“Asia Now 2021 – Découvrir la scène artistique contemporaine de l’Asie à Paris” – Yu Imaizumi Miyakawa

Le Salon Hoche, à deux pas de l’Arc de Triomphe, est devenu, ces dernières années, un site exceptionnel où l’art contemporain des pays asiatiques est exposé[1]. C’est certainement une initiative unique en France, mais c’est aussi l’une des rares au monde qui consacre l’ensemble de l’exposition à l’art contemporain asiatique.

La septième édition d’Asia Now a ouvert ses portes à Paris le 21 octobre 2021. Pour cette édition, 37 galeries du monde entier, représentant des artistes asiatiques, se sont rassemblées. Ce n’est pas seulement le concept qui est unique à propos de cette foire, mais aussi le lieu qui n’est pas celui d’une foire d’art typique. Dans un charmant hôtel particulier, chaque galerie ne dispose pas d’un « stand » où elle est assignée à un espace géométriquement divisé, mais d’une « salle ». Le visiteur peut profiter de la foire comme s’il se promenait dans une grande maison, découvrant différentes œuvres d’art dans chaque pièce.

Pour la Galerie Sato (anciennement la galerie Tokyoïte), spécialisée dans l’art contemporain japonais, ce fut la quatrième participation consécutive depuis 2018. Pour cette édition, la Galerie Sato a présenté ses artistes, sous le thème « Joie ! ». Leur objectif était d’apporter de la lumière et du bonheur aux visiteurs après les moments difficiles traversés au cours des deux dernières années. Sous ce thème « Joie ! », la galerie a sélectionné 30 œuvres d’art (dont beaucoup ont été remplacées pendant la foire au fur et à mesure des ventes), y compris des peintures, des estampes en pixel et des sculptures, de trois artistes japonais contemporains, Takeru AMANO, Daijiro HAMA et EXCALIBUR.

 

Figure 1 : Salle de la galerie Sato à Asia Now 2021. Œuvres de Takeru AMANO.

Une fois que vous, visiteur, entrez dans la salle de la galerie, vous êtes d’abord frappé par les quatre grandes peintures acryliques de Takeru AMANO. Le sujet de chaque tableau est une fille à l’air innocent, que l’artiste appelle « Vénus ». La « Vénus » sur chaque toile a une couleur de fond monochrome – deux d’entre elles sur un fond jaune, une sur un bleu clair, et une sur citron vert. Contrairement au reste de la pièce, ces quatre peintures étaient accrochées à un mur de couleur bleu clair. Quittant l’espace traditionnel de « white cube » et donnant un peu de couleur, le directeur de la galerie, Julien SATO, a cherché à donner littéralement de la « couleur » à notre expérience, à donner une atmosphère plus vivante que le blanc ordinaire pour correspondre au thème « Joie ! ». La « Vénus » est un sujet symbolique de l’artiste, qu’il a peint à maintes reprises pendant des années. Peintes en lignes minimalistes, toutes ses Vénus sont généralement nues, mais elles couvrent leurs corps avec leurs bras ou elles sont tournées de côté – pour faire disparaitre leur sexualité.

Elles regardent les spectateurs droits dans les yeux. Selon l’interview de Takeru présentée sur le site de la Galerie Sato, il mentionne : « En fin de compte, il n’y a pas de signification. … il n’y a aucune signification religieuse, historique ou politique derrière tout cela. L’art, ce sont les gens qui regardent l’œuvre. Ils ajoutent le sens »[2]. Pour cette raison, il semble que l’artiste laisse ses œuvres très simples, de sorte que les spectateurs peuvent utiliser leur imagination pour donner un sens à ses œuvres.

 

Figure 2 : Salle de la galerie Sato à Asia Now 2021. Œuvres de Daijiro HAMA.

De l’autre côté du mur de Takeru, se trouvaient les peintures de Daijiro HAMA. C’est un artiste qui puise dans son imagination, et on peut voir qu’il va très profondément dans son esprit pour créer les personnages qu’il peint sur les toiles. Ce n’est qu’à partir de début 2021 qu’il a commencé à utiliser des couleurs dans ses œuvres car il ne travaillait qu’en noir et blanc auparavant. Julien, le directeur de la galerie et également un ami de Daijiro, a mentionné que c’était l’effet de la pandémie et de la quarantaine. L’artiste a réalisé que quelque chose en lui a grandi et changé au cours des deux dernières années, et par conséquent, les couleurs ont commencé à apparaître dans ses œuvres. En même temps, Daijiro a introduit un nouveau personnage d’apparence animale appelé Puman, qu’il appelle « un autoportrait » de lui-même, mais aussi un « miroir qui reflète une certaine partie de nous »[3]. L’artiste continue d’expliquer dans l’interview qu’il a donné à Puman un look « muku », un mot japonais qui signifie innocent et pur. En raison de ce regard sur le visage de Puman, « en tant que spectateur, vous pourriez projeter votre propre émotion sur son visage. Ainsi, l’apparence de Puman dépend de ce que vous ressentez »[4]. Pour la foire, la galerie a montré huit peintures de Puman et quatre peintures qui sont des « amis » de Puman. Avec la cloison qui séparait le reste de l’espace des œuvres de Daijiro, le visiteur pouvait réellement se plonger dans l’univers de l’artiste.

 

Figure 3 : Salle de la galerie Sato à Asia Now 2021. Œuvres d’EXCALIBUR.

Le troisième artiste qui a été exposé, avec la Galerie Sato, était EXCALIBUR, un groupe d’artistes spécialisés dans le pixel art. Le long du mur du couloir qui mène à l’entrée du stand de la galerie, se trouvaient 16 Ukiyo-e avec une petite touche de l’artiste. Ukiyo-e, ou estampe japonaise, est une forme d’art qui gagne en popularité au Japon pendant la période Edo au début du XVIIe siècle. EXCALIBUR a pris la forme de cet art japonais ancien et a créé une version complètement moderne en pixellisant entièrement les images et en utilisant les paysages du Japon d’aujourd’hui (au lieu d’il y a 400 ans). Les zones de l’Ukiyo-e comprenaient des endroits populaires à Tokyo de Shibuya, Shinjuku, Asakusa, à un célèbre temple sur l’île de Miyajima à Hiroshima. À l’intérieur, se trouvaient deux autres œuvres du même artiste, l’une, une lampe entièrement fabriquée par des claviers d’ordinateur japonais, et l’autre, une toile avec une image pixélisée. Cet artiste se penche sur la relation entre la réalité et le monde virtuel, tout en rendant « toutes les frontières des cultures ambiguës, telles que la culture club et la culture otaku[5]. En regardant le site web d’EXCALIBUR[6], nous pouvons voir que l’artiste continue de créer des œuvres qui semblent très colorées et pop à première vue, mais qui ont des messages forts derrière cette apparence.

Depuis ses débuts en 2016, la Galerie Sato présente des talents japonais émergents qui n’ont pas encore été tellement reconnus en dehors du Japon. C’est actuellement une galerie itinérante qui, de ce fait, organise des expositions éphémères à Paris et participe à des foires d’art. En dehors de certains artistes aujourd’hui un peu plus établis que les autres, l’objectif de la galerie est de continuer à faire découvrir la scène artistique japonaise de notre génération.

 

Yu Imaizumi Miyakawa, Master 1 Histoire de l’Art


[1] En 2022, la foire s’installe à la Monnaie de Paris

[2] Sato Gallery, The Story of Takeru Amano, 1 juillet 2021, [En ligne]. Disponible sur : https://www.sato.art/fr/blog/31-the-story-of-takeru-amano-an-interview-with-takeru-amano/. Consulté le 31 octobre 2021.

[3] Sato Gallery, The story of Daijiro Hama, 1 juillet 2021, [En ligne]. Disponible sur : https://www.sato.art/fr/blog/30-the-story-of-daijiro-hama-an-interview-with-daijiro/. Consulté le 31 octobre 2021.

[4] Ibid.

[5] Otaku: Mot japonais pour une personne qui a un fort intérêt et une connaissance approfondie d’un domaine particulier, souvent utilisé pour le domaine des mangas, des dessins animés et des jeux vidéo.

[6] EXCALIBUR, ABOUT / EXCALIBUR a.k.a. Yoshinori Tanaka – Japanese contemporary pixel art, [En ligne]. Disponible sur : https://www.entaku.net/about.html. Consulté le 31 octobre 2021.


Texte édité par Marie Pays (M2 Histoire de l’Art), membre du comité de lecture Investigatio

 

 

 



Citer ce billet
mastersfdl (2022, 11 juin). “Asia Now 2021 – Découvrir la scène artistique contemporaine de l’Asie à Paris” – Yu Imaizumi Miyakawa. Investigatio. Consulté le 24 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ra7s

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search