman : « Lorsque vous demandez à une personne de sauter, son attention se cristallise dans l’acte de sauter, et le masque tombe, de sorte que la personnalité réelle apparaît »5. Il réalise, à la fin de ses séances de pose pour ses portraits de commande, des portraits de personnalités en train de sauter, des images légères et drôles. Il en fera un livre : le Philippe Halsman´s Jump Book6, en classant les portraits selon les milieux et fonctions des modèles et diverses thématiques.  Une sélection de ces portraits est présentée sous la forme d’un mur de tirages et de la présentation de planches de formats de lecture.

Figurent aussi dans cette section des photographies promotionnelles pour quelques films, dont Les Oiseaux (The Birds, 1963)  d’Alfred Hitchcock, des autoportraits déguisés et des petites scènes familiales troussées avec humour pour servir de cartes de vœux. La diversité des mises en scène présentées renvoie aussi à des images montrées dans d’autres salles, la démarche traversant une large partie de l’œuvre de l’artiste.

La quatrième section (« Halsman/Dalí ») est le fruit d’une longue collaboration entre les deux hommes. Ils firent ensemble 47 séances de prises de vue et plus de 500 images. Leurs points communs sont nombreux : une culture européenne, l’importance qu’ils attachent aux détails, l’intérêt pour la psychanalyse, le sens de la publicité,… Bel exemple de cette complicité intellectuelle, le livre Dalí’s Mustache entièrement consacré à la moustache du peintre catalan, et réalisé sous la forme d’une interview. Sur un principe similaire à The Frenchman, Philippe Halsman a écrit qu’il voyait dans la moustache de Dalí, l’ «occasion de pouvoir réaliser un de ses rêves les plus ambitieux : créer une œuvre extraordinairement excentrique »7. L’imagination et l’humour des deux hommes donnent lieu à des images cocasses et inattendues. La maquette du livre exposée permet de voir les repentirs, les ratures, l’élaboration de l’ouvrage.

Halsman-Dali Atomicus-1948

L’exposition du Jeu de Paume montre les diverses facettes de la production du photographe, son talent de portraitiste, son sens de la mise en scène, ses travaux de commande et ses images plus personnelles ainsi que les divers usages de ses photographies, de la presse (omniprésente) à des projets éditoriaux. D’autres types de travaux, notamment sur ses photographies publicitaires ou les couvertures réalisées pour l’édition, sont cependant moins abordés dans le détail. La rétrospective permet cependant d’embrasser très largement la carrière et les œuvres de l’artiste.

Agnès Vergnes

Master 1 histoire de l’art

 

Notes

 Halsman-Autoportrait-1950 Halsman-Dali Atomicus-1948 Halsman-Jean Cocteau, l'artiste multidisciplinaire, 1949

  1. Dossier de presse exposition Philippe Halsman, Étonnez-moi du musée du Jeu de Paume, p 12.
  2. Un mur de l’exposition nous permet une vision d’ensemble sur de nombreuses couvertures publiées par le magazine.
  3. Dossier de presse exposition Philippe Halsman, Étonnez-moi du musée du Jeu de Paume, p 13.
  4. Dossier de presse exposition Philippe Halsman, Étonnez-moi du musée du Jeu de Paume, p 14.

5.https://www.letemps.ch/sortir/expositions/2014/01/23/philippe-halsman-sautez-etes-photographies

  1. HALSMAN Philippe, Philippe Halsman’s Jump book, Paris, éd. de La Martinière, 2015. 96 p.
  2. Fascicule de présentation de l’exposition du musée du Jeu de Paume

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search