“Dans les mailles du filet” – Philippe Souchon

« Dans les mailles du filet »

Exposition au Musée National de la Marine de Paris (du  7 Octobre 2015 au 26 juin 2016)

 

Le Musée National de la Marine livre une exposition mêlant éclairage historique partiel (et surtout culturel), et sensibilisation aux enjeux de demain, concernant une activité artisanale et industrielle aux répercussions directes sur les mers : la pêche.
1 – L’Or blanc

L’exposition commence tout naturellement sur la partie historique et culturelle. Le propos débute avec la morue. Première étape de découverte : au-delà de l’aspect spécialisé (dans un langage très accessible) de la chose, on apprend que celle-ci est surnommée rien de moins que « l’Or blanc » de l’Atlantique Nord. On en saura davantage dans la partie contemporaine de l’exposition, sur le business gigantesque que cette ressource représente. Le cycle « pêche, conservation dans le sel de la morue, retour au port, séchage, embarquement dans un second port du sel, départ, pêche » permet de fixer les repères de l’activité.

Quant aux hommes, un armateur s’occupe de lancer les bateaux, un capitaine fait les trajets et un second s’occupe sur place de la pêche. L’explication ne va guère plus loin. On reste sur sa faim au sujet des métiers de la pêche.
2 – L’Histoire

Pour ce qui est de l’Histoire, l’exposition n’a pas l’ambition d’esquisser une histoire de la pêche, et s’en tient à une époque relativement récente, puisque la période évoquée la plus ancienne est le XVIe siècle. Malheureusement donc, il n’y a pas de synthèse des principales évolutions des techniques de pêche. Un équipement de pécheur plutôt récent (probablement milieu XXe siècle) est présenté, ainsi que quelques papiers, d’administration ou d’assurances, datant du XIXe siècle. Leur présence se révèle assez anecdotique.

Les pratiques sont déjà diverses. Probablement par souci de démocratisation du sujet, si on peut dire, l’exposition s’en tient au distinguo essentiel entre pêche errante (le bateau pêcheur se déplace avec filet déployé) et pêche sédentaire (côtière, pour résumer). Quelques maquettes de navires de pêche de 1903 à 1970 sont exposées. Il y manque peut-être des définitions des différentes parties fonctionnelles du bateau.

L’aspect social est assez présent, peut-être pour que le public se sente plus concerné. En effet, l’impact de la pêche dans la vie de tous les jours prend une importante partie de l’exposition. Tout d’abord l’exploitation en produits dérivés de ce fameux or blanc (sirop, gélules, crèmes, gâteaux, savons, huile, peau à la rogue, recettes de cuisine …), à laquelle succède l’appréhension des proches des marins lors des départs, et leur joie au retour. Logiquement, étant donné que le sujet gravite autour de la France (la plupart du temps), la religion y a sa part (activité encouragée grâce aux « jours maigres » de l’Église, processions et cérémonies en hommage aux marins disparus en mer, récits de naufrages miraculeusement évités …). La description est à la fois scripturale et iconographique (quelques tableaux typiques).

La vie à bord est évidemment difficile. Un paragraphe nous informe de la prise en charge des problèmes « matériels, médicaux, moraux et religieux », un souci précoce puisque développé dès le XIXe siècle.

La littérature est ensuite mise an avant, pour compléter l’ensemble, avec le succès de Pierre Loti Le pêcheur d’Islande en première ligne, une façon de montrer que malgré tout, le peule terrien de France peut s’intéresser à l’aventureuse pêche, dangereuse, incertaine et lointaine (tempêtes, brume, récifs, glaces dérivantes …).

 

3 – La surpêche

La partie culturelle terminée, l’exposition se penche sur les lendemains d’une activité devenue colossale. Si colossale d’ailleurs, qu’elle commence par rappeler qu’en 1992, la grande pêche autour de Terre-Neuve est pratiquement interdite, à cause de la pratique dite de la « surpêche ». Appuyé sur le chiffre dantesque de 2 millions de tonnes de morue pêchée en 1968 (le plus gros résultat de l’Histoire), le propos est lancé contre les effets de cette surpêche, notamment que la morue devient de plus en plus maigre, et si régulièrement capturée qu’elle est pêchée avant l’âge de se reproduire. Cette menace envers cette espèce et beaucoup d’autres est aujourd’hui combattue. La mesure de 1992 l’illustre parfaitement. La France a de toute façon une zone de pêche trop petite pour être rentable à St Pierre-et-Miquelon (après négociations avec le Canada en 1992).
4 – Vers une pêche durable ?

La dernière partie de l’exposition est consacrée aux solutions proposées, et pas vraiment encore appliquées, pour inscrire la grande pêche dans la durée, éviter la surpêche et préserver l’environnement (il s’agit de 72% de la surface terrestre tout de même …). Sont donc proposés : les filets sélectifs (évitant de prendre des poissons à rejeter, puisqu’aujourd’hui, 22% des 20 millions de tonnes de poissons pêchés sont remis à la mer), qui présentent cependant des contraintes réelles concernant la productivité ; laisser les poissons grandir (le temps qu’ils se reproduisent), qui peut paraître également techniquement quelque peu utopique ; cuisiner les poissons oubliés ; mieux connaître les espèces (donc meilleure gestion des stocks) ; réduire la consommation énergétique des bateaux ; informer les pêcheurs des enjeux de la « pêche durable » ; traçabilité et labellisation (et donc nouveau business à fort potentiel, soit dit en passant) des poissons et des pêcheurs (50% de la masse capturée vient de la pêche artisanale) ; quotas et nouvelles réglementations (ce qui existe en partie déjà) ; enfin, la lutte contre la pêcherie pirate, dont le qualificatif reste très vague (les « pirates » seront-ils les pêcheurs qui n’ont pas le « label » vendu comme une nouvelle taxe ? Est-ce une façon de lutter contre la pêcherie artisanale, soit 90% des marins pêcheurs dans le monde ?).

La distinction est faite entre la pêche en mer et l’aquaculture, nouvelle activité (pour résumer, on pourrait appeler cela des fermes maritimes) en pleine expansion (tandis que celle de pêcheur baisse), accaparée à 88% par l’Asie. Si ses bienfaits sont réels (standardisation de la production, remplissage des eaux douces, rivières etc.), elle n’est pas non plus exempte de contraintes, puisqu’il est noté qu’il faut entre 1,5 et 4 kg de poissons sauvages pour nourrir 1 kg de poissons d’élevage … Cela n’empêche pas qu’aujourd’hui, la moitié des poissons (et autres fruits de mer) consommés viennent de l’aquaculture, 60% à l’horizon 2030.
Pour finir, quelques vidéos de responsables politiques tentent de faire comprendre la place centrale de l’eau dans l’économie, et dans le bon fonctionnement de la planète. Il est évident qu’une telle activité doit se faire selon certains principes, afin de ne pas menacer non seulement l’environnement, mais l’activité elle-même en tant que source de nourriture immense pour l’Humanité.
Philippe SOUCHON

M2 Histoire moderne


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search