« Christian Boltanski, Faire son Temps » – Mélissa Moine

Affiche de l’exposition

35 années ont passé depuis la dernière rétrospective de Christian Boltanski au Centre Pompidou. Cette récente exposition monographique intitulée « Faire son temps » se trouve de nouveau sous le commissariat de Bernard Blistène et présente une quarantaine d’œuvres, dont la plupart sont des installations lumineuses monumentales évoquant la mémoire, ainsi que la dualité entre la vie et la mort. Elle a été présentée du 13 novembre 2019 au 16 mars 2020 au Centre Pompidou à Paris.

Pour commencer, le visiteur pénètre dans des pièces sombres, dénuées de tous repères, ni cartels, ni flèches directives. Cependant, l’entrée et la sortie de l’exposition sont définies respectivement par des luminaires formant les mots « Départ » et « Arrivée », créées en 2015. L’artiste nous perd alors dans un espace labyrinthique où l’on se laisse guider par la lueur des œuvres. Par ailleurs, en penchant la tête au-delà des parois qui encadrent l’espace d’exposition, on aperçoit la vidéo d’un paysage. Il s’agit de l’œuvre Passages, conçue in situ pour l’exposition. Elle met en scène notre regard, comme s’il se trouvait derrière la fenêtre d’un train en marche. Elle fait alors allusion au temps qui s’écoule durant la visite du spectateur, embarqué dans un voyage symbolisant la vie.

La tension omniprésente entre la vie et la mort est matérialisée par la lumière et l’obscurité, comme en témoigne l’œuvre Cœur de 2005 : une ampoule s’éclaire au rythme des battements du cœur de l’artiste. De plus, les murs sombres témoignent de la vision fataliste de celui-ci. En effet, il semble que la mort l’emporte sur la vie. Aussi, la dimension religieuse est très présente dans les œuvres de Christian Boltanski. À la mort de son père, il prend conscience des liens forts qu’il entretient avec la judéité et  l’Holocauste. La religion règne dans les portraits d’êtres disparus recouvrant les murs, chacun éclairé par une ampoule. D’eux subsistent une lueur de vie qui perdure par la mémoire. Beaucoup de ces installations se présentent comme un hommage, notamment avec des œuvres qui présentent des victimes de la Shoah rappelant les origines juives de l’artiste. Ainsi, dans l’installation Fantômes de Varsovie de 2001, il montre que la vie persiste par le mythe et l’histoire, considérant ces individus comme ses ancêtres.

Fig. 1. Vue de l’exposition « Faire son temps » de Christian Boltanski au centre Pompidou, 2019 – 2020, avec l’aperçu de l’œuvre Les concessions, 1996, Photographies, tissu noir, ventilateurs. © Arts in the City

La mort est aussi un sujet violent, mais Boltanski le manipule avec précaution ; il se refuse à montrer des cadavres. Dans l’œuvre Les concessions de 1996 (fig. 1), il dissimule des photographies de corps morts sous des draps noirs. Normalement perceptibles par le vent léger d’un ventilateur, ces images choquantes attirent l’œil des plus curieux. Certains visiteurs se surprennent à soulever les draps pour voir l’horreur des scènes. Le paradoxe de la mort se traduit par l’horreur et la fascination qu’elle provoque. De ce fait, l’ensemble des œuvres présentées confère à l’exposition une dimension dramatique. Cette mort est souvent évoquée par le biais de visages d’enfants ou de personnes heureuses comme dans l’œuvre Dernière danse de 2004, présentant une photographie du dernier sourire d’un couple juif. On atteint le paroxysme du pathétique. Ce qui subsiste est un souvenir, un fragment de bonheur.

Fig. 2. Installation view : Christian Boltanski – Faire son Temps, Centre Pompidou, Paris, 2019 © Christian Boltanski / ADAGP, Paris, 2019 photo credit Centre Pompidou_Philippe Migeat.

Enfin, on ne trouve dans cette exposition ni barrière ni vitrine, cela favorise la déambulation entre les installations le plus souvent monumentales. En effet, l’artiste cherche à renforcer le lien entre ses œuvres et les visiteurs par la provocation de leurs sens. Certaines installations produisent des sons, d’autres incitent au toucher par le biais de jeux de tissus, tandis que certaines créent des sensations angoissantes. Dans l’œuvre Les Regards (fig. 2), on se retrouve dans un labyrinthe formé par des visages imprimés sur du tissu, dont seuls les yeux se démarquent. L’impression de se perdre dans tous ces regards braqués sur nous crée une sensation oppressante, tout en confrontant le spectateur avec la personne photographiée, même si elle n’est plus de ce monde.

Fig. 3 : Installation view : Christian Boltanski – Faire son Temps, Centre Pompidou, Paris, 2019 © Christian Boltanski / ADAGP, Paris, 2019 photo credit Centre Pompidou_Philippe Migeat

Ainsi, l’exposition « Faire son temps », est un réel parcours qui place le visiteur comme un observateur de la vie, lui-même observé par la fatalité. La dimension pathétique et les jeux sensoriels permettent une proximité paradoxale entre celui-ci et la mort, qui nous préoccupe. Le temps de la visite est une ellipse temporelle qui favorise le questionnement sur notre propre fin. En sortant de l’exposition, l’enseigne lumineuse constituée par l’œuvre Arrivée (fig. 3), indique au visiteur que la vie quotidienne reprend son cours.

 Mélissa Moine, Master 1 Histoire de l’art

_________________________________________________________________

Bibliographie :

Bernard Blistène (dir.), Faire son temps, cat. expo. (Paris, Centre Pompidou, 13 novembre 2019 – 16 mars 2020), Paris, Editions du Centre Pompidou, 2019.

_________________________________________________________________

Texte édité par Maris Pays (Master 1 Histoire de l’art), membre du comité de lecture Investigatio


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search