« Giorgio de Chirico. La peinture métaphysique » – Justine Leroy

Giorgio de Chirico (1888-1978) fut influent pour de nombreux courants européens du XXe siècle. À la fois contemporain des avant-gardes picturales et source d’inspiration pour les surréalistes, ce peintre est de nos jours considéré comme l’un des initiateurs de la pittura metafisica. L’exposition présentée au Musée de l’Orangerie du 16 septembre au 14 décembre 2020 déroule l’évolution artistique de Giorgio de Chirico jusqu’au développement de sa période métaphysique.

1. Affiche de l’exposition.

_________________________________________________________________

     Ce parcours nous fait découvrir l’artiste sous le prisme de ses rencontres, comme avec son galeriste et ami Paul Guillaume. Divisée en trois parties – une sur les débuts de l’artiste en Allemagne, une sur sa période parisienne et la dernière sur ses productions lors de la Première Guerre mondiale – elle nous permet de mieux comprendre les influences et les modes de diffusions de cet artiste énigmatique.

     

2. Giorgio de Chirico, Le départ des Argonautes, 1909, Rome, Collection particulière.

Après avoir suivi un enseignement au Beaux-Arts d’Athènes, Chirico se rend à Munich en 1909 pour poursuivre son cursus. L’installation de l’exposition accompagne le découpage chronologique, chaque salle correspondant à un chapitre différent de la vie de l’artiste. En rentrant dans le premier espace, nous sommes entourés de ses productions allemandes. Là-bas, l’enseignement académique de sa première formation grecque se heurte au Symbolisme. Les figures mythologiques sont mises à l’honneur par ses maîtres Arnold Böcklin et Max Klinger. Leurs influences poussent le jeune peintre à explorer sa propre vision des mythes, qu’il s’approprie au point d’y entremêler des éléments autobiographiques. Si l’exposition nous présente des tableaux de l’artiste, on regrette néanmoins l’absence de toiles de ses maîtres qui auraient permis une comparaison pertinente. Nous aurions de la sorte pu apprécier avec plus de clarté des toiles telles que Le départ des argonautes, une peinture réalisée l’année de son arrivée à Munich le mettant en scène en compagnie de son frère, Alberto Savinio, au port de Velos, leur ville natale. Près d’eux, une statue d’Athéna nous rappelle la Grèce antique. Le peintre met ici en parallèle le mythe des Argonautes se rendant en Italie en quête de la Toison d’or et l’histoire de son frère et de sa propre personne en quête de la modernité artistique fleurissant en Italie.  

     En avançant vers la seconde salle, nous voyons les compositions du peintre se simplifier, évoluer vers des édifices austères, baignés d’une lumière inquiétante et des ombres disproportionnées. Le Salon d’Automne de 1911 présente pour la première fois les toiles de l’artiste au public. On imagine aisément le malaise du public parisien face à ces œuvres constituées d’assemblage d’éléments sans lien évident. Ces constructions picturales, faites d’arcades, de tours et de formes géométriques, lui servent à créer de nouveaux espaces. Sans connaître le vécu du peintre ou ses aspirations, la lecture de ces toiles se révèle complexe. On date de cette période les premières œuvres métaphysiques de l’artiste. Ce terme lui a été attribué par Guillaume Apollinaire, soutien du peintre dès 1913. Il faut comprendre dans ce terme la volonté de l’artiste de présenter par la peinture une réalité autre que celle que nos yeux perçoivent. À première vue, son travail peut nous sembler être s’inspirer de la Renaissance. L’historien de l’art William Rubin remit en cause cette vision : en réalité, il serait plutôt question d’une parodie. Chirico se joue des points de fuite et les multiplie dans ses productions, inversant de la sorte le processus d’unification fondamental à la Renaissance. Sa recherche picturale se base sur ses connaissances du monde et les théories de l’époque. Chirico s’est notamment inspiré des travaux de Schopenhauer et Nietzsche, mais aussi d’Otto Weineger et Freud. 

    Au centre de la pièce des documents textuels sont regroupés, dont quelques cartes postales écrites par le peintre au jeune marchant d’art Paul Guillaume. Ils se rencontrent en 1913, par le biais d’Apollinaire. Le galeriste aida grandement à faire connaître l’artiste en lui consacrant sa première exposition monographique, regroupant plus de 50 œuvres. Les échanges présentés illustrent la sympathie mutuelle des deux hommes. Une relation amicale au-delà du rapport professionnel se dessine. Ces quelques lettres nous donnent envie d’en lire plus et de nous procurer dès la sortie l’ouvrage dédié à leur correspondance. 

     Nous nous détachons tant bien que mal de ces documents pour nous diriger vers la dernière salle de l’exposition, consacrée aux productions réalisées à Ferrare. En 1917, le peintre est admis dans un hôpital militaire pour maladie nerveuse. Il y retrouve le peintre Carlo Carra, et ensemble ils peignent dans les ateliers de rééducation mentale, de prothèse et d’électrothérapie. Nous ressentons les influences du lieu sur le langage métaphysique des deux artistes, dont nous pouvons examiner une belle sélection d’œuvres. Les toiles de Chirico évoluent d’un paysage urbain tranquille vers un espace intérieur rempli d’éléments qui structurent l’espace. Une étrange poésie se dégage de ces associations d’éléments incompatibles. 

     Cette exposition nous présente l’artiste dans une période courte mais extrêmement productive. Nous en sortons avec de nouvelles clés de compréhension de son travail, malgré une certaine frustration. Bien que nous apprenions l’impact de ces diverses artistes sur Chirico, nous regrettons parfois de ne pouvoir en témoigner de nos propres yeux. On sait notamment que sa rencontre avec Picasso en 1913 impacte sa manière de représenter les nus féminins, pourtant le seul tableau du maître espagnol présenté dans l’exposition est isolé. Il n’est malheureusement pas suffisamment mis en résonnance avec la production de Chirico. Certaines périodes sont néanmoins mieux documentées, à l’image de sa collaboration avec Carlo Carra. Au final, le choix de présenter la production de Chirico sous cet angle original a le mérite de nous rappeler qu’un artiste ne se construit jamais seul. Il est surtout le fruit de son environnement et de ses rencontres.  

Justine Leroy, Master 1 – Histoire de l’art

_________________________________________________________________

Catalogue d’exposition : Giorgio de Chirico : la peinture métaphysique, dir. par Paolo Baldacci, cat. expo. (Hambourg-Paris, 2020), Paris, Hazan, 2020, 228 p.

_________________________________________________________________

Texte édité par Estelle Jailliard (M2 Etudes Anglophones), membre du comité de lecture Investigatio


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search