“Louis Alexandre Dubourg, le peintre honfleurais” – Lucie Bellencontre

J’ai tout simplement regardé autour de moi et j’ai trouvé enfin une mine de petits tableaux à faire. […] je me [mets] simplement à faire ce qui m’intéresse.[1]

 

Autoportrait d’Alexandre Dubourg jeune
(© Musée Eugène Boudin, Honfleur)

C’est par les mots de Louis-Alexandre Dubourg (1821-1891) que nous faisons escale en Normandie, et plus particulièrement à Honfleur, afin d’en apprendre davantage sur ce peintre natif. En effet, depuis le 3 juillet 2021, et ceux jusqu’au 3 janvier 2022, le Musée Eugène Boudin, situé dans les vieilles ruelles d’Honfleur, dans le Calvados, nous transporte dans l’univers de Louis-Alexandre Dubourg avec l’exposition d’une centaine de ses peintures et de ses dessins. Peintre, professeur de dessin et premier conservateur du musée, il a su développer un corpus d’œuvres mettant en avant son pays d’Auge, entre portraits et paysages, il offre une palette picturale variée mettant en place l’émergence de l’impressionnisme.

Depuis le XXe siècle, la normandité s’affirme peu à peu, et cela se manifeste par l’achat de tableaux peints par des natifs de la région. Les musées normands, comme notre musée Eugène Boudin, cherchent des tableaux représentant le paysage normand ou s’inscrivant dans la vie normande. Comme le dit le conservateur et directeur du musée Eugène Boudin, M. Benjamin Findinier[2], on recherche depuis le XXe siècle « le miroir des expressions picturales » qui se traduit par une lente maturation et un discernement dans la politique d’acquisition normande où les paysages maritimes prennent une place prépondérante puisqu’ils s’intègrent au quotidien de la région.

Bateau de bois. Trois mâts vapeur à quai, Louis-Alexandre Dubourg
(© Musée Eugène Boudin, Honfleur)

Notre exposition Louis-Alexandre DUBOURG (1821-1891) coche avec franchise cette volonté des musées normands. Cependant, cette exposition répond à trois autres objectifs. Le premier objectif est l’hommage bicentenaire du peintre. Le second est l’hommage fait au peintre, mais aussi à celui qui a créé le musée Eugène Boudin en 1868, alors un musée municipal de la ville d’Honfleur, le musée des Beaux-Arts d’Honfleur. Il fut également le premier conservateur en 1869, d’où son importance au sein du musée aujourd’hui. Le dernier facteur qui justifie le choix d’une exposition monographique sur Dubourg est le contexte muséologique des régions de France. En effet, les musées veulent valoriser leur propre collection, car notre musée possède plus d’une centaine de toiles ainsi que plus de mille dessins de Dubourg. De plus, nous sommes touchés depuis quelques années maintenant par la Covid-19 qui permet peu de prêts entre les musées. C’est l’incertitude de la période actuelle qui facilite la valorisation d’un peintre local. Pour notre exposition, il y a que deux prêteurs : le musée Eugène Boudin et la ville de Deauville.

Salle d’exposition du Musée Eugène Boudin
(© Musée Eugène Boudin, Honfleur)

Ce peintre fut pendant très longtemps oublié. Effectivement, il existe très peu d’études et travaux sur Louis-Alexandre Dubourg. Les seuls ouvrages le citant, autre qu’un ouvrage le mentionnant parmi une liste de peintres, sont ceux des expositions menées par Mme Bergeret-Gourbin en 2001[3] et par M. Findinier en 2021[4]. Outre les catalogues d’expositions, il n’y a aucun autre ouvrage de référence étudiant cet artiste-peintre. Cependant, il est nommé dans plusieurs livres généraux traitant de la peinture en Normandie, comme les livres se focalisant sur les peintres à Honfleur.

Cette troisième exposition[5], consacrée à Louis-Alexandre Dubourg, a pour but de remontrer ce peintre natif au public local et normand puisque c’est un artiste incarnant la Normandie et la ville d’Honfleur.

Arrivé dans le musée, au premier étage, on est en immersion totale avec ses œuvres et avec l’âme du peintre à l’aide d’un grand écran projetant ses toiles qui se présente sous la forme d’un diaporama. La présence de zoom sur certaines toiles donne de la vie à celles-ci. D’ailleurs, quelques bruits de vie sont insérés, tels que les bruits de poules sur le tableau Poule et coq sous les arbres[6]. Néanmoins, il aurait été préférable d’avoir un peu plus d’explications sur les procédés de création du peintre ainsi que les objectifs de l’exposition pour le grand public, autre que l’hommage bicentenaire de l’artiste.

Le ramassage des pommes près de Honfleur, Louis-Alexandre Dubourg
(© Musée Eugène Boudin, Honfleur)

 

Jeune paysanne au repos, Louis-Alexandre Dubourg
(© Musée Eugène Boudin)

A l’étage supérieur, l’immersion continue. On arrive dans une pièce blanche. Devant, il y a un autoportrait[7] accompagné d’un texte écrit en noir, la biographie de l’artiste. La blancheur de la salle accentue le doré des cadres ainsi que les toiles elles-mêmes, on se concentre sur ce qui est intéressant : les œuvres de Dubourg. La salle est rectangulaire avec plusieurs pans de mur. Chaque pan de mur correspond à une thématique précise : les scènes de chasse face à face, les scènes de foules avec les scènes de foules, les portraits avec les portraits, les paysages avec les paysages, les études, esquisses, huiles sur carton avec les études, esquisses et huiles sur carton, les scènes de champs avec les scènes de champs, les représentations des rues d’Honfleur avec les représentations des rues d’Honfleur, les paysages portuaires avec les paysages portuaires. Seul un tableau religieux, Vierge à l’enfant,[8] et un portrait d’un Vieil homme près du poêle[9] sont isolés, seuls, car ils ne peuvent être rassemblés avec d’autres toiles de l’exposition. Pourquoi avoir choisi une exposition thématique ? Cette question est vite résolue par notre conservateur et commissaire de l’exposition, M. Findinier. Le choix d’une approche thématique permet une plus grande lisibilité des œuvres. De plus, elle permet de répondre à une difficulté, celle de l’absence de datation pour certaines toiles. Le musée ne possède pratiquement aucune lettre, que sept ou huit lettres, qui auraient permis la datation de certains tableaux. Ainsi, une mise en scène chronologique aurait été trop complexe et incertaine.

Vieilles maisons rue Varin, Honfleur, Louis-Alexandre Dubourg
(© Musée Eugène Boudin, Honfleur)

Ce qui amène le public dans la compréhension et la pensée du peintre sont les citations qui rythment l’exposition. Mieux que des textes, elles insèrent le visiteur dans la pensée profonde de l’artiste, ses idées, ses envies, ses émotions, son entourage… Cependant, ce qu’il manque à l’exposition est un développement des cartels des œuvres, comprendre l’intérêt de cette œuvre, pourquoi on regarde celle-là et pourquoi pas une autre ; s’imprégner encore plus de ses œuvres, être en osmose avec elles.

Malgré cela, on notera la clarté de l’exposition. Chaque toile est étudiée méthodiquement pour que le public les comprenne, les comprendre par leur classement. L’exposition Louis-Alexandre DUBOURG est accessible à n’importe quel public, connaisseur comme simple visiteur. La beauté de l’exposition est accentuée par le choix de la part du conservateur de montrer une classification et une symétrie quasi-parfaite : la plus grande toile au centre et un crescendo des formats pour arriver au format le plus petit aux extrémités. Un plaisir pour les yeux.

 

Lucie Bellencontre, Master 1 Histoire de l’art


Bibliographie

Pour les plus passionnés et charmés par l’exposition, un petit livre[10] rédigé par le conservateur, Benjamin Findinier, est disponible à l’accueil. On retrouve les œuvres classées par thématiques ainsi qu’une courte biographie et certaines citations de l’artiste.

Si vous êtes intéressé par ce peintre natif, je vous invite à visiter la ville d’Honfleur ainsi que le musée, mais aussi à regarder certains ouvrages le mentionnant :

  • BERGERET-GOURBIN, Anne-Marie, Alexandre Dubourg : 1821-1891, Honfleur, France, Société des Amis du Musée Eugène Boudin, DL 2001, 197 p.
  • DUBOURG, Louis Alexandre, Louis Alexandre Dubourg, 1821-1891 : Musée Eugène Boudin, Honfleur, Honfleur, France, France, Le Musée, 1985, 47 p.
  • FINDINIER, Benjamin, Louis-Alexandre Dubourg (1821-1891), Rouen, France, 2021, 63 p.

Texte édité par Hugo Dubelloy (M2 Histoire de l’art), membre du comité de lecture Investigatio

 

[1] Lettre à Eugène Boudin, Honfleur, 8 mars 1863.

[2] Commissariat de l’exposition, conservateur et directeur du Musée Eugène Boudin.

[3] Anne-Marie Bergeret-gourbin, Alexandre Dubourg: 1821-1891, Honfleur, France, Société des Amis du Musée Eugène Boudin, DL 2001, 2001.

[4] Benjamin Findinier, Louis-Alexandre Dubourg (1821-1891), Rouen, France, 2021.

[5] Première exposition rétrospective de Louis-Alexandre DUBOURG : 1985, musée Eugène Boudin, sous la direction de Louis-Alexandre DUBOURG. ; Deuxième exposition monographique : Alexandre Dubourg 1821-1891, 9 juin – 8 octobre 2001, musée Eugène Boudin, sous la direction d’Anne-Marie BERGERET-GOURBIN.

[6] DUBOURG Alexandre, Poules et coq sous les arbres, huile sur panneau, 25 x 40 cm, Honfleur, musée Eugène Boudin, inv. 37.1.25.

[7] DUBOURG Alexandre, Autoportrait, vers 1850, huile sur toile, 40,7 x 32,2 cm, Honfleur, musée Eugène Boudin, inv. 54.2.1.

[8] DUBOURG Alexandre, Vierge à l’enfant, huile sur toile, Honfleur, musée Eugène Boudin.

[9] DUBOURG Alexandre, d’après Gustave Hamelin, Viel homme près du poêle, huile sur toile, vers 1851, don de la Société des Amis du musée Eugène Boudin, 1998, Honfleur, musée Eugène Boudin.

[10] Findinier, Benjamin, Louis-Alexandre Dubourg (1821-1891), Rouen, France, 2021, 63 p.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
mastersfdl (14 juin 2022). “Louis Alexandre Dubourg, le peintre honfleurais” – Lucie Bellencontre. Investigatio. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ra7z


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search