« Bleus et noirs dans les Antilles françaises » – Noémie Salgues

 

1. Teinture Indigo, image d’illustration de la séance du séminaire.

Dans le cadre du programme « Colorants et textiles de 1850 à nos jours », l’Institut National d’Histoire de l’Art accueille plusieurs événements couvrant la fin d’année 2019. Dirigé par Marie-Anne Sarda, conservatrice en chef du patrimoine et conseillère scientifique à l’INHA (domaine Histoire et théorie de l’histoire de l’art et du patrimoine), le programme de recherche se concentre sur la période de transition observée dans la pratique des teintures en France, essentiellement de 1850 à 1914.

_____________________________________________________________________

 

   Le séminaire « Teintures naturelles ou colorants de synthèse ? Indigo » est conçu en partenariat avec l’École nationale supérieure des arts décoratifs. Dans ce cadre de recherche, la conférence « Bleus et noirs dans les Antilles françaises » qui s’est tenue le 13 novembre 2019 au sein de la galerie Colbert aborde ces thèmes liés aux colorants et aux textiles. L’intervention a été menée par Tristan Yvon, membre de la direction des affaires culturelles de Guadeloupe. Combinant recherches en archives et actions de terrain, ce spécialiste de la période coloniale étudie les installations destinées à produire de l’indigo de la deuxième moitié du XVIIe siècle au début du XVIIIe siècle [1]. L’intitulé « Bleus et noirs dans les Antilles françaises » s’explique par le fait que la production de bleu et de noir en teinture obéit à des procédés intrinsèquement liés ; pour faire du noir, il est nécessaire d’avoir une source de bleu. Or, à l’état naturel, les colorants bleus sont quasiment inexistants, et l’indigotier en est presque l’unique producteur.

Il convient de mentionner en premier lieu que l’indigo est une matière produite à partir de l’indigotier, plante provenant de régions tempérées et tropicales diverses et appartenant à la famille des fabacées. Disposant de fruits sous forme de gousse, c’est à partir de ses feuilles en rameaux qu’est tirée la teinture d’indigo. Deux espèces sont principalement utilisées aux Antilles : l’indigo des Indes (Indigofera tinctoria) et l’indigo dit des teinturiers. Il est difficile d’établir une origine géographique certaine en raison de l’ancienneté historique de sa culture. Il est utilisé dès l’Antiquité sur plusieurs continents, allant de la péninsule arabique à l’Amérique précolombienne. Durant la période médiévale toutefois, les approvisionnements en indigo étaient peu conséquents, la teinture bleue de textile étant alors essentiellement assurée par le pastel des teinturiers (Isatis tinctoria). À l’aube de la Renaissance et surtout grâce à Vasco de Gama, à qui l’on doit l’ouverture des routes commerciales vers les Indes orientales en 1498, l’importation d’indigo se fait plus importante. Celui-ci, apprécié pour ses vertus colorantes, supplante rapidement le pastel des teinturiers sur le marché européen.

Dans ce contexte des découvertes maritimes, les colonies ont évidemment joué un rôle majeur. Les Espagnols ont été les premiers à tirer parti de ces terres nouvelles, exploitant l’indigo dès les années 1620 dans la région du Yucatan. Dans la première moitié du XVIIe siècle, les Espagnols peinaient à contrôler la zone des petites Antilles, ce qui a ouvert la voie à d’autres nations. Le premier établissement de colons français en Guadeloupe est daté de 1635. À cette même période, la multiplication des acteurs marchands dans la vente de tabac conduisit à une crise de celui-ci, et incita les Français à se tourner vers d’autres productions. Outre le sucre, c’est l’indigo qui a finalement trouvé grâce aux yeux des colons français car il représentait une production rémunératrice conséquente. Ils s’attelèrent donc, dès 1640, à son exploitation grâce au développement de complexes spécifiquement dédiés à l’extraction de pigment indigo : les indigoteries.

 

Fig. 1. Jean-Baptiste Du Tertre, gravure montrant le fonctionnement d’une indigoterie à la fin du XVIIe siècle, tirée de Histoire générale des Antilles habitées par les Français, 1667, BnF, Paris.

 

    En Guadeloupe et Martinique, entre la fin du XVIIe et le début du XVIIIe siècle, la technique de production employée dans ces indigoteries était dans l’ensemble généralisée, suivant un schéma d’organisation simple (fig. 1). Les espaces de culture d’indigotiers se trouvaient majoritairement à proximité des espaces d’extraction, les arbustes devant être fauchés peu avant la floraison puisque c’est à ce moment qu’ils contiennent le plus d’indican (matière non colorée catalyseur du pigment indigo). Les plants fraichement coupés étaient réunis en botte et mis à macérer dans une trempoire. Cela pouvait durer entre six et vingt heures, ceci dépendant de facteurs comme la température de l’eau. Une fois cette étape passée, seule l’eau de macération était récupérée, tout l’indican s’étant diffusé. L’eau de macération passait ensuite dans une seconde cuve afin d’être agitée et oxygénée. Enfin, une troisième cuve appelée reposoir recevait cette eau par écoulement. Une boue bleue en ressortait, qui devait être séchée à l’ombre.

Les Espagnols utilisaient cette technique dès le XVIe siècle sur les territoires qu’ils avaient conquis. Ils ont en effet été les premiers à mettre en place une réflexion autour de l’extraction d’indigo dans des volumes importants. Cependant alors, comment expliquer que cette technique ait été employée sur des territoires sur lesquels les Espagnols n’avaient pas d’emprise ? Un mémoire datant de 1642 pourrait éclairer cette interrogation ; il y fait mention d’un spécialiste de l’indigo et originaire de Campêche, dans la région du Yucatan, officiant dans une ville française. Dans ce contexte, la venue d’un amérindien ayant observé le fonctionnement d’indigoterie en région du Yucatan constituerait une aubaine pour la concurrence française, bénéficiant ainsi de son savoir.

 

   Au sujet du poids de la Guadeloupe et de la Martinique dans la production d’indigo, entre 1670 et 1650, la Martinique se trouvait être moins productrice d’indigo que la Guadeloupe. Cela s’explique par des conditions géomorphologiques moins favorables d’une part, et par une centralisation du pouvoir politique d’autre part. Pour la Guadeloupe, l’âge d’or de la production culminait avec 145 indigoteries en activité en 1696. Sur cette période, plusieurs épisodes de chutes et de hausses successives sont apparus, variations à lier avec le contexte environnant (guerre, production de coton, etc.) la fin du XXe siècle, les installations d’indigoteries sont progressivement redécouvertes. Sur l’ensemble des vestiges d’indigoteries découverts en Guadeloupe, un seul est localisé sur l’île de la Basse-terre, 7 en Grande-Terre, et 25 à Marie-Galante (petite île de l’archipel).

Cette répartition s’explique à nouveau par les conditions géomorphologiques, à savoir le besoin de zones relativement sèches et la présence d’eau douce cheminant en sous-sol, préférablement dans les sols calcaires. Suite à ces premiers chiffres, l’étude du complexe d’Anse à la Barque conduit à la mise en lumière d’une indigoterie établie dans l’un des premiers foyers de peuplement. Pour cette indigoterie au plan simple, le trempoire, la batterie et le bassinet étaient alimentés par une eau puisée dans une ravine proche. Cela invite à penser que le complexe n’était en fonctionnement que temporairement suivant les aléas de l’écoulement d’eau. Autre élément intéressant avec cette indigoterie, c’est la présence de mobilier archéologique daté de la moitié du XVIIIe siècle dans le sous-sol archéologique, ce qui tend à prouver qu’elle n’a pas été réutilisée à des périodes ultérieures. L’indigoterie d’Anse des Rochers, en Grande-Terre, voit des innovations techniques.

Du fait de la présence de trous de poteaux carrés dans le sol, on suppose l’existence d’un moyen qui permettait de bloquer le haut du trempoire, dans l’idée de maintenir les plants immergés durant tout le processus. Ce dispositif permettait de bloquer des traverses qui elles-mêmes bloquaient un couvercle. Cette innovation, datée de la seconde moitié du XVIIe siècle, succède à la gravité de pierres utilisées pour lester les plants. Autre élément : les bords de la batterie sont arrondis, afin d’éviter les débordements durant la phase de mélange. Enfin, l’indigoterie de Marie-Galante démontre par sa taille une production de grande échelle : chaque cuve est doublée. La production du pigment indigo nécessitant le nettoyage des cuves entre chaque processus, ceci permettait un gain de temps dans la production. Cette évolution des indigoteries, visible sur une période de cent ans, se poursuit par la suite notamment à Saint-Domingue et son complexe fonctionnant par le travail d’une centaine d’esclaves.

 

   Concernant la Martinique, île volcanique, les indigoteries étaient situées en grande partie sur le bord des rivières et, en raison des crues cycloniques, il est possible que les vestiges aient été inondés. On y observe des tentatives de relance des indigoteries au XIXe siècle. Armand Justin Thierry, botaniste et directeur du jardin des plantes de Saint-Pierre de 1882 à 1888, racheta un terrain et y fit des essais de production d’indigo. Il publia rapidement une brochure à destination des planteurs visant à aiguiller et conseiller les acteurs de la production. Au Nord-Ouest de la Martinique, l’indigoterie d’Anse Latouche laisse à penser que le propriétaire a justement suivi les indications du botaniste de Saint-Pierre. Pour cette raison, il est facile de dater cette indigoterie de la fin XIXe siècle.

À cette époque, le batteur était désormais un batteur à eau, n’étant plus activé par la seule force de l’homme. Armand Justin Thierry s’associa dans un second temps avec un blanc créole de Martinique, personne apportant le foncier et les capitaux pour construire l’indigoterie de Paquemar, dans le Vauclin. Elle voit une succession de douze bacs macérateurs, de batteries commandées par une machine à vapeur spécialement exécutée depuis l’Hexagone. Le complexe était entouré par 90 hectares d’indigotiers et près des deux cents travailleurs sont mentionnés dans les archives privées de la famille. À titre d’exemple, les dimensions de la plus grande cuve équivalent à la taille d’un bassin olympique. Toutefois, l’indigoterie n’a été en fonctionnement que deux années durant, produisant environ deux tonnes d’indigo par an, ce qui est relativement peu. Fait anecdotique, Armand Justin Thierry avait connaissance de l’indigo de synthèse, et selon lui il était peu probable que celui-ci prenne le dessus sur l’indigo naturel. Cette indigoterie a finalement fait faillite et est déclarée en cessation de paiement en mai 1897. Cette fermeture signe la fin de la production d’indigo en Martinique.

 

   Pour conclure, cette étude de Tristan Yvon vise à indiquer que la production d’indigo a été sous-estimée de la part des historiens, puisqu’elle a régulièrement servi d’économie de soutien. On peut aussi dire qu’elle a permis à certains colons de dégager suffisamment de capitaux en vue d’investir dans des productions plus onéreuses telles que le sucre.

Aussi, dernièrement, il est intéressant de signaler le fait que la production d’indigo ait été relancée en Guadeloupe depuis quelques années. Cette relance est à lier au besoin croissant de retour au naturel, de se procurer des produits sains, rentrants dans la volonté de certaines marques de cosmétiques Françaises voulant mettre en avant leur approche naturelle par le biais de cette teinture.

Noémie Salgues, Master 2 Histoire de l’art

 

_________________________________________________________________

Site web du séminaire 

_________________________________________________________________

Notes :

[1] YVON Tristan, « La production d’indigo en Guadeloupe du XVIIe au XIXe siècle », Bulletin de la Société d’Histoire de la Guadeloupe, 145, 2006, p. 49-57. Voir aussi YVON Tristan, La production d’indigo en Guadeloupe et Martinique (XVIIe-XIXe siècles), Paris, 2015.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.