« Turner : Peintures et Aquarelles Collections de la Tate » – Eugènie Perez

 

Fig. 1. Affiche de l’exposition

Le Musée Jacquemart André accueillait du 26 mai 2020 au 11 janvier 2021 une exposition organisée en collaboration avec la Tate Britain sur le peintre Joseph Mallord William Turner (1775-1851). Intitulée Turner, peintures et aquarelles, collection de la Tate, elle fut réalisée par David Blayney Brown, conservateur senior de l’art britannique du XIXe siècle à la Tate Britain de Londres et par Pierre Curie, conservateur au Musée Jacquemart André.

_________________________________________________________________

 

Cette exposition nous permet, avec ses soixante aquarelles et sa dizaine de peintures à l’huile, d’avoir une vision plus large et globale de la vie de Turner. De surcroît, le communiqué de presse explique que l’exposition est « un parcours chronologique qui permet de suivre pas à pas son évolution artistique : de ses œuvres de jeunesse, d’un certain réalisme topographique, aux œuvres de sa maturité, plus radicales et accomplies, fascinantes expérimentations lumineuses et colorées. Associées ici à quelques aquarelles achevées et peintures à l’huile pour illustrer leur influence sur la production publique de Turner, ces œuvres très personnelles demeurent aussi fraîches et spontanées que lorsqu’elles sont nées sur le papier. »

Joseph Mallord William Turner est un artiste d’origine anglaise, plus précisément un homme de deux époques, appartenant à la fois au XVIIIe siècle et au XIXe siècle et fait partie des artistes qui ont façonné l’émergence du Romantisme. Il a non seulement élevé le « genre pictural » dans la hiérarchie des genres, mais aussi a transmis un savoir-faire particulier dans la peinture. Débutant sa vie d’artiste en travaillant chez un architecte, il prend des cours de perspective et de topographie, avant d’entrer à la Royal Academy et en 1807 devient professeur de perspective. Étant formé aux codes artistiques de l’époque, toute sa vie, il exploite l’aquarelle ; une pratique artistique qu’il privilégie pour expérimenter les effets de lumière et de transparence des paysages. C’est pourquoi le Musée Jacquemart André a consacré son exposition à l’aquarelle plutôt qu’à la peinture à l’huile.

Les voyages ont toujours façonné la vision de cet artiste, et cela se ressent dans ses œuvres et particulièrement dans cette exposition qui met en scène ses nombreux voyages effectués, notamment au Royaume-Uni, aux Pays-Bas, en France, ainsi qu’en Italie, où il séjournera plus longtemps. Étant donné que l’aquarelle était facile à transporter, Turner la rapportait avec lui pendant ses voyages. Il prenait des notes en plein air qu’il retravaillait par la suite dans son atelier. Par conséquent, l’exposition a tenté de relier sa vie personnelle et sa vie d’artiste. Les conservateurs ont bien équilibré les œuvres et nous font comprendre non seulement la vie artistique de Turner, mais aussi sa vie personnelle à travers un parcours chronologique qui met en scène la transformation de l’artiste. 

Fig. 2. Joseph Mallord William Turner, Château de Norham, étude de couleur graphite et aquarelle sur papier, 1798, Tate Modern, Londres.

La thématique de l’exposition est répartie en huit salles différentes : la première intitulée de LArchitecture au Paysage, la deuxième, Nature et Idéal : LAngleterre 1805-1815, la troisième A la Découverte de lEurope 1815-1830, la quatrième Les Voyages de Turner 1830-1840, la cinquièmeLumières et Couleurs, la sixième Une Approche sensible de lArt, la septième Maître et Magicien : Les Oeuvres de la Maturité, et enfin la huitième La Main et le Cœur : Les dernières Oeuvres. Ces différents titres donnent une scénographie harmonieuse et didactique de l’exposition. Ainsi, on passe du réalisme de Turner à son influence architecturale et son Romantisme, jusqu’à une sorte d’abstraction impressionniste. Ainsi, nous voyons une continuité entre ses premières œuvres comme « Château de Norham, étude de couleur graphite et aquarelle sur papier, 1798 » et ses œuvres plus tardives telles que « Château de Bumburgh, Northumberland, aquarelle sur papier 1837 »

Fig. 3. Joseph Mallord William Turner, Château de Bumburgh, Northumberland, aquarelle sur papier 1837, Tate Modern, Londres.

La première illustre l’architecture du château Norham en lui donnant un paysage. Dans la seconde, le château est un prétexte pour illustrer un paysage à la fois mi-réel et mi-imaginaire. De même, l’exposition utilise une salle pour juxtaposer une vision positive et négative de cette œuvre, ce qui, en outre, est une preuve de sa pratique constante des effets lumineux. C’est dans ce choix de disposition des œuvres que l’on peut appréhender l’ingénierie de Turner dans son traitement de la couleur et de la perspective. Effectivement, l’exposition arrive à mettre en scène la particularité esthétique de Turner qui repose dans le soin qu’il apporte à la lumière et aux couleurs. De plus, à travers les salles, les conservateurs utilisent les œuvres de Turner afin de transmettre l’effet d’impuissance du spectateur face à la Nature. Il semble que nous sommes présents dans chacune de ses œuvres, tout en restant extérieur au paysage.

Fig. 4. Joseph Mallord William Turner, Venise : vue sur la lagune au coucher du soleil, aquarelle sur papier 1840, Tate Modern, Londres.

En outre, l’iconographie de ces paysages est un reflet, dans l’exposition, de ses voyages personnels. C’est particulièrement vrai dans son œuvre « Venise : vue sur la lagune au coucher du soleil, 1840 » où l’observateur se sent également transporté sur la lagune de Venise et absorbé par la chaleur du soleil couchant. D’ailleurs, les conservateurs accentuent les effets de Turner en le citant sous l’œuvre : « mon travail consiste à peindre ce que je vois, non ce que je sais être là. » Cette citation renforce non seulement l’idée que l’on a du Romantisme de Turner, mais aussi met en avant la réalisation de l’exposition. A ce sujet, la septième salle, où est présenté un cabinet de pigment et une palette, montre l’importance que l’artiste porte à la couleur et aux mélanges. D’une part, cela nous donne un aperçu de son utilisation constante des couleurs primaires, d’autre part l’intérêt qu’il a quant à la préparation précise de ses mélanges et textures. Par ailleurs, la citation de William Bürger rajoutée sur le mur, « aucun peintre, dans aucune école, na peut-être aussi merveilleusement peint les effets de la lumière subtile et impalpable, » synthétise bien la thématique proposée pour cette mise en scène.

Cette exposition est particulièrement originale puisqu’elle s’appuie principalement sur la collection privée de Turner, d’autant plus que toutes ses aquarelles et croquis d’études n’ont jamais été exposés de son vivant. Depuis l’interruption de l’exposition causée par le deuxième confinement, le musée, normalement payant, a organisé l’exposition en virtuelle 360 degrés gratuite pour tous. En effet, c’est une manière de démocratiser l’Art et les œuvres de Turner. Certes, une exposition numérique ne remplace pas une exposition traditionnelle, mais c’est une expérience alternative. Turner, incontestablement, est un artiste qu’il faut voir en personne, mais avoir l’opportunité de visiter cela en virtuel est une nouveauté même si elle provoque un débat dans le monde de l’art. 

Ainsi, l’exposition met en œuvre non seulement la génie de Turner mais aussi l’évolution de cet artiste voyageur. La manière dont le musée l’expose nous permet de l’analyser comme un peintre de transition entre le Romantisme et l’Impressionnisme. Il est désormais regrettable de ne pas pouvoir observer ses œuvres les plus connues telle que Rain, Steam and Speed (1844), The Great Western Railway (1844) ou The Slave Ship (1840), mais il est vrai que ses études personnelles sont plus pertinentes afin de concevoir sa technique et son évolution pure. Néanmoins, il y a un moment où le spectateur doit repasser dans la salle Lumières et Couleurs pour accéder à la salle Une Approche sensible à lArt. Puisque Turner retravaillait constamment ces œuvres, cela renforce l’idée de rétrospective que le Musée Jacquemart André a essayé de transmettre aux visiteurs. 

En regardant d’autres expositions sur Turner, avec le Musée Jacquemart André nous avons une vision plus globale de l’artiste. Prenons le cas de l’exposition « Turners Modern and Ancient Ports: Passages through Time » de la Frick Collection à New York (23 février 2017 au 14 mai 2017). Cette exposition réalisée par Susan Grace Galassi, Turner Ian Warrell et Joanna Sheers Seidenstein, mettait en avant l’iconographie des ports de Turner et de ses peintures et non pas son évolution en tant qu’artiste.

En revanche, l’espace joue un rôle majeur dans le cadre d’une exposition. Nous pouvons le voir dans l’exposition « J.M.W. Turner » au Metropolitan Museum of Art (1er juillet 2008 au 21 septembre 2008). Cette exposition organisée par le Metropolitan Museum of Art de New York, la National Gallery of Art de Washington et le Dallas Museum of Art, en collaboration avec la Tate Britain de Londres, exposait à peu près 140 peintures et aquarelles de Turner. Grâce à la grandeur du Metropolitan, cette exposition était plus complète en termes de contenu et d’espace que l’exposition Jacquemart André. De même, l’exposition réalisée par la Réunion des musées nationaux, intitulée « Turner et ses peintres » au Grand Palais (24 février 2010 au 24 mai 2010) expose Turner en rétrospective, avec les artistes qui l’ont influencé comme Nicolas Poussin et Claude Lorrain. Cette mise en scène engage un dialogue entre Turner et ces artistes ; un élément qui manque dans l’exposition du Musée Jacquemart André. 

« Turner, peintures et aquarelles, collection de la Tate » du Musée Jacquemart André révolutionne l’exposition, car à vrai dire, non seulement les conservateurs ont organisé les œuvres en huit salles, mais aussi ont fait un choix de numériser cette exposition. En revanche, cette mise en scène n’est pas aussi complète que l’exposition du Metropolitan ou du Grand Palais, mais le Musée Jacquemart André a réussi à immerger ses visiteurs dans l’univers de Turner.

Eugènie Perez, Master 1 Histoire de l’Art

 

_________________________________________________________________

Bibliographie : David Blayney Brown et Pierre Curie (dir.), Turner : peintures et aquarelles, collections de la Tate, cat. expo. (Paris, 2020), Bruxelles, Fonds Mercator, 2020.

_________________________________________________________________

Texte édité par Constance Jeand’heur (M2 Etudes anglophones), membre du comité de lecture Investigatio


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search