“Anonymous Portrait, Dutch seventeenth century tronies, de Nicholas H. J. Hall” – Marie Parisis

Jean-Honoré Fragonard, Tête de vieillard, vers 1762, huile sur toile, 53×42 cm
(Musée Jacquemart-André, Paris)

Réalisé pour la première exposition du galeriste Nicholas H. J. Hall à la TEFAF de Maastricht, ce livre se compose d’un avant-propos rédigé par Nicholas H. J. Hall et d’un essai d’Arthur K. Wheelock Jr. L’essentiel de la publication revient ainsi au conservateur américain plus qu’à son auteur. L’avant-propos pose le contexte particulier des tronies et leur étude. La définition donnée des tronies reste générale, classée comme des études de personnages. Hall insiste cependant sur la naissance du genre à Leyde et relève les paradoxes qui gravitent autour. En rappelant l’exposition de l’artiste Marlene Dumas en 2010[1], il assoit la difficulté principale rencontrée de nos jours dans la fortune critique des tronies. En effet, l’étude du genre se heurte à de nombreux problèmes de définition et, par conséquent, d’appartenance des œuvres. Avant les années 2000, les tronies étaient réduites à l’idée de caricatures, grimaces, visages disgracieux. On sait aujourd’hui que le genre est plus complexe. Il se compose de figures humaines anonymes ; de tous âges, parfois costumées, parfois associées à des figures philosophiques. Les tableaux considérés comme des tronies font appel à une intention particulière. C’est cette intention qui constitue la principale difficulté de définition du genre. Les réflexions de l’avant-propos sur l’appréciation contemporaine des tronies introduisent l’essai de Wheelock intitulé : Making Faces, The Development of the Tronie in Seventeenth-Century Leiden. A la fin de l’ouvrage, on retrouve un catalogue écrit par Hall, qui complète les propos. De fait, bien que les textes soient illustrés de nombreux tableaux au sein de la rédaction, de nouveaux font l’objet d’une étude plus approfondie dans le catalogue. Certains sont mis en comparaison afin de saisir la proximité artistique entre Jan Lievens et Rembrandt Haarmszoon van Rijn.

I. La définition des tronies d’Arthur K. Wheelock Jr.

Wheelock questionne l’appartenance des autoportraits de peintres au genre des tronies. Avec cette notion d’intention évoquée plus haut vient celle de l’interprétation. Pour l’auteur, certains autoportraits sont à considérer en tant que tronies car la composition de l’œuvre et l’intensité d’introspection est trop importante pour le rôle donné aux autoportraits au XVIIe siècle. Selon lui, le genre est né des échanges entre Lievens et Rembrandt lors des créations de peintures d’Histoire. Il rappelle la primauté de la narration de ces tableaux, nécessaire à la compréhension et à la bonne réception de la scène. Il conclut ainsi que l’imagination (entendue comme intention, psychologie des personnages) est plus importante que le réalisme. Les tronies poussent ce phénomène à son paroxysme en exposant cette imagination par le biais de visages humains anonymes. Le personnage incarne une émotion, un état d’âme pour lui-même et non plus pour une situation donnée. Wheelock utilise même le terme anglais « capture[2] » (capturer) à plusieurs reprises et insiste sur l’instantanéité de ces représentations. Sans oublier le contexte économique et le marché de l’art hollandais de cette époque, il est difficile de détacher la production des artistes des commandes ou demandes. On observe un engouement certain de la part des amateurs et collectionneurs, une véritable fascination qui existe pour ces petits panneaux peints. Le marché de l’art s’ouvre avec l’indépendance des Provinces-Unies, la croissance économique et l’enrichissement des marchands. Ce phénomène permet de comparer les réalisations hollandaises et flamandes, donnant pour Wheelock un élément de distinction supplémentaire. En effet, l’héritage de Pieter Brueghel l’Ancien offre de nombreuses caricatures, exagérations du monde paysan. Bien qu’observées dans la réalité, ces œuvres poussent les traits du milieu rural en représentant des hommes et des femmes déformés par l’âge, le travail, l’environnement. Lievens joue de la maturité, des rides mais insiste sur la vie des personnages, le reflet de leurs actions et leurs regrets. Ces deux approches différentes sont pour le conservateur le point d’ancrage de la définition des tronies. Ce ne sont ni des caricatures, ni des observations mais des portraits d’émotion. Ces tableaux font transparaitre l’imagination grâce au réalisme de sa représentation. Après avoir traité des successeurs immédiats de Lievens comme Gerrit Dou, Wheelock introduit les recherches contemporaines sur un artiste anonyme nommé Monogamist I.S. De nationalité inconnue, les recherches actuelles montrent la place de son corpus dans le marché de l’art dès 1632. Elles contribuent aussi au développement du genre des tronies puisque l’ensemble des œuvres connues se compose de tronies ou de portraits. La technique employée par les peintres joue un rôle essentiel. Cette dernière rassemble les tableaux suivant une ligne directrice. Bien que Monogamist I.S. ait une touche plus léchée et dessinée, on remarque que la délicatesse de la peau, les tons utilisés et l’intensité du regard restent identiques aux tronies de Dou, Lievens ou Rembrandt.

II. La fortune critique et les recherches contemporaines autour du genre

Dans le catalogue, Hall reprend les propos et hypothèses des grands chercheurs sur les questions d’attribution. Il cite, en plus de Wheelock, Lloyd de Witt, Gregor Weber, Jonathan Bikker et Taco Dibbits. Les notes qu’Hall apporte informent des échanges entretenus entre eux mais n’en présente pas le contenu.  Après être revenu sur la fortune critique de Jan Lievens, Hall traite de l’influence de Rembrandt en Europe et à travers les siècles. Il prend en exemple Jean-Honoré Fragonard[3] et ses figures fantastiques. Il semble résumer l’exercice à la propagande des campagnes de Napoléon et au goût qui se développe dans le XVIIIe siècle français. Hall relève la composition de l’œuvre et la touche proche de Rembrandt. Cette puissance visuelle fait l’unité du genre. Afin d’assoir les tronies en tant que genre à part entière, le galeriste tente de confronter les travaux des deux maîtres de Leyde. Ce développement est limité, superficiel. Il n’insiste pas sur la cordée créée par le duo, l’importance de leur relation, et les conséquences qu’elle implique sur leurs créations. Le catalogue propose donc un panel large du monde des tronies. Il tend également à simplifier l’accès à l’étude du genre en présentant des tableaux connus. L’analyse scientifique se concentre sur le début de production des tableaux, puis ouvre sur une démonstration des réalisations ultérieures. Le propos sur les suiveurs est ainsi plutôt général. Quant aux notices des tableaux de maître, on trouve souvent des paraphrases des idées lancées par Wheelock.

 

Marie Parisis, Master 2 Histoire de l’Art


Référence de l’ouvrage :

  • HALL, Nicholas H. J., Anonymous Portrait, Dutch seventeenth century tronies, New-York, The Studley Press, 2019.

[1] Tronies: Dialogue Between Marlene Dumas and the Old Masters, Munich, Haus der Kunst 29/10/2010 – 06/02/2011

[2] Arthur K. Wheelock Jr, “Making Faces, The Development of the Tronie in Seventeenth-Century Leiden.”, dans Nicholas H. J. Hall, Anonymous Portrait, Dutch seventeenth century tronies, New-York, The Studley Press, 2019, p.14

[3] Jean-Honoré Fragonard, Tête de vieillard, vers 1762, huile sur toile, Musée Jacquemart-André, Paris


Texte édité par Pauline Scherer (M1 Études anglophones), membre du comité de lecture Investigatio


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
mastersfdl (14 juin 2022). “Anonymous Portrait, Dutch seventeenth century tronies, de Nicholas H. J. Hall” – Marie Parisis. Investigatio. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ra82


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search