« L’adoption par capillarité, un rite de passage » – Oriane Cugnière-Balmassière

 

Longtemps éclipsé par le glorieux destin de son fils, Pépin III dit « le Bref » est principalement connu pour être le père de Charlemagne et le premier roi carolingien à monter sur le trône du royaume occidental[1]. Fondateur d’une nouvelle dynastie, au milieu du VIIIe siècle, le fils de Charles Martel a réussi à s’imposer[2]. En effet, après l’abdication de son frère Carloman en 747, Pépin le Bref est élu roi des Francs en 751 avec l’accord du pape Zacharie pour déposer le dernier roi mérovingien vivant, Childéric III[3]. Il devient alors le premier roi carolingien à obtenir le soutien de la papauté en se faisant sacrer lui et sa famille en 754 dans la basilique de Saint-Denis par le nouveau pape Étienne II[4].

Fig. 1. Pépin le Bref couronné par le pape Étienne II tandis que Childéric III est déposé, enluminure extraite des Chroniques de Saint-Denis, XIIIe siècle, Paris, Bibliothèque Sainte-Geneviève, ms. 782, fol. 107r.

______________________________________________________________________

 

   Les sources contemporaines qui parlent du sacre de Pépin sont cependant peu nombreuses et peu précises[5]. Ceci aurait éventuellement encouragé en parallèle l’établissement d’une « pseudo-histoire » ainsi que la création d’une légende qui aurait comblé à sa manière ce déficit[6]. Par la suite, Pépin le Bref est devenu l’une des figures reconnues en tant que personnage historique dans la littérature épique[7]. De ce fait, un certain nombre de textes ont participé à la formation de sa légende, c’est-à-dire à transmettre un ensemble de récits à caractères merveilleux, où les faits historiques ont été transformés ou embellis par l’imagination ou l’invention poétique[8]. Ces récits ont notamment cherché à reconstituer le « parcours » de son héros en mettant en avant un certain nombre de moments décisifs.

Pour ce travail nous avons choisi de développer une des étapes clôturant l’éducation de Pépin le Bref : le passage à l’âge adulte ritualisé à travers l’adoption capillaire. Nous savons que la chevelure a toujours eu une symbolique importante. Au regard des Romains, celle-ci a fait partie des critères de désignation des Barbares[9]. La Loi Salique punissait d’ailleurs d’une amende de douze sous d’or quiconque empoignait la chevelure d’un Franc[10]. Plus tard, une des principales caractéristiques des rois mérovingiens a été le port de cheveux longs tombant sur les épaules[11]. En effet, dans son Histoire des Francs[12] daté du VIe siècle, Grégoire de Tours mentionne l’apparition des reges criniti (« rois chevelus ») au Ve siècle[13]. Les cheveux deviennent ainsi un aspect fondamental du pouvoir et de la société franque[14]. Cela peut être également confirmé pour la période carolingienne[15].

 

   Après une éducation monastique à Saint-Denis suivant l’exemple des princes anglo-saxons[16], Charles Martel confia son fils au roi de Lombardie[17]. En effet pour contribuer à l’enrichissement de sa formation, Pépin le Bref est envoyé à la cour du roi Liutprand vers 735 ou 738[18]. Au temps des Mérovingiens, il était assez fréquent pour les jeunes aristocrates d’aller à la cour afin de se familiariser à leur futur métier[19]. Exerçant le pouvoir au nom des rois mérovingiens, les maires du palais ont gardé cette tradition[20]. Dans notre corpus de texte, les Grandes Chroniques de France[21] nous indiquent en l’an 741 : « Auparavant, Charles Martel avait formé une alliance avec Liutprand, roi des Lombards. Il lui envoya son fils pour qu’il lui tondît les premiers cheveux et fût son père spirituel, selon la coutume de ce temps. Le roi le fit bien volontiers et avec joie, et le renvoya à son père, honoré de grands dons. »[22] Elles reprennent d’autres sources datées entre le IXe et le XIIIe siècle : les Miracles de saint Benoît[23], la Vie de Liutprand[24], la Chronique Novalaise[25], la Chronique de l’abbaye de Saint-Riquier[26], etc.[27]. L’ensemble de ces textes est notamment dérivé d’un passage de l’Historia Langobardorum[28] de Paul Diacre.

Nous pouvons constater dans ces passages la présence de deux objets : l’adoption par capillarité de Pépin par Liutprand et l’alliance politique de ce dernier avec Charles Martel. Le premier fait référence à une cérémonie connue par les Romains qui était toujours en usage au VIe siècle : la Barbatoria[29]. Celui auquel on confiait le soin de couper pour la première fois les cheveux d’un enfant devenait son parrain et son père adoptif. Elle confirmait alors une seconde majorité et l’entrée dans l’âge adulte du jeune adopté[30]. Cependant, le thème de l’alliance politique prend nettement le dessus sur la dimension symbolique de cette cérémonie. Dans la Chronique Novalaise[31], l’auteur inverse les noms propres. Pépin est le père alors que Charles est le fils. Or au début du chapitre, Pépin est désigné comme étant dux non rex et Charles est celui qui s’allie aux Lombards contre les Sarrasins[32]. Selon l’hypothèse d’Alain Stoclet, l’auteur a pu comprendre que Pépin II dit « de Herstal » avait conclu une alliance avec Luitprand en lui faisant adopter son fils Charles Martel[33].

 

   Dès lors bien que le Martel n’ait jamais tenté de ravir la couronne aux Mérovingiens, il a cherché à se placer au plus proche de la dignité royale[34]. En adressant son fils au roi des Lombards, il a sans doute voulu le légitimer. Par l’adoption, Pépin est devenu le « fils d’un roi ». Ce n’est pas la première fois que les Carolingiens font preuve d’astuce dans ce processus. En effet comme nous l’avons abordé dans notre mémoire de première année de maîtrise, Pépin III dit « le Bref » a aussi été légitimé par l’invention et l’introduction d’ancêtres mérovingiens dans certains arbres généalogiques[35]. Il n’est donc pas à exclure que les Carolingiens aient pu utiliser une nouvelle fois cette cérémonie afin de faciliter l’obtention de leur pouvoir quelques années plus tard.

Oriane Cugnière-Balmassière, Master 2 Histoire

 

______________________________________________________________________

Notes :

[1] PARIS (Gaston). « La légende de Pépin ‘le Bref’ », dans Mélanges Julien Havet. Paris, 1895 (réimpr. Genève 1972), p. 603.

[2] ALIBERT (Dominique). « Pépin le Bref : Un grand roi », dans L’Histoire. Paris, 2006, n°306-2, pp. 66-70.

[3] WERNER (Karl Ferdinand). Histoire de France, Tome I : Les origines, avant l’an mil, Dir. FAVIER (Jean), Librairie Arthème Fayard, 1984, p. 369.

[4] Ibid.

[5] STOCLET (Alain). « Pépin dit le Bref : considération sur un surnom et sa légende », dans Revue Belge de philosophie et d’histoire. 2001, n° 79-4, pp. 1057-1093.

[6] STOCLET (Alain). « La Clausula de unctione Pippini regis, vingt ans après », dans Revue Belge de philosophie et d’histoire. 2000, n°78-3-4, pp. 719-771. L’auteur cite trois sources qui détaillent le sacre de Pépin le Bref : les Continuations du Pseudo-Frédégaire, les Annales Regni Francorum et la Clausula de unctione Pippini regis.

[7] BÉDIER (Joseph). Les légendes épiques, recherches sur la formation des chansons de geste, Paris : Librairie Honoré Champion, 1987 (3ème éd.), p. 350.

[8] VINCENT (Catherine). Dictionnaire encyclopédique du Moyen Âge, Tome 2 : L-Z, Dir. VAUCHEZ (André), Paris : Éd. du Cerf, 1997, p. 879.

[9] LANÇON (Bertrand). Poil et pouvoir : d’Auguste à Charlemagne, Paris : Arkhê, 2019, p. 108.

[10] Lex Francorum Chamavorum, 28, dans Monumenta Germaniae Historica, Leges (in folio), 5. Leges Saxonum. Lex Thuringorum. Edictum Theoderici regis. Remedii Curiensis episcopi capitula. Lex Ribuaria. Lex Francorum Chamavorum. Lex Romana Raetica Curiensis, p. 273 : « Qui per capillos Francum priserit, solidos 12, in dominico solidos 4. »

[11] LANÇON (Bertrand). Poil et pouvoir : d’Auguste à Charlemagne, op.cit., p. 107.

[12] Grégoire de Tours. Gregorii episcopi Turonensis. Libri historiarum X, Éd. ARNDT (Wilhelm) et KRUSCH (Bruno), dans Monumenta Germaniae Historica, SS rer. Merov. 1.1, Hanovre, 195

[13] Grégoire de Tours. Gregorii episcopi Turonensis. Libri historiarum X, ed.cit, p. 57 : « regis crinitos » ; Ce passage est repris dans Frédégaire. Liber Historiae Francorum, Éd. KRUSCH (Bruno), Monumenta Germaniae Historica, SS rer. Merov. 2, p. 245 : « id temporis crinitos reges habere coeperunt ».

[14] Pour Godefroid Kurth, cette longue chevelure peut faire penser à un « diadème naturel » où « l’intégralité de la crinière » était un signe royal. Voir KURTH (Godefroid). Clovis, Paris : J. Tallandier 1978 (Nouvelle éd.), p. 173.

[15] En 2007, Agnès Prévot et Marie-Adélaïde Nielen ont découvert la présence de poils dans onze sceaux royaux dont celui de Pépin le Bref, de Charlemagne ou de Louis II le Bègue. Voir LANÇON (Bertrand). Poil et pouvoir : d’Auguste à Charlemagne, op.cit., p. 107.

[16] Pépin le Bref avait au moins trois ans et peut-être même quatre quand Saint-Denis devint sa résidence dans le cadre de son infantia, c’est-à-dire du premier des âges de l’homme. Voir STOCLET (Alain). Fils du Martel : la naissance, l’éducation et la jeunesse de Pépin, dit « le Bref » (v. 714 – v. 741), Turnhout : Brepols, 2013, p. 70 et 360.

[17] Ibid., p. 70.

[18] La date fait débat. Pour Pierre Riché, Pépin aurait été envoyé en Lombardie en 735 alors que pour Genevière Bührer-Thierry et Charles Mériaux, il s’agirait de l’année 738. Voir STOCLET (Alain). Fils du Martel (…), op.cit., p. 70 et BÜHRER-THIERRY (Geneviève), MÉRIAUX (Charles). La France avant la France, 481-888, Paris : Belin, 2014, p. 360.

[19] RICHÉ (Pierre). De l’éducation antique à l’éducation chevaleresque, Paris : Flammarion, 1968, p. 42.

[20] RICHÉ (Pierre). Éducation et culture dans l’Occident barbare VIe-VIIIe siècle, Paris : Éd. du Seuil, 1995 (4ème éd.), p. 358.

[21] Les Grandes Chroniques de France, de Clotaire II à Pépin le Bref, Éd. VIARD (Jules), Paris : H. Champion (Société de l’Histoire de France), 1920-1953, t. 2, 340 p.

[22] Les Grandes Chroniques de France, de Clotaire II à Pépin le Bref, ed.cit., p. 245 : « Devant ce avoit fermées aliances à Luppram, le roi des Longobarz. Pepin, le mainné de ses fiuz, li envoia pour ce que il li tondist premiers les cheveus et fust ses peres esperiteus, selonc la costume du tens de lors. Le rois Lupprans le fist moult volentiers et moult en fu liez, et le renvoia à son père honoré de granz dons. »

[23] [Charles Martel] demanda à s’allier à Liutprand, roi des Lombards, et lui envoya son fils Pépin afin que, selon la coutume des fidèles chrétiens, il fût le premier à lui couper les cheveux [et/ou la barbe] et devînt son père spirituel ; ce qu’ayant volontiers accompli, [Liutprand] renvoya le fils à son géniteur, comblé de nombreux présents. Voir Adrevald de Fleury. Miracula sancti Benedicti = Ex Adrevaldi Floriacensis Miraculis S. Benedicti, Éd. HOLDER-EGGER (Oswald), Monumenta Germaniae Historica SS 15/1, Hanovre, 1887, I. 14, p. 483 : « Pepigitque foedus cum Liutprando Langobardorum rege eique filium suum Pipinum misit, ut more fidelium christianorum eius capillum primus attonderet ac pater illi spiritalis existeret ; quod ille gratantissime conplens, multis ditatum muneribus genitori natum remisit. »

[24] [Liutprand] coupa les cheveux au seigneur Pépin, le roi, fils de Charles, le seigneur susdit, pour l’amitié des Francs et la quiétude de sa terre, et il affermit l’amitié avec les Francs. Voir Vita Liutprandi ou De Liutprando rege, Éd. WAITZ (Georg), dans Historia Langobardum codicos Gothani, Monumenta Germaniae Historica SS rer. Langob., Hanovre, 1888, pp. 7-11 : « Seu et domni Pippini regis, filio supradicti domni Karoli, pro amicitia Francorum et quietudine terrae suae [Liutprand] capillum incidit, et cum Francis amicitiam firmavit. »

[25] Chronicon Novalicense = Cronaca di Novalesa, Éd. et Trad. ALESSIO (Gian Carlo), Turin, 1982 (réimp. 1983), pp. 136-139 ; Chronicon Novalicense, Éd. CIPOLLA (Carlo), Monumenta Novaliciensa vetustiora, Rome, 1898-1901, (FSI. 31-32), t. 2, pp. 169-170.

[26] [Charles Martel] demanda à s’allier à Liutprand, roi des Lombards, et lui envoya son fils Pépin afin que selon la coutume des fidèles chrétiens, il fût le premier à lui couper les cheveux [et/ou la barbe] et devînt son père spirituel ; ce qu’ayant volontierss accompli, [Liutprand] renvoya le fils à son géniteur, comblé de nombreux présents. Voir Hariulf. Chronique de l’abbaye de Saint-Riquier (Vesiècle-1104), Éd. LOT (Ferdinand), Paris, 1894, p. 49 : « Pepigit hic foedus cum Leutbrando, rege Langobardorum, eique filium suum Pippinum misit, ut more fidelium christianorum, eius capillum primus attonderet, ac pater illi spiritalis existeret. Qud ille gratantissime complens, mutltis ditatum muneribus genitori natum remisit. »

[27] Voir Bamberg, Staatsbibliothek, Hist. 3, fol. 180v (capitulation) et 189 r (texte) ; Otton de Freising. Chronica, Éd. HOFMEISTER (Adolf), Monumenta Germaniae Historica SS rer. Germ 45, Hanovre et Leipzig, 1912, p. 247 ; Frutolf de Michelsberg. Chronica = Ekkehardi Uraugiensis Chronica, Éd. WAITZ (Georg), Monumenta Germaniae Historica SS 6, Hanovre, 1844, pp. 1-267.

[28] Vers cette époque, Charles [Martel], prince des Francs, envoya son fils Pépin à Liutprand, afin qu’il en reçût les cheveux, selon la coutume. Lequel, lui coupant les cheveux, devint un père pour lui et le renvoya à son géniteur comblé de présents royaux innombrables. Voir Paul Diacre. Historia Langobardorum = Pauli Historia Langobardorum, Éd. WAITZ (Georg), Monumenta Germaniae Historica SS rer. Germ. 48, Hanovre, 1878, VI. 53, p. 183 : « Circa haec tempora Carolus princeps Francorum Pipinum suum filium ad Liutprandum direxit, ut eius iuxta morem capillum susciperet. Qui eius caesariem incidens, ei pater effectus est multisque eum ditatum regiis muneribus genitori remisit. »

[29] RICHÉ (Pierre). Éducation et culture dans l’Occident barbare VIe-VIIIe siècle, op.cit., p. 336.

[30] RICHÉ (Pierre). Éducation et culture dans l’Occident barbare VIe-VIIIe siècle, op.cit., p. 336.

[31] Pépin envoya son fils tout petit, du nom de Charles, à ce roi [Liutprand] susmentionné, afin que, suivant la coutume, il lui tondît de ses cheveux et devînt son père spirituel : ainsi fit-il. Puis il le renvoya à son père, honoré de nombreux présents. Voir Chronicon Novalicense = Cronaca di Novalesa, ed.cit., pp. 169-170 : « Ad hinc vero predictum regem [scil. Liutprandum] Pipinus suum parvulum filium nominee Karolum direxit, ut ei iuxta more ex capillis totonderet, et fieret et pater spiritalis : quod et fecit. Nam remisit eum patri suo multis honoratus muneribus. »

[32] STOCLET (Alain). Fils du Martel (…), op.cit., p. 218.

[33] Ibid.

[34] BÜHRER-THIERRY (Geneviève), MÉRIAUX (Charles). La France avant la France, 481-888, op.cit., p. 57

[35] Se référer à la partie 1 : Une histoire de famille dans CUGNIÈRE-BALMASSIÈRE (Oriane). La légende de Pépin dit « le Bref » dans la littérature du Moyen-Âge (XIIe-XIVe siècle), Mémoire de recherche en Histoire médiévale, sous la direction de Dominique Alibert maître de conférence, Paris : Institut Catholique de Paris, 2017-2019, pp. 30-37.

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.