Camille de Toledo et les usages de la mémoire – Marie Castanet

Camille de Toledo et les usages de la mémoire

  • Camille de Toledo, Le Hêtre et le Bouleau, Essai sur la tristesse européenne, Paris, Seuil, 2007.

 Exposition Europa/ Eutopia (Leipzig, 23 octobre 2015)

 

Dans son essai Le Hêtre et le Bouleau (Seuil, 2007), Camille de Toledo parle de la chute du mur de Berlin en 1989 comme un évènement qui aurait entrainé une forme de tristesse européenne. Quand le mur de Berlin tombe, c’est d’abord la joie, évidemment, qui se manifeste, mais Camille de Toledo dévoile la mélancolie que cela a aussi engendré : la fin des idéologies politiques et le souvenir des catastrophes du XXe siècle. L’auteur aborde le rôle de la transmission de ce souvenir dans les sociétés européennes d’aujourd’hui. Pour lui, l’Europe est devenue un lieu de consommation de mémoires : « Nous visitons les preuves de nos crimes (…). Nous circulons dans une galerie des horreurs à rebours de l’édifiant et de l’admirable ». Il dénonce une forme de transmission linéaire de la mémoire, une transmission de tradition conservatrice qui entraîne la propagation réactionnaire et le repli identitaire.

Dans EUROPA/EUTOPIA, Camille de Toledo matérialise, entre autres, ces usages de la mémoire. Il exprime ce sentiment de mémoire coupée, édifiée en monument, installée dans nos esprits, impossible à déraciner et qui constituerait notre identité propre. Une mémoire « coupée » à laquelle il oppose une mémoire « partagée ». Pour lui, le bouleau symbolise la mémoire et en particulier celle du XXe siècle. En effet, le bouleau était l’arbre qui poussait à côté des camps de concentration. Il s’agit du « témoin silencieux de l’extermination ; l’arbre du massacre en train d’avoir lieu ». C’est donc le bouleau que l’on retrouve dans l’exposition EUROPA/EUTOPIA ; le bouleau tronqué, en morceaux posés sur le sol ou assemblés entre eux pour former une sorte de sculpture évoquant une barrière.

Ce barrage fait de morceaux de bouleau représente ce que  l’artiste entend par « mémoire coupée ». C’est une mémoire qui crée des frontières entre les individus. La transmission de la mémoire comme d’une identité isole les histoires de chacun.  Chaque individu s’identifie grâce à un passé fixe : pour certains ce sera la Shoah ou pour d’autres l’esclavagisme par exemple. Des mémoires différentes qui vont nous donner le sentiment que l’autre ne peut pas comprendre, ne peut pas l’envisager et donc ne peut pas l’intégrer. Ces mémoires identitaires morcellent le monde et les différents peuples.

C’est donc, entre autres, ce qu’incarne la frontière de bouleau réalisée par Camille de Toledo, une mémoire impartageable qui sépare.

Dans une autre partie de l’exposition, le spectateur, au lieu d’être empêché par cette sculpture de bois, peut déambuler au milieu de troncs de bouleau coupés, de tailles et d’épaisseurs différentes, posés sur le sol. C’est la mémoire partagée. Nous pouvons voguer d’une mémoire à une autre, évoluer et grandir entourés de différentes histoires et de différents passés. C’est l’Europe que souhaite Camille de Toledo dans Le Hêtre et le Bouleau, une Europe comme un lieu de « construction utopique » qui passe par le partage, ce qui inclut le partage des mémoires.

Cependant, le segment de l’exposition qui comprend la frontière formée par les morceaux de bouleau n’est pas non plus sans espoir. En effet, c’est par la présence des enfants que cette frontière sera oubliée, effacée. Un enfant ne tient pas compte du passé, des différentes mémoires ou des peuples divisés, il aime communiquer et partager, partager tout avec tout le monde. C’est ainsi que face à une telle frontière constituée de morceaux de bois, les enfants se comportent plutôt comme sur un terrain de jeux et ne peuvent s’empêcher de l’escalader et de jouer dessus, passant d’un côté puis de l’autre, passant de la dystopie à l’utopie.

Camille de Toledo propose ici un nouveau projet européen. Faire de l’Europe un lieu de la conscience des différences mais aussi et surtout de leur dépassement. La mémoire du XXe siècle ne devrait pas être source de scission mais au contraire de liens.

Marie Castanet

M2 – Lettres modernes


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search