Icons of the Sixties – Rebecca Touati

Icons of the Sixties

Du 21 octobre au 9 janvier 2016, la galerie Thaddaeus Ropac, située à Paris Pantin, rend hommage à l’auteur du film mythique Easy Rider, Dennis Hopper, figure incontournable de la contre-culture américaine. À la fois acteur, réalisateur, collectionneur et peintre, c’est un artiste hors-norme. L’exposition Icons of the Sixties, permet de découvrir une nouvelle facette de son incroyable talent ; la photographie. Les clichés présentés couvrent toutes la décennie 1960, depuis ses débuts derrière l’objectif jusqu’à la rupture que constitue son passage à la réalisation du film Easy Rider en 1969. Ils présentent de nombreuses personnalités (artistes, acteurs, marchands d’art, chanteurs) marquant cette époque, presque à la manière d’un récit qui se déroule. Il saisit avec beaucoup d’intensité et d’intuition les moments les plus fascinants de sa génération. Tel un chroniqueur de son époque, il souhaite rendre compte du changement culturel et social qui, notamment sur la côte Ouest bouscule le mode de vie américain et révolutionne la culture (mouvement Beat Generation, pop, cinéma et l’art).

Dès l’entrée de la galerie, on peut voir qu’une large sélection de photographies est présentée. Elles sont toutes en noir et blanc et se trouvent accrochées, alignées les unes à la suite des autres, dans un premier espace de forme rectangulaire. Il s’agit de tirages gélatino-argentique, produit sur une feuille de papier recouverte d’une émulsion de gélatine contenant des sels d’argent sensibles à la lumière. Ce procédé se développe à la fin du XIXe siècle est largement utilisé au début du XXe siècle, notamment dans la pellicule cinématographique dont le format inspire Dennis Hopper : « Je prenais des photos parce que j’espérais un jour être capable de réaliser des films. C’est pour cela que je ne recadrais jamais mes clichés ; ils sont tous plein cadre. » Le format de chaque image est de 50,8 x 40,6 cm ou 40,6 x 50,8 cm. Leur particularité réside dans l’encadrement qui se caractérise par une bande noire, irrégulière, créée par une émulsion. Elles sont prises entre 1962 et 1967, réalisées sous une lumière naturelle. Toutes font preuve d’une liberté expérimentale que l’on retrouve par la suite dans l’étonnant univers visuel d’Easy Rider et d’autres films. Dennis Hopper devient célèbre par ses rôles dans La Fureur de vivre de 1955 et Géant de 1956 et côtoie de nombreuses personnalités qui pour la plupart font partie de son cercle d’amis. Le regard de l’artiste sur ses modèles, traduit une sorte de simplicité, de naturel, de spontanéïté.

De nombreux acteurs de son époque sont représentés comme Jane Fonda, Paul Newman, Peter Fonda. Il présente les nouvelles formes artistiques en vogue, comme les happenings et les performances d’Allan Kaprow ou de Robert Rauschenberg (précurseur du mouvement pop art), apparaissant à la fin des années 1950. Il s’intéresse également à des personnalités liées au monde la musique et au commerce de l’art (marchands d’art ou commissaires priseur).

La curiosité de l’artiste par rapport au monde culturel et artistique de son temps témoigne du bouleversement culturel de l’époque.

Son habitude à peindre se retrouve dans ses photographies à travers son goût prononcé pour le détail. En effet, le fond des clichés est occupé par des affiches, des inscriptions, des ornements, des publicités. C’est une sorte d’assemblage de motifs où le décor occupe une place essentielle dans la compréhension de l’image. Cela permet d’apporter de la profondeur et de la perspective par la superposition des plans, comme pour un tableau. L’art photographique de Dennis Hopper, cesse en 1968. Il réalise une dernière œuvre avant de se consacrer à sa carrière cinématographique, indépendante cette fois-ci de ses clichés, puisqu’il s’agit d’une sculpture.

Au milieu des photographies se trouve donc la sculpture emblématique Bomb Drop, réalisée de 1967 à 1968 en acier, plexiglass, acier inoxydable et néon. Elle mesure 149,9 x 340,4 x 121,9 cm. Elle est créée dans le contexte de la guerre du Vietnam. Elle représente une réplique à grande échelle d’une bombe de la Seconde Guerre mondiale que l’artiste déniche par hasard dans une décharge. Il la détourne de manière ironique, en y ajoutant dans un bloc de plexiglass des néons de couleurs primaires ; bleu, jaune et rouge. Il compare l’objet de destruction à un phallus. Ces moyens subversifs lui permettent d’affirmer son opposition face cette guerre. Bien que le travail de l’artiste occupe la majeure partie de l’exposition, l’aspect intime y est également associé.

En effet, parmis les photographies, un espace est dédié à une série d’objets personnels appartenant à Dennis Hopper qui présente : passeports, billets d’avions, lettres et cartes postales. Ce panneau de

« souvenirs » évoque des aspects de sa vie intime à travers ses nombreuses connaissances d’artistes, de politiciens, d’amis et aussi d’anonymes. L’exposition se termine dans les années 1980, avec une œuvre où l’on découvre l’approche radicale qu’il entretient avec l’art.

Le second espace de l’exposition est situé à droite de l’entrée. On y voit une installation cinématographique de l’artiste. Elle est composée d’un projecteur, d’un triptyque formé de deux images vidéo imprimées sur toile et d’un écran, sur lequel est projeté le film montrant une performance réalisée par Dennis Hopper en 1983, sur le circuit automobile Big H. Speedway de Houston. Elle s’intitule Life After on Canvas. Il en fait une installation en 1997. Cette performance annonce avec originalité son retour à la peinture (activité délaissée depuis 1961). L’artiste assis sur le sol, est entouré de bâtons de dynamite, disposés de façon précise. L’explosion n’est pas dangereuse puisqu’elle est dirigée vers l’extérieur, ainsi une sorte de vide se crée autour de lui, le maintenant en sécurité. Ce numéro de cirque lui est inspiré lors d’un spectacle de rodéo auquel il assiste dans sa ville natale de Dodge City au Texas.

Cette exposition, reflète la personnalité complexe de l’artiste ainsi que l’approche décalée et personnelle qu’il entretient avec le monde artistique.

Rebecca TOUATI

M1 – Histoire de l’art


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search