Fantastique ! L’estampe visionnaire de Goya à Redon – Adrien Salessy

Fantastique ! L’estampe visionnaire de Goya à Redon

Exposition au Petit Palais (1er  octobre 2015 au 17 janvier 2016)

         Fantastique ! L’estampe visionnaire de Goya à Redon est une exposition se déroulant du 1er  octobre 2015 au 17 janvier 2016 au Petit Palais. On peut y trouver 170 gravures prêtées par le département des Estampes et de la Photographie de la Bibliothèque nationale de France, présentées de manière chronologique selon les trois mouvements du romantisme, à savoir le romantisme historique, le néo-romantisme du Second Empire et enfin le post-romantisme.

Toutes sont des gravures ayant pour thème le fantastique, genre né en même temps que le romantisme.

L’exposition débute avec des œuvres d’artistes précurseurs de l’estampe fantastique au XIXe siècle, parmi lesquelles on peut trouver Piranèse avec ses Prisons, Heinrich Füsli avec Le Cauchemar, La Melencolia d’Albrecht Dürer, ainsi que plusieurs gravures tirées de la série des Caprices de Francisco de Goya, dont l’influence est sans doute la plus perceptible, celle-ci se retrouvant même chez Odilon Redon. Ces artistes ouvrent la voie à bon nombre de graveurs au XIXe siècle, en témoignent les réinterprétations de la planche de Goya Le sommeil de la raison engendre des monstres que l’on peut découvrir dans l’exposition, comme Un cauchemar, caricature d’Ernest Meissonier publiée dans Charivari.

Au-delà de ces influences, le romantisme noir s’applique dans un premier temps à illustrer toute la littérature fantastique très en vogue au XIXe siècle. On peut le voir à travers plusieurs lithographies réalisées par Eugène Delacroix, où ce dernier applique la technique de la manière noire lithographique : Macbeth consultant les sorcières,  L’Ombre de Marguerite apparaissant à Faust ou encore Méphistophélès dans les airs viennent ainsi illustrer l’œuvre de Shakespeare et de Goethe. Autre référence littéraire, l’impact de Victor Hugo se fait également ressentir chez deux artistes graveurs, Louis Boulanger et Célestin Nanteuil  qui illustrent notamment les Orientales avec des œuvres comme La Ronde du sabbat représentant Satan portant une mitre et une crosse, entouré par une spirale de démons et de damnés.

Parallèlement à cet impact de la littérature, on peut également observer celui des fantasmagories, spectacles d’optiques où l’on fait apparaître des fantômes à l’aide de lanterne. On voit également un intérêt pour la représentation de la figure du diable, avec par exemple un Alphabet diabolique en ombres chinoises de Michel Delporte.

Deux graveurs nous sont ensuite présentés : le premier d’entre eux, Charles Meyron, dessine à travers ses eaux fortes plusieurs vues énigmatiques de la ville de Paris, envahie par d’étranges visions comme dans Le Ministère de la Marine où surgissent dans le ciel un char tiré par un attelage de chevaux, des poissons volants ainsi que des pirogues ailées. Rodolphe Bresdin représente de son côté des paysages foisonnants de détails dans lesquels la mort surgit en pleine nature, ainsi que des villes fantasmées.

Plusieurs gravures de Gustave Doré sont également exposées avec notamment ses illustrations pour L’Enfer de Dante ainsi que Les Contes drolatiques de Balzac ou La Légende du juif errant.

Enfin, l’exposition s’achève avec une salle majoritairement consacrée à Odilon Redon dont sa série de dix planches parues en 1879 avec pour titre Dans les rêves et qui introduisent la troisième génération de romantiques qui seront par la suite rattachés au courant symboliste. On peut y voir diverses influences, notamment celles de J.J. Grandville et de Goya.

Ces gravures sont accompagnées de plusieurs représentations morbides de Redon ainsi que d’autres artistes, œuvres où la mort vient se substituer à l’image de la femme comme dans La Mort en fourrures d’Eugène Deulâtre ou Danse macabre : Métamorphose de Marcel Roux. On peut également voir plusieurs images du diable, dont les artistes cherchent à renouveler l’imagerie.

Ainsi, un des propos de l’exposition est de nous montrer comment de telles représentations on put perdurer tout au long du XIXe face à une époque marquée par le rationalisme et le matérialisme, grâce à la technique propice à transmettre ces thèmes qu’est l’estampe.

Adrien SALESSY

M1 – Histoire de l’art

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search