Osiris, Mystères engloutis d’Egypte – Sophie Griselle

Osiris, Mystères engloutis d’Egypte

Institut du Monde Arabe (8 septembre 2015 au 31 janvier 2016)

 

L’exposition « Osiris, Mystères engloutis d’Egypte », est présentée à l’Institut du Monde Arabe du 8 septembre 2015 au 31 janvier 2016. Elle dévoile au public un ensemble de 250 objets provenant des fouilles sous-marines conduites en baie d’Aboukir par Franck Goddio, archéologue et commissaire de l’exposition, ainsi qu’une quarantaine d’objets prêtés par les musées du Caire et d’Alexandrie.

L’exposition se donne pour but d’initier le visiteur à l’un des mythes fondateurs de la religion égyptienne : le mythe d’Osiris, dieu assassiné par son frère Seth, puis ramené à la vie par son épouse Isis, qui concevra avec lui l’enfant Horus, vainqueur de Seth et modèle du pharaon sur Terre. Cette thématique s’inscrit dans le contexte des fouilles sous-marines menées sur les sites de Canope et Thônis-Héracléion, qui ont livré de nombreux vestiges en lien avec ce mythe, et plus particulièrement avec le culte rendu à Osiris par ses fidèles initiés. Ces cérémonies, connues par des textes tels que la stèle de Canope, présentée au cœur du parcours, sont désignées sous le nom de « Mystères d’Osiris », justifiant ainsi le titre de l’exposition.

 

Le mythe d’Osiris

L’initiation commence par un aperçu du mythe d’Osiris. La première salle présente les différents protagonistes : effigies d’Isis, Osiris, Horus, et leurs dérivés gréco-romains : Sérapis et Harpocrate. Sont également présentés la statue monumentale du dieu Hâpy et le naos des Décades, découverts en baie d’Aboukir. Une première description des Mystères nous est livrée avant d’arriver dans la seconde salle.

 

Canope et Thônis-Héracléion

Là est abordée la situation économique des villes de Canope et Thônis-Héracléion au sein du bassin méditerranéen. La fameuse stèle de Canope offre un compte-rendu des cérémonies dédiées en l’honneur d’Osiris. La troisième salle poursuit ce parcours urbanistique, en présentant statuettes et ex-voto trouvés au sein des temples des deux cités englouties.

 

Les Mystères d’Osiris

Arrive enfin l’initiation proprement dite : la troisième salle se prolonge en exposant le matériel cultuel utilisé lors de la célébration des Mystères d’Osiris. Vaisselle cérémonielle, instruments liturgiques et substances associées : la présentation retrace les différentes étapes du rite, centré sur la grande « cuve-jardin » où sont célébrés les Mystères lors du mois de Khoiak.

Le mythe en lui-même est directement abordé dans la quatrième salle, où le visiteur peut découvrir des figurations de la renaissance d’Osiris : Osiris-Sokaris en diorite noir, ou encore le célèbre Réveil d’Osiris, tous deux prêtés par les musées égyptiens. Des reproductions présentent le décor des chapelles de Dendérah, illustrant ces mêmes scènes.

 

Fouilles sous-marines et plus amples découvertes

L’exposition présente ensuite une vidéo dédiée au déroulement des fouilles sous-marines. Enfin, le parcours s’achève sur la présentation d’autres trouvailles remarquables réalisées sur les sites de Canope et Thônis-Héracléion : buste d’Antinoüs, œil oudjat, statue de Thouéris ou encore d’Horus protecteur de pharaon, et enfin, statue d’Osiris momiforme.

 

Une aventure sous-marine

Une exposition dédiée aux fouilles sous-marines réalisées en Egypte – et centrée plus particulièrement sur le thème d’Osiris – constitue un certain intérêt sous plusieurs aspects. Tout d’abord, la nécessité de présenter au public ces fouilles réalisées dans des conditions particulières, difficiles, ayant forcément une incidence sur la conservation des vestiges et les moyens mis en œuvre afin de les exhumer. Au fil des salles, des vidéos présentant les objets au moment de leur découverte suscitent l’émotion : après plusieurs siècles d’immersion, ils réapparaissent devant les yeux des visiteurs.

 

Une thématique audacieuse

L’originalité réside dans le choix de la problématique : les Mystères d’Osiris, un sujet peu abordé jusqu’à présent. Osiris compte sans aucun doute parmi les dieux les plus connus du panthéon égyptien. Cependant, pour la première fois, l’exposition s’interroge vraiment sur les réalités de son culte, la manière de le célébrer et les significations qu’il revêtait. L’ensemble présenté dans une scénographie respectueuse du mythe d’Osiris : dans des tons verts et bleus, couleurs du dieu, et en accord avec l’ambiance sous-marine de la découverte.

 

Quelques revers

Cette problématique des Mystères d’Osiris possède cependant quelques faiblesses. En effet, force est de constater que les vestiges dédiés au culte d’Osiris sont loin de constituer la majorité des trouvailles réalisées à Canope et Thônis-Héracléion. Certains vestiges remarquables paraissent donc parfois hors de propos, telle la statue de Thouéris ou le naos des Décades, tandis que d’autres pièces davantage centrées sur le culte du dieu souterrain sont en réalité des prêts des musées égyptiens (on pense aux figurations d’Osiris-Sokaris et du Réveil d’Osiris mentionnées plus haut).

D’autre part, on peut regretter le traitement incomplet de l’histoire du dieu Osiris qui conduit à quelques raccourcis malheureux. Ainsi, aucun propos n’est consacré à l’apparition du dieu à la Ve dynastie. Le mythe d’Osiris et ses Mystères sont traités de façon monolithique, sans dimension diachronique, comme s’ils avaient de tout temps existé en Egypte, sans évoluer. Certes, on comprend la nécessité de restreindre le propos dans le cadre d’une exposition temporaire, mais les limites du sujet auraient pu être précisées. Les Mystères tels qu’ils sont présentés dans l’exposition sont une évolution très tardive du culte d’Osiris, par ailleurs plus vieux d’au moins deux millénaires.

De même, on regrette le traitement pour le moins sélectif du mythe égyptien : Seth y est présenté comme le mal incarné à combattre absolument, sans nuances, alors qu’il représente en réalité un mal nécessaire sans lequel l’Egypte ne pourrait exister, un dieu puissant pouvant être positif, et qui a lui aussi été révéré à travers toute l’Egypte. En tant que protagoniste principal du mythe d’Osiris, on s’étonne de ne pas trouver une seule représentation de Seth au sein de l’exposition.

 

En conclusion, l’exposition « Osiris, Mystères engloutis d’Egypte » apporte un éclairage bienvenu sur les fouilles sous-marines de la baie d’Aboukir, et sur les trésors qu’elles ont mis au jour. L’approfondissement du mythe d’Osiris, malgré ses facilités de traitement, demeure une intention louable et somme toute réussie. Cependant, l’association de ces deux thématiques : fouilles sous-marines et Mystères d’Osiris, aurait gagné à davantage d’harmonie.

 

Sophie GRISELLE

M1 – Histoire de l’art


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search