« L’exposition Man Ray et la mode au Jardin du Luxembourg à Paris » – Louise Barbe

 

L’exposition Man Ray et la mode, qui a ouvert le 23 septembre 2020 au Jardin du Luxembourg dans le Quartier Latin (mais désormais close), est une porte d’entrée privilégiée dans le monde esthétique des années folles. Les amateurs de photographie, de mode, d’histoire, de journalisme, et même de marketing seront particulièrement heureux de découvrir une exposition présentant différents types de productions artistiques au fil de ce parcours multimédias.

 

_________________________________________________________________

Fig. 1. Entrée de l’exposition « Man Ray et la mode » au Musée du Jardin du Luxembourg.

     Certaines pièces de haute couture sont exceptionnellement données à voir de très près, et nombre de photographies de Man Ray sont présentées au public, nous donnant ainsi un aperçu de la complexité des techniques déployées par l’américain Emmanuel Radnitsky. Si d’autres expositions sur le célèbre artiste ont été réalisées durant ces deux dernières décennies, celle-ci se distingue des précédentes par l’association – peut-être surprenante pour beaucoup – du nom de Man Ray avec le milieu de la mode. Qui en effet aurait pensé prima facie que ce peintre et réalisateur phare du mouvement dada et surréaliste à New York et à Paris ait pu consacrer une si importante partie de sa carrière à photographier des modèles de mode ?

     Au travers de l’observation de son travail prolifique, c’est toute la vie artistique et mondaine du Paris de l’entre-deux-guerres qui se dévoile au spectateur, le projettant dans des créations oniriques et avant-gardistes. Car c’est véritablement cette période qui signe le début de notre modernité ; ainsi apparaissent, grâce aux créations de Man Ray – mais aussi à celles de grands couturiers tels qu’Elsa Schiaparelli, Gabrielle Chanel ou Paul Poiret – les aspirations d’une génération bousculant les codes établis. L’American Man, véritable « homme à femmes », n’hésite pas à mettre en scène ses maîtresses. Ainsi est-il possible d’admirer la beauté magnétique d’Alice Prin (dite « Kiki de Montparnasse », dont la vie a été narrée par les dessinateurs Catel Muller et José-Louis Bocquet) et de Lee Miller, s’étant formée au métier avec son amant et devenue par la suite l’une des grands reporters de la guerre 39-45. Le charme des modèles associé aux techniques photographiques innovantes laisse une marque de rêve dans l’esprit du public. 

     Cette exposition donne à voir l’aspect communicatif, « marketing » et même révolutionnaire de certaines œuvres de Man Ray et de ses contemporains, à une époque où les deux principaux domaines présentés ici – la photographie et la mode – sont en plein essor et évoluent selon les moyens technologiques toujours plus innovants. Elle présente alors leur évolution, leur rapport à la publicité artistique – véritable « terrain de jeu » pour Man Ray, libre d’exploter ce milieu pour laisser pleinement cours à une pratique imaginative et créatrice – indiquant l’arrivée de l’ère consummériste. Déjà l’histoire de notre époque. 

Louise Barbe, Master 1 Lettres et Humanisme

 

_________________________________________________________________

Catalogue d’exposition : Man Ray et la mode, dir. par Xavier Rey, Maud Marron-Wojewodzki et Claude Miglietti, cat. exp. (Paris, 2019), Paris, Éditions de la Réunion des musées nationaux-Grand Palais, 2019. 256 p.

_________________________________________________________________

Texte édité par Mélissa Moine (M1 Histoire de l’art), membre du comité de lecture Investigatio


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search