Yves Saint Laurent et le ballet – Camille Kovalevsky

Yves Saint Laurent et le ballet

(1951-1991)

En 1959, Yves Saint Laurent (1936-2008) signe sa première collaboration avec le chorégraphe Roland Petit[1] (1924-2011). Le couturier crée les costumes de seize ballets, parmi lesquels dix seront mis en scène. Citons par exemple : Cyrano de Bergerac (1959), le Festival Populaire de Ballets (1962) et Notre-Dame de Paris (1965). Les costumes de ballets deviennent alors le support idéal par lequel le style et les inspirations d’Yves Saint Laurent peuvent participer à la mise en scène et s’allier à la chorégraphie. Ce sujet de mémoire cherche à montrer en quoi la relation d’Yves Saint Laurent avec le ballet se présente comme un voyage au cœur de son imaginaire artistique, fait de rencontres entre les arts ainsi que plus généralement, la relation de la mode au spectacle, notamment de danse.

Cette étude est rendue possible grâce au soutien de la Fondation Pierre Bergé – Yves Saint Laurent qui nous a ouvert l’intégralité de ses archives et parmi celles-ci, l’ensemble des 1000 croquis de costumes de ballets dessinés par Yves Saint Laurent. Notre participation à l’identification et l’inventaire des ces dessins, a permis une connaissance précise de ce fonds qui demeure la source première de ce travail. Par ailleurs, la découverte d’autres costumes et croquis à la Maison Jean Vilar à Avignon ainsi qu’au Ballet National de Marseille a participé à rendre ce mémoire aussi exhaustif que possible quant aux pièces conservées actuellement. Néanmoins, pendant longtemps la mémoire du spectacle vivant n’a pas été une problématique envisagée par les chorégraphes et les institutions muséales. Faute d’une politique de conservation, de très nombreux costumes et maquettes ont été perdus et cette situation a donc rendu notre étude plus difficile.

La visée première de ce sujet a été de comprendre l’univers de chacun des ballets issus de cette collaboration. Ainsi, l’imaginaire qu’Yves Saint Laurent plaça dans ses croquis de costumes a été rendu plus compréhensible, formant un tout unifié avec l’argument du spectacle et la proposition chorégraphique de Roland Petit. En complément, il a été  nécessaire de recourir au dépouillement des sources manuscrites et imprimées que peuvent être : programmes de spectacles, articles de presse, correspondances privées, contrats mais aussi ressources photographiques et filmiques (Bibliothèque-Musée de l’Opéra, Fonds Roger Viollet, INA, Bibliothèque de ENSATT, Centre de Documentation du CNCS). Grâce à l’ensemble de ces documents, les choix finals du couturier concernant les coupes, les matières, les motifs et les couleurs peuvent être définis afin de les présenter le plus précisément possible dans ce mémoire.

La collaboration entre Yves Saint Laurent et Roland Petit n’est pas la première du XXe siècle et doit beaucoup à la démarche de la compagnie des Ballets russes (1909-1929) qui avait déjà fait dialoguer sur scène artistes, chorégraphes, musiciens, costumiers et couturiers. Grâce à ces rencontres artistiques, les Ballets russes offrirent de nouveaux horizons au spectacle de danse, notamment dans les liens qu’il peut tisser avec la mode.

Après les créations d’Yves Saint Laurent pour le ballet, les années 1970 ne voient que peu se perpétuer ce travail croisé. A l’inverse, dans les années 1980, les frontières entre les disciplines artistiques se brisent et apparaît parallèlement une véritable reconnaissance de la mode qui entre au musée. Cette période correspond également à l’arrivée d’une nouvelle génération de créateurs et chorégraphes, miroirs de la société, plaçant l’innovation et le renouveau du style au cœur de leurs démarches créatives. C’est cette créativité même qui les poussera à travailler ensemble : la mode et la danse se rencontrent et se répondent. Quels sont alors les apports et les inconvénients de ces collaborations ? A travers différents exemples, nous cherchons à comprendre comment deux sensibilités peuvent s’entremêler. Spectacle de danse conçu comme un défilé, défilé chorégraphié, modification du corps par le costume, diverses sont les formes que peut prendre la rencontre de ces deux univers, qui faisant du corps le fondement de leur travail, demeurent intrinsèquement liés.

Camille Kovalevsky

Institut Catholique de Paris

Mémoire d’Histoire de l’Art sous la direction de Mme Christine Vial-Kayser

[1] Pour le ballet, Yves Saint Laurent travailla exclusivement avec Roland Petit.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Tudeau dit :

    Bonjour,
    Je suis très intéressé par le sujet de votre mémoire car, en effet, je m’intéresse actuellement à de nombreux dessins réalisées par Yves Saint Laurent autour du sujet du Diable amoureux, des costumes et décors de ballet, du Diable à Paris, etc. au sein d’une collection privée.
    Cependant, je dois avouer que la documentation sur ce sujet est mince et difficile d’accès.

    Pourriez-vous me renseigner plus amplement sur le sujet ?

    Je vous remercie pour l’intérêt porté à ma requête.

    Veuillez recevoir l’expression de mes salutations les meilleures.

    Steven Tudeau

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search