Les institutions face au champ élargi du dessin contemporain – Camille Nagel

LES INSTITUTIONS FACE AU CHAMP ÉLARGI DU DESSIN CONTEMPORAIN

 

Le dessin est un médium universel, simple, nécessitant peu de matériel. Ces vingt dernières années ont été marquées par le glissement du dessin d’une notion de support, où le dessin représentait à la fois la technique et le résultat (une œuvre sur papier), à la notion de médium : il marque sa présence dans les installations, vidéos, performances… Soixante ans après les papiers gouachés de Matisse, dans lesquels l’artiste ne dessinait plus à l’aide de crayons mais par découpe aux ciseaux, tous les matériaux sont devenus possibles. Où sont les limites de ce territoire dessiné dans le champ global de l’art ?

L’assimilation du dessin au trait peut, en fait, faire basculer toutes les œuvres d’art dans le champ du dessin. L’idée de la ligne étant liée à celle du contour et de la forme, tous les arts se révèlent intimes au dessin : chaque sculpture, même abstraite, possède une silhouette s’apparentant à un trait. Alors que la mise en rapport du dessin à la sculpture se serait limitée il y a vingt ans à celui des esquisses préparatoires, son implication actuelle est bien plus grande : la sculpture est une ligne en trois dimensions, un dessin dans l’espace. Le graphique sort du cadre de la feuille et s’empare du temps et de l’espace, se mêlant aux autres médiums d’art les plus contemporains. Le crayon devient burin, fil de fer, fumée, poussière, lumière, bande magnétique… – la liste est infinie. L’étendue des possibilités permet aux artistes d’appréhender le dessin non plus comme un genre mais comme un geste.

Alors, qu’est-ce que le dessin contemporain ? Cette question nécessaire – dont la réponse est impossible tant les porosités du dessin face aux autres médiums sont nombreuses – peut trouver une réponse dans le vocabulaire aujourd’hui employé : le dessin hybridé est appréhendé en tant que champ dessiné transdisciplinaire, vaste territoire dessiné, ou encore « hyperdrawing » qui désigne l’action et son résultat.

 

Devant cette expansion du dessin, une piste de recherche intéressante semble être la visibilité de celui-ci, ainsi que la réaction des institutions publiques et privées en France. Le cabinet d’art graphique du centre Pompidou est créé en 1975. Le FRAC Picardie est dédié au dessin (dans sa dénomination la plus large) depuis 1985, en ayant pour ligne directrice : « le dessin et la diversité de ses dimensions contemporaines ». En 2006, à Paris, Drawing Now est le premier salon international consacré au dessin. En 2007 est créé le Prix du dessin de la Fondation Guerlain. La fin de la décennie 2000 voit l’émergence de revues spécialisées (comme Roven en 2009 ou Collection en 2010).

            Face à un réel engouement du marché et des jeunes artistes pour le dessin, les institutions font-elles évoluer leurs politiques d’acquisitions ? La multiplication des médiums aurait pu traduire un désintérêt pour les œuvres sur papier. Même si le dessin a su s’en émanciper, il reste, de fait, historiquement attaché au papier, et au livre. L’étude des bilans annuels des acquisitions du centre Pompidou et de son cabinet d’art graphique en atteste, et contraste fortement avec son équivalent américain, le MoMA (Museum of Modern Art, New York). L’exemple de la représentation dans les collections du travail de William Kentridge parle de lui-même : les collections du MoMA incluent 128 œuvres de Kentridge (17 dessins, 26 livres illustrés, 5 installations, 2 films, 1 vidéo et 77 estampes). La Tate de Londres conserve 21 œuvres de cet artiste, tandis que le centre Pompidou n’en a qu’une seule (une vidéo, grâce à un don de la Gordon Schachat Collection en 2012).

            Un autre constat doit être dressé : la pâle présence du dessin dans les accrochages permanents des collections (et lorsque le dessin y est visible, son rôle est souvent réduit à celui de l’archive) par rapport au nombre toujours croissant des expositions temporaires concernant le dessin, pour la plupart monographiques. La programmation souligne donc l’intérêt des institutions pour l’œuvre dessinée, ce qui ne rend que plus criantes les lacunes dans leurs collections.

Alors que le MoMA proposait une première grande exposition sur le dessin – dans une conception déjà élargie – dès 1976 (« Drawing Now : 1955-1975 »), Marie-Laure Bernadac introduisait vingt ans plus tard le catalogue de l’exposition des acquisitions de 1992 à 1996 du cabinet d’art graphique du centre Pompidou de la sorte : « Cette exposition, dans sa diversité, montre tous les aspects du dessin : esquisses, projets, lettres, archives, carnets, dessins autonomes, petit ou grand format. »[1] La considération du dessin dans ces deux institutions est décidément bien différente. Le fait que la France ne soit pas l’un des trois pays au monde à proposer de centre du dessin – les États-Unis (New York), le Royaume-Uni (Londres), et les Pays-Bas (Diepenheim) sont les seuls à avoir créé un Drawing Center – peut éventuellement expliquer ce retard.

 

 

Camille NAGEL

M 2 – Histoire de l’art

 

 

[1] Dessins : acquisitions, 1992-1996, catalogue d’exposition, Musée national d’art moderne-Centre de création industrielle, Centre Pompidou, Paris, 1996, p.7


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Bonjour,
    Le mémoire “LES INSTITUTIONS FACE AU CHAMP ÉLARGI DU DESSIN CONTEMPORAIN” est-il consultable en ligne ou peut-il être adressé en version papier?

    Bien cordialement,
    Christophe Le Guennec
    Documentaliste

    • mastersfdl dit :

      Bonjour,
      Je ne lis votre commentaire qu’aujourd’hui et, oui, l’article n’est consultable qu’en ligne.

      Bien cordialement,
      Pauline Piettre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search