« Jean Vendôme, artiste joaillier à l’école des arts joailliers » – Marie Pays

1. Affiche de l’exposition

L’école des arts joailliers de Paris accueillait du 8 octobre au 18 décembre 2020 une exposition gratuite autour du créateur avant-gardiste Ohan Tuhdarion dit Jean Vendôme. Cette exposition réalisée par Sophie Lefèvre, responsable de la communication du Centre de recherche et de restauration des musées de France depuis 1994, permet de pénétrer dans l’univers unique et quelque peu futuriste de ce joaillier qui commença sa carrière en 1950.

_________________________________________________________________

     Jean Vendôme est né à Lyon en 1930 dans une famille d’origine arménienne. Après la guerre sa famille s’installe à Epinay-sur-Seine. En raison d’une santé fragile, Ohan ne fréquente pas beaucoup l’école. Dès l’âge de treize ans, il devient apprenti dans l’atelier de joaillerie de son oncle Aram Der. Grâce à cela il acquiert les bases de ce métier qu’il pratiquera jusqu’à sa mort en 2017.

     Sa carrière commence assez tôt, puisqu’à l’âge de dix-huit ans il ouvre son premier atelier dans le 18ème arrondissement de Paris. Dans cette boutique, il vend des modèles à ses confrères de la haute joaillerie. C’est sa sœur qui garde la boutique lorsque ce dernier part effectuer son service militaire à Orléans. Repéré par le directeur des Beaux-arts d’Orléans, Jean Vendôme va alors suivre les cours de dessins et de sculpture au sein de cette académie. En parallèle, il assiste au cours de Dina Level, à l’Institut national de Gemmologie. C’est grâce à toutes ces formations que lui vient le déclic de créer des bijoux autrement. Il abandonne alors la réalisation de bijoux en série pour faire place à des bijoux ressemblant à de véritables petites sculptures. C’est ce que nous montre cette exposition. 

2. Jean Vendôme, Collier Le Dormeur, 1901, argent, pinces de tourteau et grenats, Collection privée.

    On pénètre dans l’univers de l’artiste par la présentation d’une série de bagues. L’ambiance est intimiste avec un parcours classant les œuvres par matériaux utilisés ou, pour certaines vitrines, par thématiques telles que la mer, le surréalisme ou l’érotisme. La scénographie est sobre, fonds noir et vitrines sobrement éclairée nous invitent à entrer dans l’univers de cet artiste et à nous concentrer uniquement sur ses œuvres. On se retrouve face à des créations à la fois fascinantes, exceptionnelles et au savoir-faire très surprenant. Toute l’originalité de l’exposition se trouve dans les œuvres exposées. 

3. Jean Vendôme, Bague ferret, 1982, or jaune et quartz rutilé, Paris, Musée des Arts décoratifs.

     Le travail de Jean Vendôme se caractérise par la fusion de la sculpture et de la joaillerie. Ses créations sont d’une grande luminosité, le jeu entre les vides et les pleins, les pierres légèrement transparentes, et les pierres opaques en font des œuvres pleines de vie. Il y a un « raffinement dans la modernité », pour reprendre les mots d’un visiteur. Ses œuvres reflètent des idées nouvelles, quelque chose que l’on ne retrouve nul par ailleurs, certaines créations sont faciles à porter, pour qui en a les moyens, mais d’autres, au contraire, semblent totalement importables. On se trouve réellement face à un artiste et non pas seulement face à un bijoutier qui aura tendance à faire des bijoux pensés pour être portés. Jean Vendôme fait des bijoux qui laissent parler uniquement son génie artistique. Il ne suit pas les modes, il crée sa mode. Ses bijoux ont du caractère, une âme, ils reflètent une véritable réflexion. Il y a une harmonisation entre le socle et les pierres. Il parvient à mêler différents composants tels que l’agate, l’améthyste ou le quartz, et à réaliser une œuvre unique, avec une histoire qui surprend le spectateur. Ce qui est étonnant, c’est que Jean Vendôme dit créer des bijoux pour la femme moderne et libérée des années 70, mais quand on voit des œuvres comme le collier Le Dormeur ou la bague ferret on se demande comment de tels bijoux peuvent être pratiques à arborer au quotidien. Sûrement faut-il les porter pour s’en rendre compte.

4. Jean Vendôme, Epée de Roger Caillois, 1971, or blanc, acier, cuir, tourmaline, grenat, péridot, béryl, améthyste, quartz et diamant, Lyon, Musée des Confluences.

    Toutes les œuvres peuvent interpeller le visiteur mais il en est une vraiment exceptionnelle qui exprime toute l’innovation et le savoir-faire de Jean Vendôme telle que l’épée d’académicien de Roger Caillois. Tous les deux se passionnent pour la minéralogie. Les matériaux et les motifs symbolisent l’œuvre de Roger Caillois. Elle semble toute légère, pure avec ses pierres qui laissent passer la lumière au travers de la lame. On retrouve le goût de Jean Vendôme pour l’espace et le surréalisme dans le poignet de l’épée qui fait penser à un élément architectural des dessins de l’architecte Antonio Sant’Elia. Le métal et la pierre fusionnent pour ne faire qu’un. On retrouve dans cette épée toute l’audace de Jean Vendôme. 

     Cette exposition nous offre une large vision du travail de ce joaillier, père de la joaillerie moderne, dont les bijoux invitent au voyage et à la perte de repère temporel. Il est difficile de quitter cette exposition tant les bijoux nous subjuguent et nous invitent à un ailleurs. 

Maris Pays, Master 1 Histoire de l’Art

_________________________________________________________________

Album de l’exposition : Jean Vendôme, artiste joaillier, hors-série Connaissance des arts, n° 917, 2020.

_________________________________________________________________

Texte édité par Nasrine Benkhaled (M2 Etudes anglophones), membre du comité de lecture Investigatio


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search