« L’Aphrodite de Cnide : exemple de la puissance de la déesse par la nudité » – Victor Chapelle

 

Puisque toute histoire nécessite un début, celle de la nudité féminine dans la sculpture grecque commence avec l’Aphrodite de Cnide du sculpteur Praxitèle. Certes, elle avait déjà été quelque peu dévoilée avec la Léda du sculpteur Timothéos (vers -360 avant J.-C.) ainsi qu’avec une Niobide mourante (Ve siècle avant J.-C.,) qui a été découverte dans les jardins de Salluste à Rome. Néanmoins, c’est avec l’Aphrodite de Cnide que la nudité féminine apparaît pour la première fois comme « élément primordial de la composition »[1].

Fig. 1. Aphrodite de Cnide, dite Vénus Colonna, copie romaine d’après un original grec en bronze de Praxitèle du IVe siècle avant J.-C., marbre, Musée Pio Clementino, Vatican.

     Cette sculpture créée à partir de la seconde moitié du IVe a été proposée aux habitants de l’île de Cos par Praxitèle aux côtés d’une autre Aphrodite vêtues. Cette dernière lui a été préférée et c’est aux habitants de Cnide que l’Aphrodite nue est revenue [2]. Dès lors, elle devient la première statue de culte dévoilant entièrement la nudité féminine [3]. Elle est placée dans un temple, au centre pour qu’elle puisse y être admirée [4]. Bien que l’orignal n’ait pas survécu, les copies romaines permettent de restituer son aspect. La meilleure d’entre elles est la Vénus Colonna (fig. 1) du Vatican, la plus proche de l’originale [5].

     Ainsi, l’Aphrodite de Cnide représentait la déesse totalement nue, debout, dans l’attitude classique du contrapposto. Sa tête était légèrement tournée vers la gauche, mais il est difficile de dire à quel point selon C. Havelock [6]. Sa main droite cachait son intimité tandis que le bras gauche reposait son vêtement tenu dans sa main sur un grand vase utilisé pour le bain. Ses cheveux étaient divisés en deux et ramenés en arrière. Comme toute statue de culte, la sculpture était certainement taille nature, voire plus grande. Si l’on se fie à Lucien, il s’avère qu’elle aurait en plus affiché un léger sourire, de telle sorte qu’il aurait été possible d’en voir les dents. Un tel détail n’est pas visible sur les copies. De plus, la polychromie semble avoir été un élément important à prendre en compte dans cette composition. En effet, il n’y a pas de raison de penser que la figure n’était pas peinte selon le goût de l’époque. D’après Pline, l’Aphrodite de Pline aurait été si peinte que « l’on aurait eu l’illusion d’une vraie femme ». A cet égard, il se peut que cette peinture sur la statue ait été réalisée par le peintre Nicias toujours selon Pline.

    La manière dont l’Aphrodite de Cnide a été perçue pendant longtemps par la recherche a certainement été influencée par les propos des écrivains et poètes antiques sur cette œuvre. En effet, selon ce dernier, le compilateur Athénée, l’Aphrodite de Cnide serait née de l’amour de Praxitèle pour la célèbre courtisane antique Phrynée qui lui aurait ainsi servie de modèle pour sa statue. Ainsi, l’Aphrodite de Cnide a été perçue comme une femme plutôt qu’une statue dès la période antique. Elle est ainsi placée dans un contexte érotique voire sexuel, signifié par la présence du vase qui rappelle le bain nuptial. Le geste de protection serait alors un geste de pudeur à l’égard d’un supposé intrus qui assisterait à sa nudité. Contre cette manière d’apprécier la sculpture, G. Rodenwaldt est le premier à se dresser en 1943. Il cesse de vouloir expliquer la nudité d’Aphrodite en des termes humains. Pour lui, l’Aphrodite de Cnide est un nu héroïque, une image religieuse seule et sans partenaire. La torsion de la tête n’est qu’une conséquence formelle de la conception puisque l’innocence est hors de propos pour ce qui concerne la déesse Aphrodite [7]. Le geste de la main n’est pas plus pour cacher que pour orienter le regard vers la « source de sa souveraineté » [8]. De plus, la présence du vase qui évoque le contexte du bain doit être écarté d’un contexte narratif. En effet, celui-ci était considéré comme prétexte de la nudité d’Aphrodite, tout comme la nudité de la Niobide mourante du musée des Thermes à Rome était justifiée par son exécution par le dieu Apollon.  Ainsi, « la nudité qui fragilise les mortelles accroit au contraire la puissance de la déesse de l’amour » [9]. Le bain ici sert à accentuer le caractère divin de la déesse, à la restaurer et la rafraîchir plutôt qu’à la purifier moralement [10].

    La déesse est alors présentée nue, pour elle-même et sa nudité accroit sa puissance. Cette nudité essentielle à la sculpture, peut s’apprivoiser comme un costume. Selon J. Berger, il faut voir le corps nu, naked body en anglais, comme un objet pour qu’il devienne un nude [11]. En d’autres termes, la nudité n’est plus un état de fait qui correspond à un corps nu montré pour lui-même mais plutôt à un objet que porte le sujet représenté : le corps nu sculpté n’est pas nu en soi, il revêt la nudité. C’est L. Bonfante qui a repris cette conception de la nudité pour la voir comme un costume qui octroie des valeurs à son porteur. Dans une société où être vêtu est la norme, la nudité procure de nombreuses émotions fortes dont la honte, le choc, le dégout. De telles émotions sont fréquemment attribuées à un monde tabou, magique voire divin [12]. À cet égard, la déesse Aphrodite est un bon exemple. En effet, le spectateur qui la surprend dans son intimité, c’est-à-dire celui qui la voit nue, est exposé à une punition sans merci. Ainsi, grâce aux émotions qu’elle suscite chez le spectateur qui subit sa vision, la nudité octroie à son porteur, Aphrodite en l’espèce, un certain pouvoir. L. Bonfante établit alors que l’acte de se déshabiller en société prend un sens magique. Dès lors, la nudité peut se représenter comme une véritable armure. La posture de l’Aphrodite de Cnide et la puissance que lui donne sa nudité témoigne de procédé.

Cette dimension magique et protectrice de la nudité n’est pas exclusive à la Grèce. La déesse Ishtar en Mésopotamie est nue pour suggérer sa puissance, notamment sur le plan sexuel, qui reste plus en lien avec la fécondité qu’avec l’érotisme. À partir de l’Aphrodite de Cnide, la déesse possède son costume qu’est la nudité. Elle est suivie par de nombreux autres modèles d’Aphrodite qui font varier cette nudité. Néanmoins, elle semble être réservée au seul contexte divin et attachée à quelques autres figures divines. Les mortelles elles, ne font l’objet d’aucun traitement de leur nudité. Au contraire, la réaction semble toute l’inverse. Les représentations de femme mortelles, particulièrement nombreuses dans la terre cuite sont toutes lourdement vêtues.

Victor Chapelle (Master 2 Histoire de l’art)

_________________________________________________________________

Notes :

[1] Praxitèle , cat. expo. (Paris, Musée du Louvre, 23 mars-18 juin 2007], Paris, Musée du Louvre, éd. Somogy, 2007, p. 142.

[2] Pline, Histoire naturelle, 36, 20.

[3] R. R. R. Smith, La sculpture hellénistique, Paris, Thames & Hudson, 1996, p. 79.

[4] Lucien, Amores, 13-14.

[5] Holtzmann Bernard, La sculpture grecque :  une introduction, Paris, Librairie générale française, 2010, p. 252.

[6] C. M. Havelock, The Aphrodite of Knidos and her successors : a historical review of the female nude in Greek art, Ann Arbor, the University of Michigan press, 1995.

[7] Ibid., p.27.

[8] Praxitèle , cat. expo. op. cit., p.147.

[9] Ibid.

[10] Havelock, The Aphrodite of Knidos, op. cit., p. 24.

[11] J. Berger, Ways of seeing, Londres, Penguin books, 1972.

[12] L. Bonfante, « Nudity as a Costume in Classical Art », American Journal of Archaeology, 93/4, 1989, p. 543‑570 (p. 545).

 

_________________________________________________________________

Texte édité par Camille Abelé (M2 Etudes anglophones), membre du comité de lecture Investigatio


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search