La Manufacture des Lumières : la sculpture à Sèvres de Louis XV à la Révolution – Anne-Sophie Pichon

La Manufacture des Lumières : la sculpture à Sèvres de Louis XV à la Révolution

(16 septembre 2015 – 18 janvier 2016)

 

La Cité de la céramique offre en ce début d’année scolaire une nouvelle exposition narrant l’histoire de la manufacture à travers ses sculptures, principalement réalisées selon la technique du biscuit propre à Sèvres.

La manufacture de Vincennes, qui deviendra par la suite la Manufacture de Sèvres lors de son déménagement en 1756 sous le puissant Mécénat de Louis XV et de sa protégée Madame de Pompadour, a été fondée pour rivaliser contre la forte influence des productions chinoises et allemandes (Meissen). La France ne découvrira le kaolin qu’en 1768 à Saint-Yrieix, elle réussit donc à contourner cet handicap en produisant une pâte dite tendre, tout à fait ressemblante à la vraie porcelaine, mais beaucoup plus fragile. La manufacture inventa en 1752 une nouvelle technique appelée le biscuit[1], qui fera pâlir la concurrence, et donnera à la Manufacture de Sèvres ses lettres de noblesse.

L’exposition regroupe plus de quatre-vingt terres cuites et près de cent vingt sculptures en biscuit, témoignant de l’extrême virtuosité et de l’excellence de cette Manufacture. Des dessins préparatoires, des estampes et des moules en plâtres originaux sont aussi visibles, pour avoir une réelle vue d’ensemble sur le travail de la sculpture. Le parcours de cette exposition se découpe en dix thèmes : le goût pour l’enfance, les animaux, la fable et l’allégorie, le surtout de table, la vie contemporaine, les sujets littéraires, les œuvres religieuses, les portraits, les statuettes des grands hommes et enfin la décennie révolutionnaire.

La Manufacture présente des thèmes forts appréciés au cours de ce XVIIIe siècle : les enfants bien charnus, jouant ou faisant de la musique, est un thème fort employé dans tous les arts à cette époque, et Boucher ainsi que Falconet en ont honoré la manufacture de leur savoir-faire. Nous pouvons admirer la sculpture de Falconet réalisée d’après un de ses marbres : l’Amour menaçant, exposé à Sèvres et daté de 1761. Le thème des animaux a d’abord été employé pour rivaliser avec Meissen, mais après avoir imité ses productions la Manufacture Royale de Sèvres donnera un aspect pleinement français à ses œuvres animalières en copiant des tableaux et dessins de Jean-Baptiste Oudry[2]. D’autre part le goût pour l’antique se développant notamment par la découverte des ruines d’Herculanum en 1748 ne fait qu’augmenter et là encore la sculpture à Sèvres en est la preuve en prenant par exemple le célèbre biscuit de Falconet : Pygmalion et Galatée. La plupart du temps ces statuettes en biscuit étaient réalisées pour orner les centres de tables, principalement lors du dessert, alors appelés « surtout de table ».

On peut observer de près les biscuits lors de cette exposition, et on peut aussi observer les limites de cette technique aussi raffinée soit-elle. En effet le biscuit en pâte tendre était une technique beaucoup plus fragile et pouvait présenter des imperfections après la cuisson comme des fentes. Celles-ci étaient adroitement dissimulées prouvant l’extrême délicatesse de ces œuvres. Cependant les biscuits ne pouvaient dépasser une certaine hauteur, c’est pour cela que certaines œuvres éditées en porcelaine tendres seront rééditées en plus grand en porcelaine dure après la découverte du kaolin pour prouver les grandes qualités et possibilités de cette nouvelle pâte. Dans cette exposition nous sont présentées des sculptures en marbre apposées près de sculptures identiques mais en porcelaine tendre, de taille bien évidemment plus réduite compte tenu de la fragilité de ces matériaux. La comparaison de ces deux matériaux est très intéressante, et permet d’identifier les différences : la précision, les surfaces granuleuses, la délicatesse…

En début d’exposition nous sont présentées quatre statuettes où il est inscrit en-dessous « touchez s’il vous plait », cette mention non-habituelle dans les musées, permet de comparer au toucher la différence entre le marbre qui est plus chaud que la porcelaine. De même vers la fin de l’exposition nous sont présentés d’un côté les moules d’origines de la sculpture de Van Loo : « l’amour » et de l’autre les moules qui ont été créés à partir de ceux de Van Loo. On nous explique comment on crée une sculpture à partir de ces moules, comment les éléments sont assemblés les uns aux autres, quels sont les matériaux utilisés… Ainsi l’exposition parvient à expliquer de manière concrète la réalisation de ces œuvres, et permet au spectateur de mieux se rendre compte du travail effectué.

C’est une très belle exposition que nous présente la Manufacture de Sèvres, qui met en scène des sculptures d’un grand raffinement et d’une qualité technique époustouflante propre à sa production. En faisant participer le spectateur via ses sens, l’exposition parvient à enseigner de manière concrète et facile d’accès son histoire et ses techniques qui ont fait beaucoup d’envieux pendant plusieurs siècles.

Anne-Sophie Pichon

M1 – Histoire de l’art

[1] Le biscuit est une porcelaine non émaillée, le biscuit n’est pas cuit deux fois contrairement aux pièces émaillées mais une seule fois. Son aspect plus grumeleux et mât rappelait sans doute la pâte à biscuit des pâtissiers.  La particularité du biscuit est aussi que chaque élément (pétales, doigts, plumes…) est réalisé séparément selon la technique du pastillage pour être ensuite moulé.

[2] Célèbre graveur et peintre animalier : 1685-1755.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.