Le statut polymorphe du photojournalisme – Hélène Demicheli

Le statut polymorphe du photojournalisme, entre valeur informative et fonction artistique

L’exemple de l’œuvre de Pierre et Alexandra Boulat

Alexandra Boulat se spécialise quant à elle dans les photographies de guerre et de faits de société, d’abord pour les agences Cosmos et Sipa Press puis pour le National Geographic Magazine, Time et Paris Match. Pierre Boulat avait ouvert un studio de mode, sa fille créera une agence de presse.

D’un point de vue formel, les deux photographes s’introduisent dans le quotidien de leurs sujets en recherchant la vérité et la spontanéité. La banalité prend le pas sur le spectaculaire, afin de placer le regardeur en relation directe avec les événements. Leurs images traitent de la thématique de la destruction et de la reconstruction à travers des portraits, des paysages et des scènes de la vie quotidienne. Pierre Boulat, qui souhaitait raconter l’histoire d’un monde en reconstruction, disait vouloir “tout sauf la guerre et la misère”; prenant l’angle opposé, sa fille dressait l’état des lieux d’un monde de détresse et de douleur, de sociétés consumées par leur autodestruction.

Dès les années 1980, les photographies de Pierre et Alexandra Boulat présentées au festival Visa pour l’Image à Perpignan sortent, dans le même temps, de la sphère photojournalistique pour s’exposer dans les galeries ou dans les musées, comme au Petit Palais ou à La Maison Européenne de la Photographie à Paris. Tous deux possèdent un style photographique singulier: goût prononcé pour les couleurs et les formes et sens profond de la composition et de l’organisation. Ils pensaient que la photographie n’était pas un art, que sa fonction première était d’informer. Et pourtant Pierre et Alexandra s’inscrivent dans ce que la photographie a produit de plus fort et de plus vivant depuis l’après-guerre.

Deux générations, deux regards posant des questions analogues

Dès les années 1950, le métier de photojournaliste suit son cours dans un contexte où la concurrence entre magazines est forte. Pour tous, l’image est devenue un langage où “honnêteté, responsabilité, exactitude, vérité sont les maîtres mots des codes de déontologie du photojournalisme”. Pierre Boulat décroche un contrat d’exclusivité avec Life Magazine grâce à sa photographie prise au Mont Valérien d’un nuage en forme de champignon atomique sur Paris en 1953. La période d’après-guerre, les golden years de Pierre Boulat correspondent à des années de reportages où la restitution fidèle de l’information est primordiale. Actualités, politique, mode et portraits de personnalités deviennent sa spécialité. Mais Pierre Boulat a su également faire parler son imagination. Dès la fin des années 1970, grâce au magazine Paris Match, il exploite le reportage photo en couleurs. Mode, peinture, littérature, musique et sculpture apparaissent comme ses thèmes de prédilection. Il va jusqu’à mettre en scène Alexandra dans certains de ses reportages. Par ailleurs, il publie un ouvrage: Bonne nuit Pierre, sorte de balade à la fois artistique et fantaisiste, et participe au catalogue d’exposition du Metropolitan Museum of Art sur Yves Saint Laurent dans lequel sont exposées ses  photographies de mannequins en noir et blanc. Pierre Boulat a également collaboré avec Stanley Kubrick pour 2001: l’Odyssée de l’espace: il faisait partie de l’équipe qui réalisa en Afrique du Sud-Ouest les photographies qui servirent de décor aux vingt premières minutes du film.

À l’aube des années 1990, Alexandra Boulat fait ses débuts dans un tout autre contexte, celui où “la photographie de presse en apparence la plus déterminée par son usage d’image imprimée dans les journaux, se trouve également présente sur les cimaises des institutions culturelles publiques et privées. Il semblerait donc qu’une volonté spécifique émane de ce changement: la volonté d’inscrire l’image de reportage dans l’art moderne et par ailleurs la tentation d’écrire l’histoire contemporaine à partir des images de reportage et de journalisme“. À mesure que son père la décourageait de se lancer dans la photographie, elle se tournait vers la peinture. Après l’obtention d’un premier prix au Concours Général de Peinture en 1980, son travail plutôt expressionniste porte sur des thèmes souvent dramatiques. Un passage aux Beaux-Arts puis un séjour initiatique au sein de la communauté artistique japonaise en 1983 la mènent vers une voie plus conceptuelle. En 1989, elle délaisse finalement la peinture pour la photographie, animée par le besoin d’aller au contact des gens et du quotidien. “Les photos de guerre qu’elle faisait s’inscrivent dans la continuité des mondes imaginaires qu’elle couchait sur ses toiles” explique sa mère, Annie. La plupart des photographies d’Alexandra traitent de la guerre, de la pauvreté, de l’agitation et de la violence sociale dans des pays comme l’Afghanistan, le Pakistan, l’ex Yougoslavie et l’Irak. On ne saurait toutefois réduire son travail aux phénomènes de violence. Dans la grande tradition photojournalistique, Alexandra Boulat passait du dernier défilé d’Yves Saint Laurent aux guerres dévastatrices en Orient.

Quelle fonction assigner aux photographies d’Alexandra et Pierre Boulat? Photojournalisme classique? Photographie documentaire? Photographie d’art? Le polymorphisme du photojournalisme est le reflet de la vie dans sa globalité avec sa violence et sa douceur, sa banalité et ses aléas mais, parfois aussi, dans l’exceptionnel, l’inattendu, la beauté et la laideur. C’est alors le regard de l’observateur, son affect, son étonnement, sa compassion qui dissocient et classifient l’image et sa représentation. À vocation informative, les photographies de Pierre et Alexandra Boulat dépassent cependant largement ce cadre documentaire, en apportant une expressivité, une intensité, un impact émotionnel ainsi qu’une esthétisation relevant du statut d’œuvre d’art.

Hélène DEMICHELI

M2 – Histoire de l’art


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Alain BAJAS dit :

    Merci pour cette narration sur le polymorphisme en matière de photos

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search