« Albert Brenet, un Peintre de Marine du XXe siècle » – Nicolas Baude

 

Depuis 1830, la Marine française entretien un corps d’officiers très particulier : celui des “Peintres officiels de la Marine”. Les origines de ce corps remontent au XVIIe siècle, aux origines de la Marine royale. À cette époque, Richelieu souhaite conserver le souvenir de grandes victoires et montrer au monde la puissance de sa flotte. C’est ainsi qu’il commande à Jacques Callot deux gravures : le siège de la Rochelle et le siège de l’île de Ré.

Avant l’invention de la photographie et du cinématographe, la peinture, la gravure et la sculpture sont les seuls outils permettant de maintenir la mémoire visuelle d’un événement, mais aussi de donner une vision d’ensemble dans l’illustration d’un propos auprès de personnes ne pouvant se rendre sur place. C’est dans cette optique que le peintre Joseph Vernet réalise entre 1753 et 1765, sur commande du roi Louis XV, une série de quinze huiles sur toiles intitulée Vues des ports de France. Ces quinze tableaux représentent des vues de dix ports du royaume et ont vocation à être exposés à Versailles pour donner au monarque une vision d’ensemble de ses façades maritimes, mais surtout montrer au visiteur l’étendue de la puissance navale de la France. Ils valent à leur auteur le titre de “Peintre de la Marine du Roy”. Charles-Nicolas Cochin réalisera des estampes reproduisant ces tableaux qui seront diffusées dans toutes les cours d’Europe.

1. VERNET (Joseph). Vue du port de Rochefort, prise du magasin des Colonies, 1762, huile sur toile, 165 x 263 cm, Paris, Musée national de la Marine.

 

Si le titre de “Peintre du Grand Amiral de France” existe sous la Restauration, c’est avec l’arrivée de la Monarchie de juillet en 1830 que les “Peintres de la Marine” sont inscrits dans l’Annuaire de la Marine. De 1920 à 2005, une série de décrets va officiellement donner et préciser le statut des peintres de la Marine, assurant leur survie malgré l’emploi de plus en plus intensif de la photographie et du cinématographe. Dans l’imaginaire populaire, le titre de “Peintre officiel” de la Marine est souvent associé au nom de Marin-Marie (1901-1987) nommé en 1935 et qui reste aujourd’hui le plus connu. Cependant, un de ses contemporains, Albert Brenet, mérite aussi une grande attention pour la qualité et l’ampleur de son œuvre.

Né à Harfleur en 1903, Albert Brenet grandit dans un milieu maritime. Enfant, il dessine déjà les bateaux dans le port du Havre. En 1921, il rentre à l’École des Beaux-Arts de Paris. Il embarque pour la première fois en 1929 à bord du voilier Bonchamp, un Trois-mâts barque dont il réalise une maquette. La mer et les voyages ne le quitteront plus jamais. Après plusieurs embarquements sur des navires marchant, Albert Brenet embarque pour la première fois à bord d’un bâtiment de la Marine Nationale en 1935 : le cuirassé Provence. Cette même année, il commence à travailler pour le magazine L’illustration et monte à bord du dernier géant de la Compagnie générale transatlantique : le paquebot Normandie. Il obtient le titre de “Peintre officiel de la Marine” en 1936, en même temps que celui de “Peintre de l’air”. En parallèle, Albert Brenet continue de publier dans L’illustration et poursuit une carrière d’affichiste. Les grandes compagnies maritimes, aériennes et ferroviaires font appel à lui pour leur réclame. Continuant sa carrière discrètement pendant la guerre, il travaille notamment pour la SNCF et participe à de grandes expositions sur la Marine ainsi qu’à l’inauguration du Musée national de la Marine à Paris en 1943. 

Après la Seconde guerre mondiale, Albert Brenet poursuit son œuvre et sa position en fait un spectateur privilégié de la reconstruction de la puissance navale de la France. Il est notamment présent à Saint-Nazaire le 11 mai 1960, jour du lancement du successeur de Normandie détruit pendant le conflit : le paquebot France. Au côté de Marin-Marie, il immortalise ce temps fort des trente glorieuses. En 1963, Albert Brenet est à bord des nouveaux porte-avions français Clemenceau et Foch et en 1973, il saisit le retour de patrouille du sous-marin nucléaire lanceur d’engins Redoutable à sa base de l’Île Longue. La renommée du peintre est internationale, si bien qu’entre 1963 et 1969, la Moran Towing Corporation lui commande une série de tableaux représentant le port de New York afin de mettre en valeur ses célèbres remorqueurs. Après une très riche carrière, il meurt plus que centenaire à Paris en 2005.

2. BRENET (Albert). Le paquebot Liberté de la Compagnie générale Transatlantique effectuant la liaison Le Havre – Southampton – New-York, 1950, affiche, 112 x 76 cm, Collection French Lines & Cie.

Durant sa vie, Albert Brenet a sillonné les mers du monde, que ce soit à bord des navires de la Marine marchande ou des unités de la Marine nationale. Formé à l’École des Beaux-Arts de Paris par le peintre post-impressionniste Ernest Laurent, Albert Brenet a toujours réalisé ses travaux en saisissant l’instant présent. Ses nombreuses escales lui ont permis de représenter la vie dans les nombreux pays qu’il a traversés. Sa passion pour les évolutions technologiques l’a amené à peindre les plus incroyables machines de son temps, que ce soit sur mer, sur terre ou dans les airs. Cependant, la première partie de son œuvre reste méconnue. En effet, avant d’être “Peintre officiel de la Marine”, Albert Brenet était sculpteur animalier. Comme témoin de cette période, l’aigle renversé qui gît au pied du Monument aux libérateurs de l’Alsace-Lorraine de la Clairière de l’armistice, dans la Forêt de Compiègne, est signé Albert Brenet.

 Nicolas Baude, Master 1 Histoire

_________________________________________________________________

Texte édité par Mélissa Moine (M1 Histoire de l’art), membre du comité de lecture Investigatio


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search