« Les chemins de la peste. Le rat, la puce et l’homme » – Lauriane Lequette

 

Le matin du 16 avril, le docteur Bernard Rieux sortit de son cabinet et buta sur un rat mort, au milieu du palier. Sur le moment, il écarta la bête sans y prendre garde et descendit l’escalier. Mais, arrivé dans la rue, la pensée lui vint que ce rat n’était pas à sa place et il retourna sur ses pas pour avertir le concierge. Devant la réaction du vieux M. Michel, il sentit mieux ce que sa découverte avait d’insolite. La présence de ce rat mort lui avait paru seulement bizarre tandis que, pour le concierge, elle constituait un scandale [1].

 

À partir du 18, les usines et les entrepôts dégorgèrent, en effet, des centaines de cadavres de rats […] Dans les jours qui suivirent, la situation s’aggrava. Le nombre des rongeurs ramassés allait croissant et la récolte était tous les matins plus abondante [2].

 

 

   Ces deux extraits sont issus de La Peste d’Albert Camus, ouvrage publié en 1947 et utilisant le théâtre historique des épidémies de pestes successives ayant eu lieu à Alger en 1944 puis à Oran en 1945. Outre la peste de Justinien (VIe-VIIe siècles) et la peste noire (XIVe-XVIIIe siècles), les deux pandémies classiques fortement étudiées par les historiens, une troisième pandémie se révèle dès 1894 à Hong Kong, se propageant ensuite sur le continent américain au nord comme au sud, en Afrique du Sud puis dans diverses autres régions du monde. En 2017, une épidémie de peste est déclarée à Madagascar, causant la mort de 202 individus sur les 2348 infectés entre le 1er août et le 22 novembre. De fait, aucun vaccin n’a eu d’impact sur la pathologie, mettant en avant sa résistance face à la médecine mais également amenant la crainte de sa potentielle utilisation comme arme bactériologique par le bioterrorisme.

1. Couverture de l’ouvrage

Au XXIe siècle, la peste est considérée comme une pathologie réémergente : dès 2000, onze pays d’Afrique, d’Amérique et d’Asie présentent des cas de peste. En 2003, on compte 182 décès et 2.118 infections dues à cette maladie. Enfin, depuis quinze ans 21.000 cas ont été déclarés à l’OMS par 25 pays. Ces dernières données accélèrent les recherches sur les épidémies de peste dans le monde et de tout temps ; il s’agit de mettre en évidence les caractéristiques de la maladie pestilentielle, les réactions des populations face à son arrivée, ses conséquences et ses modes de propagations. Ce dernier point est le sujet de l’ouvrage Les chemins de la peste. Le rat, la puce et l’homme de Frédérique Audoin-Rouzeau, publié en 2007 aux éditions Tallandier.

 

   Frédérique Audoin-Rouzeau, née en 1957, ancienne chercheuse au CNRS et archéozoologue, est actuellement une romancière connue sous le pseudonyme de Fred Vargas. Titulaire d’un doctorat sur la peste au Moyen Âge, elle a publié à la fois des romans, des nouvelles et bandes dessinées [3], et s’illustre également dans la recherche sur les relations entre les animaux et les hommes de l’Antiquité aux Temps modernes. Parmi ses travaux scientifiques, publiés sous son vrai nom, nous pouvons citer Ossements animaux du Moyen Âge au monastère de la Charité-sur-Loire (1986), Hommes et animaux en Europe : corpus de données archéozoologiques et historiques (1993), Un aliment sain dans un corps sain : perspectives historiques (2007) et Les chemins de la peste : le rat, la puce et l’homme (2007). C’est ce dernier ouvrage, portant sur le rôle des insectes, des animaux et des hommes dans la propagation de la peste de l’Antiquité à nos jours, qui nous intéresse aujourd’hui.

 

   L’ouvrage Les chemins de la peste : le rat, la puce et l’homme est composé de seize chapitres. Le lecteur est amené à comprendre par quels moyens la peste a pu se propager aussi rapidement, à toutes les époques et sur tous les continents, car, si de tout temps les hommes ont été touchés par des catastrophes, (guerres, désastres naturels ou pathologies), la peste fait partie des fléaux ayant eu les conséquences les plus importantes d’un point de vue démographique, économique mais également psychologique. Il ne s’agit cependant pas de retracer le chemin de la peste du regard de l’homme, mais d’après les expériences mises en place dès le bas Moyen Âge afin de comprendre les vecteurs de la maladie.

Au XIXe siècle, les études sur les épidémies pestilentielles voient leur essor suite aux découvertes d’Alexander Yersin ou de Paul-Louis Simond sur le bacille de la peste ou les vecteurs de transmission de la maladie. D’autres chercheurs expérimentent sur les insectes des humains et des animaux, cherchant à établir le rôle de Pulex irritans, la puce de l’homme, ou de Xenopsylla cheopis, la puce du rat d’Occident. Les propos de Frédérique Audoin-Rouzeau s’appuient sur nombre de tableaux et de statistiques ainsi que par une bibliographie fournie en fin d’ouvrage. Grâce à une étude croisée abordant les différentes périodes historiques ainsi qu’à une étude pluridisciplinaire du sujet, utilisant l’histoire, la zoologie, l’archéozoologie, la médecine et d’autres domaines, l’ouvrage vise à réévaluer l’action des puces des hommes et des rats dans la propagation de la maladie, mais cherche également à voir si d’autres insectes ont pu avoir un rôle dans sa transmission.

L’intérêt de cette analyse diachronique et pluridisciplinaire réside dans le fait que la peste n’a jamais totalement disparu, amenant à des épidémies plus ou moins grandes émergeant périodiquement dans les pays développés et en développement et continuant d’impacter la vie des hommes. Il s’agit également d’aborder les moyens de lutte contre les insectes pouvant potentiellement transmettre la maladie.

 

   Le vocable « peste » est utilisé pour décrire diverses pathologies, sa définition évoluant d’une époque à une autre. De ce fait, bien que de nombreux témoignages attestent de la présence d’une « peste » en Occident du XIVe siècle au XVIIIe siècle, il n’est pas possible d’en faire un diagnostic exact. Plusieurs historiens, tels que J.-N. Biraben ou J. Le Goff confirment sa présence par les symptômes et diagnostics présents dans les sources textuelles [4]. D’après ces dernières, la peste noire, la grande peste du bas Moyen Âge et des Temps modernes (XIVe-XVIIIe siècles) ainsi que l’épidémie des XXe et XXIe siècles ne se limitent pas à un seul continent : ces pandémies sont mondiales et concernent à la fois l’Europe, l’Asie et l’Afrique du Nord.

La peste est à la fois une maladie épidémique, puisque les puces infectées la transmettent d’homme à homme, et une maladie anadémique car sa transmission est multiple et se fait en divers lieux par les puces des rats. Les symptômes de la peste sont décrits dans la littérature antique et médiévale suite à la peste de Justinien. Bien qu’ils soient plus ou moins variables, certains symptômes sont communs à toutes les populations : troubles psychologiques, nerveux, maux de tête, fièvre élevée, vomissements…

Le temps d’incubation diffère selon le type de peste : s’il s’agit de la peste bubonique, il semble qu’il soit d’un à quatre ou cinq jours, tandis que dans le cas de la peste pulmonaire il est de un jour ou deux. La forme bubonique, la plus connue et la plus répandue des trois, est causée par une piqûre de puce provoquant généralement l’apparition d’un bubon dans la région de l’aine, de l’aisselle ou de la nuque. Elle est fatale dans 40 à 70 % des cas, car elle favorise l’apparition de septicémie. La peste septicémique primitive se retrouve le moins souvent ; elle est causée par une infection par voie sanguine, et, très rapide, est généralement fatale. Il arrive que dans un second temps un abcès se forme au niveau des poumons : c’est la peste pneumonique ou pulmonaire, qui se transmet par voie aérienne directe lorsqu’un individu ou un animal atteint de la pathologie tousse. La peste pneumonique peut également se produire suite à l’inhalation du bacille. Elle se caractérise par de la fièvre, des crachats, de la toux, une asphyxie suite à des problèmes respiratoires et des problèmes moteurs. Elle est fatale dans 100 % des cas non traités au bout de deux à trois jours et est très contagieuse. La peste pneumonique est une épidémie dite a frigore, car elle se développe principalement durant l’hiver dans les pays tempérés ou dans les pays froids du fait de l’action des basses températures sur la conservation des crachats ou des gouttelettes de salive infectés. En 1893, un nouveau bacille de la peste est découvert chez un cobaye par Malassez et Vignal. Il s’agit de Pasteurella pseudo-tuberculosis, qui touche principalement les enfants et dont les symptômes sont principalement des problèmes gastriques de types douleurs abdominales ou diarrhées, et des adénites mésentériques [5]. La bactérie ne semble être active que chez l’homme, l’animal étant considéré seulement comme porteur sain. La contamination se fait lors de l’absorption d’aliments souillés. À l’inverse de la souche mère de la peste, la pathologie procure une totale immunité à l’individu qui la contracte et en guérit.

L’idée que cette maladie soit à l’origine de la disparition de grandes épidémies de peste a donc été avancée, mais les recherches ne sont pas assez avancées à ce sujet pour les conclusions soit considérées comme étant définitives, d’autant que la propagation de la pathologie est plutôt récente : on note des épidémies en Europe (France et Allemagne) à la fin du XIXe siècle, dans les pays du Maghreb au XXe siècle (En Tunisie et au Maroc, respectivement en 1927 et 1943), au Japon en 1910 ou encore au Dakar en 1933.

 

   En 1894, le bacille de la peste est étudié pour la première fois à Hong Kong par A. Yersin. S’appuyant sur les nombreux cadavres de rats présents dans la ville, il argue que la maladie se transmet par les rongeurs, contre la théorie admise par tous affirmant que la pathologie est propagée par l’air ou par les excréments de l’homme ou du rat. Dans les mêmes années, des chercheurs tels que M. Otaga, G. Sticker ou P.-L. Simond mettent en évidence le rôle de la puce. Ce dernier lie en effet dès 1893 les phlyctènes, symptômes de la peste, et les morsures de puces. Les expériences de Simond marquent de plus la fin des expériences sur les hommes, les chercheurs ayant l’habitude de s’inoculer eux-mêmes les virus qu’ils étudiaient.

Sous la direction de la Commission des Indes, plusieurs principes de la transmission de la peste ont été avancés. Le bacille survivant peu longtemps à l’air libre, Simond met en évidence en 1910 le principe de « transmission mécanique de masse », expliquant que pour que la puce soit vectrice de la maladie, il faut qu’elle ait piqué un animal ou un individu en état de septicémie dû à la peste, soit avec un nombre important de bacilles dans le sang. En 1906, les multiples expériences réalisées par les médecins de la Commission des Indes mettent en lumière la faiblesse de la septicémie des hommes par rapport à celle des rats ; il semble de fait que les puces des hommes s’infectent moins que les puces des rats. L’impact des saisonnalités, de la température ou du climat sur l’activité des puces de rats a pu être mis en évidence.

Les conclusions sont finalement les suivantes : la peste atteint son paroxysme de transmission entre 8° et 25.5°. Au-delà de ces limites, l’épidémie est bloquée. Yersin et Simond ont les premiers montré une corrélation entre la mortalité des rongeurs et celle des hommes. Simond a également prouvé qu’avant chaque épidémie, une épizootie se produisait. Durant ses recherches, la Commission des Indes a quantifié à Bombay ou à Paris le nombre de victimes parmi les rats et les hommes. En 1908, elle a mis en lumière la relation entre la densité de puces sur les rats et l’évolution de l’épidémie à travers cinq grands ensembles : la concordance d’intensité, de lieu, de temps, celle entre la densité de puces et l’explosion de la pathologie et la capacité des puces des rats à transmettre la peste. Les puces quant à elles sont dépendantes de la température et de l’humidité, ainsi que leur capacité à piquer un individu ou la survie du bacille dans leur organisme (à plus de 18°, le bacille disparaît). Des travaux ont été publiés sur les conditions de vie optimales des puces. Les travaux de la Commission des Indes montrent que la transmission ne s’effectue ni par les glandes salivaires ni par les trompes.

En 1914, C.J. Martin et A.W. Bacot prouvent qu’il existe un mécanisme de blocage de la puce : la multiplication des bacilles bloque la circulation sanguine au niveau du proventricule de la puce : le sang aspiré est alors rejeté au point de la piqûre, entrant en contact avec le bouchon bacillaire. Finalement, il s’avère d’après R. Jorge en 1928 que toutes les puces peuvent être infectées par la peste (« infectables », « pestiférées »), mais qu’elles ne peuvent pas toutes la transmettre (« infectantes », « pestigènes »). Xenopsylla cheopis semble être la puce idéale pour la transmission de la peste, pouvant bloquer et conserver longtemps le bacille. Dans les années 1920, des études sur les puces des autres animaux, en particulier celles des chats et des chiens, proches des hommes, sont réalisées par les chercheurs de la Commission des Indes. Les chiens et les chats ne peuvent attraper la maladie et la transmettre ; leurs puces sont donc inefficaces dans la propagation de la maladie. Les puces des souris ne s’infectent que difficilement, et celles des volailles ne parasitent pas les rongeurs. Quant aux hérissons ou aux lapins, leurs puces ne tolèrent que leurs hôtes primaires et ne parasitent donc pas les autres êtres vivants.

 

   À l’instar des autres espèces de puces, Pulex irritans, la puce humaine, est pestifère mais faiblement pestigène. Elle a de plus une grande capacité à détruire le bacille à l’intérieur de son organisme. Seule, elle est incapable de transmettre la peste ; il faut qu’elle soit en masse. Il faut donc beaucoup de piqûres concomitantes, réalisées très rapidement après l’infection. C’est la « transmission mécanique de masse » qui repose sur une contamination provisoire des trompes de la puce, sans contamination de son organisme. Cette espèce est toutefois très rare chez le rat.

Les chercheurs s’interrogent cependant sur la possibilité d’un rôle plus important de Pulex irritans. R. Jorge s’illustre dans cette théorie en posant la base suivante : lors de l’épidémie de peste occidentale du haut Moyen Âge (VIe-VIIIe siècles), le rat noir semble être absent ; il admet alors l’idée qu’une autre peste soit vectrice de la maladie. C’est ce que l’on appelle le « paradoxe justinien ». Sans expérience concluante, il attribue à la puce de l’homme des capacités similaires à celles des puces des rats, et affirme que la limitation du rôle de la première lors de l’épidémie du XXe siècle est due à l’amélioration de l’hygiène. Dès 1941, cette nouvelle théorie, surnommée le « dogme » ou l’« évangile » pour asseoir son emprise, est reprise par de nombreux chercheurs tels que G. Blanc ou M. Baltazard. Néanmoins, les recherches ultérieures ayant montré le lien entre les épizooties et les épidémies, le rôle de la puce humaine est de plus en plus réfuté par les chercheurs. Celui des puces de rats est de plus mis en évidence par les épidémies à « bouffées familiales », réduites, ou de voisinage comme sont celles de Paris, du Maroc ou de Glasgow.

On sait désormais que si l’épizootie est faible, l’épidémie sera faible également. De même, la limitation du pouvoir individuel de transmission des puces a été mise en lumière par les différentes expérimentations sur les rats effectuées par les médecins de la Commission des Indes. De la même façon, les récentes épidémies en Mauritanie, au Brésil, au Népal ou encore au Sénégal ou au Zaïre montrent que la puce humaine n’a pas joué de rôle dans les épidémies pestilentielles : quand bien même un ectoparasite humain serait fortement présent dans les zones infectées, son rôle est minime, voire inexistant, à l’inverse de la densité, de la composition et du degré d’immunité des populations de rongeurs.

 

   Plusieurs processus caractéristiques des épidémies de peste ont pu être mis en évidence par comparaison des résultats expérimentaux et des données historiques. Le premier est la période de latence, décrite pour la première fois par Simond afin de désigner un « silence épidémique » entre la première infection et l’explosion de la pathologie. Elle s’expliquerait par le transfert des puces de rat infectées sur une population de rat locale, déclenchant une épizootie. Les nombreux exemples de périodes de latence montrent que la puce de l’homme ne joue pas de rôle dans la transmission de la maladie, mais au contraire celui des populations locales de rats, avant que leurs propres puces n’infectent les hommes.

Il est souvent arrivé qu’une rechute suive une épidémie de peste, moins grave même si le bacille a le même pouvoir infectieux, il touche une population dont 75 % à 90 % des individus n’ont pas été touchés par la pathologie et dont l’immunisation est faible. Enfin, suite à une grave épidémie, la maladie peut subsister pendant quelques années sous des formes moins sévères et selon un schéma plutôt endémique ou ponctuel, jusqu’à l’apparition d’une nouvelle épidémie. Très tôt, les chercheurs s’intéressent à la propagation de la maladie par contact des déjections des puces, puisqu’il a été prouvé que l’insecte vidait le contenu de son tube digestif au moment de la piqûre, et que ce contenu contenait le bacille.

 

   En 1952, W.P. MacArthur prouve que le rat noir n’est pas arrivé en Occident au XIIe siècle, mais y était déjà présent à l’époque romaine, favorisant la propagation de la peste justinienne, théorie soutenue par les résultats archéologiques. Le rat noir est originaire d’Asie du Sud-est ; il est tout d’abord présent sur les rives orientales et méridionales de la Méditerranée. Si les chercheurs attribuent dans un premier temps l’arrivée du rat noir en Europe aux déplacements des Croisés de Jérusalem en Occident chrétien, il est aujourd’hui admis que les déplacements militaires et commerciaux des Romains en Afrique du Nord (Cyrénaïque, Égypte) et au Proche-Orient (Judée, Syrie) entre le IIe siècle av. J.-C. et le 1er siècle apr. J.-C. ont amené le rat noir, dans les navires marchands et militaires, de Palestine ou d’Égypte dans les possessions occidentales romaines.

Au XIe siècle, la présence du rat noir en Occident augmente considérablement, puisqu’il est retrouvé dans 90 % des contextes archéologiques de microfaunes. En tant que sédentaire, le rat noir est un rongeur dont l’extension n’a pu être favorisée que par l’homme, c’est pourquoi on le trouve principalement en contexte portuaire ou le long des axes commerciaux. Il est également proposé que sa présence, à l’époque romaine, soit quelque peu restreinte ou cantonnée dans des foyers isolés, et que son implantation ne se soit pas beaucoup modifiée à l’époque médiévale. Du Ier au Xe siècle, sa présence est donc inégale et localisée aux voies du commerce ou aux lieux d’échanges.

Lors de la peste Justinienne, les poussées restent donc localisées dans les régions méditerranéennes et s’étendent quelques fois le long de l’Ebre (Espagne) ou de l’axe Rhône- Saône et Loire (France). De fait, les chercheurs montrent alors un lien entre la propagation limitée de la maladie et celle des rats : durant le haut Moyen Âge, puisque l’implantation des rats est assez limitée, l’expansion de la maladie semble l’être aussi. Finalement, on voit là les limites du « paradoxe justinien », puisque d’après les preuves archéologiques les rats sont indéniablement liés à la propagation de la peste. Certaines espèces de rats cependant semblent immunisés contre la pathologie ; c’est par exemple le cas des rats indiens, limitant fortement l’épidémie indienne du XXe siècle. Il peut y avoir des signes « avant-coureurs » d’une épidémie pestilentielle, quand une peste sauvage touche un grand nombre de populations de rongeurs, ainsi que d’autres mammifères de types renards, loups ou blaireaux, de même que des chiens, des chats ou des volailles. Cette perturbation de la vie animale sauvage se communiquait, de par la présence humaine, aux animaux des prés et des bois, puis aux domestiqués indiquant de fait une épizootie des rats.

 

   Les recherches ont montré que certaines catégories socioprofessionnelles étaient plus durement touchées que d’autres par la peste, ce qui a tout d’abord joué en faveur de l’idée de la propagation de la peste d’homme à homme. Les individus les plus touchés et touchés les premiers sont ceux dont les professions sont le plus en contact avec des colonies de rats en grand nombre, par comparaison avec la mortalité moyenne due à la peste urbaine : on estime que la maladie cause en moyenne la mort de 5 % à 15 % de la population, 30 % dans les plus rares cas. Cela montre le risque dû à une exposition trop longue à des puces de rats infectées.

De plus, malgré la notion de l’égalité des hommes devant la peste, les populations les plus pauvres ont de tout temps été les plus impactées par la maladie, principalement du fait de l’absence d’hygiène corporelle et des mauvaises conditions de vie, aidant au développement des parasites humains. Cet ouvrage détermine donc que ce n’est pas l’homme à proprement parler qui favorise l’expansion de la maladie, mais le chargement des navires et des marchands (tissus, habits…), contenant les puces vectrices de la peste. Les chargements sont en effets issus d’entrepôts ou de cales dans lesquels les rats nidifient et meurent, ce qui encore une fois montre le rôle déterminant de la puce du rat, bien plus que celle de l’homme.

 

   Finalement, cet ouvrage permet au lecteur d’aborder la peste comme une menace continue pour l’homme du fait de sa survie dans le sol et des poussées régulières en divers pays du monde, alors que la conception d’un vaccin reste difficile du fait de la résistance émergente du bacille. Cette étude permet de mettre en avant le rôle, et donc la dangerosité des populations sauvages de rongeurs et de leurs puces dans les épidémies de peste, qu’elles soient passées ou actuelles, les éléments mis en avant dans le présent ouvrage participant à infirmer le rôle de la puce de l’homme dans la transmission de la maladie et à affirmer le lien entre les épidémies pestilentielles et la présence de rats. La puce de l’homme est finalement un vecteur inefficace, comme visible d’après les expériences menées et les épidémies étudiées tout au long de l’ouvrage.

L’auteur présente les expériences et les résultats de G. Blanc et M. Baltazar, censés prouver le rôle de Pulex irritans en tant que vecteur de la peste. Des éléments scientifiques sont apportés par l’auteur en conclusion de chaque expérience pour montrer que Pulex irritants n’a pas eu de rôle à jouer lors des épidémies pestilentielles. Finalement, il est rappelé que seule une transmission de masse, voire de « macro-masse » (p. 441) aurait pu éventuellement permettre une transmission d’homme à homme de maladie, ce qui reste donc hypothétique et rend impossible le rôle de la puce de l’homme lors des épidémies de peste, Pulex irritans ne possédant pas les capacités biologiques nécessaires à une telle propagation. Les données historiques, qu’il s’agisse du Moyen Âge ou de l’époque moderne, ont permis de montrer l’existence d’une période de latence, d’un temps calme, entre le déclenchement d’une épidémie pestilentielle et son retour virulent quelques mois plus tard. Cela a permis de déterminer avec certitude le lien entre les puces de rats et la maladie, entre épizootie et épidémie. Finalement, l’ouvrage a permis de démontrer l’incapacité de Pulex irritans, la puce de l’homme, a transmettre la maladie, au contraire des puces des rats de tous continents, principalement Xenopsylla cheopis, Xenopsylla brasiliensis, Xenopsylla buxtoni et Xenopsylla astia.

 

   D’un point de vue pathologique, les définitions et les descriptions des symptômes de la peste bubonique et de la peste pneumonique font écho à des travaux préexistants ou à des écrits médicaux. De ce fait, nous sommes amenés à penser qu’il s’agit d’informations complètes et sérieuses qui sont pour autant compréhensibles par un lecteur lambda ; le contenu de l’ouvrage, aussi précis doit-il d’un point de vue scientifique ou bibliographique, est donc vulgarisé et adapté à tout à chacun.

Aussi nous affirmons dans un premier temps que cet ouvrage sert à la vulgarisation de l’information, permettant un accès facilité à un savoir à la fois médical et historique. Dans un second temps, attardons-nous sur les données zoologiques concernant les espèces de rongeurs et les puces, leur rôle dans la propagation de la peste et leurs déplacements au cours de l’histoire. Cet ouvrage fait écho à plusieurs écrits mettant en évidence le rôle essentiel des puces dans la contamination des individus, plus que celui des rongeurs[6]. Néanmoins, si F. Audoin-Rouzeau met en lumière l’impact prépondérant des puces des rongeurs dans ce phénomène, nombreux sont les chercheurs pour qui les mouvements et les morsures des puces humaines ont eu le plus de conséquences. C’est par exemple le cas dans l’article « Les rats ne seraient pas responsables de la peste noire », de Michael Greshko[7]. Le rôle de la puce du rat noir est toutefois pointé du doigt depuis l’épidémie de Madagascar, comme indiqué dans une fiche de l’Institut de Recherches pour le Développement publiée en 2001, montrant la présence des rats noirs sur la quasi-totalité de la surface de l’île, mais également de deux espèces de puces survivant sur le rat noir et une espèce de musaraigne d’Asie dont les puces sont aussi vectrices de la peste[8]. Finalement, l’ouvrage s’illustre dans des recherches nombreuses et toujours en évolution en montrant des théories de plus en plus démontrées au sein d’ouvrages et d’articles, mais pas encore affirmées et acceptées par l’entière communauté de chercheurs.

Lauriane Lequette, Master 2 Histoire

 

________________________________________________________________________________________

Notes :

[1] CAMUS Albert (1947). La peste. Paris : Gallimard, p. 10.

[2] Ibid., p. 19.

[3] A ce sujet, voir l’article de Laetitia GONON, « Mythes et démystification dans le roman policier de Fred Vargas », paru en 2010 dans le numéro 117 de la revue Recherches et Travaux, aux pages 119-135. Ce sujet est également abordé dans l’article de Jérôme Dupuis, « Qui est vraiment Fred Vargas ? », paru dans la revue Lire en 2007.

[4] A ce sujet, voir l’article « La peste dans le haut Moyen Âge » de J. Le Goff et J.-N. Biraben, publié en 1969 aux pages 1484-1510 du n°6 des Annales. Economies, sociétés, civilisations.

[5] Les adénites mésentériques sont des inflammations touchant les ganglions lymphatiques, rattachés à l’intestin. Elles sont la cause d’importantes douleurs abdominales pouvant être confondues avec une crise d’appendicite, de fièvres à 38° et de problèmes gastriques (vomissements, diarrhées).

[6] A ce sujet, voir la thèse de doctorat de T. NHAM, « Suivi en vivo et en temps réel du processus infectieux induit par Yersinia pestis » (Université Paris VII-Diderot, 2012) et l’article de P.-L. Simond, « La propagation de la peste » paru dans les Annales de l’Institut Paster aux pages 625-687 (1898).

[7] https://www.nationalgeographic.fr/sciences/les-rats-ne-seraient-pas-responsables-de-la-peste-noire

[8] https://www.ird.fr/la-mediatheque/fiches-d-actualite-scientifique/131-le-role-du-rat-noir-dans-la -transmission-de-la-peste-a-madagascar

 

________________________________________________________________________________________

Bibliographie indicative :

BLANC G., BALTAZARD M. (1942). « Rôle des ectoparasites humains dans la transmission naturelle de la peste bubonique et septicémique ». Bulletin de l’Académie de Médecine, 3e série, vol. 126, pp. 446-448.

BROSSOLET J., MOLLARET H.-H. (1994). Pourquoi la peste ? Le rat, la puce et le bubon. Paris : Gallimard.

DASTRE A. (1899). « La peste ». Revue des deux mondes, LXIXe année, 4e période, t. 155, pp. 676-708.

LEBEAU G. (2009). Le mystère Fred Vargas. Paris : Gutenberg.

LANOTTE Ph. (2002). « Les grandes épidémies : la peste, le choléra et la tuberculose ». Tours : Faculté de Pharmacie de Tours. [En ligne]. URL : http://microbiologie.univ-tours.fr/2008lanottepgdes_epidemies.pdf


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search