« Décryptage du Jeu de Paume à travers les archives françaises, allemandes et américaines » – Kheira Ardennes

 

Depuis l’automne 2016, un projet de répertoire des acteurs du marché de l’art depuis l’Occupation (RAMA) est initié par l’Institut national d’histoire de l’art (INHA), l’Université technique de Berlin et d’autres collaborateurs, afin d’identifier les réseaux commerciaux artistiques de cette période. Cette mission a pour objet de réunir les savoirs communs issus d’enquêtes personnelles de conservateurs, chercheurs de provenance ou d’ayant-droits de victimes spoliées. Afin de valoriser sa recherche, l’INHA invite des spécialistes depuis le 31 janvier 2019 dans un cycle « Patrimoine spolié pendant la période du nazisme (1933-1945) – Recherche de provenance à l’échelle internationale » en partenariat avec l’Institut national du patrimoine (INP).

1. Salle dite « des martyrs », œuvres exposées au Jeu de Paume par l’ERR (vers 1942) (source : https://francearchives.fr/fr/article/87796692)

________________________________________________________________________________

 

   Le 17 octobre 2019, Marc J. Masurovsky est intervenu dans le cadre du programme durant un séminaire intitulé « Décryptage du Jeu de Paume à travers les archives françaises, allemandes et américaines ». Historien ayant travaillé auprès du Bureau des enquêtes nazies aux États-Unis d’Amérique, conseiller auprès de la Conférence sur les restitutions et du Musée de l’Holocauste à Washington DC (États-Unis d’Amérique) et auteur d’une publication « Le festin du Reich : Le pillage de la France occupée (1940-1945) », il se présente comme un spécialiste de la collaboration économique et des restitutions des objets pillés durant la Seconde Guerre mondiale. La conférence évoquée revenait sur la structure du Musée du Jeu de Paume, connu pour avoir servi de lieu de stockage des biens spoliés par les autorités nazies sous l’administration de l’Eisatzstab Reichsleiter Rosenberg (ERR).

Afin de déterminer la fonction attribuée au Musée du Jeu de Paume dans la politique antisémite, Marc J. Masurovsky a cherché à confronter des sources primaires d’archives américaines, allemandes et françaises, cette dernière s’illustrant par sa largesse. La documentation française repose principalement sur l’inventaire d’œuvres d’art dressé par Rose Valland, attachée de conservation durant l’Occupation, ainsi que des fiches établies par l’ERR dès 1943 sur chaque bien transitant[1]. Toutefois, l’ERR n’a consigné que la moitié des 19 000 biens passés entre ses mains, sur les 21 000 connus comme ayant été stockés au Jeu de Paume. Le parcours des œuvres n’ayant pas été enregistré, mais dont les propriétaires en furent destitués, n’a donc pas encore été retracée. Cependant, il existe certaines incohérences entre les fiches et les connaissances établies. C’est notamment le cas pour le Marais aux Songes attribué à Max Ernst de 1937 provenant de la collection de Victor William Watson (œuvre figurant dans les fiches mais n’apparaissant pas dans sa production connue par son catalogue raisonné ou toute autre monographie). Elle est enregistrée dans le Groupe III qui regroupait l’ensemble des œuvres des expressionnistes allemands. Une telle documentation permet néanmoins de constater de l’organisation du pillage par un recensement des biens à leur arrivée ou jusqu’à un an après leur entrée au Jeu de Paume.

 

   Sans revenir sur l’étendue du réseau chargé de la spoliation, concernant autant la police française que les services allemands, le séminaire propose de déterminer la place du Musée du Jeu de Paume dans la politique nazie. Marc J. Masurovsky décrit ce musée comme une antichambre du Musée de Linz, un entrepôt, un lieu d’exposition pour Goering notamment, un lieu de triage mais également un lieu de persécution des Juifs. À ce titre, le chercheur constate que ce lieu avait également pour fonction d’assurer la destruction de l’identité sémite par la destruction de toute trace matérielle des Juifs et donc leur mémoire. La valeur marchande des biens destitués n’était pas exempte puisque de nombreuses œuvres d’art étaient revendues à des collectionneurs étrangers. Néanmoins, si les sommes perçues alimentaient l’effort de guerre, certains œuvres pouvaient être échangées contre d’autres répondant aux codes de l’art officiel allemand.

Ainsi, outre sa qualité d’entrepôt, le Musée du Jeu de Paume se présentait comme un lieu de redistribution internationale des richesses pillées sans fondement légal. Le Musée du Jeu de Paume se positionne comme une composante de la politique totale nazie d’effacement de l’identité sémite par un génocide culturel et par la destruction de son histoire. Marc J. Masurovsky compare alors le Musée du Jeu de Paume à un véritable camp de concentration pour les biens, lorsque Drancy avait pu l’être pour les personnes. En conclusion, Marc J. Masurovsky apporte une nuance en soulignant que, contrairement aux œuvres d’art, seuls les dépôts résiduels – c’est à dire les biens qui ne furent pas emportés par les familles juives ou bien encore pillés par la population locale – semblaient avoir été déposés au Jeu de Paume s’agissant des objets, le reste ayant été envoyé pour être trié dans les bâtiments annexes de Drancy.

 

    Ce séminaire marque l’intérêt croissant porté aux spoliations d’œuvres d’art pendant la Seconde Guerre mondiale par un public de professionnels et d’amateurs. En effet, outre l’INHA, le Mémorial de la Shoah lui a consacré plusieurs séminaires autour de son exposition « Le Marché de l’Art sous l’Occupation (1940-1944) ». Celle-ci présentait les documents de recherches du livre éponyme d’Emmanuelle Polack. À cet égard, cette conférence permet de souligner certaines incompréhensions dans la structure des inventaires, ainsi que de proposer une lecture du rôle prégnant du Musée du Jeu de Paume parmi les différentes institutions mises en place en France pour l’exécution d’une politique antisémite.

Kheira Ardennes, Master 1 Histoire de l’art

________________________________________________________________________________

Présentation du cycle sur le site de l’INHA.

Retransmission du cycle Patrimoine spolié pendant la période du nazisme (1933-1945) – Recherche de provenance à l’échelle internationale sur la chaîne YouTube de l’INHA.

________________________________________________________________________________

Notes :

[1] La typographie et la mise en page de ces fiches permet d’affirmer que plusieurs personnes se sont relayées sous différentes directives entre 1941 et 1944.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.