Elisabeth-Louise Vigée Le Brun (1755-1842) – Charlotte Péchoux

Elisabeth-Louise Vigée Le Brun (1755-1842)

Exposition au Grand Palais (23 septembre 2015-11 janvier 2016)

 

« Je n’ai eu de bonheur qu’en peinture » E-L. Vigée Le Brun

 

            Elisabeth-Louise Vigée Le Brun (1755-1842) est un nom qui a résonné cette année à Paris en l’honneur de la rétrospective qui lui a été dédiée au Grand Palais. De toutes les femmes-artistes du XVIIIe, Madame Vigée Le Brun est la seule encore un peu connue du grand public grâce aux importantes collections d’œuvres conservées dans les grands musées mondiaux ; sans oublier les collections privées. Seulement la France ne lui avait jamais rendu hommage par une exposition monographique jusqu’à présent. La question est alors la suivante : comment montrer l’ampleur de la carrière de Madame Vigée Le Brun et chercher à cerner sa personnalité ainsi que son importance dans la production artistique de la France des années 1770-1830 ?

            C’est en plusieurs temps et de manière chrono-thématique que Monsieur Joseph Baillio, historien et spécialiste reconnu de l’artiste, et Monsieur Xavier Salmon, conservateur général du patrimoine et directeur du département des Arts Graphiques du Musée du Louvre, ont choisi de présenter l’œuvre de Vigée Le Brun. L’exposition fut conçue comme un cheminement à travers la vie passionnante de l’artiste avec « des coups de flash sur certains aspects de son art et de sa carrière », explique Monsieur Salmon dans une interview de la Réunion des Musées Nationaux.

            A travers environ cent soixante tableaux sur les six à sept cent recensés, le spectateur comprend l’importance et le talent d’Elisabeth-Louise Vigée Le Brun figurant comme l’une des grandes portraitistes de son temps à l’égal de Quentin de la Tour ou Jean- Baptiste Greuze.

            Sa volonté de triompher des obstacles qui entravent ses ambitions professionnelles est plus notable encore. Les femmes artistes, non autorisées par l’Académie royale à dessiner d’après des modèles nus masculins, sont écartées du grand genre, la peinture d’histoire, qui nécessite une parfaite compréhension de l’anatomie et l’assimilation des codes gestuels. Vigée Le Brun se limite donc aux portraits. Sa volonté d’outrepasser les contraintes imposées aux femmes artistes lui permet de développer une technique et des critères esthétiques très personnels. Elle maîtrise la science des couleurs et invente toute une gamme de poses et de costumes qui lui permettent d’apporter une grande variété à ses portraits et à ses improvisations. En effet, lorsque nous regardons un portrait de Vigée Le Brun, nous avons la sensation tactile de la chair, grâce à sa capacité à rendre les veines visibles sous la peau ou encore par son rendu réaliste du vêtement et des étoffes. Elle incarne le portrait d’Ancien Régime dans ce qu’il y a de plus précieux, de délicat et d’élégant.

Pechoux 2

            Son premier coup de théâtre fut lors du Salon 1787 où elle présente deux portraits face à face, d’un côté celui de Marie-Antoinette et ses enfants, de l’autre celui d’une mère serrant contre sa poitrine sa fille, Julie. Ce dernier est certainement un des plus connus des collections du Musée du Louvre nommé depuis l’origine, La tendresse maternelle. Le premier portrait trône au milieu de la salle consacrée au portrait de la famille royale et de la Cour, l’autre est la pièce maîtresse de la salle intitulée « Peindre l’enfance et l’amour maternel ». Pechoux 3

            L’exposition présente ses années de formation, de recherches formelles et esthétiques à travers les premières salles où les œuvres sont placées sous l’influence de grands maîtres de la couleur tels que Raphaël, Titien, Dominiquin ou encore Van Dyck. Au fil de la rétrospective, le spectateur reconnaît son langage pictural personnel et si reconnaissable. Sous son pinceau, l’artiste a su saisir la ressemblance de ses modèles tout en les idéalisant.

            Après avoir connu ses heures de gloire comme portraitiste de la reine, Madame Vigée Le Brun subit les dures années de la Révolution française. Son soutien à la monarchie l’obligea à prendre la route de l’exil pendant treize ans. Elle parcourra l’Europe forte de sa réputation internationale et peignit dans toutes les Cours princières et royales de l’Italie à la Russie en passant par l’Allemagne, l’Autriche, la Prusse où elle laissa de nombreux tableaux. Cette rupture dans la vie de l’artiste est figurée dans l’exposition par un changement d’étage coïncidant volontairement avec ces années d’exil où chaque pays visité par l’artiste est illustré par une salle. Cette longue période fut transcrite par l’artiste dans ses Souvenirs (publiés en 1835-1837), œuvre qui sert de source privilégiée.

            Elisabeth Louise Vigée Le Brun est une artiste indépendante qui sut rester fidèle à un art du portrait léger, symbole de l’élégance à la française marquée par les modes de son temps comme certaines inspirations orientalisantes dans les dernières œuvres de sa création, vers les années 1810-1820.

Pechoux 4

Charlotte Péchoux

M1 – Histoire de l’art moderne


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search