« Il y a 100 ans… Soulac-sur-Mer, la plage et les Pontons à travers la carte postale, par Jean-Paul Lescorce » – Niklas Chauvet

1. Couverture de l’ouvrage.

L’auteur de l’ouvrage, Jean-Paul Lescorce, est un historien spécialiste des évènements de la Seconde Guerre mondiale, notamment ceux du Bas-Médoc, et est également un grand connaisseur du passé de la commune de Soulac. Il est guide touristique, membre du comité et directeur de l’office de tourisme de Soulac. L’ouvrage se présente tout d’abord un recueil de documents retraçant le passé historique de la station balnéaire de Soulac-sur-Mer, de sa création du milieu du XIXe siècle à la fin au XXe siècle.  

_________________________________________________________________

     C’est en se basant sur l’étude de cartes postales, d’images, de photos, et de d’autres documents divers que l’auteur nous invite, dans cet essai grand public, à découvrir l’évolution du bord de mer de Soulac, son environnement, son aspect ainsi que sa fréquentation. Mais l’auteur se centrera également sur l’histoire et le passé de la plage et des pontons, les éléments mettant le plus en valeur la ville de bains. Il s’agit d’un récit chronologique couvrant les événements survenus à Soulac sur une période allant de 1854 à 1999.

     La particularité de cet ouvrage réside dans le fait que l’auteur nous fournit beaucoup de détails et d’informations sur la mise en état de la station balnéaire. Pour appuyer et illustrer ses propos, l’auteur nous fait part d’illustrations d’époque afin que nous puissions approfondir notre réflexion. Ces illustrations nous permettent tout au long de l’ouvrage, de voir et de comprendre l’évolution des différents aménagements et structures de la station. L’exemple des pontons nous est donné avec des images témoignant de plusieurs changements au niveau des matériaux utilisés pour leurs constructions allant du bois (milieu du XIXe siècle) au béton armé (XXe siècle).

    Dès le début de l’ouvrage, l’auteur nous explique l’environnement dans lequel évolue la station balnéaire de Soulac. En effet, la station est en proie depuis sa création aux assauts de la mer qui affectent énormément la plage, ainsi que les structures de bord de mer. La station doit sans cesse s’adapter aux forces de la mer en modulant ses aménagements littoraux. Néanmoins, les atouts dont a bénéficié la station au cours de son développement ont une importance majeure. L’arrivée du chemin de fer, entre autres, a permis à la station balnéaire d’être à son apogée et de s’émanciper de son isolement. Par des documents officiels très précis, Lescorce nous montre l’explosion de la fréquentation à Soulac grâce à cet apport indispensable : le temps de trajet était réduit et les offres proposées étaient très abordables. En outre, parmi les documents transmis par l’auteur, on retrouve un guide et un extrait de notes du syndicat d’initiative de Soulac nous donnant une idée précise de leur contenu.

     Jean-Paul Lescorce présente également des affiches servant de publicité touristique, la station voulant attirer toujours plus de clientèle à une époque où la villégiature balnéaire était à son paroxysme. Mais il nous présente également l’architecture originale de Soulac qui, à travers ses villas très diversifiées, a su proposer un style particulier faisant la renommée de la commune. En effet, les célèbres établissements érigés le long du bord de mer furent d’une grande importance puisque les infrastructures servaient de façades à la station balnéaire. Parmi ces édifices on pouvait retrouver le casino, établissement emblématique présent dans un grand nombre de stations balnéaires de l’époque, et le célèbre hôtel Marmandais. L’auteur nous donne une idée de l’aspect de la station balnéaire au fil de son évolution, notamment sur l’installation de l’établissement de bains. Le mode de vie nous est décrit avec précision. Les différentes activités de loisir qui y sont menées reflètent la société balnéaire dans laquelle s’inscrit Soulac. Les pontons sont de nouveau mentionnés et Lescorce souligne leur importance dans le développement balnéaire de la station. Ceux-ci favorisent la rencontre et l’accès à la plage. Leur entretien est ici fondamental afin qu’ils puissent résister à la fureur marine.

     Comme évoqué précédemment, la question de l’instabilité du littoral Soulaicais est soulevée dans une bonne partie de l’ouvrage, notamment parce que les travaux réalisés étaient impuissants à endiguer l’érosion littorale toujours plus virulente, qui causait des dégâts importants sur la plage. La décennie des années 1920 a été particulièrement rude avec des tempêtes chaque année plus violentes. Ces évènements furent très compromettants pour l’avenir de la station balnéaire de Soulac et menaçaient même son existence. Les ensablements et la mer déchainée sont des soucis récurrents auxquels la commune doit faire face avec des moyens souvent insuffisants. Sans l’action d’individus comme Georges Mandel, Soulac aurait depuis bien longtemps disparu. Les travaux ont été perfectionnés au fil des décennies pour résister à la mer. Jusqu’à la fin de son ouvrage, Jean-Paul Lescorce insiste bien sur ce problème qui persiste encore à la fin du XXe siècle et même aujourd’hui. Les travaux effectués ne tenaient que quelques décennies avant que les structures soient dominées de nouveau par la mer. Il est également fait mention de l’occupation et de l’utilisation de la plage comme moyen de défense par les Allemands. L’auteur nous partage ses connaissances sur le sujet, enrichies par l’apport de photographies d’époque. La façon dont les informations sont transmises permet de nous imaginer la ville de bains tout au long de notre lecture.

     Au cours de la lecture de l’ouvrage, l’auteur nous fait découvrir à travers ces illustrations, la riche histoire de cette station balnéaire. On nous invite à comprendre l’historique de cette commune au passé tumultueux ainsi que l’évolution de sa plage et de son front de mer qui change au fil du temps. L’auteur nous montre également comment la station balnéaire de Soulac a pu subsister jusqu’aujourd’hui grâce à la volonté de personnes d’exception qui, par des moyens plus élaborés, ont empêché la destruction du site. Cet ouvrage permet de donner une seconde vie, aux édifices du Soulac datant d’une centaine d’années et sert ainsi d’outils de mémoire aux lecteurs découvrant le site.

Niklas Chauvet, Master 1 Histoire

_________________________________________________________________

Bibliographie : Jean-Paul Lescorce, Il y a 100 ans… Soulac-sur-Mer : la plage & les pontons : à travers la carte postale, Ed. des Régionalismes, 2014, 180 pages.

_________________________________________________________________

Texte édité par Nasrine Benkhaled (M2 Etudes anglophones), membre du comité de lecture Investigatio


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search