Les reliefs de l’arc de Carpentras – Laetitia Gambier

Les reliefs de l’arc de Carpentras

 

– Carpentoracte (Carpentras) – L’Arc municipal, face A.

Gambier 1Gambier 2Gambier 3

 

Carpentoracte (Carpentras) – L’Arc municipal, face B.

Gambier 4

 

C’est aux environs des premières décennies du Ier siècle de notre ère que l’arc de Carpentras a été érigé dans un calcaire tendre extrait de carrières locales. Il mesure environ 10 mètres de hauteur, 7,80 mètres de large et 4,53 mètres de profondeur. Aujourd’hui dressé dans l’actuelle cour du palais de justice, l’arc a connu une histoire qui a permis la conservation de son élévation, mais qui a aussi pu altérer son décor. En effet, après l’époque romaine, l’arc a intégré le porche latéral de la cathédrale postérieure de Carpentras, il a été englobé dans les dépendances de l’ancien évêché, enclavé dans les cuisines du palais du cardinal Bichi en 1645. On sait que le cardinal avait pris soin de protéger les sculptures par une couche épaisse de terre. Cependant les décors ont été endommagés et aujourd’hui la partie supérieure du trophée de la face A et la partie inférieure gauche de la face B sont lacunaires[1]. En outre, la pierre érodée en certains endroits gêne la visibilité notamment au niveau des visages des personnages de la face B. Il reste néanmoins difficile de déterminer à quel moment les reliefs ont subi des détériorations, d’autant plus qu’on ne sait pas exactement à quelle date, l’arc a été dégagé des dépendances cardinales pour intégrer la cour du palais de justice.

Aujourd’hui, l’arc est conservé dans toute son élévation. Il s’agit d’un arc simple présentant un décor en relief de trophée aux captifs sur ses deux faces latérales. Si nous ne connaissons pas le contexte de la commande, ce décor d’origine militaire témoigne de l’influence de l’idéologie impériale romaine dans cette ville, devenue colonie romaine sous le principat d’Auguste.

Face A de l’arc :

La face A est la face la plus visible de l’arc, la visibilité de l’autre face étant gênée par l’intégration de l’édifice dans la cour de justice. Elle présente un décor de trophée auquel sont enchaînés deux captifs debout de part et d’autre d’un tronc d’arbre. Les deux personnages ont le visage dirigé vers l’extérieur et ont les mains liées dans le dos et reliées au trophée par une chaîne. Le captif à droite du trophée est imberbe, il porte un bonnet phrygien qui suggère une origine orientale du personnage. Il est vêtu d’une tunique à manches longues qui lui arrive à hauteur des genoux, maintenue par une ceinture au niveau des hanches. Cette tunique est surmontée d’un manteau long aux bords frangés posé sur ses épaules et attaché au niveau de sa poitrine. Il porte des braies qui, selon Jules Formigé, sont ajustées et maintenues par des lanières croisées[2]. A ses pieds, est gravée une hache à deux tranchants que Gilbert-Charles Picard identifie comme étant une bipenne* amazonique[3]. Le captif à gauche du trophée présente un physique et une tenue différents. Le personnage a les cheveux longs et porte une barbe courte. Il est vêtu d’un rhéno*, sorte de peau de bête, qui lui couvre l’avant et l’arrière du corps et qui lui arrive au niveau des genoux. Il s’agit de son seul vêtement, ses jambes sont nues. A ses pieds, on distingue, gravé dans la pierre, une sica*, poignard qui présente ici une lame recourbée. Un trophée se situe entre ces captifs. Il est composé d’une cuirasse à lambrequins de cuir dont seule la partie inférieure est encore visible ; encadré de deux faisceaux de lances, auxquels s’ajoutent deux cornes suspendues au tronc, au niveau du bas de la cuirasse.

 On constate que les deux personnages représentés portent un costume singulier et présentent un type physique différent. Aussi, le personnage de gauche paraît plus richement vêtu, ce qui a conduit Jules Formigé à y voir la représentation d’un chef[4]. Sans me prononcer à ce sujet, au bonnet phrygien qui le coiffe, on peut déjà constater qu’on est face à la représentation d’un Oriental. De plus, son habit composé d’un manteau et d’une tunique à manches longues relevée par une ceinture constitue la représentation conventionnelle romaine du Perse selon Gilbert Picard[5]. Par ailleurs, l’arme identifiée par Gilbert-Charles Picard comme étant une bipenne* amazonique évoque donc une arme d’Asie Mineure ou de Libye par son qualificatif. Pour ce qui est du personnage qui lui fait face, Gilbert-Charles Picard y a vu la figure du Germain, proposition reprise par Gilbert Picard[6]. Pour ce faire, les deux auteurs s’appuient sur une comparaison avec une plaque de terre cuite conservée à Genève qui présente le même type d’individu[7]. Toutefois, on peut noter que le rhéno* a aussi été observé à Saint-Bertrand-de-Comminges, non pas sur les captifs, mais sur les trophées gaulois et hispanique (annexe n° 1). Le costume ne constitue donc pas un attribut purement germain mais plus généralement, une tunique portée par les peuples du nord.

Face B de l’arc :

La face B présente un décor semblable au relief de la face A composé de deux captifs debout au pied d’un trophée. Les deux personnage sont représentés de face, le visage dirigé vers le trophée (contrairement à la face A où les personnages regardent vers l’extérieur). Les deux hommes ont les mains liées dans le dos. Tout comme sur le relief A, ils portent un costume différent. Le personnage à la droite du trophée porte les cheveux longs, des mèches ondulées semblent incisées sur le fond de l’arc. Selon Gilbert Picard son costume est semblable à celui de l’Oriental de la face opposée[8]. Effectivement, il porte une tunique à manches longues surmontée d’un manteau. Néanmoins, ici la tunique ne semble pas être relevée et maintenue par une ceinture au niveau des hanches, comme c’était le cas sur le relief de la face A. Selon le même auteur et au vu d’une étude comparative, il reproduirait un type parthique[9]. Le personnage qui lui fait face porte également les cheveux longs et des mèches longues apparaissent aussi incisées sur le fond de l’arc. Il porte une tunique dont l’absence de pli suggère un tissu épais ou de la laine. Il pourrait s’agir d’une chlamyde*. Par l’observation de ce vêtement et d’un diadème qu’il porterait, ce personnage a été vu par Gilbert Picard comme un roi hellénisé[10]. Néanmoins, le port du diadème mentionné par ce dernier paraît hypothétique dans la mesure où la tête du personnage est fort érodée.

À nouveau, ce relief joue sur l’opposition de peuples issus de territoires divers. Plutôt que d’y voir une référence directe à une victoire des Romains sur la Gaule Narbonnaise, ces reliefs peuvent faire référence à des événements passés ayant trait à d’autres provinces de l’Empire comme le suggère la présence d’Orientaux sur cet arc. Ainsi, le personnage de gauche identifié à un Parthe peut possiblement faire référence à la reprise des enseignes de Crassus aux Parthes en 20 avant notre ère. Pour ce qui est du personnage vêtu d’une chlamyde*, il pourrait renvoyer à la Grèce et peut-être à des événements antérieurs à l’Empire, aussi pour rappeler l’ample territoire sous domination romaine rendu possible grâce à la grandeur militaire de Rome.

Interprétation :

Compte tenu de sa situation géographique, on aurait pu penser qu’il s’agissait de reliefs commémorant une victoire des Romains sur les Gaulois. Cependant, s’il s’était agi d’un monument commémoratif relatif à une victoire précise, on aurait certainement trouvé une inscription faisant état de cette victoire, accompagnée probablement d’une dédicace au général victorieux. Il s’agit plus certainement de l’évocation de l’imperium romain sur les autres provinces de l’empire.

Par ailleurs, le trophée qui accompagne ces captifs peut fournir des éléments intéressants. Par l’étude de ces trophées présentés sur chaque face latérale de l’arc, Jules Formigé a suggéré une évocation des deux provinces : la Gallia Braccata* (les trois Gaules) et la Gallia Comata* (la Gaule Narbonnaise). Aussi, les multiples références à différentes parties de l’Empire et à différentes parties de la Gaule mériteraient une étude approfondie de l’iconographie de cet arc.

Pour ce qui est de l’atelier qui a réalisé cet arc, Gilbert-Charles Picard relie l’arc de Carpentras à la famille romano-provençale des monuments triomphaux[11]. Toutefois, il s’agit là, non pas d’un arc de triomphe puisque le triomphe n’était célébré qu’à Rome, mais davantage d’un arc municipal relié à la vie de la cité locale. C’est ce que Gilbert-Charles Picard décrit comme un janus*, c’est-à-dire, un passage enjambant une voie romaine[12]. La figure des captifs qui illustre la soumission des provinces à Rome, pourrait présenter ici le caractère de la fidélité de la ville de Carpentras à Rome, devenue colonie romaine sous le principat d’Auguste.

Une étude exhaustive à partir des sources relatives à cet arc et des reproductions graphiques ou photographique que l’on en possède d’une part, et d’autre part, l’étude contextuelle tant historique, qu’artistique et iconographique serait à envisager pour mieux comprendre cette iconographie complexe qui ne présente aucun équivalent en Gaule Narbonnaise.

Arguments de datation :

Si nous suivons la thèse de M. Frothingham junior rapportée par Jules Formigé, les arcs municipaux, de par leur nature, ont été élevés en lien avec la création d’une ville[13]. Pour ce qui est de Carpentras, la ville, devenue colonie romaine sous Auguste, aurait pu voir son arc érigé sous le principat de l’empereur. Toutefois cette hypothèse est à nuancer car des arcs ont aussi été érigés dans des villes, comme à Glanum, alors qu’elles n’étaient pas des colonies. Par conséquent, même si le statut de la ville peut importer dans l’élévation d’un arc, il ne s’agit pas d’un repère entièrement fiable. Une étude comparative du style, de l’architecture et du décor s’avère donc nécessaire pour resituer la construction de cet arc au sein d’un ensemble architectural.

Stylistiquement, le décor de l’arc de Carpentras se rapproche de l’arc d’Orange (annexe n° 2) par la présence d’un sillon qui cerne les motifs. Le terminus ante quem de l’arc d’Orange a été fourni par l’inscription datée de 25 de notre ère, ce qui situerait l’arc au plus tard sous le principat de Tibère. De plus, le schéma du trophée aux captifs se retrouve également sur cet arc même si les couples de captifs sont composés ici de deux hommes et non d’un homme et d’une femme comme c’est le cas sur l’arc d’Orange. Henri Rolland, dans son étude sur l’arc de Glanum, souligne l’intérêt porté à la narration sur les arcs de Carpentras et d’Orange, contrairement aux reliefs de Glanum où la souplesse des formes et l’expressivité priment[14]. Toutefois, compte tenu de l’ampleur de son programme iconographique, je pense que la narration constitue au même titre un élément important de l’arc de Glanum, tout comme sur les deux autres arcs cités. Cependant, pour Gilbert Picard, l’arc de Carpentras présente un décor plus classique et moins couvrant que son homologue d’Orange ce qui serait un indice de son antériorité par rapport à celui d’Orange[15].

Jules Formigé a procédé à une étude architecturale comparative avec l’arc de Suse qui présente une forme similaire à l’arc de Carpentras. Il s’agit d’un arc augustéen réalisé en 6 avant notre ère. Aussi, au regard de l’encouragement d’Auguste envers ses provinces à la construction de monuments équivalents à ceux de Rome et d’Italie, il n’exclut pas une influence de l’arc augustéen sur l’arc de Carpentras[16]. Par là, les villes, colonies ou non, peuvent montrer leur fidélité, sinon leur attachement, à Rome à travers leurs commandes publiques. Si on accepte l’idée d’une inspiration de l’arc de Suse, cela placerait le terminus post quem à 6 avant notre ère.

Pierre Gros a réalisé une étude comparative consacrée aux arcs de l’Empire romain afin de situer chronologiquement les arcs de Gaule Narbonnaise[17]. A partir de l’observation des différents éléments architecturaux et décoratifs, il situe l’arc de Carpentras dans la première décennie de notre ère, ce qui correspond également à la période d’embellissement des villes qui se voient dotées de bâtiments en pierre sous l’impulsion d’Auguste.

La datation de 20 avant notre ère proposée par Gilbert-Charles Picard n’est aujourd’hui plus considérée. Cette datation qui s’appuyait sur la représentation de captifs parthes et de la référence sous-jacente à la reprise des enseignes à Phraatès n’est plus un élément de datation[18]. En effet, l’élévation de ces arcs n’était pas forcément consécutive à une victoire précise[19].

A noter qu’une datation plus tardive autour de 18-19 de notre ère, a été proposée par Robert Turcan qui s’appuie sur le contexte politique et militaire[20]. Il évoque à ces dates les campagnes de Germanicus et Drusus le Jeune, fils adoptif et naturel de l’empereur, en Orient et en Rhénanie[21]. Ainsi, selon cette hypothèse, les images de l’Oriental et du Germain (?) seraient à mettre en rapport avec ces campagnes de 18-19. Pierre Gros situe l’arc dans la première décennie de notre ère. Compte tenu la difficulté de lecture de ces programmes qui ne sont pas forcément directement consécutifs au contexte politique et militaire, une datation plus tardive ne paraît pas ici justifiée. Par ailleurs, l’identification du captif à un Germain n’est pas assurée non plus, ce qui pourrait aussi rendre caduque l’hypothèse de Robert Turcan.

Laetitia GAMBIER

M2 Histoire de l’art

Glossaire :

Bipenne : Hache à deux tranchants.

Carnyx (-ces) : Sorte de trompette utilisée par les Celtes.

Chlamyde : Manteau en laine porté par les Grecs.

Gallia Braccata : Terme qui désigne la « Gaule en braies », c’est-à-dire les trois Gaules (Aquitaine, Lyonnaise, Belgique).

Gallia Comata : Terme qui désigne la « Gaule chevelue », c’est-à-dire la Gaule par delà les Alpes (Narbonnaise).

Janus : Dans la mythologie romaine, Janus est un dieu à une tête, présentant deux visages opposés. C’est le gardien des passages et des croisements. Par extension, le terme désigne une porte ou un arc qui enjambe une voie romaine, formant un passage.

Rhéno : Gros manteau fait de peau de bête, porté par les Celtes.

Sica (-ae) : Poignard connu pour avoir été utilisé par les Daces durant l’Antiquité.

Bibliographie :

Espérandieu, Émile, Recueil général des bas-reliefs de la Gaule romaine, Tome I, Paris, Imprimerie nationale, 1907, p. 178-181, notice n° 243, ill. p. 178-181.

Formigé, Jules, « Les arcs de la Narbonnaise », Congrès archéologique de France, LXXVIe session, tenue à Avignon en 1909, Paris, A. Picard, Caen, H. Delesques, 1910, p. 56-97, ill.

Fornasier, Bruno, Les fragments architecturaux des arcs triomphaux en Gaule romaine, Paris, les Belles Lettres, 2003, p. 217-222.

Gros, Pierre, « Pour une chronologie des arcs de triomphe de Gaule Narbonnaise (à propos de l’arc de Glanum », Gallia, Tome XXXVII, Fascicule 1, 1979, p. 55-83.

Gros, Pierre, « Note sur deux reliefs des « Antiques » de Glanum : le problème de la romanisation », Revue archéologique de Narbonnaise, Tome XIV, 1981, p. 160.

Picard, Gilbert, « L’arc de Carpentras », in Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-lettres, 104e année, N. 1, 1960, p. 13-16.

Picard, Gilbert-Charles, Les trophées romains. Contributions à l’histoire de la Religion et de l’Art triomphal de Rome, Paris, éditions E. de Boccard, 1957, p. 195, 283-284.

Rolland, Henri, L’arc de Glanum (Saint-Rémy-de-Provence), XXIIIe supplément à « Gallia », Paris, éditions du C.N.R.S., 1977 (p. 32).

Walter, Hélène, Les Barbares dans l’Occident romain. Corpus des Gaules et des provinces de Germanie, Paris, Les Belles Lettres, 1993, p. 21-23, notices n°14, pl. IX.

– Annexe n° 1 : Le Trophée augustéen de Saint-Bertrand-de-Comminges (restitution proposée par Emmanuelle Boube), 13-10 av. n. ère.

Annexe 1

 

– Annexe n° 2 : L’Arc municipal d’Orange, reliefs sud-est, est, nord-est.

Annexe 2AAnnexe 2B

– Annexe n° 2 : L’Arc municipal d’Orange, relief nord-ouest.

Annexe 2CAnnexe 2D

[1] Une petite confusion semble s’être glissée dans les descriptions des différents auteurs qui ne coïncident pas sur l’orientation de la face qui est peu visible. En l’absence de certitude au moment où je rédige cette notice, pour les distinguer, je désignerai la face la plus visible comme la face A et la face difficilement accessible comme la face B. Concernant la face qui n’est pas photographiable, Emile Espérandieu (1907) et Gilbert Picard (1960) évoquent la face est, alors que Jules Formigé (1909) et Gilbert-Charles Picard (1957) évoquent la face ouest.

[2] Formigé 1910, p. 69.

[3] Picard, 1957, p. 284.

[4] Formigé, 1910, p. 69.

[5] Picard, 1960, p. 13-16.

[6] Picard, 1957, p. 284. / Picard, 1960, p. 14.

[7] Je précise que je n’ai pas pu avoir accès au moment où je rédige cette notice à la représentation de la plaque de terre cuite conservée à Genève, qui a été publiée par M. A. Alföldi.

[8] Picard, 1960, p. 14.

[9] Picard, 1960, p. 15.

[10] Picard, 1960, p. 15.

[11] Picard, 1957, p. 195.

[12] Picard, 1957, p. 283.

[13] Formigé, 1910, p. 86.

[14] Rolland, 1977, p. 32.

[15] Picard, 1960, p. 15.

[16] Formigé, 1910, p. 96.

[17] Gros, 1979, p. 55-83.

[18] Picard, 1957, p. 195, 284.

[19] Gros, 1981, p. 160 : selon Pierre Gros, le trophée ne fait pas forcément référence à une victoire précise, ni à un fait militaire précis / Formigé, 1910, p. 86 : selon Jules Formigé, les arcs ne paraissent pas contemporains des événements qu’ils commémorent, ni être édifiés sur le lieu des événements.

[20] Turcan, 1984, p. 809-819. Je précise que les propos sont rapportés par Hélène Walter, mais je n’ai pu vérifier la source.

[21] Propos rapporté, in : Walter, 1993, p. 21-23, notices n°14, pl. IX.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.