« Plein Air. De Corot à Monet, la naissance de l’Impressionnisme 1860-1874 » – Marie-Priscille Blanc


En ces temps de confinement, de nombreuses plateformes ont proposé diverses expositions virtuelles, en ligne et en accès libre. Ayant dû fermer ses portes en raison de la crise sanitaire, le Musée des impressionnismes Giverny a mis en ligne sur Google Arts&Culture, un événement entrant particulièrement en résonance avec notre actualité. L’exposition Plein air. De Corot à Monet, la naissance de l’impressionnisme 1860-1874 nous offre un regard sur l’extérieur avec la beauté des paysages impressionnistes. 

1. Couverture du catalogue d’exposition “Plein air : de Corot à Monet”, dir. par Marina Ferretti Bocquillon, Paris-Giverny, Gallimard-Musée des impressionnismes, 2020.

 

Toujours visible en ligne, cette exposition nous offre la possibilité de nous évader virtuellement et de pallier la fermeture des musées. Pendant cette période où chacun se doit d’être confiné, c’est par l’art que le monde semble s’ouvrir, nous invitant à se projeter aussi bien dehors par le sujet des peintures que dans un autre temps par la période traitée. Cette exposition est assurée par la commissaire Marina Ferretti, assistée par Vanessa Lecomte. 

L’exposition s’intéresse en premier lieu à retracer l’impulsion fondamentale des artistes, impulsion qui se fera origine et pilier de cet art novateur. C’est par l’envie de capter une sensation visuelle que les artistes délaissent le dessin purement figuratif pour les jeux d’ombres et de lumières. Cela passe notamment par l’abandon de la peinture d’atelier au profit de la lumière naturelle, les artistes choisissent de réaliser leurs toiles au grand jour. Cette exposition retrace ainsi les inspirations des peintres qui engendrent la naissance du mouvement impressionniste.

Sans faire de frise chronologique, l’événement préfère associer les œuvres présentées aux éléments biographiques propres aux artistes ; leurs citations ou leurs correspondances sont également mises en regard des œuvres. On entre ainsi dans l’exposition avec Degas et son Paysage d’Italie vu par une lucarne [1] réalisé entre 1856 et 1859, peinture proche de la tradition de Corot mais agrémentée de certains détails influencés par sa rencontre avec Moreau. L’exposition laisse apparaître une dynamique impressionniste qui révèle les amitiés et les collaborations entre les artistes et rappelle ainsi que l’émergence du mouvement se crée grâce à cette émulation artistique. Plein air traite alors de la relation entre Caillebotte et De Nittis qui donne lieu à de nombreuses œuvres liées, comme Une route à Naples [2] de Caillebotte qui représente, tout en étant caché, son ami De Nittis. Leurs œuvres entrent parfois en résonance, les deux peintres ayant un intérêt commun pour les volcans et en particulier le Vésuve comme le révèlent Sur les pentes du Vésuve [3] de De Nittis ou Une route à Naples de Caillebotte qui laisse apparaitre à l’arrière-plan le célèbre volcan. L’exposition met de plus en parallèle le point de vue impressionniste avec la réalité, avec une vision satellite contemporaine du Vésuve par exemple, ou par le biais de photos d’époque, permettant une comparaison entre l’œuvre et la réalité. 

Dans une dynamique plus européenne, les débuts de Jongkind dans l’univers artistique sont retracés. Celui-ci participe pleinement à la naissance du mouvement impressionniste par son intérêt pour les effets changeants de lumières. L’agencement de l’exposition virtuelle permet d’entrer dans les œuvres en mettant en valeur différentes parties de la composition, chaque partie donne alors lieu à un focus commenté que l’on peut expérimenter sur une majorité de peintures. Ce traitement est particulièrement important avec Anvers [4] de Jongkind de 1866, invitant à la fois à une découverte du tableau tout en énonçant par la biographie de l’artiste certains principes de l’impressionnisme. L’exposition intègre ainsi pleinement une dimension pédagogique, dévoilant par ces gros plans des détails que l’on pourrait occulter en raison de son caractère virtuel. 

2. Johan Barthold Jongkind,Anvers, aquarelle sur papier, 25 x 39,5 cm, 1866. Collection particulière, Musée des Impressionnismes Giverny

 

L’exposition se poursuit avec les études de Boudin agrémentées d’une citation de Baudelaire admirant « les beautés météorologiques » de l’artiste. C’est par l’analyse de ces œuvres que l’on traite de leurs influences sur Monet notamment dans l’utilisation du pastel, de la peinture en plein air et de son intérêt pour les atmosphères fugaces créant un sentiment d’instantanéité. Sans s’attacher uniquement au paysage, les peintures jouent également avec l’extérieur pour des scènes de genres avec les œuvres de Renoir ou Monet, peignant tous deux les bains de la Grenouillère.  

Le Musée des impressionnismes Giverny offre ainsi une exposition agréable et ludique grâce à laquelle il est possible d’entrer à son rythme dans les œuvres. Le caractère virtuel est bien traité et permet une lecture des peintures intéressantes tout en les liant à leur contexte. Si l’exposition retrace avec un certain brio les premiers pas du mouvement impressionniste, elle n’en reste pas moins rapide et l’on peut lui reprocher une analyse trop simpliste des œuvres qu’elle aurait gagnée à développer. Ce type d’exposition reste une bonne alternative afin de garder un certain contact avec l’art tout en espérant pouvoir aller à la rencontre des œuvres dans les mois à venir. 

Marie-Priscille Blanc, Master 1 Histoire de l’art 

_________________________________________________________________

Catalogue d’exposition : Plein air : de Corot à Monet, dir. par Marina Ferretti Bocquillon, cat. expo. (Giverny, 2020), Paris-Giverny, Gallimard-Musée des impressionnismes, 2020, 215 pages.

 

Notes :

[1] Degas, Paysage d’Italie, Circa, 1858, Huile sur papier, 24,5 x 32 cm – 9 5/8 x 12 9/16 in. Collection particulière.

[2] Caillebotte, Une route à Naples, 1872/1873, Huile sur toile, 40 x 60 cm, Collection particulière, Comité Caillebotte.

[3] De Nittis, Sur les pentes du Vésuve, 1871/1872, Huile sur bois, 17,5 x 31 cm, Trissino, Fondazione Progetto Marzotto.

[4] Jongkind, Anvers, 1866, Aquarelle sur papier, 25 x 39,5 cm, Collection particulière.

_________________________________________________________________

Texte édité par Camille Abelé (M2 Etudes Anglophones), membre du comité de lecture Investigatio


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search