Qui a peur des femmes photographes (1839-1945) ? – Eléonore Tissier

Qui a peur des femmes photographes (1839-1945) ?

Musée de l’Orangerie (14 octobre 2015 – 24 janvier 2016)

 

Du 14 octobre 2015 au 24 janvier 2016 s’est tenue l’exposition « Qui a peur des femmes photographes ? ». Celle ci s’appréhende en deux temps : au Musée de l’Orangerie, où sont présentés les clichés pris entre 1839 et 1919 puis au Musée d’Orsay où sont exposés les photographies datées de 1918 à 1945. Pour ne pas influencer totalement le lecteur et lui laisser la possibilité de se faire son propre avis, mais également pour l’inviter à poursuivre par lui même le travail de réflexion que l’exposition exige, je ne me concentrerais que sur la première partie de celle-ci.

« La photographie, une affaire “d’hommes” ? ». C’est cette idée majeure que l’exposition cherche à renverser en présentant une quantité saisissante de photographies, soit plus de quatre-cent-trente, exclusivement prises par des femmes. A juste titre, l’exposition questionne le rôle qu’a joué la photographie dans la vie de ces femmes qui ont choisi de s’emparer du médium. En faisant cela, elle propose de dépasser l’idée, qui persiste encore, que seuls les hommes sont capables de maitriser la complexité de l’appareil photographique. C’est en mettant en lumière la production féminine sous un regard nouveau, non plus en la comparant aux travaux des hommes photographes mais bien en la considérant comme une entité à part entière, que l’exposition nous propose de découvrir les photographies inédites de plus de 160 femmes photographes. Que l’on ne s’y méprenne pas, ce n’est pas une exposition sur l’histoire des femmes. En effet, cette démonstration visuelle donne naissance à une vision nouvelle de la femme, soit la femme photographe. Qu’importe leur statut, professionnelles ou amatrices, elles ont su créer des images tout autant expressives qu’esthétiques et artistiques.

L’exposition débute au Musée de l’Orangerie où le spectateur découvre les photographies prises entre 1839 et 1919. Elle se place dans un contexte tout à fait particulier, car les femmes n’ont pas encore acquis le statut leur permettant d’évoluer librement dans la sphère publique. Elles sont cantonnées à l’espace privé où, encore très dépendantes de leur mari, elles ont pour rôle majeur d’assurer la bonne tenue du foyer familial. Or, l’exposition nous présente,  à travers un discours à la fois réfléchi et argumenté, la progressive indépendance prise face à ce problème social. En parcourant l’exposition, le spectateur est lui même confronté au chemin que les femmes ont dû prendre pour s’émanciper graduellement du foyer familial et ainsi faire reconnaître leurs droits. Il voyage donc, par l’intermédiaire des photographies, de cette sphère privée, soit l’univers de l’intime – vu comme lieu de liberté d’expression puisqu’il est interdit aux hommes – jusqu’à l’entrée des femmes, non sans difficultés, dans ce que l’exposition appelle « le territoire viril : la rue, l’ailleurs, la vie publique et la politique ». Les photographies s’organisent autour de thèmes qui ont pour but de montrer cette évolution. Par exemple, on navigue des photographies d’enfance, empreintes d’une grande sensibilité, de Julia Margaret Cameron (1815-1879) aux photographies novatrices de Gertrude Kasebier (1852-1934) qui renversent les codes de représentation des genres en questionnant des thèmes tels le travestissement ou le corps nu. Aussi, on assiste à la croissante transformation de l’appareil photographique en une arme que les femmes brandissent courageusement pour revendiquer leurs droits au lendemain de la Première Guerre mondiale.

Au terme de cette exposition, le spectateur ne peut être que ravi face à une telle diversité des photographies présentées. Ce qui lui permet de découvrir de nouveaux noms de la photographie comme celui de Lady Hawarden (1822-1865), première femme photographe à être reconnue par le milieu photographique britannique, Gertrude Kasebier, Lady Frances Jocelyn (1820-1880), Jessie Tarbox Beals (1870-1942), Christina Broom, Emily Pitchford, et bien d’autres encore. Toutefois, une telle diversité peut parfois déstabiliser le spectateur tant les informations qui en résultent sont nombreuses. Il est donc conseiller de marquer des temps de pause entre chaque salle pour être certain de ne passer à côté d’éléments essentiels. La sobriété de la scénographie participe agréablement à une approche lisible des photographies. Le choix de couleurs monotones et d’une lumière diffuse dirige l’œil directement vers les œuvres. Conséquemment, la scénographie rejoint le propos de l’exposition car c’est bien le travail de ces femmes illustres que l’on cherche à mettre en valeur. Il paraît alors tout à fait juste de dire que la scénographie, comme le développement de l’exposition, ne faillit en aucun point à mettre en avant ces remarquables photographies. Et d’ajouter, que cela contribue à ancrer le rôle des femmes dans l’histoire de la photographie.

En guise de conclusion, un mur de citations a été élevé pour inviter le spectateur à découvrir la deuxième partie de l’exposition. Ainsi, celle de Margaret Bisland qui se présente ainsi : « nos plus grands peintres ont été des hommes ; n’avons nous pas le droit d’attendre que nos photographes les plus célèbres soient des femmes ? », nous invite à poursuivre ce voyage qui contribue à la revalorisation du travail des femmes photographes. Par conséquent, j’encourage vivement le lecteur à se rendre dans cette seconde partie. C’est en effet au cours de celle-ci qu’il trouvera une réponse à la question posée ci-dessus puisque les femmes du XXe siècle n’ont eu de cesse de repousser les limites du médium photographique, aussi bien sur les plans thématiques, stylistiques et artistiques. Dans un même espace, sont mis en corrélation le travail, encore une fois, de nombreuses femmes photographes, qui ont toutes en commun le désir de s’approprier l’appareil photographique pour mettre en avant leurs facultés créatrices, si souvent niées pendant longtemps.

Eléonore Tissier

M1 – Histoire de l’art


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search