« Les As peints par eux-mêmes » – Edouard Leon Bottarelli

 

Né le 15 avril 1883, Jacques de Romanet, auteur de Les As peints par eux-mêmes [1]suit dans un premier temps des études d’histoire afin de devenir professeur. Néanmoins, il se détourne très vite de l’enseignement pour s’orienter vers le journalisme sportif dès 1908. C’est alors qu’il découvre l’aviation naissante à laquelle il voue instantanément une passion débordante. Son enthousiasme pour le « plus lourd que l’air » et l’admiration sans failles qu’il porte aux pionniers de l’aéronautique, lui octroie une place à part dans ce cercle fermé et prestigieux des premiers aviateurs. En effet, il se lie d’amitié avec de nombreux pilotes tels que Roland Garros [2], Brindejonc des Moulinais [3] et Marc Pourpre [4] pour ne citer qu’eux.

Ainsi, fort de sa position privilégiée au milieu de ces hommes d’exception qui n’hésitent pas à se confier à lui, Jacques de Romanet décide de devenir la plume qui contera leurs exploits et leur conquête du Ciel, tel un Homère des temps modernes. Et c’est sous le pseudonyme de Jacques Mortane (anagramme de « Romanet ») qu’il devient alors le premier journaliste spécialiste de l’aviation [5].

 

1. Portrait de Jacques Mortane (1883-1939).

   Lorsqu’éclate la Première Guerre mondiale, une nouvelle vague de héros de l’Air se révèle aux yeux de la France entière. Or, si certains pilotes jouissent d’une réelle notoriété due à leur statut d’« As » de la chasse, à l’instar de Georges Guynemer [6] et d’Alfred Heurtaux [7], nombreux sont les aviateurs tout aussi remarquables qui continuent de servir héroïquement la France dans l’ombre des chasseurs. Jacques Mortane est tout à fait conscient de ce déséquilibre et dans son hebdomadaire La Guerre Aérienne, crée le 16 novembre 1916, il s’efforce de rendre régulièrement hommage aux observateurs, bombardiers et autres oubliés des communiqués ; une sensibilité de la part du journaliste que l’on retrouve par la suite dans son ouvrage, Les As peints par eux-mêmes : étude sur les héros disparus, publié en 1917.

Le terme d’« As » est apparu au début du XXe siècle, et désigne une personne qui excelle tout particulièrement dans une activité. Or, dans le domaine plus spécifique de l’aviation, cette récompense est uniquement réservée aux chasseurs d’élite ayant abattu au moins cinq avions ennemis, et ce, au grand dam des autres aviateurs dont les fonctions (bombardements, réglages d’artillerie, observations) ne leur permettent pas de se voir récompenser par cette reconnaissance prestigieuse. Jacques Mortane le premier, se dresse contre cette injustice. Selon lui, un bombardier qui part effectuer ses missions loin derrière les lignes allemandes ou encore, un pilote de reconnaissance qui survole en rase-motte les tranchées ennemies, méritent tout autant d’être qualifié d’As. C’est pourquoi, à travers le titre de son œuvre, il choisit de rassembler autour de cette figure mythique de l’As, des aviateurs issus de toutes les branches de l’aviation, qu’ils soient chasseur ou bombardier, pilote ou observateur, sénateur ou mécanicien.

 

   Son recueil est divisé en deux parties : dans la première partie, intitulée « Les Morts de l’Air », le journaliste rend hommage aux aviateurs décédés au combat. Il a notamment une pensée émue pour le benjamin des As : le sergent Sauvage qui décède le 7 janvier 1917 alors qu’il n’était pas encore âgé de 20 ans [8]. Le jeune pilote tient un discours remplit d’une sérénité surprenante compte tenu de se son jeune âge dans une lettre écrite à Jacques Mortane quelques jours avant sa fin tragique. Il lui raconte ne pas être effrayé par la mort et confier sa vie au destin :

 Il faut beaucoup de fatalisme dans ce métier. Nous sommes tous marqués. Le tout est de savoir quelle est la marque qui nous est réservée. Aussi faut-il aller crânement, ne rien redouter et attendre tout de sa bonne étoile. Et puis d’ailleurs, ma mort en beauté n’est pas une éventualité plus redoutable qu’un changement quelconque dans une situation. C’est la vie qui tourne mal, un point, c’est tout !

 

Tout au long de son ouvrage, le journaliste illustre ses propos en s’appuyant sur les lettres des défunts qu’il a précieusement conservées, comme ce fut le cas pour sa correspondance avec le sergent Sauvage. En complément, il utilise parfois les journaux de bord de certains officiers dont il est particulièrement proche. Ce fut le cas par exemple de l’observateur Émile Reymond [9] dont Jacques Mortane utilise à plusieurs reprises le carnet de vol avec une émotion non contenue. Ainsi, lorsque le capitaine Reymond est parti le 21 octobre 1914, effectuer une reconnaissance du bois de Mortmare en compagnie de son pilote, l’adjudant Clamadieu [10], le temps défavorable a obligé l’équipage de descendre en dessous des nuages :

À très basse altitude, il était attaqué aussitôt par l’infanterie et l’artillerie. Obligé d’atterrir à 50 mètres des lignes allemandes, blessé très grièvement, alors que Clamadieu était tué ; il ne pouvait être relevé qu’à la nuit. Malgré son extrême faiblesse, il trouvait avant de mourir l’énergie nécessaire pour dicter le compte rendu très précis et fort important de sa mission.

 

Émile Reymond fut l’un des premiers aviateurs à périr sous le feu de l’ennemi et le seul membre du Sénat à avoir perdu la vie au cours du conflit. Jacques Mortane se désole de sa perte, d’autant plus que cet éminent chirurgien a refusé de rejoindre le service de Santé afin d’être affecté à l’aviation.

 

   Dans la deuxième partie de son ouvrage, le journaliste laisse désormais les « As » prendre la plume à sa place. Ce sont plus d’une vingtaine d’histoires courtes, contées par les aviateurs eux-mêmes qui nous permettent de s’immiscer dans la réalité parfois grandiose, souvent atroce, d’une mission aérienne militaire. Certains choisissent de se remémorer un combat épique auquel ils ont pris part tandis que d’autres préfèrent révéler un moment dramatique où ils ont bien cru rejoindre le panthéon des aviateurs disparus. Par exemple, le témoignage du sergent Wibaux [11] est glaçant :

Je tâte mes commandes. Plus rien ne répond. Le tournoiement continue. Comment dire le flux de pensées et de sentiments qui en un instant m’a submergé ? Il semble que cette irruption tumultueuse d’idées et d’images abolit jusqu’à la notion superficielle du temps, et qu’elle fait vivre en intensité la durée de toute une vie. La mort est là, la mort inévitable. (…) Nous allons arriver au sol de toute la vitesse de notre chute. Il me semble sentir déjà l’effroyable choc. Je n’aurais pas le temps de souffrir : je serai écrasé par mon moteur. Ce terrible spectacle tant de fois vu jadis se présente à ma pensée, précis, brutal ; je vois les pauvres débris informés dans un enchevêtrement de bois, de cordes, de ferraille tordue, et toute ma chair se rétracte. (…) un sentiment de rage m’étreint le cœur.

 

À l’instar du sergent Wibaux, tous ces aviateurs profitent de l’occasion qui leur est donnée pour évoquer leur dangereux quotidien, sous-estimé par certains, notamment dans les tranchées ou à l’arrière. Une injure au regard des risques qu’ils n’hésitent pas à prendre, car le métier d’aviateur est loin d’être une sinécure : une erreur et c’est la mort certaine dans des conditions effroyables[12]. Malheureusement, nombreux sont ceux qui retiennent les conditions de vies confortables, l’indulgence de la hiérarchie à leur égard, ou encore leurs succès auprès de la gent féminine. Or, l’aéroplane est un appareil extrêmement fragile et durant la Première Guerre mondiale les décès par accident sont légion. Ainsi, accepter de voler est déjà le signe d’un réel courage, mais comme si cela ne suffisait pas, il fallait, en plus, affronter, comme tous les combattants, les balles de l’ennemi et risquer de mourir carbonisé. L’aviateur n’échappe pas aux horreurs de la guerre, loin de là.

 

   Jacques Mortane n’avait pas souhaité limiter ces nombreux témoignages uniquement aux chasseurs d’élite, comme le titre de son œuvre pourrait le laisser présager aujourd’hui. Au contraire, il a fait le choix de mettre sur un pied d’égalité les aviateurs de tous horizons qui se rassemblent autour d’un même héroïsme exemplaire nous permettant, plus d’un siècle plus tard, de redécouvrir ces combattants remarquables.

            Edouard Leon Bottarelli, Master 2 Histoire

 

________________________________________________________________________________

Notes :

[1] MORTANE (Jacques), Les As peints par eux même : étude sur les héros disparus, Paris, A. Lemerre, 1917.

[2] Roland Garros (1888-1918) est un pionnier de l’aviation militaire, il est notamment le premier homme à traverser la Méditerranée en avion, en 1913. Il est abattu la veille de ses 30 ans, le 5 octobre 1918.

[3] Marcel Brindejonc des Moulinais (1892-1916) devient pilote à l’âge de 19 ans et ses longs raids aériens d’avant-guerre le révèle au grand public. Deux Nieuport français l’abattent par erreur au cours d’une mission le 18 août 1916.

[4] Marc Pourpre (1887-1914) abandonne très vite ses études pour se consacrer pleinement à l’aviation, qui le mène en Orient où il effectua de longs raids à travers l’Asie du Sud-Est. Il meurt au début de la guerre lors d’un accident d’avion le 2 décembre 1914.

[5] Jacques Mortane rédige ses articles sur l’aviation pour de nombreux journaux à fort tirages tels que : Le Matin, L’Illustration et Le Journal.

[6] Georges Guynemer (1894-1917) est l’une des grandes figures de l’aviation française de la Grande Guerre. Pilote de chasse au sein de la célèbre escadrille des Cigognes, il totalise 53 victoires aériennes homologuées avant d’être lui-même abattu le 11 septembre 1917.

[7] Alfred Heurtaux (1893-1985) est également pilote de chasse chez les Cigognes dont il devint, par la suite, chef d’escadrille. As de la Grande Guerre aux 21 victoires homologuées, il entra ensuite dans la Résistance au cours de la Seconde Guerre mondiale.

[8] Le sergent Jean Sauvage (1897-1917) a 18 ans lorsqu’il rejoint l’escadrille de chasse N. 65, au sein de laquelle il remporte 8 victoires homologuées, avant d’être tué par la DCA allemande le 5 janvier 1917.

[9] Émile Reymond (1865-1914) est un ancien chirurgien et sénateur de la Loire depuis 1905. Également pionnier de l’aviation, il est détenteur d’un brevet de pilote depuis 1910. Néanmoins, c’est en tant qu’observateur qu’il accomplit ses premières missions aériennes jusqu’à sa mort, le 22 octobre 1914.

[10] Alfred Clamadieu (1884-1914) est un ancien comptable et pionnier de l’aviation militaire.

[11] Pilote, le sergent Wibaux échappe de peu à la mort suite à une collision tragique avec un avion ennemi.

[12] Près de 30% des officiers aviateurs ont péri durant la guerre. Seule l’infanterie a perdu autant d’officiers que l’aviation.

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search